Le tout, sa science mathématique physique, ses originalités, ses nouveautés, sa pratique technologique polytechnique, son expérience est appliqué à son invention, à sa demande pour un brevet d’invention (1985).


C’est Monsieur Bernard Legros automaticien expérimenté qui a créé l’automatique des tâches de saisie ou de travail informatique avec le premier système d’exploitation mathématique, le navigateur électronique ou le télé multipointeurs Wi-Fi, intégré ou distant, de l’ordinateur ou du portable. D’une même signature, le système électronique de son empreinte est compact avec une réduction efficace de sa résolution intervectorielle.


Rappelons que tous les systèmes d’exploitation informatique ou les operating systems n’utilisaient que la saisie au clavier, essentiellement manuelle, pour l’écriture de listings, le développement de programmes, le stockage mémoire et l’exploitation des applications. L’informatique traitant plus précisément du software ou du développement logiciel ou de programme.


Les informaticiens développaient des logiciels, des progiciels, des instructions normalisées de concaténation string($) de n caractères, pour associer sur l’écran les chaînes de caractères alphanumériques ou les symboles. Dans une fenêtre, les menus étaient numérotés avec une structure arborescente où le choix se faisait avec les touches fléchées du clavier sur le moniteur d’écran du logiciel d’application. Ces touches permettaient aussi le déroulement des listings, des programmes et des applications.

- 27 -



Mr Legros pratiquait, dans les années de 1970 à 1985, la liaison RS-232, à broches parallèle puis série, les protocoles de communication, l’envoi par paquet ou batch, le jeton circulant ou Token Ring. La technologie du périphérique sans fil wireless n’existait pas. Entre 1995 et 2005, ont été développés les réseaux filaire WAN Wide Area Network, LAN Local Area Network, et sans fil Wi-Fi, Bluetooth™ qui ont été normalisés.


Le navigateur Legros sur l’écran - le pointeur, le multipointeurs intégré ou le pad ou le télé multipointeurs périphérique - est multi ou pluriel pour l’intervectorisation ; son capteur en mouvement (motion sensor) est résistif, magnétique, capacitif, optique, etc. ; son comparateur de détection ou sa bascule est électronique avec sa molette (toothed wheel), ses boutons-poussoirs (switchs) à sonorité de click ; ses instructions intervectorielles, ses ordres sur le support physique sont ensemblistes de la branche mathématique du calcul intervectoriel ; son propre bus, ses propres réseaux (networks) filaire, optique ou télé réseaux Wi-Fi sont bidirectionnels ou conversationnels.


La technologie présentée sur le support du signal Sigma L (sL), du bus système, du modem et des réseaux de télécommunication tdma, cdma, fdma, mixte mdma est la technologie du document Legros et de ses plans (1969-1985).


Le système d’exploitation mathématique avec le navigateur ou le multipointeurs ou le télé multipointeurs Wi-Fi ou le pad navigue sur l’écran, intervectorise, active les fonctions originales, nouvelles ensemblistes d’interdépendance de la branche mathématique du calcul intervectoriel.  


Emploi littéraire du mot navigateur : - Je navigue, avec mon navigateur, sur l’écran de mon ordinateur ; je navigue dans le système, le réseau, la data-base ou l’application informatiques ; à bord, je navigue à l’écran ou sur la zone géographique ou croisent et voguent les navires. Application du navigateur et de la navigation maritime au 27-08-1985.


Le système d’exploitation mathématique fonctionnant avec le navigateur ou le télé multipointeurs bidirectionnel Wi-Fi, la résolution intervectorielle sur l’écran de navigation, les ensembles, les éléments décrits entièrement au brevet d’invention FR 2 586 845 est la propriété intellectuelle de M. Bernard Legros au 27 août 1985.

- 28 -



Il n’est pas connu à ce jour une telle ou autre invention. Le système d’exploitation à multipointeurs électronique voit son application au système en général, dans l’informatique, les télécommunications, sur écran ou grand écran, pour la bureautique, l’enseignement, la téléconférence, le transport, la gestion du trafic, la logistique, la distribution, le médical, et pour des activités militaires et de défense.


Le capteur pad et d’écran tactile des tablettes reproduisent les instructions, la détection intervectorielles, l’activation pour basculer ou donner un ordre. Son accéléromètre gravitationnel gamma L (gL) intégré est utilisé pour asservir la diffusion de l’image sur l’écran orientable du téléphone mobile ou de la tablette.


Mr Legros constata, en atelier dès 1971, que des règles de mesure Philips ou Heidenhain un numéro code barre ou un nombre pouvait être créé de la lecture optique. Cette recherche devait être déjà étudiée ou dans les cartons, elle aurait engendré des difficultés, ne concernait pas ce pourquoi il était employé.


Son système Intervecteur exploite le capteur vision de reconnaissance de forme, d’identification plane ou surfacique 2D, spatiale ou volumétrique 3D. L’élément infinitésimal de la résolution des ensembles sur l’écran est le point ou le pixel. Les éléments, les ensembles de couleurs sont visuels, la photographie, les séquences audiovisuelles, cinématographiques ou le film. Sa reconnaissance de forme, d’identification intervectorielles sur l’écran informatique ou sur la zone réelle de navigation dite de travail est plane ou spatiale.


En résumé, la technologie Legros exposée aux paragraphes précédents utilise son propre modem L, ses propres réseaux entre les ordinateurs, les réseaux originaux, nouveaux tdma, cdma, fdma, mixte mdma. Le navigateur ou le télé multipointeurs Wi-Fi active sur l’écran des fonctions, modules, pages ou des requêtes ; active des applications de lecture-écriture ou de copier-coller plane, spatiale, ou par couches successives d’imprimante 3D ; active le mouvement d’éléments ou d’ensembles, de caractères, chaînes de caractères, mots, paragraphes, figures, dessins ou photographies.


Le Calculateur Intervecteur CI (6), le comparateur ou le circuit de coïncidence ou le circuit de décodage, s’applique pour la recherche, l’interrogation de fichiers, de bases de données relationnelles, de numéro de téléphone ou d’adresse IP. La liaison bus et réseaux permet le déroulement, le chargement des éléments, des ensembles, des tableaux dynamiques, de vecteurs, de règles et de symboles. La résolution intervectorielle permet de détecter, de basculer, d’activer et/ou d’intervectoriser en 3D l’élément ou les éléments des ensembles.

