REALISATIONS INDUSTRIELLES ET INVESTISSEMENT

©Copyright Réalisations

AUTEUR DE NORMES, DE RECOMMANDATIONS ET DE DIRECTIVES

INTERNATIONALES DEPUIS LA PUBLICITE AU 27-08-1985


M. Legros auteur a inscrit à son œuvre l’utilisation de règles, de normes qu’il savait nécessaires pour son emploi. Ce qui s’est précisé ensuite, son œuvre est exploitée dans le monde entier par l’application de sa résolution scientifique mathématique physique ; son caractère est unique, de sa qualité, de sa formation, de son expérience de l’industrie.


Diplômé de l’enseignement supérieur, il est qualifié, expérimenté, reconnu et aguerri des techniques. Il totalisait plus de 30 000 heures de travail à son actif, au jour de sa première publication, en 1985. La publicité internationale révèle de nombreuses créations, des originalités en sa génèse depuis les années de 1960 à 1970. Il est indiscutable que l’avance technologique de l’auteur inventeur, prise sur son temps, était très importante, considérable au regard des techniques utilisées.


Son œuvre d’art qu’il a imposée est exploitée de la représentation, de la reproduction et de la diffusion par des normes, des directives, des recommandations internationales pour résoudre les difficultés ; l’originalité de ses écritures, de ses instructions, de ses données et de son schéma de principe est reproduite du dépôt officiel daté le 27-08-1985.


En 2015, les applications ne sont pas encore en totalité exploitées, particulièrement dans l’aéronautique pour la gestion du trafic aérien, le contrôle des avions, le pilotage automatique et l’anticollision intervectoriels. Le système Intervecteur est embarqué à bord des avions, localisé dans les couloirs aériens, dans les aéroports.  

CONSULTANT TECHNOLOGUE HIGH-TECH ET INTERVENTION

SUR DES PROJETS INTERNATIONAUX (1970-2015)


C’est à 17 ans que Bernard Legros a réalisé, seul et entièrement, ses premiers équipements et installations industriels. Aux années de 1970, il a été amené à produire dans l’industrie métallurgique, aéronautique et navale jusqu’à 240 heures de travail et plus par mois, tout en poursuivant ses études dans le domaine des sciences de l’automatique, de l’électronique, il reçut des félicitations publiques du professeur.


M. Legros est intervenu en astreinte professionnelle, 24 heures sur 24, sur des sites en exploitation, dans des environnements à risques et amiantés. Il a exercé dans la métallurgie automobile, ferroviaire, navale, aéronautique, dans le nucléaire, la sidérurgie, l’armement aux arsenaux, le commerce maritime, la production agricole et les services.


En 1971-1973, il était responsable en 3x8, aux usines de Saint-Nazaire, des équipements des ateliers de production aéronautique des avions Concorde et Airbus. Il intervenait sur des machines de haute technologie, une bonification lui était gratifiée et une note de 9,9/10. Il eut aussi la responsabilité en ¼, à 21 ans, des équipements des ateliers de production mécanique, navale des moteurs Pielstick, de turbines, de machines de grandes capacités de type CNC, de la production et distribution en énergie. Deux ans plus tard, il dirigeait des chantiers d’armement de plusieurs navires, en valeur constante de 25 M€. Il réalisait le planning, la coordination, les relations techniques, commerciales avec l’armateur, les chantiers et les organismes de certification, tout en voyageant en France et à l’étranger, sur d’autres sites maritimes, se prédisposant au commerce et à l’export.


Dans la navale, il a travaillé sur des équipements situés en altitude ou sur nacelle, ouvrant sur les fonds de cales de navires. Il travailla en mer ou en situation climatique difficilement supportable, sous le vent hivernal d’estuaire, à des températures glaciales de -15°C ou caniculaires de +60°C, sous le rouf brûlant de navires. Au pied levé, il sut toujours résoudre de manière durable les difficultés qui lui étaient posées sur les installations, sans autre intervention. C’est en 48 heures, au 15 août 1978, sur un navire de commerce en escale aux chantiers navals de Bremerhaven, qu’il installa, livra à un armateur des apparaux de bord, grue de 25 tonnes et mât de charge de 150 tonnes, avec la certification du Germanischer Lloyd. La valeur globale réelle du marché export des matériels installés et mâture est d’environ 4 M€. En escale au Havre, deux mois après, il contrôlait le fonctionnement des matériels en exploitation à bord du navire.


M. Legros est intervenu dans les plus grands ports européens. Il a réceptionné des équipements de bord aux Astilleros de Sevilla, il est intervenu sur un cargo en exploitation au port d’Alméria Espagne. Il a navigué en méditérranée, fait des interventions, des essais en mer Marseille, Toulon, Livourne, La Spezia. Il navigua sur la baltique, sur un minéralier avec un armement BLM, pour procéder à des visites de contrôle technique aux chantiers navals de Gdynia, de Gdansk en Pologne. Le navire était en provenance des chantiers navals de Kobé au Japon. En intervention dans la région de Voronej, en Russie, dans la métallurgie sur une machine équipée d’un CNC de fabrication Elsag Gênes Italie, il fut appelé par le constructeur soviétique aéronautique Illouchine pour résoudre des défauts de composants électroniques sur un second calculateur. Ces calculateurs Elsag équipaient des machines de grande capacité produites en France pour l’export.


A Manchester, en Angleterre, il se déplaça aux usines de General Electric, en semaine y compris le week end, pour résoudre les dysfonctionnements d’un calculateur, des difficultés techniques durables depuis plusieurs mois et non résolues sur une aléseuse de très grande capacité en production mécanique. Après des mesures, des tests, il ordonna de faire refaire tout le câblage de connexion électronique sur les racks de l’interface. Les problèmes ne provenaient pas du calculateur, mais de défauts électroniques venant de l’installation. Ensuite, la machine fonctionna sans qu’une autre intervention sur le calculateur ne fut nécessaire. Il résolut également seul de nuit aux ateliers Sulzer de Mantes-la-Ville des défauts de synchronisation de position sur une machine à portique gantry CNC/DNC pour la fabrication de bâtis, de 10 cylindres et plus, des gros moteurs diesel. Ces défauts de complexité mécanique, électronique et de puissance électrotechnique sont traités, résolus habituellement en faisant intervenir plusieurs ingénieurs et techniciens spécialisés. Pourtant, c’est à 5 heures du matin que la machine était présentée au responsable du service et entrait en production.

   

De 1971 à 1981, ses quatre industriels, employeurs successifs, de l’aéronautique, de la navale, du maritime, des calculateurs et robotique lui accordèrent des augmentations de salaire de 38,5% à 69,5% par poste. Fournisseur d’équipements, d’installations, en contact avec les clients français, étrangers, il investit sa carrière dans le commerce et les affaires. Ceci lui permit d’exploiter de nouvelles compétences, ses qualités relationnelles, techniques, commerciales étaient appréciées. Son employeur estima valoriser ses prétentions salariales qui furent négociées à 120% d’augmentation de son dernier emploi de 1981, à ceci s’ajoutait à son management de cadres et d’ingénieurs, un pourcentage sur le chiffre d’affaires.


Polyvalent, il fut consulté pour intervenir dans les plus grands comptes aussi diversifiés de l’industrie. Ayant toujours maximisé ses potentialités, ses interventions furent toujours couronnées de succès.



L’ŒUVRE D’ART DU SYSTEME INTERVECTEUR ET LES BREVETS NATIONAUX


Suite à sa demande pour un brevet d’invention enregistrée au numéro 85 12780 le 27 août 1985, M. Legros a présenté les jours suivants les plans techniques de l’application ferroviaire de son invention directement exécutable. Le plan de l’application ferroviaire ci-dessous daté au cartouche le 04-09-1985 présente les capteurs, l’initialisation, le code des voies, la distance, la transmission, le décodage et la visualisation en cabine.


Le brevet, les revendications, les plans d’application routière, ferroviaire, maritime, aérienne et spatiale ont été transmis auprès des ministères, auprès de la Commission Européenne et de la Direction Générale des Transports.



Le brevet FR 2 586 845 et les revendications d’application pour les mobiles

de la route, du rail, du maritime, de l’aérien et de l’espace

LA LOI DE LEGROS DE L’INTERVECTEUR ET LES APPLICATIONS

- Brevet français FR 2 586 845 au 27-08-1985


L’auteur inventeur a bien mis en évidence la loi de Legros mathématique physique au début des années de 1970 dans l’industrie. Il l’a ensuite étudiée pour l’appliquer à tous les systèmes embarqués ou localisés en n’importe quel lieu du plan ou de l’espace e.


M. Legros a créé le Premier système d’exploitation mathématique électronique de 1969 à 1985. C’est bien son système d’exploitation et de télécommunication ou son operating and network system avec ses instructions intervectorielles qui est installé, exploité sur les 99,99% des systèmes dans le monde pour intervectoriser, détecter, activer ou basculer.


La technologie numérique de Legros est développée avec les applications mathématiques électroniques de son Système Intervecteur d’exploitation en informatique, télécom-munication, téléphonie mobile. Elle est exploitée pour le pilote de transport mixte, manuel, semi-automatique ou automatique, la navigation, le contrôle des machines industrielles, la robotique, l’énergie, l’armement, le médical et la communication. La navigation, la recherche, l’activation à l’écran dans le système, les réseaux, le bus, la Wi-Fi, les bases de données exploitent également le Système Intervecteur, le télé multipointeurs ou tactile ou le pad. Voir le schéma ci-dessous et les pages du site consultant-legros.net.


Rappelons que les antériorités normalisées du Système Intervecteur d’exploitation sont en informatique les couches de logiciel du système d’exploitation et de l’application, le compilateur, le clavier avec le déplacement à l’écran à l’aide des quatre flèches, les fenêtres avec un lien arborescent et un choix numéroté. En télécommunication nous avions le combiné téléphonique avec le réseau analogique fixe, le réseau mobile cellulaire GSM Global System Mobile (les antennes, les stations, le central), et vers les satellites.


Ces technologies que nous retrouvons dans les systèmes énumérés ci-dessus sont sans l’exploitation du brevet et de l’œuvre d’art de Legros du Système Intervecteur.  


La branche mathématique du calcul intervectoriel :

Cette branche mathématique est originale, nouvelle. Les groupes d’équations inter-vectorielles intégrales ou partielles la composent. La physique, l’électronique, le gamma Legros (g, wL) de puissance n, les instructions, le logiciel sont sur tout support matériel.


Science et Technologie Mondiales

World Technology and Science

©Bernard Legros 1985



NAVETTE RAPIDE ET METRO INTERVECTEUR  

Navette entre aéroport et centre ville
Automatique, numérique, réversible
Réseau de puissance électrique
Contrôle de la trajectoire en 3D/T
Anticollision, ABS, anti-patinage
Visionique, supervision en poste central
Information et séquence audiovisuelles
Ecran graphique à multipointeurs
Réseaux, bus, tdma, cdma, fdma et mdma
Coefficient gamma Legros (gL), etc.

Brevets Legros FR 2 586 845 27-08-1985
©Métro navette d’aéroport bidirectionnel automatique mixte numérique 3D/T, bus,tdma,cdma,fdma et mdma
Réalisations

De la loi de Legros, la mathématique physique du schéma est décrite au brevet et à l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur. La théorie intellectuelle de l’intersection vectorielle ou du vecteur intersection ou de l’Intervecteur est également construite avec ses propres moyens matériels techniques originaux, nouveaux, son noyau électronique, son modem, son bus, ses réseaux de télécommunication tdma, cdma, fdma, mixte mdma.


De la publicité, aux brevets nationaux Legros FR 2 586 845, la résolution intervectorielle existe pour tous les systèmes (Ɐxn), pour tous les mobiles, en mode embarqué ou en mode localisé. De même, les réseaux de télécommunication Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma existent pour tous les systèmes quelle que soit la fréquence, quelle que soit la distance. Sur le support physique, la liaison est soit filaire, résistive, électromagnétique, sonore ou optique.


Le bus et les réseaux de télécommunication Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma emploient les techniques de modulation d’amplitude, de phase ou de fréquence. L’exploitation de la résolution intervectorielle et la portée sont pour les systèmes distants, proches, connectés ou intégrés. Le signal Legros Sigma L (sL) est codé, synchronisé. En l’état des connaissances scientifiques, techniques ce signal électronique n’existe pas au jour du dépôt légal. Depuis sa création, il est appliqué dans l’industrie.


Pour l’emploi de codage, le cryptage de messages ou d’une information économique sensible, de navigation ou de mouvement, il s’agit de la machine électronique Legros Sigma L (antériorité machine électromécanique allemande Enigma, environ 1918-1944).


Dix ans après la publicité de l’Intervecteur, les réseaux de courte portée développés dans les années de 1995-2005 pour lier les systèmes, les périphériques, en local ou en embarqué, sont les réseaux désignés Wi-Fi et Bluetooth normalisés ISO.