- 29 -



Pour anecdote sur la création et la norme, c’est au cours d’un entraînement de course cycliste, en 1969, qu’il fit remarquer de vive voix à son équipier d’entraînement la position idéale physique, ergonomique pour augmenter la force sur les pédales de manivelles, en adoptant la position allongée des coudes posés sur le guidon. Il évoqua aussi le délai, la difficulté de normalisation d’un tel design pour la compétition.


Cette position a été adoptée aux années de 1985-1990 pour les courses du contre la montre ou pour les compétitions de triathlète. Ce guidon a dû effectivement être l’objet d’une réglementation ou d’une norme. Ce principe est aujourd’hui largement utilisé dans la discipline du cyclisme.


En développant l’un de ses logiciels, M. Legros a créé l’instruction CAS. De plusieurs opérations logiques, l’instruction CAS devient CAS1, CAS2, ..., CASN. Il a validé son logiciel de gestion édité au listing (1984) pour l’instruction CAS, …, GOTO ou pour BASCULER avec le bouton-poussoir (1985). Les instructions originales, nouvelles traduites CASE, SWITCH s’appliquent au logiciel pour l’événement, la détection, le branchement, la commutation, l’activation, etc.


Ses instructions du langage inconnues entre 1960 et 1995 sont reproduites, exploitées aujourd’hui par presque tous les langages informatiques ou les systèmes d’exploitation actuels tels que les C, Visual C++, Visual Basic, SQL, Java, ou sous Unix, Linux, etc. Les instructions et les mots logiciels de Legros CASE, SWITCH (1984-1985) sont protégés par le droit d’auteur ou le copyright.


Rappelons qu’intégrés au bus Legros du système, les réseaux, les télé réseaux de la télécommunication localisée, embarquée tdma, cdma, fdma et mdma (1985) sont exploités sur les mobiles pour la navigation sur zone, la navigation sur écran de vision, pour le système d’exploitation informatique à télé multipointeurs ou le navigateur Wi-Fi de PC, pour les périphériques, dans le plan ou l’espace.


L’œuvre Legros est une œuvre scientifique majeure dans l’industrie et les télécommunications ; les résolutions, les calculs sont puissants ; la mécanique est de précision plane ou spatiale, elle est infinitésimale, organisée, continue, incomparable. Le x-système et les xn-systèmes Intervecteur s’autocontrôlent aux circuits électroniques.


Les écritures, les instructions, le logiciel, les données, le descriptif, l’architecture, les plans, les graphiques et les écrans fonctionnent, sont appliqués sans que des erreurs n’existent de son entière conception et construction. Le nombre d’opérations par seconde pour résoudre l’intervectorisation, la synergie et la sécurité des données du système, la systémique des xn-systèmes, est de 10^n calculable par application, est de la puissance de l’infini.  

- 30 -



Les calculs produits par le système Legros, par son groupe d’équations de navigation à l’écran, dans le système et le réseau, de navigation sur la zone géographique spatiale, n’ont pas d’équivalent. Sa résolution avec sa synchronisation, son signal codé, son interconnexion ou son auto commutation, son interdépendance des xn-systèmes et réseaux en fait le Calculateur Intervecteur en bit/seconde (bps), de son électronique, de sa systémique, le plus puissant, le plus rapide connu à ce jour.


Dans le monde du transport public, son information originale, nouvelle, son système d’information présente aussi un intérêt économique indéniable, un confort, une commodité pour les exploitants, pour les voyageurs. L’avantage est important, en comparaison de l’horaire fixe, de messages sur les affiches devant souvent subir des mises à jour manuelles, coûteuses, dispendieuses sur chaque support, aux arrêts de bus, dans les stations, dans les gares, sur les bus, les rames de métro, de tramways ou sur les trains.


L’œuvre d’art d’information originale, nouvelle de Legros (1964-1985), de diffusion du temps T alpha (Ta) d’attente, d’arrivée ou d’approche provenant également de son système d’information électronique automatique numérique ou de séquences audiovisuelles, cinématographiques ou du film est l’objet de sa représentation, de sa reproduction dans le public sur le support de fixation matérielle.


La mise à jour ou une modification sur les lignes de bus, de tramway, de métro ou de train RER est instantanée avec ce système de télécommunication, de télé diffusion de l’information et par satellite.


L’information est également de diffusion publique, par interrogation de la base du serveur, sur le réseau de l’Internet. Cette information du temps T alpha (Ta) deviendrait l’une des informations les plus lue. L’indication de l’heure serait l’information la plus lue.


Sur le réseau parisien et francilien de la RATP, ce sont en effet plus de 10 millions de voyageurs qui lisent au quotidien la diffusion de cette information électronique automatique numérique Legros, la destination, le temps T alpha (Ta) d’attente, d’arrivée ou d’approche et de messages d’exploitation.


L’information Legros électronique automatique numérique diffusée en continu est économique, utile pour chaque voyageur, pour la gestion de son temps de parcours, de son planning, la ponctualité d’un rendez-vous, le respect de l’horaire ou pour avoir à disposition le meilleur choix proposé d’itinéraire et de transport.


Le système Intervecteur d’information T alpha (Ta) sera utilisé dans d’autres types de transports en embarqué à bord des trains de grandes lignes, des navires, des avions, ou dans les gares, les ports, les aéroports. De là aussi, tout l’intérêt industriel, économique de l’exclusivité du système d’information électronique automatique numérique audiovisuel en continu.  

- 31 -



D’autres moyens ou modes d’information manuels, mécaniques, électriques, électroniques et de télécommunication ont longtemps été exploités dans le transport. Ce système complet de l’Intervecteur est la propriété intellectuelle et industrielle de Mr Legros. L’information Legros originale, nouvelle se suffit à elle seule pour être protégée par le droit d’auteur ou par le copyright.


Le système de l’Intervecteur concerne en propre l’entière originalité de l’information décrite aux brevets nationaux FR 2 586 845, l’entière originalité de l’architecture de ses circuits électroniques, de ses plans et dessins, de son modem, de ses instructions, de son logiciel, de son bus système, de son circuit d’asservissement, de sa télécommunication tdma, cdma, fdma et mdma, de ses données spatio-temporelles et d’identification, de ses messages de navigation, de ses séquences audiovisuelles, cinématographiques ou du film sur l’Internet, et par satellite (1964-1985).


Lorsqu’il y a une violation du droit d’auteur ou une contrefaçon flagrante qui vient de se commettre ou qui se commet actuellement, les circuits électroniques ci-dessus et les antennes constituent les mesures techniques efficaces de la saisie-contrefaçon pour faire respecter la loi, empêcher ou suspendre la diffusion publique illicite de l’œuvre d’art de Legros.


La liberté est donnée à chacun ou à l’exploitant de se conformer au droit d’auteur ou d’utiliser son ancien système ou un autre système d’information. D’autres documents, solutions vus ci-dessus ont été largement étudiés, explorés et exploités dans le monde du transport.


La loi sur le droit d’auteur en France, la Convention universelle sur le droit d’auteur précisent que doivent figurer sur toute représentation ou reproduction ou diffusion publique de l’œuvre Legros du système Intervecteur d’information et sur le serveur de l’Internet, le symbole du copyright, le nom de l’auteur, l’année de sa publication montrant de manière très nette que le droit d’auteur est réservé ou que l’œuvre est protégée. Système Information Intervecteur © Bernard Legros1985


Des offres de licence ont été présentées, adressées dès août novembre 1985 par M. Bernard Legros, ainsi que des plans, des données techniques d’enregistreur, de radiodiffusion, de visualisateur (ce mot n’existe pas : vision, écran) de son système d’information ou de séquences audiovisuelles, cinématographiques avant que son œuvre et sa demande de brevet ne soient publiées, que son invention ne soit brevetée.


La RATP est née en 1948, a un statut EPIC, placée sous tutelle de l’Etat, elle répond à un cahier des charges d’exploitant de transport public de voyageurs.

- 32 -



Les systèmes de transport exploités ou abandonnés par RATP et SNCF depuis plus d’un siècle ne diffusent pas l’information électronique automatique numérique spatio-temporelle, les séquences audiovisuelles, cinématographiques ou le film, sur l’Internet, et par satellite. Ces systèmes de transport sont les AUTOBUS, TRAMWAYS, METROS (1901), ARAMIS (1969-1987), RER (1977), TGV (1974-1981), VAL (1984), TER (1985), SACEM (1988) et METEOR (1998).


Le prototype de véhicules automatiques ARAMIS initialisé par MATRA et RATP en 1969 près d’Orly, puis sur les bords de la Seine, boulevard Victor à Paris, a été détruit le 30 novembre 1987 (après 20 années d’études), du fait de sa conception technique automatique, matérielle. Les véhicules ARAMIS sont irréversibles, ils ne fonctionnent que sur une piste circulaire en un seul sens de marche. Le brevet de MATRA TRANSPORT publié au N° 2 572 043 a été déposé le 18 octobre 1984.


L’échec de  ce système a été constaté au moment de la publicité Legros du 06 mars 1987, de son offre de licence et de ses recommandations. C’est l’œuvre scientifique mathématique physique technique Legros qui diffuse sa propre information intervectorielle électronique automatique numérique spatio-temporelle en continu, le temps T alpha (Ta), la destination, les séquences audiovisuelles, cinématographiques, ou le film, de plus avec sa télécommunication, son modem, ses réseaux tdma, cdma, fdma, mixte mdma et pour l’automatisation intégrale d’une ligne de métro.


La justice dit que toute altération frauduleuse de la vérité de nature à causer un préjudice, accomplie par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d’expression de la pensée, qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d’établir la preuve d’un droit ou d’un fait ayant des conséquences juridiques est un faux. Le faux et l’usage de faux sont punis.


Rappelant aussi que toute édition d’écrits, de composition musicale, de dessins, de peinture, de logiciel ou de toute autre production, imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon ; et toute contrefaçon est un délit.


De la première publication le 27 août 1985, de la publicité le 06 mars 1987, de l’avis documentaire rendu le 23 octobre 1987, la loi accorde l’exclusivité d’exploitation à son auteur  inventeur M. Legros. La technologie de l’Intervecteur résout à elle seule la problématique scientifique mathématique physique et technique de télécommunication, de diffusion électronique automatique numérique de l’information originale, nouvelle, de séquences audiovisuelles, cinéma-tographiques ou du film de l’exploitation, de l’automatisation intégrale du métro.

- 33 -



Jusqu’aux années 2000, la RATP utilisait l’affiche manuscrite ou imprimée sur le panneau fixe ou amovible des stations et des bus. Les pancartes étaient coulissantes sur la carrosserie latérale des bus qui disposaient aussi d’un enrouleur manuel au haut du pare-brise pour la destination. Les horaires des trains étaient fixes à commande manuelle ou électrique, et ceux des bus étaient approximatifs en un délai d’attente imprimé.


Avant 1985, l’information électronique automatique numérique, les séquences audiovisuelles, cinématographiques ou le film du temps T alpha (Ta) de la destination n’existaient pas. De droit, l’information originale, nouvelle  du temps T alpha (Ta) est protégée, ainsi que sa diffusion publique. Tous les circuits électroniques et les antennes de 1 à 8 Legros sont le support de fixation matérielle de l’information aux brevets d’invention nationaux FR 2 586 845.


De la loi, les mesures techniques efficaces accomplissant la diffusion publique de l’information ou des séquences audiovisuelles, cinématographiques ou du film, sur l’Internet, et par satellite sont protégées comme l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur.


L’information de la destination, de l’identification, du temps T alpha (Ta) d’attente, d’arrivée ou d’approche est de diffusion publique, par la Régie Autonome des Transports Parisiens RATP, sur le support de sonorisation, sur le support électronique visuel à simple et double face, ou sur l’écran à séquences audiovisuelles, cinématographiques ou du film, dans les stations, sur les mobiles, sur le serveur de l’Internet, et par satellite.


Des photographies présentent, sans l’exploitation de l’œuvre Legros, le point d’information manuel ou manuscrit, sur panneau fixe ou amovible, dans les stations, sur les mobiles des lignes de transport public de la RATP.


Des photographies présentent le système d’information électronique automatique complet ou de séquences audiovisuelles, cinématographiques ou de film au point d’information de la technologie numérique Legros embarquée, localisée, sur les lignes de bus, de tramway, de métro et de train RER de la RATP.


La représentation de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur par des récitations publiques de l’information électronique automatique spatio-temporelle vocale humaine ou d’une résultante synthétique du temps T alpha (Ta) sur les lignes de la RATP est illicite sans l’accord écrit obligatoire de l’auteur.


La représentation consiste dans la communication de l'œuvre au public par un procédé quelconque, et notamment : par récitation, présentation, projection publiques et transmission dans un lieu public de l'œuvre télédiffusée ; par télédiffusion.