Le bus avec le signal d’horloge clk de synchronisation a été mis en évidence par M. Legros en 1970 sur des câblages électriques. Cette technologie, à l’étude en 1975, a ensuite été exploitée sur les calculateurs CNC. M. Legros est intervenu pour remplacer des composants électroniques et de transistors de ce bus sur des machines. Le bus, le signal Sigma L (sL) de droit d’auteur sont sculptés, revendiqués au système, aux réseaux, aux circuits électroniques de l’Intervecteur, figure 5 planche III/III des brevets nationaux.


Cette technologie de bus est depuis les années de 1995-2000 exploitée dans le secteur de l’automobile sous la dénomination de CAN Controller Area Network. Ce bus Legros est embarqué sur les mobiles de la route, du rail, de la mer, de l’air et de l’espace, ou il est localisé pour la domotique. Il présente un avantage technique, économique et financier.   


L’Intervecteur, de son groupe d’équations, définit particulièrement l’ensemble vide [f] être égal à 1 en fonctionnement normal d’équilibre, sinon il est égal au chaos 0 ou au néant (n). La détection de n erreurs (ne) est produite au schéma électronique circuits des composants et fonctions (1985). Le système Intervecteur code le signal (sL : 0, 1, n,...) produit aux groupes de la résolution intervectorielle ou pour sa transmission. Les signaux de télécommunication intervectorielle d’information sont codés, décodés au système ou au modulateur-démodulateur du modem (L) - brevet FR 2 586 845 au 27-08-1985.


L’Intervecteur résout, sur la zone géographique, le mouvement spatial de tous les xn-mobiles (Ɐxn) représenté aussi sur la visionique de l’écran graphique par des ensembles ayant une règle de composition interne. Le système d’exploitation Intervecteur résout avec son groupe d’instructions, son multipointeurs, télé multipointeurs Wi-Fi, n-pointeurs souris, pad ou tactile, le mouvement des ensembles x1, x2, …, xn ou digital sur l’écran graphique, l’intervectorisation, la détection, le basculement, l’activation d’ordres de pratique courante en informatique (1980-1985), ouverture, fermeture, lecture, écriture, enregistrement, impression, etc. M. Legros a créé l’unique système d’exploitation mathématique 3D.


Le système électronique original avec son Calculateur Intervecteur CI, ses circuits comparateur, de coïncidence ou de décodage, son bus, ses réseaux  résout là où on le dispose. Il est intégré à un mobile portable ou à un boîtier, il est utilisé de sa résolution comme guide, ou en aveugle, ou en enregistreur de mouvement. Le système Intervecteur de ses groupes d’équations mathématiques physiques dialogue, résout, s’applique au marcheur, au voyageur, quel que soit l’individu, le mobile ou le robot qui le transporte.


Son générateur de code génère de nouveau, de ses instructions, de son logiciel intervectoriels, les données électroniques numériques, voire analogiques, pour les trajets identiques, tout en intégrant les données nouvelles spatio-temporelles. L’Intervecteur résout les rencontres, les rendez-vous et informe de sa résolution intervectorielle spatiale. Le système mobile, portable, amovible ou fixe, intègre sa propre résolution intervectorielle, l’identification, la reconnaissance de forme plane ou spatiale.


Le GSM Global System Mobile dont l’exploitation des fréquences est l’objet de la norme aux USA, en Europe, au Japon ne produit pas ces fonctions d’écran, de telles résolutions, les messages, la navigation (1980-2000). Ce téléphone mobile ne possède pas notamment l’intervectorisation, le basculement du système d’exploitation mathématique physique, la géolocalisation, la navigation, le rendez-vous sur la zone géographique, topographique.


Le système de l’Intervecteur, ses réseaux et résolutions sont devenus des standards. Ils sont personnalisés en fonction de l’application. Cette personnalisation est exprimée par M. Legros dans sa description aux applications de l’invention, de l’œuvre d’art scientifique, de l’électronique, des groupes d’instructions, des données, du logiciel, des schémas et de l’architecture. -  figure 1 planche I/III, figure 3 planche II/III et figure 5 planche III/III.


L'Institut national de la propriété industrielle assure la publication, dans les conditions définies par décret en Conseil d'Etat, par mention au Bulletin officiel de la propriété industrielle, par mise à la disposition du public du texte intégral incluant l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur protégée par le droit d’auteur indépendamment de l’invention ou par diffusion grâce à une banque de données ou à la distribution du support informatique du dossier de la demande de brevet, de toute délivrance de titre avec l’indication du brevet.


En date de priorité le 27 août 1985, la publicité de l’INPI pour tierce opposition est datée le 06 mars 1987, la délivrance du titre officiel de brevet d’invention est datée le 23 octobre 1987. De la publicité, il n’y a pas de tierce opposition ou d’un Etat en revendication de l’invention et de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur depuis plus de trente années (1985-2019).


Toute exploitation de l’œuvre d’art de Legros est payante. Le consentement personnel donné par écrit est obligatoire pour exploiter l’œuvre d’art ou l’invention en la date de dépôt. Sans l’accord ou la licence, toute exploitation de l’Intervecteur est une contrefaçon et toute contrefaçon est un délit.  



LA CONSTELLATION DE LEGROS INTERVECTORIELLE BREVETEE DE SATELLITES

DE GEOLOCALISATION - LES BREVETS NATIONAUX FR 2 586 845 AU 27-08-1985


La réalisation de la constellation Legros intervectorielle de satellites servant de référence ou de balise spatiale est construite à partir de la branche mathématique du calcul intervectoriel pour le système d’exploitation, d’information, d’identification, de géolocalisation différentielle infinitésimale en continu, de reconnaissance de forme, de navigation et de sécurité anticollision.


Le signal 2A (sL) est codé, synchronisé pour tous les Ɐxn mobiles, satellites ou stations. Le système Legros Intervecteur exploite son propre modem L, son bus, sa Wi-Fi, ses réseaux tdma, cdma, fdma, mixte mdma, en fonction du coefficient gamma L rectiligne, circulaire (g, wL) de puissance n. Sa résolution intervectorielle est appliquée pour le contrôle, l’asservissement de puissance des lanceurs, des satellites, des mobiles, des stations et des centraux.


L’exploitation de la constellation Legros brevetée s’applique aux télécommunications, aux mobiles terrestres (route, fer), maritimes (océan, mer, lac, fleuve), aériens et spatiaux. L’identification des satellites produit les éphémérides de la constellation rapportée à une géodésie WGS84/ETRS89/RGF93, à une référence terrestre localisée x1. Au signal Legros (sL), le codage 3D est sécurisé. L’originalité de l’œuvre d’art de la branche mathématique du calcul intervectoriel et l’invention du Système Intervecteur ne sont l’objet d’aucune antériorité de brevet, de publication ou de plan aux années de 1960 à 1985.


La constellation de satellites Galiléo a été initialisée en 1999 par l’Union Européenne UE, quinze années après que soit étudiée la publicité internationale du brevet et de l’œuvre d’art de Legros décrivant en continu ou en boucle le signal Sigma L (sL), le bus, la référence intervectorielle, différentielle, terrestre, spatiale, synchronisée, codée, programmée, la télécommunication, la géolocalisation, la navigation, la gestion du trafic, la sécurité anticollision de mobiles en mouvement et/ou à l’arrêt dans le plan ou l’espace e.


La constellation européenne de satellites baptisée Galiléo est une copie ou une reproduction de contrefaçon qui exploite la publicité internationale du brevet français Legros FR 2 586 845 et l’œuvre d’art du Système Intervecteur avec ses instructions originales, nouvelles, intégrales ou partielles, son système d’exploitation, de contrôle, d’autocontrôle embarqué à bord des satellites, des lanceurs et localisé dans le centre de lancement et de contrôle.  


Pour les 30 satellites, la valeur communiquée de Galiléo serait de 3,4 milliards d’euros. Les coûts comprennent les études, la recherche,  le développement, le lancement, les essais, la validation, les installations au sol, l’exploitation et la maintenance. Le service de la télécommunication, de la géolocalisation, et sécurisées, proportionnel au nombre d’utilisateurs se chiffrera en centaines de milliards d’euros.


Les revendications de la demande pour un brevet d’invention FR 2 586 845 ont été l’objet d’un dépôt auprès de l’INPI Institut National de la Propriété Intellectuelle - Paris France, de l’OEB Office Européen des Brevets - Munich Allemagne, de l’USPTO United States Patent and Trade Mark Office - Washington USA, de l’OMPI Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle - Genève Suisse, en la date de priorité le 27-08-1985.


M. Legros a transmis, le 30 septembre 1993, le dossier technico-économique avec les plans techniques du Projet Archos au Chef de l’Etat, à son Premier ministre, au Président de la Région des Pays de la Loire, au Président de la Commission Européenne.


La Direction Générale du Transport DG-VII / Transport Energie DG-TREN de la CE de Bruxelles et les entreprises industrielles ont également reçu des courriers successifs d’offres de licence de M. Legros pour exploiter son brevet et son œuvre d’art du Système Intervecteur alors sous la désignation de Projet Archos en 1986-1988, aux années 2000.   


En résumé, le Système Intervecteur est développé dans le plan ou l’espace e pour le fonctionnement de la constellation de satellites. La revendication spatiale des xn-satellites s’applique pour le système électronique de télécommunication et d’exploitation, pour les données de géolocalisation, la diffusion de l’information synchronisée, codée, sécurisée.


La position intervectorielle, différentielle, infinitésimale, spatiale, en continu, le contrôle, l’autocontrôle sont exploités pour la géolocalisation, l’identification, la navigation, la diffusion de messages, la sécurité anticollision des mobiles terrestres, maritimes, aériens, spatiaux, le GMDSS Global Maritime Distress Safety System, l’expertise de la boîte noire, le VDR Voyage Data Recorder, la télé expertise, le simulateur sur zone et sur écran.



Publicité nationale, internationale de l’invention et de l’œuvre d’art de Legros au brevet français FR 2 586 845 le 27-08-1985.

LA CONSTELLATION LEGROS INTERVECTORIELLE BREVETEE
APPLIQUEE AUX MOBILES DE LA TERRE ET DE L’ESPACE

En 1971-1973, M. Legros intervenait dans l’aéronautique sur des machines-outils de positionnement tridimensionnel, à 3 et n axes. A cette époque, il avait la connaissance de la mesure physique depuis un satellite de l’espace. La résolution de la mesure du vecteur électromagnétique est traitée aux groupes d’équations intervectorielles par xn-satellites, une référence terrestre x1, le temps (T0) de synchronisation des systèmes. La valeur temps (TD) et la valeur distance (dD) intègrent la correction des erreurs de mesure pour une précision infinitésimale du système électronique de sécurité. Le signal Sigma L (sL) est synchronisé, codé. La publicité du brevet français FR 2 586 845 au 27-08-1985.

Le schéma ci-contre de la constellation présente les huit (8) circuits électroniques du Système Intervecteur ; les satellites ou les balises spatiales ; la référence ou les balises terrestres ; les mobiles géolocalisés du plan ou de l’espace e ; les liaisons originales, nouvelles de bus, de Wi-FI, de réseaux de télécommunication ; la résolution sur la planche de bord ou sur l’écran des groupes d’équations mathématiques spatiales intervectorielles.


LA COMMUNICATION ET L’OFFRE DE LA LICENCE DE L’INTERVECTEUR

M. Legros a, dès son dépôt le 27 août 1985, rencontré, produit une communication auprès des Présidents, des directions générales de la SNCF, des industriels pour l’application ferroviaire de son invention. Il a réalisé des dossiers techniques avec les plans exposant le problème à résoudre, la faisabilité immédiate de sa résolution. Il a consulté les fournisseurs en équipements électroniques, ferroviaires, de télécommunication, en câbles électriques et antennes pour chiffrer l’application de son projet ferroviaire évalué à 1,5 milliard de francs, soit 470 millions d’euros actuels.

M. Legros a toujours assuré, dès 1985, une communication constante auprès des plus hautes autorités de l’Etat, des ministères, des régions, des entreprises pour l’exploitation de son brevet. Il a réalisé des dossiers technico-économiques avec les plans illustrant son intérêt et les applications dans le transport routier, ferroviaire, maritime, aérien et spatial.  

De la publicité, M. Legros a imposé son invention brevetée ainsi que son œuvre d’art de l’Intervecteur pour la surveillance, l’information, la navigation maritime et l’anticollision. L’Organisation Maritime Internationale OMI de Londres, des Nations Unies de Washington, a adopté, le 29 novembre 2001, en assemblée - Résolution A.917(22), Directives pour l’exploitation, à bord des navires, des systèmes d’identification automatique (AIS).

Les plans, les schémas de cette page Réalisations du site consultant-legros.net présentent en partie les éléments remis aux plus hautes autorités. Les applications, notamment maritime spatiale des AIS des brevets nationaux et de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur, sont sous la protection des inventions et des connaissances techniques et du droit d’auteur ou du copyright.

Toute exploitation, représentation, reproduction ou diffusion de l’invention et de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur, intégrale ou partielle, de son système d’information électronique automatique numérique ou de photographies ou de récitations ou de séquences audiovisuelles ou du film est interdite sans l’accord écrit obligatoire du propriétaire des droits énoncés au Code de la propriété intellectuelle.         

Telles qu’elles sont décrites dans le détail au dépôt de l’invention technique, de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur ; les applications originales, nouvelles de la position, de la télécommunication, de données ou data, de la résolution intervectorielle, de l’anticollision, de l’automatique, de la diffusion montrant les mobiles décrits, identifiés évoluant les uns par rapport aux autres dans le plan ou l’espace e sont soumises au droit d’auteur.

Ces mêmes applications routières, ferroviaires, terrestres, maritimes, aériennes et spatiales diffusées avec la position, l’identification, le temps, le mouvement et/ou l’arrêt en automatique et portant des copyrights frauduleux ne sont alors que des copies serviles de contrefaçon, des reproductions illégales d’une œuvre d’art ou le droit est réservé depuis le dépôt officiel à l’INPI, depuis la publicité nationale, européenne, PCT et internationale à Paris, Munich, Washington et Genève.  


LES APPLICATIONS INDUSTRIELLES ELECTRONIQUES ET LOGICIEL

Le brevet, les instructions, le logiciel comportent des revendications pour le pilotage manuel, semi-automatique ou automatique. Le système d’exploitation à télémultipointeurs sur l’écran graphique diffuse l’information électronique automatique numérique, des séquences audiovisuelles ou le film, sur l’Internet, et vers les satellites. Cette information publique aux voyageurs, le temps T Alpha (Ta) d’attente, d’arrivée ou d’approche est originale, nouvelle dans le transport terrestre (route, fer), maritime, aérien et spatial.

L’application intégrale ou partielle en environnement terrestre, maritime, aérien et spatial est ci-après décrite. En rémunération, dans le domaine de la high-tech, de l’électronique, de l’automatique, de la sécurité, des télécoms et du transport les redevances sont de 15%. L’invention Legros comporte de plus son œuvre d’art de l’instruction, du logiciel, de données, de dessins, d’architecture protégée par le droit d’auteur ou le copyright.

L’auteur inventeur a précisé les caractéristiques pour la navigation, l’anticollision de la voiture, pour son contrôle électronique infinitésimal de position, le gamma rectiligne, circulaire (g, wL) de puissance n, la vitesse V, la vitesse moyenne Vm, la trajectoire avec ses instructions d’anti-blocage ABS et d’anti-patinage. Le pilote automatique comprend le programme numérique de la voiture avec l’asservissement, le contrôle de sa motorisation thermique, électrique ou hybride.

De plus, le bus Legros lie les commandes de la planche de bord aux accessoires de la voiture du schéma de principe. Le système dispose d’un programme, d’un générateur de programme, d’un simulateur. Les voitures dialoguent avec les réseaux de télécommunication Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma. L’assistance technique est embarquée pour l’expertise ou la télé expertise. Le système est appliqué aux voitures, aux flottes de véhicules, aux bus et lignes de bus. Les places de parking sont autorisées ou interdites. Les véhicules disposent de son système de navigation sur la planche de bord. C’est un faisceau de câbles électriques et le combiné téléphonique GSM Global System Mobile qui équipaient les voitures à conduite manuelle aux décennies de 1970 et de 1980.

Dans le monde, les PRT Personal Rapid Transit et des véhicules en déplacement sur une voie, en France le métro ARAMIS(1969-1987), ont été étudiés et abandonnés. Le métro automatique Legros numérique mixte bidirectionnel en 3D/T est un système novateur directement exécutable sur une ligne nouvelle ou rénovée. L’électronique et le logiciel Legros sont développés pour un cycle numérique complet de commande, de puissance des moteurs de la rame sur la ligne. Les xn-systèmes sont liés par les réseaux de télécommunication Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma. Le système Intervecteur résout l’anticollision, diffuse les séquences audiovisuelles de l’exploitation, il est embarqué sur la rame, localisé en station ou en poste central. Le système d’exploitation Legros à multpointeurs active les ordres, les données sur l’écran graphique. La technologie permet d’exploiter des navettes de liaison rapide entre les centres villes et les aéroports, ainsi que les tramways. Les projets d’équipement d’une ligne de métro de la RATP sont de 325 M€.

L’industrie ferroviaire déployait le réseau GSM dans les années de 1980. Les cantons étaient équipés d’un sémaphore, d’un block automatique pour la régulation des trains. Les réseaux de télécommunication Legros tdma, cdma, fdma et mdma sont aujourd’hui exploités. Les principes de régulation ferroviaire sont redéfinis avec l’électronique, avec le logiciel normalisé ISO. La résolution intervectorielle ferroviaire, spatiale est utilisée pour l’anticollision, la régulation, la navigation, l’information et le management du trafic. Le système est embarqué sur la locomotive, localisé en poste central, d’aiguillage et au passage à niveau. L’information électronique automatique audiovisuelle des voyageurs est diffusée. De la publicité, de sa représentation, Mr Legros a fait des recommandations, du conseil et une offre de licence auprès de la SNCF dès le mois d’août 1985. Il a présenté, aux années de 1990, son brevet à l’UIC de Paris, et auprès du GIEE ERTMS de Bruxelles.

Le train pendulaire à contrôle cinétique, mécanique était exploité. Mr Legros a proposé le train pendulaire à électronique active avec son contrôle de trajectoire, son circuit d’asservissement, de puissance des actionneurs du mouvement vectoriel spatial en 3D/T. Le train pendulaire Intervectoriel intègre le gabarit du train et la modélisation ferroviaire. Le système Intervecteur généralisé aux xn trains s’applique pour les projets européens ERTMS/ETCS datés de 1992. Mr Legros a étudié les antériorités ferroviaires pendulaires internationales. La licence du train pendulaire électronique et de son logiciel a été présentée à la SNCF et aux industriels.
M. Legros est le seul auteur inventeur du dispositif Automatic Identification System AIS, des réseaux TDMA / MDMA et du système d’exploitation maritime spatiale. Il a présenté en Europe à Bruxelles sa solution pour les navires, les stations, les ports et les aéronefs de sauvetage en mer. Il a imposé ensuite son système pour la surveillance, l’information maritime, l’anticollision et la navigation maritime mondiale. Le système intègre le GMDSS Global Maritime Data Safety System, le VDR Voyage Data Recorder, l’expertise ou la télé expertise. Le dispositif renforce les conventions SOLAS et MARPOL en intégrant la directive des AIS rés. A.917(22). Les AIS sont enregistrés en France aux registres des Affaires maritimes, de l’ANFR. Les affaires maritimes des Etats, l’OMI de Londres et l’UIT de Genève tiennent le compte de l’effectif des dispositifs exploités dans le monde. Les AIS ont un label, ils sont certifiés par des organismes agréés, tels le Bureau Veritas, le Det Norske Veritas, la Lloyd’s Register, le Germanischer Lloyd. Les AIS sont exploités en mer, estuaire, sur fleuve et rivière. En 1985, c’est la navigation à vue ou à l’estime avec l’instrumentation et le relevé de la route sur carte marine qui étaient exploités.

Le brevet et le logiciel Legros Intervecteur est appliqué pour l’air et l’espace. Le système contrôle l’intégrité, l’attitude, la position volumétrique autorisée, interdite de l’aéronef, la commande de pilotage, le contrôle de la trajectoire. L’électronique Legros, le bus, les instructions, le logiciel, le circuit d’asservissement de puissance, contrôle la motorisation de type FADEC Full Authority Digital Electronic Control, les actionneurs d’inverseur de poussée, d’aile, de dérive, de train d’atterrissage, de roue et de liaison au sol. Les réseaux Legros tdma, cdma, fdma et mdma sont exploités pour la navigation, le management du trafic aérien, l’anticollision des avions en vol, en zone aéroportuaire, l’expertise et la télé expertise. Le système intègre les données intervectorielles satellitaires, et radar des xn-avions, et le gamma, oméga L(g,wL)n. Auparavant, les pilotes et le contrôle aérien utilisaient les informations de l’instrumentation de bord, le VOR, l’ILS, les balises, le radar, les cartes aériennes pour le relevé, et les liaisons sur une fréquence radio. De la publicité internationale, de la représentation, le système a été proposé à EADS et à Eurocontrol.

Les drones de Legros sont sécurisés, autonomes à signal Sigma L (sL). Ils se composent d’un système d’alimentation ou de capteur solaire nécessaire au fonctionnement des huit (8) circuits électroniques. Les groupes d’instructions intervectorielles ou le logiciel de pilotage sont embarqués ou distants. Le bus, les réseaux de télécommunication Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma  sont utilisés pour l’anticollision spatiale, la visionique, le système d’information électronique automatique numérique. La diffusion de l’information est originale, nouvelle, ou les séquences audiovisuelles, cinématographiques, ou le film, sur l’Internet, et vers les satellites. Le schéma de Principe Fig. 5 Planche III/III du brevet français FR 2 586 845 en date de priorité le 27 août 1985.
©Gestion de cas de mouvement et arrêt sur rail   navigation satellitaire des trains Legros 1985
©Système Intervecteur électronique sur rail   circuits composants et fonctions Legros 1985

L’INGENIERIE DE TRANSPORT ET MISSIONS D’ETUDES (1992-2019)


M. Legros a été missionné pour encadrer des équipes de montage et de câblage à bord d’un paquebot. Il a fait certifier des installations électriques avec l’organisme agréé. Il a aussi repris les dossiers techniques d’ingénieurs d’affaires pour le service achat et la construction d’un paquebot de croisières aux Chantiers de l’Atlantique Alstom de Saint-Nazaire. Il imposera auprès de l’OMI l’exploitation, à bord des navires, de son brevet des AIS intégrant son œuvre d’art de l’Intervecteur (2002).


En mission informatique pour la société Permanence Européenne, il a réalisé la validation d’un logiciel de logistique industrielle développé par des informaticiens de l’entreprise Soflog-Telis. Il a développé des interfaces homme machine IHM, des requêtes SQL sous Visual Basic et Access. Il a procédé au debugging, à la compatibilité des programmes, à la mise en exploitation. Il est intervenu sur le site d’emmagasinage et de distribution.


M. Legros a fait des études techniques, financières, économiques de ses projets pour leur développement. Son ingénierie de transport couvre souvent d’importants projets en valeur financière, chiffrés ci-dessus. De ses applications, de son brevet et de son logiciel, des offres de licence, pour des projets de transport public, ont été soumises auprès des Ministères, de l’INRETS, de la SNCF, de la RATP, du CETMEF, du CNES, de l’ONERA, auprès de la Direction générale transport énergie, DG-TREN de Bruxelles.



LA PROPRIETE INTELLECTUELLE INDUSTRIELLE ET LA LICENCE


Rappelons que dès le dépôt de sa demande pour un brevet d’invention, M. Legros a fait la promotion de son système d’information ferroviaire et de sécurité anticollision. Il a fait les développements techniques, la consultation de fournisseurs, le chiffrage du projet et des offres de licence auprès des industriels et exploitants.


Il a ensuite demandé d’étudier attentivement l’étendue de la protection recherchée aux revendications, afin d’éviter tout risque de contrefaçon en ce qui concerne les systèmes développés qui pourraient, par inadvertance, se heurter à ses droits de propriété intellectuelle.


Informant aussi que toute exploitation de son brevet et de son œuvre d’art de l’Intervecteur sans son accord constituait une contrefaçon et que l’achat de la licence était obligatoire.


Homme du métier, consultant en automatique, électronicien, électrotechnicien, expert en informatique et en télécommunication, il a effectué une expertise technique, juridique de produits provenant de délits de la contrefaçon. Il a réalisé l’étude de l’état de la technique. Il a également établi la preuve judiciaire irréfutable par le tableau des ressemblances entre le modèle ou la matrice et entre les produits incriminés de contrefaçon ou de copies illégales. Il a rédigé les documents, fait le suivi de procédures pour faire valoir son droit.


M. Legros a passé au cours de sa vie autant de temps pour produire sa création intellectuelle industrielle du système de l’Intervecteur (1953-1985) que pour la défendre, son invention, son œuvre d’art et ses titres officiels, en sa qualité d’auteur et d’inventeur (1985-2019). Le brevet et l’œuvre d’art constituent de la loi un monopole industriel, les redevances en rémunération sont dues de toute exploitation.