La télédiffusion s'entend de la diffusion par tout procédé de télécommunication de sons, d'images, de documents, de données et de messages de toute nature. Est assimilée à une représentation l'émission de l’œuvre d’art de l’Intervecteur vers un satellite. - Le Code de la Propriété Intellectuelle CPI.

- 34 -



La RATP doit se conformer au droit à rémunération tout en respectant la loi sur le droit d’auteur de l’œuvre scientifique électronique technique Legros du temps T alpha (Ta) comme elle se conforme sans résistance lorsqu’elle rémunère la prestation vocale humaine ou synthétisée de la diffusion publique d’un message.


Ce refus de la RATP de régler les redevances du droit d’auteur qu’elle règle habituellement de la récitation publique constitue une discrimination.


La cause de l’obligation existe, est prouvée et est légale de la loi sur le droit d’auteur. De la publicité nationale, internationale de l’œuvre d’art de Legros, la RATP a en connaissance de cause, pour se procurer un avantage économique et commercial important, contracté une obligation.


Le système Legros d’information électronique automatique numérique ou de séquences audiovisuelles, cinématographiques ou de film est complet, fiable, instantané, en continu. Il remplace l’achat, l’entretien d’une flotte de véhicules et le coût en salaire des employés pour la mise à jour d’une information d’exploitation manuscrite, approximative qui était réalisée auparavant par l’intervention de la RATP sur toutes les lignes.


A bord du bus ou de la rame ou en station, le point d’information se compose de la technologie Legros - ses huit circuits électroniques du support d’information électronique automatique numérique et de télécommunication - de la diffusion publique de son information originale, nouvelle ou de ses séquences audiovisuelles, cinématographiques, et sur l’Internet, et vers les satellites.


Ce système d’information Legros comporte un coût analytique global du support matériel du point d’information, mobile ou fixe, installé, alimenté, câblé, raccordé au réseau, au central et au serveur de l’Internet, estimé à plus de 35 000 € pour l’information des voyageurs. Les coûts sont dégressifs en volume.


La facture N°001 en 2013 a été émise par M. Legros en France. La facture rééditée le 05-09-2014, référence BL201409, pour la diffusion publique audio-visuelle de son œuvre d’art par la Régie Autonome des Transports Parisiens sur ses lignes et sur l’Internet est de 500 000 € pour l’autorisation d’exploitation obligatoire, avec un mode de calcul du point d’information à 1000 € l’unité. Les 5000 points d’information comptabilisés exploités sont de 5 000 000 €.

- 35 -



La créance de M. Legros sur la RATP à recouvrer en la date du 15-06-2018 de son droit d’auteur de l’œuvre d’art du système d’information électronique automatique numérique exploité aux 5000 points d’information sur les lignes de bus, de métro, de tramway, de RER, sur l’Internet, et en liaison montante descendante vers les satellites est de 9 020 000 €. La RATP exploiterait actuellement de 27000 à 30000 points d’information publics dans la ville de Paris et en Région Ile-de-France.  


L’amortissement sur cinq ans du produit d’information réduit le compte de charges de manière appréciable pour l’exploiter et ne représente que 0,04 % du chiffre d’affaires annuel. Le droit d’auteur Legros, de son produit, de son information électronique automatique numérique, de ses séquences audiovisuelles, cinématographiques, ou de film de diffusion publique, offre aux voyageurs et à l’exploitant RATP un service économique rentable, de qualité, d’excellence, et sur le serveur de l’Internet, et par satellite.


Il a été précisé que l’invention de l’Intervecteur comporte indépendamment du brevet d’invention l’œuvre d’art de son logiciel original, de ses instructions et de ses données numériques originales pour exécuter en intégralité ou en partie la résolution mathématique physique spatiale intervectorielle de la loi de Legros.


L’apport de sa technologie est important pour résoudre le système d’information, l’information originale, nouvelle, les séquences audiovisuelles, cinéma-tographiques, le film, en continu, et l’automatisation intégrale définis aux circuits électroniques et antennes de 1 à 8 du système Intervecteur.


Dans le monde, il n’existe que les brevets nationaux Legros FR 2 586 845 avec sa télécommunication, son information, ses séquences audiovisuelles, cinéma-tographiques, son film, son automatisation pour fabriquer, exploiter une ligne de métro complète, réversible, numérique 3D, avec des rames mixtes sur la ligne où le pilotage est manuel, semi et automatique.


En rémunération, dans le domaine de la haute technologie de l’électronique de système, de l’automatique, de l’électrotechnique, de l’instrumentation, des télécommunications, du transport, de la sécurité des mobiles et de leur environnement dans le plan ou l’espace, les redevances des brevets nationaux Legros FR 2 586 845 sont de 15% sur 20 ans (1985-2005), en la date du dépôt de priorité le 27-08-1985.


La loi sur le droit d’auteur fixe la durée de l’exploitation de l’œuvre Intervecteur scientifique, logiciel, de schémas, d’information, de séquences audiovisuelles, cinématographiques ou de film donnant droit à rémunération ou aux redevances. Sinon l’exploitation du droit d’auteur ou du copyright Legros est interdite.


L’Intervecteur a été également breveté pour exploiter entièrement une ligne de métro manuelle, semi et automatique, numérique, bidirectionnelle ou réversible (2 sens de marche), avec l’anticollision 3D, l’anti-blocage et patinage, la répartition de la puissance (P) sur la rame. L’architecture de son système est modulaire, fiable ; le système est autocontrôlé, matériel et logiciel, ainsi que le signal codé (L) du réseau synchronisé (l) ou (0).


Ce système de métro Legros exclusif est unique. Il s’agit aussi de l’originalité du système d’information ; soit la diffusion dans les stations ou sur les rames du temps d’attente ou d’arrivée des voyageurs (a), de la destination (x1, x2, …, xn), de messages, de séquences audiovisuelles, cinématographiques, ou le film du trajet. La localisation des rames et des stations est terrestre, souterraine, aérienne ou spatiale.

- 36 -



L’auteur inventeur a recommandé aux exploitants d’implanter directement son système de métro Intervecteur sans interrompre l’exploitation de la ligne. Cette pratique est opérationnelle sur les lignes en exploitation ; et, elle n’était absolument pas envisageable par les exploitants qui étudiaient un autre prototype sur un site dédié.


La technologie Legros exclusive, pour un central de supervision multipointeurs, les postes en énergie et télécommunication, 15 stations, 35 rames, le logiciel système et réseau Intervecteur, représente un coût de plus de 750 millions € (plus de 1 milliard $ actuels). Lorsque l’on parle de la vente d’un métro automatique, il s’agit d’une valeur économique de un milliard € l’unité ou le produit.