©Aéronautique, avionique, télécommunication   spatiale, système Legros Intervecteur 1985
©Drone, avionique, télécommunication spatiale   visionique, système Legros Intervecteur 1985
©Navires amarrés à quai schématisés avec AIS
système de navigation et sécurité Legros 1985
©Méthanier GDF Suez schématisé avec AIS
système de navigation et sécurité Legros 1985

LA PRODUCTION ET LA CERTIFICATION FRANCE ET EXPORT (1971-1981)


M. Legros a exercé, dès 17 ans, son métier suite à ses examens et à ses tests professionnels réussis. Ayant une maturité d’esprit, une personnalité et des capacités reconnues, c’est à son domicile que l’on vint le recruter pour Sud-Aviation de Saint-Nazaire qui allait devenir Aérospatiale et EADS.


Sa formation, sa pratique le rendaient directement opérationnel pour des fonctions techniques, en électrotechnique, en mécanique, en automatique, en électronique et numérique. Les technologies de l’électronique faisaient des premiers pas dans l’industrie. L’émergence de cette nouvelle technologie fit naître des applications à solutionner et à exploiter. Il voyagea ensuite en France, à l’étranger pour résoudre des difficultés techniques, commerciales, pour former des ingénieurs et des techniciens.


Il a constaté que l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur, son invention, sa science, sa mathématique physique et sa technologie n’existaient pas sur les installations, sur les machines, sur les systèmes, dans l’industrie aéronautique, navale, de l’automobile, du ferroviaire, sur les équipements informatiques et de télécommunications. Il fit un constat identique des sciences, des technologies mondiales qu’il connaissait et pratiquait. Le terme de navigation n’était pas utilisé par les opérateurs pour exploiter les systèmes.


Rappelons que pour détecter des mobiles, des dangers ou obstacles, le ferroviaire utilisait des réseaux électriques, des dispositifs électromécaniques et la signalisation. Le maritime et l’aérien utilisaient la VHF, l’instrumentation de bord et le radar. C’est le champ visuel et la signalisation latérale, horizontale qui étaient utilisés pour le pilotage de l’automobile construite principalement à partir de composants mécaniques et électriques.


Pour éviter les collisions, ou dispositifs d’anticollision, les systèmes industriels exploitaient des circuits électriques, des fins de course électromécaniques, des capteurs électromagnétiques de proximité, des radars de portée métrique de ponts roulants, des automates, des systèmes de robotique et CNC Computer Numerical Control programmés. Il n’est pas connu d’autres systèmes, d’autres réseaux, d’autres résolutions ou données exploités, soit l’absence de solution ou le néant.


Le système qu’il a développé est unique, compact, dispose d’un modem L intégré, d’un bus, de réseaux de télécommunication, d’un circuit d’asservissement ou d’une logique de fonctionnement, de connecteurs intégrés pour l’alimentation, les périphériques de télé multipointeurs d’écran ou pad, de la mémoire, de la vision ou de la caméra audiovisuelle de l’écran, pour l’émission et la réception aux circuits électroniques de 1 à 8 de la figure 5 de la planche III/III de la publicité des brevets nationaux FR 2 586 845.

  

Ce schéma de principe présenté ci-contre des circuits électroniques intégrés est compact ou réduit sur les ordinateurs, les calculateurs en local ou en embarqué sur les satellites. Il est éclaté pour des applications distantes, conséquentes, pour le bus, l’asservissement, le fonctionnement à pilote manuel, semi ou automatique des voitures, des métros, des trains, des navires, des avions et des lanceurs de satellites.


Dans toute sa composition scientifique, technique, le système de Legros de l’Intervecteur revendiqué embarqué ou localisé est bien un système original, nouveau, sans une existence ou sans une exploitation antérieure. Le système de Legros de l’Intervecteur est protégé par la loi sur le droit d’auteur ou le copyright au jour du dépôt légal le 27-08-1985.


Convaincu de la nouveauté, de l’activité inventive, de l’application de son invention dans l’industrie où il est intervenu, il fit une demande pour un brevet d’invention auprès de l’INPI Institut National de la Propriété Intellectuelle de Paris. De sa recherche documentaire, de la publication de deux Rapports de recherche internationale en France, à l’étranger, ses vues affirmées étaient plus que vérifiées sur sa théorie et ses applications (1985-2019).  



LA CARRIERE INDUSTRIELLE HAUTE TECHNOLOGIE ETUDES RECHERCHE


Aux § suivants, le parcours professionnel de M. Legros dans l’industrie de la haute technologie de l’aéronautique, de la construction navale, mécanique et d’énergie, de l’armement de navires, des calculateurs, du matériel de défense est unique tant par son ampleur, par sa connaissance de milliers d’installations, d’équipements étudiés, visités que par sa maîtrise des sciences, des techniques et des systèmes exploités.


De sa recherche en qualité d’inventeur indépendant d’un problème de circonstance, d’actualité qu’il a su posé différemment, sa solution complète scientifique, technique est tout aussi unique. La science, la technique et l’industrie concernée n’ont pas apporté de solution à l’actualité du moment, la sécurité dans les transports, l’automatique et la détection pour éviter les collisions.


M. Legros a présenté son Système Intervecteur dans le ferroviaire comme un système d’information transcontinental, multi opérateurs résolvant aux groupes d’équations intervectorielles la navigation, l’asservissement électronique de la trajectoire spatiale 3D, le pendulaire, la détection du gabarit et la sécurité anticollision des volumes en mouvement.


Suite aux catastrophes ferroviaires particulièrement de l’année de 1985, les exploitants SNCF, RATP, les industriels ALSTOM, Jeumont-Schneider, Thomson, MATRA, CSEE, SOFRERAIL, SYSTRA, Westhinhouse, Bombardier, ASEA, Fiat Ferroviaria, Ansaldo, MIitsubishi, Hitachi, ABB, AEG, Siemens, et cetera  du ferroviaire n’ont présenté aucune solution technique innovante d’une invention ou d’un brevet pouvant être opposable à M. Legros, à son brevet français FR 2 586 845.


Alors qu’il proposait d’équiper les trains d’un système nouveau, directement opérationnel, pas encore breveté, mais en avance technologique sur son temps ; les gouvernements successifs, les exploitants ont décidé le déploiement des systèmes existants éprouvés, le bloc automatique, le téléphone mobile cellulaire analogique GSM 400 en cabine et la suppression des passages à niveau à risque. Le constat est identique à l’étranger, et pour l’exploitation du rail international.


M. Legros a initié l’Europe de la publicité de son brevet et de son projet baptisé Archos. Il a fait, le 16 mai 1994, une offre commerciale de licence tout en informant la Commission Européenne CE, la Direction Générale des Transports et le GIEE de Bruxelles que les projets européens ferroviaires ERTMS Euopean Rail Traffic Management System, ETCS European Train Control System, le projet spatial de géolocalisation ou le projet Galiléo nécessiteront son système d’équations mathématiques universelles et ses brevets. De la publicité, le brevet français et le droit d’auteur produisaient leurs effets au 27 août 1985.


L’invention et l’œuvre d’art du Système Intervecteur révèlent ce parcours hors du commun dans l’industrie, la recherche scientifique et technique. Ses écritures, ses instructions, ses règles, ses plans pour résoudre le problème complexe posé dans le plan ou l’espace sont signés de sa capacité intellectuelle, de sa connaissance universelle, de son savoir-faire de l’industrie ne se trouvent nulle part ailleurs, sans antériorité ou le néant.  


Le Système Intervecteur entièrement original, nouveau par rapport à l’état des sciences et des techniques est en rupture avec la technologie habituellement exploitée ou empirique, il n’y a aucune opposition de tiers sur plus de trente années.


Ce qui se fait de mieux, ce qui est exploité, aujourd’hui en 2019, dans l’industrie, dans la société est ce que M. Legros a proposé, le 27 août 1985, dans sa demande pour un brevet d’invention. Il est bien compréhensible que son avance intellectuelle, scientifique, technologique n’a pu que laisser ses interlocuteurs dans la perplexité, l’incertitude et l’interrogation eu égard aux pratiques courantes, aux développements techniques, aux échecs notoires et aux exploitations de l’industrie.     


Le Système Intervecteur est un système intelligent décisionnel électronique. Le principe fondamental aux groupes d’instructions de l’œuvre d’art et des brevets d’invention nationaux est explicite ; il est qualifié d’Intelligence Intervectorielle.


L’Intelligence Intervectorielle de Legros embarquée, localisée résout ce que l’homme ne peut résoudre, notamment le fonctionnement de sécurité du système, l’anticollision plane ou spatiale, l’erreur humaine, technique. - publicité du brevet français FR 2 586 845 au 27-08-1985.


Rappelons les pages de ce site, M. Legros seul pouvait avoir ce constat de ses études, de sa recherche, de ses développements scientifiques, techniques et de sa propre initiative déposer une demande de brevet d’invention pour obtenir l’exclusivité de son exploitation.


Du Système Intervecteur, toute exploitation ou reproduction ou représentation ou diffusion, intégrale ou partielle, sans l’accord de M. Legros est illégale ou porte une atteinte au droit de l’inventeur, porte une atteinte au droit d’auteur.


Les copies du Système Intervecteur sont des produits de la contrefaçon, et la contrefaçon est un délit. L’œuvre d’art de Legros est protégée non autorisée, sous le droit d’auteur ou le copyright. Pour toute exploitation, le produit Système Intervecteur est à titre onéreux.  



LA CARRIERE LE BREVET ET L’ŒUVRE D’ART (1982-2019)


Propriété intellectuelle industrielle du Système Intervecteur

Expert des techniques industrielles, numériques, informatiques et scientifiques, M. Legros a su rendre intelligible son invention, son œuvre d’art pour son application immédiate par l’homme ou le Collège d’hommes de science et du métier dans l’industrie. L’invention et l’œuvre d’art sont bien l’objet d’une exploitation industrielle de son système d’information, de navigation, de régulation, d’anticollision plane ou spatiale de une, deux, trois et n dimensions (1,2,3,nD).


Années de 1970, le bus électronique sur les calculateurs de l’industrie n’existait pas, les cartes de composants électroniques étaient câblées sur le rack électronique. Les systèmes n’étaient pas synchronisés sur le temps T0. Le bit n’était pas codé (0,1,n, …). La vitesse de transmission d’information dans les télécoms était de 1200 à 2400 bauds. Cette technologie originale, nouvelle des réseaux de télécommunication a été pensée par M. Legros aux années de 1969 à 1971 ; elle est contenue au brevet français FR 2 586 845 au 27-08-1985.


Dans le domaine des commandes numériques CN, des calculateurs CNC, M. Legros a exercé dès l’année de 1971 dans l’aéronautique. Il est intervenu dans tous les secteurs économiques, industriels de la production en France, à l’export. Il avait l’expérience de l’évolution des techniques et de l’innovation.


En 1985, l’auteur inventeur avait la connaissance des systèmes de l’industrie, ainsi que de ceux de l’informatique, des composants électroniques et des télécommunications. A cette époque, on comptait plus d’une vingtaine de constructeurs de CN, CNC aux USA, en Europe et en Asie. En informatique, télécommunication, il y avait un nombre important de constructeurs d’ordinateurs, de matériels de télécommunication, de sociétés de services en informatique et ingénierie SS2I.


La concurrence était vive dans l’industrie de haute technologie. Dans le monde, il y avait des millions et des millions de techniciens, d’ingénieurs et de chercheurs qui travaillaient dans l’industrie de l’électronique, des systèmes, des télécommunications et du logiciel, plus les exploitants de ces systèmes dans tous les secteurs économiques.


Les paragraphes ci-après présentent l’historique en partie et l’expérience scientifique polytechnique depuis les années de 1970 de l’auteur inventeur. Son dispositif électronique breveté est entièrement original, nouveau, en rupture avec la technologie exploitée et la pratique.


Sa théorie Métamathématique - la branche mathématique physique du calcul intervectoriel, la vectorisation, l’intervectorisation, la résolution, l’application - est concrète, efficace. Le dispositif électronique de sécurité porte sur le matériel ou le hardware, le bus, les instructions, le système d’exploitation, d’information, les données, le logiciel ou le software, les réseaux de télécommunication locale Wi-FI, les réseaux de télécommunication de la téléphonie mobile, de longue distance, et sur l’Internet. Le système transmet pour résoudre de sa résolution intervectorielle en émission-réception vers les mobiles, les ordinateurs, les centraux, les périphériques, les lanceurs, les satellites ou les sondes spatiales.


M. Legros est l’auteur inventeur indépendant du système électronique de sécurité comprenant l’invention et l’œuvre d’art qu’il a déposé en main propre dans une demande pour un brevet d’invention au numéro d’enregistrement 85 12780, le 27 août 1985 à 15 heures, à l’INPI de Paris France (publicité nationale et internationale du brevet).