M. Bernard Legros, en travaillant, en étudiant, s’est donné les moyens de sa création et de son évolution de carrière en France et à l’export. Les redevances du droit d’auteur concernent l’exploitation de son œuvre d’art de l’Intervecteur, de son invention, l’aspect scientifique, technique et de sécurité.


La technique de l’automobile est l’un des centres d’intérêt de M. Legros. En 1958, passager d’une voiture, il dit au chauffeur que les optiques de phares devraient être directement, judicieusement dirigées avec le volant ou les roues du véhicule. Dans l’industrie automobile, les phares devinrent orientés avec un câble d’acier et un mécanisme mécanique.


L’homme de la technique a une connaissance de la spécialisation mécanique et électrique de l’automobile qu’il a pratiquée sur tous les organes. Il est intervenu en production  industrielle automobile entre 1971 et 1985. De sa profession d’être souvent sur la route, il a également été confronté aux risques, aux dangers de la conduite, au blocage des roues sur route glissante, à l’éventualité et au choc frontal, arrière et de travers.


Dans l’industrie automobile, ses brevets nationaux présentent un exemple d’application de l’architecture des 8 circuits électroniques, de sa liaison bus pour les commandes, les contrôles et les accessoires. L’électronique Legros de la voiture est la solution technique complexe du système, de la systémique des systèmes, la fig. 5 de la planche III/III.


Aux écritures Legros, le coefficient original gamma rectiligne, circulaire (g, wL) est de puissance n. La décélération produit un arrêt de 100 mètres en 10 secondes, d’une vitesse maximum de 120 km/h tendant vers 0. Le système électronique Intervecteur produit de son capteur la mesure de la dérivée infinitésimale, il précise aussi l’information intervectorielle de la vitesse moyenne Vm de 36 km/h du véhicule.


Ses huit circuits électroniques, ses instructions et son logiciel intervectoriels assurent le contrôle du freinage ABS Anti Blocking System, de l’antipatinage, des suspensions, de la trajectoire intervectorielle en 3D, de la motorisation (gL^n) ou (wL^n) de la voiture. Son électronique contrôle l’optique circulaire des phares (1958) de puissance variable avec son bus, sa commande électrique, électronique asservie aux roues de direction du véhicule.

- 37 -



Le système Intervecteur contrôle, remédie aux difficultés de la conduite avec son circuit intervectoriel de logique de fonctionnement, d’asservissement de la voiture. L’interdépendance routière, ferroviaire est précisée aux résolutions inter-vectorielles, aux applications et au schéma de la  fig. 4, planche II/III.


Les huit circuits électroniques avec le bus de son schéma de principe s’implantent avec avantage et facilité sur l’auto, pilotent les équipements, les accessoires électriques, mécaniques, hydrauliques et pneumatiques. Le pilote de la voiture est manuel, semi et automatique.


C’est toute l’électronique Legros, son instrumentation, sa télécommunication, qui est étudiée pour être appliquée sur la planche de bord de la voiture, pour le programme de la voiture, son identification, ses liens à une signalisation localisée, embarquée, au navigateur Legros sur la zone topographique 3D ou sur la carte électronique routière, à un réseau d’information routière, à l’Internet.


Le système Intervecteur implanté en centre de contrôle gère le trafic, régule la circulation. Les postes de la sécurité routière diffusent l’information de son temps T alpha (Ta) et les messages de zones de circulation. L’information originale, nouvelle du système d’information électronique automatique numérique ou de séquences audivisuelles, cinématographiques ou du film est embarquée sur la planche de bord du véhicule ou sur l’écran du PC de la circulation routière.


Le système électronique, de télécommunication de l’Intervecteur pour l’automobile comporte le simulateur, l’autocontrôle par injection électronique, le générateur de programme, les télés programme - diagnostic - expertise et réparation ou distant. - Famille des brevets nationaux FR 2 586 845 au 27-08-1985.


Un grand nombre de systèmes, d’autres moyens ont bien été publiés, brevetés du début de l’automobile (1900-1985). Des voitures, des engins industriels d’usine, de chantiers étaient plus fait de mécanique, ou exploitaient jusqu’alors une technologie électrique, électromécanique rudimentaire. C’est bien cette technologie qui était utilisée avant que l’inventeur du système et auteur de l’œuvre d’art de l’Intervecteur ne publie sa propre technologie pour l’automobile et la route.

- 38 -



En 1965, M. Legros a imaginé sur le modèle réduit du train électrique JEP alimenté sur le secteur (une locomotive électrique avec huit wagons sur dix mètres de rail qu’il avait dans la chambre d’amis de la maison de ses parents), la liaison unique sur le boggie de deux wagons, et pour tous les wagons du train. Sa réflexion l’interrogea sur le vif, son raisonnement technique, mécanique ne s’appliquait plus à une locomotive avec des wagons, mais à une série complète de wagons ou alors à une rame ferroviaire. En effet, l’exploitation ferroviaire de la rame devenait différente du train.


Cette technologie compacte ferroviaire offre les avantages de la structure mécanique que nous connaissons. Elle est celle du TGV Train à Grande Vitesse qui a été adoptée, expérimentée, exploitée sur la ligne Paris-Lyon années de 1980, avec des records de vitesse. Le prototype aérotrain de l’ingénieur Bertin, avec la ligne aérienne d’essai d’un viaduc construit en béton, au nord d’Orléans, a été délaissé par la SNCF qui a choisi le TGV sur le réseau ferroviaire.


L’invention et l’œuvre d’art de de Legros de l’Intervecteur sont une autobiographie du chemin parcouru, de sa carrière, de son expérience professionnelle. Nous voyons bien que les applications techniques, économiques sont partout, toujours plus d’actualité dans la société : la création de Legros de l’Intervecteur a plus de 30 ans, soit plus d’un quart de siècle en 2017.


La théorie scientifique mathématique physique de l’Intervecteur est une œuvre d’art scientifique, polytechnique considérable sur laquelle l’auteur inventeur s’est appuyé pour développer ses résolutions, ses instructions en langage informatique, son logiciel et sa propre technologie. La technologie électronique de Legros des voitures et de la route est originale, nouvelle ; elle est appliquée avec succès dans l’industrie automobile.


Mr Legros a débuté sa carrière dans les ateliers de l’Aérospatiale de Saint-Nazaire, en 1971. Il est intervenu en production auprès des principaux avionneurs, équipementiers et sous-traitants aéronautiques de cette industrie.


En ayant la parfaite maîtrise industrielle des systèmes de fabrication des avions, des hélicoptères, de leurs équipements exploités dans le monde, il a publié son œuvre d’art et fait breveter l’application aéronautique, spatiale de son système de sécurité électronique, de télécommunication, de navigation et d’exploitation.


En 1985, dans le domaine de l’aéronautique, le système de positionnement VOR VHF Omnidirectional Ranging, l’ILS Instrument Landing System, les balises, les radars d’approche, de moyenne et longue portée étaient utilisés par les pilotes d’avion et les contrôleurs du trafic aérien pour la navigation.


A bord étaient utilisés l’instrumentation, le pilote automatique (cap, altitude, vitesse), le relevé manuel de la route sur la carte aérienne par le radio navigateur, ainsi que le réseau d’antennes OMEGA. Dans l’émisphère Sud, où M. Legros a séjourné, une antenne OMEGA émettait depuis l’Ile de la Réunion, émission reçue sur la zone de l’Océan indien, de l’Afrique et de l’antarctique.

- 39 -



La communication radio entre les pilotes d’avion, les aiguilleurs du ciel en tour de contrôle était pour presque en totalité vocale, avec  une intervention manuelle, et se faisait sur plusieurs fréquences hertziennes. Le système Legros de l’Intervecteur est manuel, semi ou automatique avec son propre signal de télécommunication, son bus système ses réseaux tdma, cdma, fdam et mdma pour les xn-systèmes embarqués à bord des avions ou localisés en n’importe quel lieu, pour sa résolution intervectorielle.


Le système ACAS Airborne Collision Avoidance System est un système allemand breveté pour éviter la collision entre un avion 1 et un avion 2. L’information du niveau de vol d’un altimètre réglable est émise 0,5 secondes par l’avion sur la zone de détection de 6 miles nautiques, après un temps de synchronisation automatique des deux avions. Le spot relatif de l’avion (sens, direction, distance) sur l’écran radar est apprécié à bord par chacun des pilotes.


La différence de niveau de vol en mètre est visualisée sur un afficheur digital (display) et le spot de l’avion détecté est visualisé sur l’écran radar pour une intervention des pilotes. Les informations de l’altimètre et du radar sont des mesures essentiellement relatives sur zone d’un avion 1 par rapport à un avion 2.


Cette différence de niveau de vol en mètre est visualisée dans le cockpit des avions, avec une alarme. La rencontre de deux avions distants de 6MN est de 16 secondes dans le cas critique de Mach1. Le GPS Global Positioning System n’existant pas, il n’est pas exploité, et il n’y a pas de système d’identification automatique embarqué à bord de l’avion.


Le brevet DE 26 52 489, date de dépôt 18-11-1976 - Electronique aéronautique d’approche pour la sécurité du trafic aérien, a été délivré le 24-05-1978 pour être exploité à bord de l’avion avec ses revendications d’application.


De la demande internationale de M. Legros au N° PCT/FR 86/00255, ce brevet a été cité comme un document d’antériorité au Rapport de recherche internationale, le 14 novembre 1986, par l’administration chargée de la recherche internationale OEB Office Européen des Brevets.


De l’examen technique l’avis documentaire ne cite aucune antériorité à l’encontre des 10 revendications de la demande, le brevet d’invention français FR 2 586 845 a été délivré à Monsieur Bernard Legros accordant à son titulaire un droit exclusif d’exploitation.

- 40 -



En 1978, la constellation du GPS aux USA était expérimentée avec quelques satellites aux fins militaires, pour le renseignement de la position terrestre. Dans le même temps, en 1982, les américains initialisaient le projet Star Wars de guerre des étoiles.


En 1980, pendant la guerre froide, les satellites de la constellation du GLONASS de l’URSS étaient mis en orbite terrestre. La constellation était opérationnelle aux années de 1995.


Les satellites de ces constellations sur des orbites de près des 20 000 kilomètres émettent leurs éphémérides, en utilisant la technologie disponible des télécommunications, des années de 1970-1980. De ces éphémérides reçues de la station réceptrice, la position est produite par une triangulation spatiale terrestre.


En 1995, les satellites du GPS étaient opérationnels, couvraient les 100% de la surface de la Terre. L’instrumentation du GPS militaire est devenue civile, a été généralisée pour la géolocalisation de mobiles. La constellation GPS sert essentiellement de balises spatiales munies de leurs éphémérides pour le positionnement ou la géolocalisation ; il n’y a pas de transmission, ni de résolution intervectorielles ou d’anticollision entre les satellites sur orbite.


L’invention de Legros aux brevets nationaux FR 2 586 845 au 27-08-1985, son système Intervecteur, ses instructions, ses données, son signal Sigma Legros (sL), synchronisé (T0), codé (0,1, n), son information Sigma électronique indéchiffrable ou inexploitable d’un récepteur quelconque, son gamma L rectiligne (gL), circulaire (wL) sont étudiés pour la construction d’une constellation Legros de xn-satellites, y compris le lanceur, la mise à poste de ses satellites, le différentiel infinitésimal, l’autocontrôle, le comparateur, la correction de mesure de distance delta (dD) et la position en continu.


L’Europe construit la constellation Galiléo, fait des expérimentations depuis 2011. Le calendrier de son achèvement sera effectif en 2020, pour son exploitation commerciale. Galileo Galilei est un savant italien du XVIIe siècle qui fut condamné pour ses découvertes astronomiques du monde.

- 41 -



L’Union Européenne UE a connaissance de la publicité nationale, internationale des brevets Legros FR 2 586 845, en particulier les groupes de la résolution intervectorielle originale, nouvelle pour le lancement, la mise à poste de xn-satellites, la mesure, le positionnement, la télécommunication, la machine électronique Sigma Legros de codage dynamique, variable, unitaire, multiple, l’exploitation de balises terrestres, maritimes ou spatiales.


M. Legros a assuré auprès de l’UE la communication de ses projets. L’œuvre d’art spatiale de l’Intervecteur est protégée par le droit d’auteur ou le copyright.


Aux brevets nationaux Legros FR 2 586 845, le système présenté est un système de positionnement qui intègre les balises terrestres, maritimes ou spatiales aux coordonnées ou aux éphémérides connues du signal Sigma Legros codé (sL), synchronisé (T0), et produit les vecteurs position de sa résolution intervectorielle.