LA CARRIERE INDUSTRIELLE HAUTE TECHNOLOGIE FRANCE EXPORT (1971-1981)


Calculateur de production industrielle (1979-1981)

M. Legros avait en charge en qualité de responsable technique France export des commandes numériques, des calculateurs installés, CNC/DNC de 10-axes et plus sur le support mécanique. Il procédait à l’interfaçage électronique, à l’intégration du hardware, du software et au dépannage. Il faisait de la mesure physique, du contrôle laser, des essais en production. Il est intervenu dans la métallurgie, la sidérurgie, l’énergie, le nucléaire, l’armement, les arsenaux, l’automobile, le ferroviaire, la navale, l’aéronautique, etc. Les calculateurs recevaient la certification ISO. Il a fait de l’assistance technique, de la formation dans les pays de la CE et en Russie, il a participé à des salons pour la filiale de Vanves de la Société Elettronica San Giorgio Elsag, de Gênes en Italie.


Armement de navires et de plates-formes (1976-1979)

Il avait en charge en qualité de chef de chantiers navals France export, le management des équipes, l’armement de navires, de plates-formes offshore et les essais. Les apparaux électroniques de bord étaient des grues de 25/40t simples, jumelées ou duolift équipées de spreader, des mâts de charge de 150 t, des treuils d’amarrage, des guindeaux d‘ancrage, l’instrumentation de chaîne filée de mouillage et le contrôle en passerelle. Il est intervenu à quai et en mer sur les pétroliers de 500 000 t de type Batillus, sur les portes-conteneurs, les minéraliers, les paquebots, les ferries, etc. Il a procédé aux certifications de plus de 60 installations avec le Veritas, la Lloyd, le Germanischer Lloyd. En valeur réelle, c’est 40 M€ de matériel embarqué qu’il a installé pour la société BLM Jeumont-Schneider à Nantes.


Chantiers navals production mécanique et énergie (1974-1976)

Il a été responsable en maintenance de quart du site, il intervenait sur les commandes numériques CN, calculateurs CNC-3D, sur les machines électroniques de production mécanique, navale, nucléaire de grande capacité. Il a étudié, réceptionné des ponts roulants de levage de 400 Tonnes. Il a procédé à de la production en énergie sur les bancs d’essais de turbines et moteurs diesel Pielstick de 23 500 kw. L’électrotechnicien est intervenu dans la centrale électrique sur l’instrumentation, le dispatching, et il a pratiqué le contrôle industriel aux Chantiers de l’atlantique Alstom de St-Nazaire.


Service national (1973-1974)

M. Legros appelé, a été incorporé au 120ème RT de Fontainebleau Régiment du Train, puis affecté au GMR3 Groupement des Moyens Régionnaux de la Troisième Région Militaire basé à Rennes (classe 10), et libéré le 01 octobre 1974. Il était réserviste du service de défense jusqu’à l’âge de 50 ans. Employé qualifié de Brissonneau & Lotz Marine S.A., il était classé dans l’établissement en 1976, dans l’affectation collective de défense du Ministère du développement industriel et scientifique.


Industrie aéronautique (1971-1973)

Il a été responsable de maintenance en 3x8 des ateliers d’usinage, de formage et de montage du site aéronautique, il a mis en conformité avec l’Apave des équipements industriels. Il a fait du contrôle technique sur des presses de 200 à 800 Tonnes et sur des machines à reproduire. Il est intervenu pour la réception, la certification de machines gantry équipées de CN-3D. Il a étudié, réalisé le retrofit, le remplacement des automatismes de machines hydrauliques, électromécaniques, électroniques à commande numérique pour la production des avions Concorde, Airbus aux usines de l’Aérospatiale EADS de St-Nazaire.


©Porte-conteneurs armement BL Marine
 grues 25-40T spreader, amarrage et ancrage
©Plates-formes de forage armement BL Marine    apparaux de levage, d’amarage et d’ancrage

LE MANAGEMENT ET L’INGENIERIE DE PROJETS (1981-1992)


Ingénieur en propriété industrielle, inventeur indépendant, il a rédigé une demande de brevet d’invention qu’il a déposé à l’INPI de Paris. Il a effectué la procédure administrative, technique et de traduction. Il a obtenu les titres officiels nationaux du brevet d’invention. Consultant en sécurité, gestion ferroviaire, télécommunication, signalisation, régulation numérique, il a eu des rendez-vous, fait des présentations dans le but de procéder à une cession de licence de son brevet, de son logiciel, aux constructeurs et aux exploitants du ferroviaire, à Paris et en province.


Consultant d’un Cabinet régional, il a répondu à un appel d’offre de la DRIRE Réunion pour la logistique, la maintenance industrielle sur l’Ile, et il a fait des études pour des équipements industriels auprès de gands comptes, EDF, SRPP, CCI Réunion, etc.  


Directeur de projet informatique, il a organisé la réception, la gestion de plus de 1 million de tonnes de canne à sucre, réparti sur 10 sites. Il a vérifié, remis en service les équipements informatiques, les périphériques, les bascules de pesage, le réseau de lignes spécialisées LS des Télécommunications, dans chaque centre de réception. Plus de 10 entreprises sont intervenus sur le projet pour le démarrage le jour J du début de la campagne sucrière. Il a réalisé la pré-étude de la GMAO des usines de raffinage du groupe ISB La Réunion. Responsable commercial de la société de service informatique du groupe, il a répondu à des appels d’offres pour la vente de matériels informatiques, de logiciel, de prestations intellectuelles sur La Réunion, Madagascar et sur la zone de l’Océan indien.

Dans le domaine de l’énergie solaire, il a fait une étude de stockage hydraulique pour la production, la distribution d’eau chaude et une offre auprès du CHR de l’Ile de La Réunion. Il a également réalisé les études et installations électriques, en courant fort et en courant faible, des visites et réunions de chantiers, des études de sécurité périmétrique volumétrique de bâtiments, d’entreprises industrielles et de stockage.


En qualité d’ingénieur d’études, il a répondu à un dossier d’appel d’offre, en anglais, concernant les équipements de péage, de contrôle, de régulation du trafic, de télécommunication, d’éclairage et d’énergie d’une voie express, à Bangkok  en Thailande. Il a consulté les entreprises, rédigé les spécifications techniques et financières, étudié l’ingénierie du projet, son exploitation par phase de construction, d’un total chiffré à 55M€. Suite à cet appel d’offre, il a étudié l’avant-projet de l’autoroute A 86, au sud de Paris, pour la société Scétauroute à St-Quentin-en-Yvelines.


Directeur Commercial de la société Halbronn SA à Nogent/Marne, il a réalisé la vente de machines outils, de CNC/DNC, de CAO et de robotique. Il a managé des cadres, ingénieurs d’affaires et commerciaux. Il gérait les offres, et support technique, il participait à la négociation entre le Japon et la CE. Le chiffre d’affaires réalisé était de 35M€.

Professeur conférencier en Ingénierie marketing, de niveau master, pour des produits de haute technologie, il a enseigné sa méthode, fait des études de cas, organisé des TP auprès des écoles supérieures de commerce et des écoles d’ingénieurs. Il est intervenu au CNAM, à l’IESTO, au CESI, à l’ESDE et à l’IDRAC de Paris et de Nantes. Il a écrit un ouvrage de 250 pages dans le but par l’édition de transmettre sa méthode. Son livre, son système d’exploitation, ses réseaux et son logiciel d’application Ingénierie marketing sont sous la licence.



CONSTELLATION LEGROS DE SATELLITES  

La résolution intervectorielle
Les satellites x1, x2, …, xn
Le système de huit circuits élecroniques
Le bus et les télécommunications
tdma cdma, fdma, mixte mdma
Le signal (sL) synchronisé, codé
Le coefficient gamma, omega (g,wL)
Les éphémérides et données numériques
L’anticollision de satellites
La vision, la reconnaissance de forme
Les erreurs Sigma (Se), la correction
du temps (TD), de la distance (dD), etc.

Brevets Legros FR 2 586 845 27-08-1985

©Système Intervecreur constellation de satellites (1971-1985)

   brevet FR 2 586 845 déposé le 27 août 1985 à Inpi de Paris

LE SAVOIR-FAIRE DE L’AUTEUR INVENTEUR DE L’INTERVECTEUR


M. Legros a ainsi exercé son activité sur des systèmes complexes dans l’industrie. Ces systèmes exploitaient plusieurs technologies pour aboutir au fonctionnement et au résultat. La mise en œuvre de ces systèmes nécessitait le savoir-faire de plusieurs entreprises, de plusieurs ingénieurs, techniciens et une maîtrise en ingénierie industrielle.


Il intervenait seul sur les installations, sur les matériels de puissance de moteurs, en mécanique, électrotechnique, automatique. Il intervenait également sur l’électronique, la particule du signal, le contrôle, le réglage, le paramétrage, le remplacement de composants ou de circuits intégrés de Central Process Unit CPU, d’interface, sur le bus et le réseau. Il est aussi intervenu sur des défauts de conception de matériel hardware, de connectique, de câblage ou de logiciel software intégré au système. Il se munissait d’un nombre de composants électroniques qu’il sélectionnait lors de ses interventions. Il a produit de la certification d’équipements ou d’installations avec le client exploitant et les organismes agréés en France et à l’étranger.


L’électronique voyait ses premières applications entre 1960 et 1970 dans l’industrie, l’automatique avec des soucis de conception ou d’exploitation à résoudre d’une technologie nouvelle à intégrer aux machines, aux équipements, aux formations ou aux habitudes de travail. De sa recherche, il connectait notamment le témoin lumineux ou led sur les circuits électroniques, le micro switch pour forcer le chemin ou l’activation, la mémoire sur circuit intégré pour détecter le signal. Tout ceci n’était pas encore implanté pour faciliter le diagnostic des systèmes, machines, installations ou son autocontrôle électronique renvoyant au message d’erreur. Aux brevets nationaux Legros viendra ensuite le concept nouveau de la boucle ou de l’injection électronique 2A de son signal original, nouveau Sigma L (sL) intervectoriel.


M. Bernard Legros est technologue, il a une formation, une connaissance de spécialiste, de généraliste des sciences et des techniques industrielles, il maîtrise les systèmes sous tous leurs aspects alors que les métiers tendent à se spécialiser de la complexité. Pour atteindre un tel niveau de compétence, de management des hommes dans le domaine de la haute technologie, il faut consacrer un nombre considérable d’heures de travail, d’études et de réflexion. C’est son invention, son œuvre d’art de l’Intervecteur qu’il imposera dans l’industrie de l’électronique, de l’informatique, des télécommunications et du transport.


En 1985, le système complexe comportant son œuvre d’art scientifique de l’Intervecteur qu’il a déposé à l’INPI et qu’il a fait breveter n’existe pas dans l’industrie. Il le savait très bien la nouveauté, il savait aussi que ce potentiel humain n’existait pas en un même individu dans l’industrie ou en laboratoire pour résoudre toutes les difficultés qu’il a rencontrées, qu’il a résolues dans sa demande pour le brevet d’invention.  


Son invention du système complexe est nouvelle, nécessite une activité inventive, est susceptible d’application dans l’industrie y compris l’agriculture. L’invention Legros avec l’œuvre d’art de l’Intervecteur est datée, signée, brevetée et exploitée sous le copyright.



LES AVANTAGES DE L’INVENTION ET DE L’ŒUVRE D’ART DE LEGROS


M. Legros, très expérimenté et organisé, a exercé dans l’industrie avec le souci de la rentabilité de ses équipes, de ses réalisations et de ses projets professionnels. De ses écritures, c’est de cette constance qu’il propose sa solution technique qualifiée d’être moins coûteuse, plus fiable que ce qui se pratique dans l’industrie.


Sa science mathématique physique et technique est avantageuse, largement appliquée dans le monde pour son efficacité, sa fiabilité. De leur originalité, de leur nouveauté, tous les produits Legros fonctionnent, sont rentables. Son système, sa télécommunication et son information sont uniques. Son alimentation solaire installée est appliquée aux mobiles en mouvement du plan ou de l’espace ou aux stations localisées (illustration ci-dessous).


De la loi, les redevances sont dues de toute exploitation, diffusion, représentation et reproduction, en date du jour de dépôt.



LE SYSTEME DE L’INTERVECTEUR D’UNE RAME SUR RAIL

L’ingénierie ferroviaire du système Intervecteur embarqué sur une rame, l’application des brevets nationaux FR 2 586 845 27-08-1985 - vue transversale et longitudinale

©Rame pendulaire position électronique active   contrôle spatial 3D/T anticollision Legros 1985
©Rame automatique réseau télécommunication    tdma,cdma,fdma,mdma,Internet Legros 1985

LA SPECIFICITE DES CONNAISSANCES DE L’AUTEUR INVENTEUR


Dans la haute technologie de l’époque, années de 1970, faisant souvent preuve d’adresse, d’ingéniosité et de création pour résoudre, M. Legros avait fait part à un collègue, lors de l’intervention sur un système de commande numérique équipant des machines de grande capacité : - « si je poursuis ainsi mes études et mes recherches, j’atteindrai très vite le plus haut niveau de la technique ».