Les balises embarquées sur les satellites ou localisées communiquent entre elles avec les réseaux de télécommunication intervectorielle pour la transmission de l’information. L’erreur de la mesure epsilon (de) infinitésimale différentielle continue des vecteurs électromagnétiques de distance est traitée aux capteurs (sensors) et aux circuits du Calculateur Intervecteur CI (6). Aux groupes d’équations intervectorielles, le système Intervecteur produit ses vecteurs de la position infinitésimale volumétrique spatiale 3D/T (1985).


Les grandeurs produites, la reconnaissance de forme surfacique et volumétrique et les groupes d’équations intervectorielles pilotent le circuit d’asservissement ou la logique de fonctionnement du système pour le mouvement spatial et l’anticollision 3D/T des mobiles, en mode manuel, semi ou automatique. Le Calculateur Intervecteur CI traite du volume, du coefficient gamma Legros (gL), de l’erreur de distance (de), de la distance d delta (dD), du système fini, de la systémique pour l’exploitation de précision et pour éviter tout risque de collision.


Le système Intervecteur est revendiqué pour résoudre la position, le mouvement, la trajectoire ou l’arrêt des avions, des stations ou du central, en n’importe quel lieu du plan ou de l’espace, là où il est installé. L’information de position est sécurisée du signal Sigma Legros (sL) codé, ou la machine électronique à coder Sigma L. La position vectorielle spatiale différentielle infinitésimale en continu est diffusée aux coordonnées géodésiques WGS 84 de la Terre.

- 42 -



La technologie originale, nouvelle de l’Intervecteur, avec sa propre télécom-munication, son signal Sigma L (sL), synchronisé (T0), codé (0,1, n), son coefficient d’accélération rectiligne (gL), circulaire (wL) de puissance n, sa reconnaissance de forme, sa production de vecteurs de position intervectorielle, corrigée de l’erreur (de), de la distance delta (dD) du système fini, de la systémique, son information de position à codage dynamique unitaire,multiple, son système et son bus de huit circuits électroniques (8), son architecture système, systémique, sa résolution scientifique mathématique physique intervectorielle aux groupes d’équations a été présentée de la publicité Legros au 27-08-1985.


En Europe, entre les années de 1985 et de 1992, c’est la CE Direction Générale DG-VII Transport, puis la DG-TREN Transport Energie qui a eu communication de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur. Ensuite, des projets européens de la CE et de Eurocontrol pour le management et le contrôle du trafic aérien, pour le système d’information aéronautique et l’anticollision des avions ont été initialisés à Bruxelles, Belgique et à Brétigny-sur-Orge, France.


La description Legros de son invention, aux brevets nationaux, expose le cas critique de la rencontre revendiqué pour les avions aux coordonnées spatio-temporelles d’approche (d1, d2, dt, dD, T0, T1, Ta, TD). Le système Intervecteur et de télécommunication identifie les xn avions, produit les coordonnées de position en 3D/T, les visualise sur l’écran du cockpit de l’avion ou sur l’écran de la tour de contrôle, signale les conflits de navigation et les risques de collision.


Le système Intervecteur, de son groupe de résolutions de l’intersection vectorielle spatiale généralisé sur toute zone (x, y, z, t), transforme radicalement la navigation aérienne qui n’utilisait autrefois que les données des systèmes d’instrumentation inertielle, de radar, de balises de localisation, de navigation VOR, de balises ILS de guidage en approche de piste d’aéroport. La radio VHF est toujours utilisée pour les messages de navigation, la communication avec le pilote, le contrôle des avions à distance, la régulation, la gestion du trafic en aéroport et dans les couloirs aériens.


Son système électronique, avec ses instructions, son logiciel, ses données numériques, son réseau, contrôle les commandes, les consignes ou les ordres d’asservissement des circuits de puissance des actionneurs, des trains d’atterrissage et de motorisation de l’avion. Le pilote électronique manuel semi ou automatique de l’Intervecteur ou intervectoriel produit l’identification, la navigation, la régulation, le contrôle de la trajectoire, l’anticollision pour les xn-avions.


Cette construction de transport aéronautique équipée du système Legros Intervecteur est autonome de ses huit circuits électroniques et capteurs, constitue les avions sans pilote ou les drones UAV Unmanned Aerial Vehicle de dernière génération. Les drones sont étudiés pour embarquer des équipements de vision, de télécommunication, d’armement. Cet engin volant est une arme utilisée pour naviguer sur un théâtre d’observation ou de logistique ou d’opérations militaires.

- 43 -



Le système Legros Intervecteur sera exploité dans l’aviation civile européenne, internationale pour la transmission sécurisée Sigma, la navigation aérienne à bord, en tour de contrôle, pour le management du trafic, la sécurité anticollision, l’expertise, la télé expertise des données de vol, le chek-up, la check-list des avions, la simulation, le générateur de programmes.


De 1985 à aujourd’hui en 2015, dans la plupart des aéroports, les tableaux électriques, électroniques affichent après la saisie informatique de l’opérateur au clavier la destination, la provenance, l’horaire de départ, d’arrivée, le délai en approche et le retard. Les messages aux voyageurs sont visualisés sur l’écran et radiodiffusés.


Le système Legros d’information électronique automatique numérique ou de séquences audiovisuelles, cinématographiques, ou de film diffuse en permanence en aéroport, dans l’avion l’information de vol, les messages de navigation, le départ, la destination, le temps T alpha (Ta) d’attente, d’arrivée ou d’approche. Cette information du vol des avions est diffusée sur l’Internet, et par satellite.


Aux brevets nationaux Legros FR 2 586 845, les satellites de la constellation peuvent communiquer entre-eux. Les satellites de télécommunication, d’information sont programmés et asservis. Ils sont exploités comme des balises spatiales ou de télécommunication par les voitures, les trains, les navires, les avions, etc. Les éphémérides sont continues, autocontrôlées, corrigées. Par l’identification du satellite, ses éphémérides peuvent être connues des utilisateurs du système.


L’Intervecteur embarqué sur le satellite résout la mesure, l’approche, l’accostage, l’arrimage et l’anticollision intervectorielles dans l’espace. Le système Intervecteur, son bus, son réseau, son modem L intégrés de télécommunication tdma (T0), cdma (sL), fdma (nf-gL) et mixte mdma (mL), est localisé ou embarqué.


La loi de Legros voit son application, intégrale ou partielle, pour les stations, les mobiles terrestres, maritimes, aériens et spatiaux.