Ayant l’aptitude à anticiper les événements ou à résoudre la difficulté technique, il atteignit le niveau fixé quelques années plus tard. Il construisit ensuite sa propre résolution scientifique mathématique physique appliquée à sa propre technologie. De ses écritures, de ses plans, sans autre artifice, le système Intervecteur plusieurs fois breveté surpasse la technique existante, s’applique directement et fonctionne sans aucun problème.



LE SCHEMA DE LA CONSTELLATION DE SATELLITES DE LEGROS BREVETEE

- Application de télécommunication, de navigation et de sécurité anticollision

Copyright © Constellation de Legros avec ses instructions et ses applications 1985

x21

x15

x08

   Constellation Legros intervectorielle de satellites            …            2A…            ou balises spatiales



Famille des brevets nationaux FR 2 586 845 date de dépôt le 27-08-1985

Système d’exploitation spatial d’information, de navigation, d’anticollision Intervecteur


Copyright©Bernard Legros 1985

x2                         Système Legros Intervecteur

système d’exploitation mathématique bus multipointeurs écran

8/P

2/E

4/M

5/D

6/CI

7/D

3/R

1/A

Réseau 2A de télécommunication Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma



xn+1

embarqué

sur mobile,

en local,

station,

central

huit(8) circuits électroniques en mode embarqué ou localisé


bus Legros du système Intervecteur

x1 référence terrestre,signal Sigma L (sL) synchronisé t0

codé (0,1,n)

gamma L (gL)

Depuis les années de 1960, de 1985 à aujourd’hui, Mr Legros est le seul à avoir l’étendue, la spécificité en science mathématique physique, en technique, en informatique et télécommunication, la connaissance approfondie des technologies appliquées dans l’industrie en Europe, en Amérique, en Asie, l’expérience des grands comptes de réputation mondiale, la faculté à résoudre des problèmes pointus, multiculturels qu’il a su par ailleurs tout aussi résoudre en intégralité de ses écritures, de ses résolutions, de ses plans et de ses schémas. Il a imposé au monde sa technologie originale, nouvelle.



LA RECHERCHE ET L’ETAT DE LA TECHNIQUE (1960-1985)


En France, en 1963 était créée la DATAR Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale pour développer particulièrement l’activité du transport. Sur l’impulsion ministérielle, des réunions inter entreprises avec des organismes de recherche spécifiques étaient organisées pour les projets d’automatisation. Aux congrès sur le transport et aux rencontres internationales les projets étaient présentés, les axes de recherche utilisaient la technologie disponible.


L’industrie ferroviaire étudiait, en 1965, l’automatisation du transport ou les projets PRT Personal Rapid Transit. La technologie du métro automatique VAL de MATRA était exploitée à Lille, en 1984. Le SACEM était à l’étude par MATRA, ALSTOM, SNCF et RATP, son exploitation deviendra effective, sur la ligne A du RER à Paris, en 1988. Le prototype de métro ARAMIS était expérimenté par MATRA, RATP et l’INRETS, sur le site d’Orly, puis sur le quai de Seine à Issy-les-Moulineaux, Pont Garigliano Paris 75015. L’échec, l’abandon et la destruction de ce prototype furent constatés, fin novembre de 1987, sans rien retenir de la conception, de la technologie de ce métro ARAMIS.


Tous les systèmes de transport ci-dessus ne disposent pas de l’information de droit d’auteur, notamment le temps T Alpha (Ta) d’attente, d’arrivée ou d’approche des mobiles, ne disposent pas des réseaux intervectoriels de télécommunication et du système d’information électronique automatique numérique ou de séquences audiovisuelles ou du film, sur l’Internet, et vers les satellites. Dans notre économie, le Système Intervecteur d’information présente un avantage indéniable, il a une très grande valeur (1964-1985).


Dans le transport, d’autres systèmes ayant longtemps été exploités auparavant (affiche, messages manuscrits, panneau coulissant d’information, rouleau à manivelle mécanique, tableau électrique, électromécanique) mettent en évidence cette innovation technologique de diffusion publique de l’information. Ce système de l’Intervecteur procure un avantage économique à l’exploitant et aux voyageurs. Cette information a un coût financier, le système est de plus en plus exploité qu’il en devient indispensable aux installations.


De 1960 à 1995, sur plus de 30 années, à raison de plusieurs réunions de professionnels par semaine, de techniciens, d’ingénieurs et scientifiques, étaient de plus organisés des confrontations d’idées, des démonstrations, des congrès entre  différentes spécialisations. Ainsi, des milliers de rencontres auraient été consacrées à ces échanges d’idées entre des plus diverses expériences, au plus haut niveau, tout en sachant qu’à l’étranger les recherches étaient tout aussi vives, sans que ne soit apportée la solution scientifique, technique de la conception, de la concrétisation d’une réalisation.

 

Des systèmes de transport étaient publiés par Siemens, par SEL Standard ElektroniK Lorentz repris par le Groupe Thales (anciennement Groupe Thomson). Les systèmes PRT de Boeing, Otis et de Bendix étaient étudiés, en 1972 aux Etats-Unis. Des systèmes de transports, de navettes d’aéroports, des PRT étaient aussi étudiés, publiés par les industriels. Dans le monde des conférences internationales sur le rail étaient organisées.  


En l’absence d’une innovation majeure, d’un résultat probant, ils furent quasiment abandonnés ou inexploités. Néanmoins, la technologie de l’époque était suffisante pour de tels projets, d’importants moyens leur étaient consacrés pour les voir aboutir vers des exploitations. C’est ainsi que des centaines de millions ont été investis, des milliers de scientifiques, d’ingénieurs et techniciens ont été employés sur ces projets français et étrangers, sur plus d’une vingtaine d’années, avec la présentation, la publication d’autres conceptions et d’autres systèmes.


Il est bien obligé de constater qu’au jour de la demande du brevet d’invention Legros, le système de réseau de navigation sur la planche de bord du mobile ou en station localisée, l’information électronique, automatique, numérique, audiovisuelle, terrestre, spatiale, sur la zone, sur l’écran graphique, le télé multipointeurs, l’activation, le basculement n’existaient pas. Et, que le système électronique produisant les informations décrites, originales, spatio-temporelles avec le pilotage, le contrôle, l’anticollision des mobiles évoluant les uns par rapport aux autres dans le plan ou l’espace, en 2/3/nD, n’existait également pas.



LA TECHNIQUE INFORMATIQUE ET DE TELECOMMUNICATION  EN 1984-1985


M. Legros a pratiqué l’électronique, l’informatique industrielle, le développement de programmes sur commande numérique CN, sur calculateur CNC. Il a fait en 1980-1981 une étude sectorielle sur les GRANDS SYSTEMES INFORMATIQUES. Il a étudié l’état de la technique des composants, des processeurs, des ordinateurs et logiciels.


Expert en informatique en 1984, il connaissait l’état de la technique de l’électronique, de l’informatique et du logiciel. Ses recherches ont porté sur les systèmes expert et l’intelligence artificielle. Il a créé l’instruction de branchement CAS ou CASE utilisée sur les systèmes d’exploitation, les langages de bases de données et de logiciel.


Dans le secteur de l’informatique les constructeurs de machines utilisaient des systèmes d’exploitation ou  operating systems. Chaque système d’exploitation était développé pour une machine ou pour un constructeur. Une uniformisation des systèmes d’exploitation émergeait avec UNIX, DOS, etc.


Une fenêtre de l’écran, le choix numéroté d’un menu arborescent, les touches fléchées du clavier étaient exploités par les operating systems avec les logiciels système, les logiciels d’application écrits par couche, subschell Unix, subdivision Cobol, subroutine, et en langage informatique. Ensuite ont été développées les bases de données relationnelles ou data-bases avec le langage de base de données SQL Structured Query Language.   


Le pointeur, daté de 1963, était un trait de position sur l’écran. Il n’a jamais été utilisé, commercialisé par les constructeurs d’ordinateurs et de PC Personal Computer pour le système d’exploitation, pour les applications aux USA, en Europe, au Japon.


Les réseaux Wi-Fi et Bluetooth n’existaient pas sur les machines. La liaison était principalement filaire avec un câblage à un modem, à un multiplexeur et à des périphériques. Des protocoles de communication permettaient les échanges de données. Le réseau Transpac™ (1978) était exploité. Des satellites de communication étaient intégrés aux circuits de transmission. Les liaisons en fibre optique se développaient.


Les constructeurs développaient les systèmes d’exploitation MVS Multiple Virtual Storage, VMS Virtual Memory System, DOS Disk Operating System, CP/M Control Program / Monitor or Microcomputer, UNIX Multi task / Multi user, GCOS General Comprehensive Operating System, etc.



L’INVENTION ET L’ŒUVRE D’ART DE L’INTERVECTEUR ANNEE DE 1985


C’est donc dans ce contexte que Mr Legros résolut les problèmes posés au monde du transport pour l’exploitation, l’automatisation, la communication et la sécurité. Il déposa sa demande de brevet d’invention, puis il obtint plusieurs titres de brevet d’invention en France, à l’étranger. Mr Legros sut saisir les bons interlocuteurs, qui le reçurent en étant à son entière écoute, pour promouvoir sa technologie.


De son savoir-faire, de ses connaissances, de son œuvre d’art, de la clarté de sa description, son invention et ses applications sont efficaces et fonctionnelles. Il informa du fait de capacités techniques originales nouvelles de son invention directement exécutable et opérationnelle dans l’industrie.


L’auteur inventeur de la construction scientifique et technique de l’Intervecteur a défini le système électronique, les instructions informatiques de sa résolution, le logiciel, les données numériques, le bus et les réseaux intégrés pour la systémique et l’évolution de mobiles, les uns par rapport aux autres, dans le plan ou l’espace. Il a publié seul de sa propre initiative son innovation technologique.


La présentation du Système Intervecteur à l’exploitant SNCF et aux industriels

Fin août, début septembre 1985, M. Legros a proposé la licence pour l’exploitation, intégrale ou partielle, de ses produits ; le titre de brevet d’invention de l’INPI ne lui ayant pas encore été délivré, ainsi que ceux de brevets nationaux demandés à l’étranger.

Le tableau ci-dessous a été présenté pour une application de son invention et de son œuvre d’art du Système Intervecteur. Une application du produit STANDARD avec OPTIONS permettait de couvrir immédiatement les besoins de la SNCF.


Aux revendications, les instructions scientifiques de la résolution intervectorielle (rail, route) résolvent en embarqué à bord du train et en local d’un passage à niveau PN l’automatique et la sécurité anticollision. Le circuit électronique d’asservissement de puissance et de logique de fonctionnement du Système Intervecteur contrôle, pilote les deux systèmes x1 et x2 localisé ou embarqué. - brevet Legros FR 2 586 845 figure 4 Planche II/III.


Le Système Intervecteur avec ses propres réseaux de bus, de télécommunication tdma, cdma, fdma, mixte mdma et de Wi-FI transmet les messages d’exploitation, de service, de navigation ferroviaire  visuels, auditifs au mécanicien, aux personnes transportées, aux voyageurs, à l’exploitant. Le système est manuel, semi automatique ou automatique, les informations sont alphanumériques, audiovisuelles.


Les offres de licence aux directions SNCF datées le 12 septembre 1985, le 29 novembre 1985 disent que « La syntaxe des messages sera souple, simple, compréhensive, adaptée au langage. Un glossaire des messages sera constitué bien que ceux-ci soient clairs et précis. Le système s’applique sans bouleverser les installations existantes et l’exploitation. M. Legros a fait part de son invention et de son dévouement pour la sécurité ferroviaire.


Le Système Intervecteur transmets les messages SMS d’exploitation, de sécurité sur le visualisateur en cabine de la locomotive ou sur l’écran de vision de l’ordinateur, et sur les adresses activées ou du numéro de portable informatique ou du téléphone mobile.


De sa technologie, de son système d‘exploitation, d’information électronique automatique numérique, de sa télécommunication mobile, de ses réseaux originaux, nouveaux, M. Legros a défini, dès 1985, l’envoi d’un nombre de messages de service courts SMS, de quelques mots, ainsi que des messages audiovisuels enregistrés pour les voyageurs.


Les SMS Short Messages Service sont exploités en des milliers d’envois chaque seconde dans le monde entier sur les réseaux de la téléphonie mobile tout en produisant un avantage économique et de sécurité.


La  technologie électronique automatique numérique du tableau, présentée aux directions de la SNCF, aux industriels par M. Legros définit : l’envoi de 20 messages courts sur les 6 visualisateurs, un enregistreur magnétique, le lecteur des messages, des asservissements du système. L’adresse, le numéro de téléphone est pour tous les systèmes (numéro de téléphone, de mobile, adresse IP Internet Protocole).


C’est cette technologie électronique automatique numérique qui est exploitée aujourd’hui dans le transport public et les télécommunications - Brevets français nationaux de la famille FR 2 586 845 et l’œuvre d’art de Legros le 27-08-1985.


En 1985, cette technologie de Legros de système d’exploitation, d’information, de télécommunication, de réseaux, de messages SMS Short Messages Services n’existait pas sur le combiné de téléphone des PTT, de France Télécom, sur la technologie mobile GSM Global system mobile, aux normes internationales de l’UIT Union Internationale des Télécommunications de Genève Suisse.


M. Legros a désigné VISUALISATEUR le produit original, nouveau du tableau, la langue française utilisant le mot visualisation - Les plans de fabrication de M. Legros sont datés aux cartouches et aux courriers (août-décembre 1985).


TABLEAU STANDARD / OPTIONS - visualisateur (6), lecteur (1),enregistreur (1), message SMS (20), asservissement (10) - Système Intervecteur © Bernard Legros 1985

©Gestion du trafic aéroport, avions et réseaux
 tdma/mdma, système d’informationLegros1985

SystèmeIntervecteur

©Aéroport-avion télécommunication tdma/mdma
  navigation aérienne satellitaire Legros 1985
 Résolutions Intervecteur
Système d’information électronique
automatique audiovisuelle
Pilote manuel, semi et automatique
©Port-navires télécommunication tdma/mdma
  navigation maritime satellitaire Legros 1985
©Système d’information code binaire messages
 navigation ferroviaire satellitaire Legros 1985

Copyright Système Intervecteur © Bernard Legros 1985

Tous droits de propriété réservés pour tous pays

En résumé, la propriété intellectuelle industrielle couvre :

. en premier lieu, l’œuvre d’art scientifique Métamathématique physique, la loi de Legros ;

. en second lieu, l’originalité du système d’exploitation Intervecteur intégrant le modem L avec écran, la résolution, le télémultipointeurs bidirectionnel ou le navigateur ;

. en troisième lieu, les réseaux de télécommunication tdma (T0), cdma (sL), fdma (nf), mixte mdma (wL) avec le coefficient gamma oméga rectiligne circulaire  (g, wL) ;

. en quatrième lieu, l’électronique, les instructions, les données, les résolutions intervectorielles originales et le logiciel sur tout support matériel ;

. en cinquième lieu, l’information électronique automatique numérique, les messages, les séquences audiovisuelles de navigation ou le film sur l’écran informatique, le synoptique ou l’Internet, et en liaison montante descendante vers les satellites ;

. en sixième lieu, les applications de gestion, de management, de pilotage, d’anticollision et de navigation des mobiles sur une zone dite de travail dans le plan ou l’espace e.



LA DIFFUSION INADMISSIBLE DE FAUSSES INFORMATIONS SUR L’INVENTION

ET SUR L’ŒUVRE D’ART DE L’INTERVECTEUR APPLIQUEES ET EXPLOITEES


Il y a 30 ans, les directions, les ingénieurs et les techniciens n’avaient pas l’expérience, la compétence, la connaissance et le savoir-faire de M. Legros pour maîtriser, exécuter un projet de A à Z dans les activités aussi variées des sciences mathématique physique, de l’électronique, de l’électrotechnique, de la mécanique, de l’automatique, du numérique, des télécommunications, de l’informatique, des systèmes, du logiciel, des langages et de l’instruction.


De l’état de la technique, des échecs, des abandons étaient constatés. Et, aucune demande de brevet d’invention n’a été déposée, aucun investissement n’a été réalisé d’un problème toujours posé de l’anticollision avec la résolution originale, nouvelle de Legros intervectorielle, son automatique, son information pour des applications aussi différentes, terrestres, routières, ferroviaires, maritimes, fluviales, aériennes et spatiales.


Dans le contrôle de la navigation, la prédominance des systèmes était principalement basée sur la détection électromagnétique, la technologie du radar avec le traitement d’un calculateur des données acquises. L’officier navigateur de bord relevait les instruments, corrigeait les coordonnées, le cap, la route, l’horaire, la position (le principe de la navigation maritime et aérienne).


En exploitation en 1985-1995, les systèmes aériens de navigation, d’anticollision utilisés étaient le Radar Radio detecting and ranging (1904-1942), l’ACAS Airborne collision avoidance system - brevet allemand N° 2 652 489 le 18-11-1976 - diffusion de l’altitude de l’avion sur la zone de 6 MN, la VHF Very high frequency, le réseau d’antennes Oméga, les balises VOR VHF Omnidirectional range, l’ILS Instrument landing system, etc.


La constellation de satellites, le système de positionnement différentiel spatial, le bus, les réseaux de télécommunication synchronisés, codés pour l’information électronique automatique numérique de navigation 3D, l’identification, la résolution du vecteur intersection ou de l’intersection intervectorielle ou de l’Intervecteur n’existaient pas en 1985. - brevets nationaux Legros FR 2 586 845 le 27-08-1985.


Faute d’un brevet d’invention à présenter, faute de compétence ou d’une incompréhension manifeste des écritures, des dessins, les titres officiels de propriété intellectuelle de brevets d’invention nationaux délivrés par l’autorité compétente en France, à l’étranger à M. Legros ont été difficiles à admettre d’énergumènes sans avoir à présenter une solution au problème posé.


La clarté de la description de M. Legros présente une invention qui est nouvelle, pas évidente, appliquée dans l’industrie, ainsi qu’une œuvre d’art originale, nouvelle, scientifique, d’instructions, de données numériques, de logiciel, de plans, de dessins et d’architecture.  


Les applications écrites aux brevets nationaux ont été incomprises : 1) l’existence du central ; 2) les groupes d’équations de la résolution intervectorielle, intégrale ou partielle, immédiatement reconnaissable aux paragraphes de la description ; 3) la résolution localisée ou généralisée, en embarquée ou en local ; 4) les schémas d’application de l’invention, de ses instructions, de ses données, de son logiciel ; 5) le choix de types de capteurs de précision infinitésimale, continue, différentielle ; 6) les télécommunications, le modem (le modulateur, le démodulateur), le signal Sigma L (sL) ; 7) l’emploi des huit circuits électroniques, l’architecture système, systémique ; 8) la vision du système, de l’application sur l’écran ; 9) la terminologie des sciences de l’ingénieur ; 10) l’état des sciences, des techniques au jour du dépôt.


Ne pas avoir la compétence ou ne pas être capable d’exécuter une invention nouvelle, complexe, susceptible d’application industrielle ou appliquée dans l’industrie ne rend pas pour cela le brevet nul si son inventeur sait l’exécuter ou si l’homme du métier ou le Collège d’hommes du métier savent l’exécuter avec leur seule connaissance.


Des écritures, paroles mensongères ont été écrites, dites, de fausses informations ont été diffusées, des négations de faits réels ou dénis de la publicité sont constatés. L’invention du système électronique de sécurité est caractérisée aux revendications être exploitée en embarqué ou en local. La résolution intervectorielle aux groupes d’instructions, au signal 2A, aux schémas existe en mode centralisé pour tous les mobiles (Ɐxn), en mode décentralisé pour les mobiles (x1) et (x2) dans le plan ou l’espace e.


Ce concept d’automatique synchronisé, codé, généralisé au monde, imaginé par M. Legros aux années de 1970, difficile à accepter de sa publicité en 1985, est depuis largement exploité, avec l’industrialisation de standards, la performance des systèmes et des réseaux de télécommunication intervectoriels, avec l’application de normes, de directives et de recommandations internationales.


L’invention et l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur ont été dénaturées, vidées de leur substance (les instructions et les symboles de la résolution intervectorielle, le central, les capteurs, les réseaux, les applications, les schémas). Ces dénis de la publicité sont des atteintes portées aux biens privés de la propriété intellectuelle industrielle, au potentiel scientifique et économique et au patrimoine culturel de la France.


La propriété intellectuelle de l’Intervecteur est en force l’objet illégal de l’exploitation, de la représentation, de la reproduction ou de la diffusion avec avantage, profit sans l’accord de M. Legros, sans le paiement des redevances  L’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur et son invention génèrent de la richesse dans l’industrie, y compris l’agriculture.



LA PUBLICITE NATIONALE INTERNATIONALE LE 27-08-1985


De la publicité nationale, internationale, toute copie ou publication ou appropriation dans la presse spécialisée du système Intervecteur de transport manuel, semi automatique ou automatique original, nouveau, de son mode de résolutions scientifiques intervectorielles sans le consentement de l’auteur inventeur Legros est interdite.


Le document n’est que consultable. D’autres systèmes et théories de transport ayant été auparavant publiés, expérimentés, exploités, abandonnés ou détruits.


De la publicité internationale du brevet français Legros FR 2 586 845, sans la licence obligatoire, le Système Intervecteur est une œuvre d’art protégée non autorisée.


Le système est autonome et sécurisé. Il est constitué de huit cartes électroniques qui ont été développées. Le système d’alimentation fournit de l’énergie électrique, du réseau, de batterie, de capacité, ou de capteur solaire (électromagnétique, optique, thermique) aux circuits électroniques. La puissance totale est adaptée aux besoins en énergie du mobile en mouvement dans le plan ou l’espace. Le système est présenté compact sur le schéma de principe des brevets nationaux Legros.


Ses instructions, ses données, sa résolution au logiciel sont originales sur tout support de sa technologie. La sculpture électronique de son système, l’architecture systémique pour tous les systèmes sont définies et signées.


Son télé multipointeurs à résolution intervectorielle variable, par exemple à capteur résistif, inductif, capacitif, optique, etc., est la souris de l’écran mouse filaire, sans fil wireless, bidirectionnelle ou le mouvement sur le pad intégré.


Son système Intervecteur sous le droit d’auteur est complet, directement exploitable. Il précisa tout cela à ses interlocuteurs, sans tarder, ce qui est présenté aux pages et aux illustrations de ce site. Le télé multipointeurs Legros est pluriel ou mice, il utilise sa résolution intervectorielle, ses propres télé réseaux bidirectionnels ou Wi-Fi, son activation, son basculement, ses switchs, sa molette, son mouvement quelle que soit la technologie.


Les problèmes posés au jour du dépôt de la demande d’un brevet d’invention étaient nombreux sans aucune publication de résolution, de solution ou d’antériorité malgré des recherches importantes, une vive concurrence dans le secteur informatique, des ordinateurs et périphériques, des télécoms, du transport, de l’industrie et de la défense.


De sa publicité, la loi de Legros de l’Intervecteur a fondé son œuvre, a bien ancré son invention dans les esprits des ingénieurs pour des applications industrielles, intégrales ou partielles, aux années de 1990 à 2000. Répétons que son œuvre d’art est originale, son invention est nouvelle, elle résout des problèmes complexes posés sans solution, elle est appliquée dans l’industrie.


La suppression des emplois liée au tout automatique lui a bien sûr été opposée. M. Legros précisa les mutations technologiques, le commerce à l’exportation et la vitrine d’un savoir-faire français. De ses prédictions, l’invention de Legros de l’Intervecteur est effectivement la source de nouveaux métiers, de nouvelles spécialisations, de nouveaux langages, d’un nouvel enseignement et de nouvelles normes.


Il est indiscutable que de la publicité Legros, de son œuvre d’art et de son invention, les applications intervectorielles exploitées sont de plus en plus nombreuses, elles sauvent chaque jour des milliers de vies humaines, protègent l’humanité, l’environnement de la planète. Des économies en matières premières, en ressources énergétiques sont réalisées dans le transport, l’industrie, l’agriculture, les services, la défense, les télécommunications, les technologies de l’information et de la communication.


De ses écritures, la création Legros est un succès qui est confirmé dans le transport, l’industrie, les télécommunications et les services. L’Intervecteur, de son emploi, est l’objet de la certification et d’un label. De la publicité, les nouveaux produits et logiciels Legros ont été déposés conformément d’abord dans le pays d’origine en France, puis à l’étranger.


Les revendications des brevets nationaux FR 2 586 845 et le schéma de principe figure 5 planche III/III pour la constellation Legros intervectorielle de navigation ci-dessus n’ont pas d’existence antérieure. Copyright © Constellation Legros de navigation brevetée 1985


De droit, la mention de l’auteur inventeur doit être apposée ainsi sur toute exploitation de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur ou son copyright.



UNE ŒUVRE D’ART PROTEGEE PAR LE DROIT D’AUTEUR OU LE COPYRIGHT


De la loi du Code de la propriété intellectuelle, l’œuvre d’art du schéma de principe, du dessin ou du plan d’exécution de l’invention ci-dessous est considérée être une œuvre de l’esprit originale, nouvelle protégée par le droit d’auteur ou le copyright.


De la publicité nationale, internationale de M. Legros, le Système Intervecteur, les huit circuits électroniques (8) du schéma de principe, résout dans le plan ou l’espace e le signal synchronisé, codé, la liaison du circuit bus du système, la liaison ou la télé liaison, locale ou distante, des réseaux de télécommunication de tous les systèmes, des satellites, de la systémique, les modes de fonctionnement, d’exploitation, d’application manuelle, automatique, de sécurité, de navigation, de détection, d’activation, d’anticollision, les modes de diffusion de l’information, les messages, le dialogue, les séquences audiovisuelles, cinématographiques ou le film déterminés aux écritures scientifiques, techniques, d’instructions et de données de la description de l’invention par l’auteur inventeur au jour du dépôt de sa demande pour un brevet d’invention le 27-08-1985.


LA PROPRIETE INTELLECTUELLE LEGROS ET LA PUBLICITE


De la publicité, la demande a été publiée en la date de priorité auprès de Institut National de la Propriété Intellectuelle INPI de Paris France ; Office Espagnol de Patents et de Marques OEPM de Madrid Espagne ; Office Européen des Brevets OEB de Munich Allemagne ; Office de la Propriété Intellectuelle du Canada OPIC de Gatineau Québec ; Patent Cooperation Traity PCT de Washington USA ; Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle OMPI de Genève Suisse, le 27 août 1985.


Pays désignés au Patent cooperation treaty PCT

Autriche(AT*brevet européen), Australie(AU), Belgique(BE*), Bulgarie(BG), Brésil(BR), Suisse(CH*), Allemagne(DE*), Danemark(DK), Finlande(FI), France(FR*), Royaume Uni(GB*), Hongrie(HU), Italie(IT*), Japon(JP), Corée du Nord(KP), Corée du Sud(KR), Luxembourg(LU*), Principauté de Monaco(MC), Pays-Bas(NL*), Norvège(NO), Roumanie(RO), Suède(SE*), Etats-Unis d’Amériques(US), Russie(SU), Pays(PAYS*) signataires de la Convention sur le brevet européen CBE, le 18 juillet 1986.



INVENTION TECHNIQUE ET ŒUVRE D’ART

Copyright Intervecteur © Bernard Legros 1985

Tous droits de propriété réservés pour tous pays

ACTIVITE INDUSTRIELLE ET NUMERIQUE (1971-2019)


LA LICENCE DE L’INTERVECTEUR ET LA CANDIDATURE A PROJET

Professeur consultant, en cessation d’activité des travailleurs de l’amiante en 2012, puis en retraite en 2014, il est possible à M. Bernard Legros, conformément au droit, d’exercer aujourd’hui son art sur des grands projets nécessitant la licence de sa propriété intellectuelle, industrielle de droit exclusif ou son expertise.


Le Code des marchés publics stipule que les marchés peuvent être négociés sans publicité préalable et sans mise en concurrence lorsqu’ils ne peuvent être confiés qu'à un opérateur économique déterminé pour des raisons techniques, artistiques ou tenant à la protection de droits d'exclusivité. De nombreux projets dans le transport terrestre (ferroviaire, routier), maritime (mer, ports, fleuves et canaux), aérien, spatiaux, dans les télécommunications, la défense, l’équipement et l’industrie sont soumis aux procédures du Code des marchés publics et aux droits d’exclusivité.


Il n’y a qu'un opérateur économique pour le système d’exploitation, d’information, de navigation maritime satellitaire du dispositif des AIS protégé par des droits d'exclusivité. Les AIS sont exploités à bord des navires civils, militaires, à bord des bateaux pilote, des navires de la SNSM, dans les stations CROSS, les ports de commerce, sur les phares et balises, à bord de l’aéronef de sauvetage en mer.  Est sous ce droit exclusif de M. Legros la directive Rés. A.917(22) de l’OMI et son application mondiale au 01 juillet 2002.


La constellation de Legros de satellites notamment pour la position 3D différentielle, infinitésimale en continu est brevetée de sa Métamathématique, de ses groupes de résolution intervectorielle spatiale, de son système électronique automatique numérique d’exploitation, d’identification et de télécommunication. Le système se positionne, est autocontrôlé, les données numériques de la constellation sont contrôlées, corrigées en permanence. Après la publicité du brevet Legros, la constellation européenne Galliléo, initialisée en 1998, est en construction depuis 2011 pour une exploitation en 2020.


Le Système Intervecteur de navigation terrestre, maritime, aérienne et spatiale sur l’écran de la planche de bord, de la station du brevet français Legros FR 2 586 845 est original nouveau. Il n’y a pas d’antériorité, de publication ou de plan de ce système complet de navigation. M. Legros a demandé un brevet pour son système de sécurité anticollision et de navigation spatiale, avec toutes les caractéristiques scientifiques, techniques de l’invention déposée le 27 août 1985,  brevetée le 23 octobre 1987 en France, et de brevets nationaux.


De la publicité internationale, le 06 mars 1987, de la Métamathématique universelle de Legros, de son système électronique automatique numérique d’exploitation, d’information, d’identification, de son codage, de son signal Sigma (sL) codé, synchronisé, de son coefficient d’accélération (g, wL)n, de ses réseaux de télécommunication, de ses données originales, nouvelles, de ses plans, etc., il n’y a pas d’opposition de tiers.


Les antériorités spatiales de son brevet d’invention sont la balise Argos™ d’un projet commun du CNES et de la NASA, avec un centre de traitement des données recueillies des satellites (1978). Le projet d’Initiative de Défense Stratégique IDS Star Wars est d’application militaire (1983). Le GPS militaire américain de 1978 est en exploitation commerciale civile depuis 1995. Le GLONASS russe a été déployé en 1980 pour être opérationnel aux années 2000. (dates approximatives des projets en construction, en exploitation).  


De la Métamathématique de Legros, l’identification, la position intervectorielle spatiale sont exploitées pour la géolocalisation, la surveillance, la navigation, l’anticollision des mobiles terrestres, maritimes, aériens et spatiaux. Les antériorités sont le radar anticollision de bord ACAS breveté avec l’émission et l’affichage du niveau de vol des avions, le radar de moyenne et longue portée, la centrale inertielle, le système d’antennes Oméga, le phare, les balises VOR, ILS, etc.


Du Code de la propriété intellectuelle, du Code des marchés publics l’invention, le droit d’auteur de M. Legros s’imposent aux intervenants de projets ou aux responsables politiques de la ville de Paris, de la Région Ile-de-France et de l’Etat. De la loi de la République française, l’accord et la licence de Legros d’exploitation donnant droit à une rémunération ou à des redevances sont obligatoires notamment dans le transport public, les télécommunications, la diffusion de l’information aux usagers, aux voyageurs et en émission-réception vers les satellites.


Le projet d’actualité du train ou du métro automatique du Grand Paris ou de la navette d’aéroport nécessitera son invention, le droit d’auteur du système et l’achat de la licence d’exploitation. La technologie électronique automatique numérique de Legros brevetée de brevets nationaux et sous le droit d’auteur se compose de son système d’exploitation à télémultipointeurs, tactile ou digital, de son bus interne, de sa Wi-Fi locale, de son central, de ses réseaux de télécommunication tdma, cdma, fdma, mixte mdma, de ses écrans de diffusion, de télédiffusion et de ses postes en énergie électrique.


La Métamathématique, la physique, les instructions intervectorielles du brevet FR 2 586 845 sont utilisées pour le système d’exploitation du train ou du métro, pour le pilote mixte manuel, semi automatique ou automatique et de puissance, pour le système d’’information électronique automatique numérique, ainsi que pour son information originale, nouvelle.


Dans la ville de Paris, sur le réseau Ile-de-France, les usagers, les touristes bénéficient au quotidient dans la gare, la station, le bus, le métro, le tramway, le train RER de cette information originale, nouvelle, pratique, économique, largement diffusée, payante au ticket de transport, la destination, le temps T Alpha (Ta) d’attente, d’arrivée ou d’approche, les messages de service, touristiques, etc. Le Système Intervecteur produit aussi cette diffusion originale, nouvelle sur le serveur de l’Internet - Technologie de Legros exclusive électronique automatique numérique et de télécommunication dans Paris et Ile-de-France. Copyright © Bernard Legros 1985


Cette information électronique automatique numérique, de dialogue, de messages SMS, de séquences audiovisuelles ou cinématographiques ou de film, sur l’Internet, et émission- réception vers les satellites est revendiquée pour sa diffusion, sa télédiffusion dans tous les types de transport, en mode localisé ou embarqué à bord, pour la géolocalisation, la navigation, l’anticollision spatiale des mobiles. L’information est produite pour les mobiles, les robots, les automobiles, les individus et les animaux équipés du système. L’antériorité est la balise Argos™ avec le centre de réception, de traitement et de géolocalisation.  


Les équipements d’information exploités dans les transports publics - affiche, imprimé, pancarte de bus, rouleau à manivelle sur pare-brise, voyant électrique sur synoptique de rame, panneau à points lumineux, horaire fixe, saisie manuelle des messages, flotte de véhicules pour la mise à jour des messages, etc.- sont connus des voyageurs.    .


L’invention ou le brevet Système de sécurité anticollision pour les mobiles porte sur toute la partie matérielle ou le hardware, les huit circuits électroniques (8) et le bus du système, la Wi-Fi, les réseaux de télécommunication originaux, nouveaux tdma, cdma, fdma, mixte mdma, les antennes et la connectique. Le droit d’auteur porte sur l’exploitation, intégrale ou partielle, de l’œuvre d’art, la science Métamathématique physique, les groupes d’instructions de la résolution intervectorielle, les données originales, nouvelles, le logiciel ou le software sur tout support, les plans, les dessins et schémas, l’architecture du système, l’architecture systémique des systèmes.


Aucun brevet ou droit d’auteur ou plan n’existe de cette génération de produit, ou de ce produit polytechnique de haute et nano technologie électronique automatique numérique mondiale. Le droit d’exploitation de M. Legros est exclusif. Il s’agit d’un monopole, d’une technique industrielle originale, nouvelle, brevetée, d’une œuvre d’art de très grande valeur sous le droit d’auteur ou le copyright. La licence d’exploitation d’usage courant dans l’industrie est obligatoire, les redevances de M. Legros sont dues.


Le Système Intervecteur est rentable, génère du profit. Pour son unité produite, pour sa fabrication de série en grand nombre ou pour sa standardisation, il s’agit toujours de sommes considérables en milliards d’euros ou de dollars. Ces exemples de projets en production, en exploitation sont chiffrés.


Sous le droit d’auteur ou le copyright, l’œuvre d’art scientifique Métamathématique, physique, de l’électronique, du système, de la technique, du logiciel est indispensable, incontournable pour construire et exploiter. - Système Intervecteur, publicité nationale, internationale des brevets nationaux FR 2 586 845 en la date de priorité ou de dépôt légal le 27-08-1985.

© Tableau standard/options visualisateur lecteur enregistreur messages de service SMS

  mécanicien voyageurs exploitant asservissements mobile/station Bernard Legros1985

20 envoi s de SMS 27-08-1985

Brevet français / French patent FR 2 586 845  27-08-1985
Schéma de principe / Principle diagram Fig. 5 Planche / Plate III/III

©Bernard Legros1985

Intervecteur de

liaison type résistif,

électromagnétique,

optique, réseau,

télé-réseau tdma, cdma,fdma et mdma
























Bus, réseau, trame

bidirectionnels,

gamma(g,wL)Legros




 RESEAU TELECOMS


 COPYRIGHT 1985

Intervecteur sur écran graphique,

comparateur électronique,détection, basculement,activation,ordre, etc.

avec le multipointeurs bidirectionnel,   

mouvement,g,vecteurs x1,x2, vitesseV

fig. 1 planche I/III, groupe d’instructions

x1

x2

x2

x1      x2  =              1 ; sinon égal 0 ;


x2  =  x2  ;  x1, x2, …,    xn(x, y, z, t) ;

(...) ; reconnaissance de forme, etc.


DETECTION VISIONIQUE ECRAN


ELECTRONIQUE LEGROS

Intervecteur sur tablette, souris, pad, ..., multipointeurs d’écran bidirectionnel,

Intervecteur sur zone terrestre, maritime,aérienne,spatiale,comparateur

électronique,asservissement spatial du

mouvement, g, des xn,position,vitesse V,…

x1

x2

x2

x1      x2  =              1 ; sinon égal 0 ;


x2  =  x2  ;  x1, x2, …,    xn(x, y, z, t) ;

(...) ; reconnaissance de forme, etc.


DETECTION VISIONIQUE ZONE

©Publicité internationale famille brevets Legros

  nationaux  FR 2 586 845  date le 27-08-1985