Au § ci-dessus, les mots navigateur ou navigation n’étaient pas employés en informatique au 27-08-1985. Ils le sont aux brevets nationaux Legros FR 2 586 845 avec son télé multipointeurs Wi-Fi, avec ses mobiles en mouvement, son groupe de résolutions intervectorielles en un seul et même document pour la navigation dans le système, le réseau, la data-base, le programme, sur l’écran informatique ou sur la zone géographique.


La navigation est un terme propre au mobile, à son déplacement qui est utilisé aujourd’hui en informatique, constituant le navigateur ou le système de navigation informatique. L’auteur inventeur a fait preuve d’analyse, de synthèse pour décrire une totale convergence de sa technologie, de ses systèmes. Il n’est pas contestable que cette convergence est de plus en plus chaque jour vérifiée.

- 44 -



L’électronique Legros est compacte, comporte des innovations ; les équations sont réduites ; les instructions, les données informatiques sont originales, nouvelles, normalisées dans les années 2000 par l’ISO International Standard Organization ; le logiciel est également original, nouveau ; ses réseaux de télécommunication sont l’objet de la Recommandation de l’UIT Union Internationale des Télécommunications de Genève.


Ses publications sont consultables à INPI Paris et OMPI Genève. Au Patent Co-operation Traity PCT de Washington et aux dépôts nationaux 26 pays sont désignés.


Les titres de propriété industrielle protégeant les inventions sont les brevets d’invention délivrés pour une période fixée généralement à vingt ans. La paternité de l’œuvre et de l’invention Legros Intervecteur lui sera perpétuelle. Son œuvre est consacrée par la loi de Legros.


La loi de Legros concerne les sept milliards d’individus de la planète, les populations à naître, la communauté internationale, concerne l’Education, les Sciences et la Culture de l’UNESCO, l’avenir des technologies et de leur emploi.


De la communication publique de son œuvre, de son invention, le nom de l’auteur inventeur est indissociable, ne peut pas être détaché de toute représentation ou reproduction ou diffusion de nature à jeter la confusion. Il est imposé, conformément à la loi, de préciser la source et la date de la première publication.


L’utilisation des brevets nationaux Legros, ses écritures scientifiques de l’intervectorisation couvrent une part importante de l’activité économique des nations, notamment la production industrielle, les services, le transport, les télécommunications, la défense, l’espace.


Il est incontestable de dire que ces produits n’existaient pas en 1985 ; ils sont la reproduction des écritures de l’auteur. Il serait un problème aujourd’hui de s’en passer, sans altérer profondément la vie, le quotidien de chacun de nous.


M. Legros auteur inventeur a déposé physiquement en mains propres le document comportant son œuvre d’art, son invention à l’Institut National de la Propriété Industrielle INPI de Paris. Le document est daté d’une priorité, signé, authentifié d’un dépôt officiel, déposé  enregistré d’un numéro légal. La publicité est nationale au Bulletin Officiel, également internationale.


M. Legros a bien rencontré, informé les autorités au plus au niveau, les industriels de l’importance de son invention, de sa résolution qualifiée d’être considérable, indispensable, incontournable. Ce travail de haute technologie a été exécuté sans aucune commande d’études ou de recherche. L’invention scientifique nécessitait de l’expérience, des compétences pour son évaluation comparée à l’état de la technique et au niveau des connaissances des systèmes exploités en 1985.

- 45 -



L’auteur inventeur n’a reçu aucune aide de l’Agence nationale de valorisation de la recherche ANVAR pour l’extension de son brevet à l’étranger, pour les études de marchés de son application, pour l’industrialisation de son invention ou pour la création d’une entreprise. M. Legros ayant transmis des dossiers techniques, ayant répondu au Concours de l’Anvar.


L’ANVAR était ainsi bien informée que M. Legros avait imposé son système de sécurité anticollision d’application maritime spatiale des dispositifs AIS en 2002, de la publicité internationale de ses brevets. L’OMI des Nations unies ayant délibéré pour l’exploitation des dispositifs Legros AIS afin d’équiper les navires, les stations, d’assurer la surveillance, la navigation et la sécurité maritime mondiale.


La France a une grande histoire maritime, navale et de navigation. Cette application navale, de navigation maritime spatiale des AIS reste, à n’en pas douter, très conséquente dans l’industrie et l’économie. Le brevet d’invention Legros, valide en 2002, intégrant son œuvre d’art scientifique des AIS d’application mondiale affirme une présence, un savoir-faire et une notoriété.


M. Legros a étudié le marché exclusif des AIS d’emploi civil et militaire. Il est incontestable que ce marché des AIS d’importance économique est considérable, avec une implantation aux infrastructures maritimes, de défense, à bord des navires, sur aéronefs, en stations, dans les ports de commerce.  


Les AIS exploités dans le port de Rotterdam pour la régulation du trafic, la surveillance, les AIS embarqués à bord d’un paquebot, d’un Panamax, d’une frégate, d’un chalutier, d’un bateau pilote ne sont pas de même valeur. Le coût d’un AIS installé varie d’un millier d’euros sur écran à une centaine de millions d’euros pour la production et l’ingénierie d’une station maritime portuaire.


Les coûts sont conséquents des dimensions des équipements, de l’installation et des moyens techniques de l’application. L’AIS est en mode récepteur ou mobile sur le réseau de l’Internet.


Il existe un droit exclusif d’exploitation des AIS au 27-08-1985. Les AIS sont des produits ayant reçu une certification, leur exploitation est obligatoire depuis le 01-07-2002. Tous les AIS doivent être exploités sous la licence Legros.


Ce travail est un investissement en fonds propres de l’auteur, en des journées et années de travail en recherche développement, en matière grise (1953-1985). L’œuvre d’art totale ou partielle du système d’information et de navigation n’est pas gratuite, son accès pour l’exploiter est en rémunération à titre payant ; c’est ce que précise la loi sur le droit d’auteur au Code de la propriété intellectuelle.

- 46 -



Le niveau de la demande pour le commerce de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur en fixe son intérêt, la contrepartie économique en représente sa valeur financière. La partie double est une pratique comptable millénaire ; les auteurs jouissent de leurs œuvres, les inventeurs de leurs inventions.


La rémunération de l’auteur ou de l’inventeur s’intégre aux échanges des biens de la propriété intellectuelle, aux flux économiques nés essentiellement de son exploitation. Sans l’œuvre d’art de l’Intervecteur son exploitation, son commerce et son économie n’existent pas ; il en est de même pour l’invention.


L’exploitation d’une œuvre d’art sans l’accord écrit obligatoire et la rémunération de l’auteur constitue un délit pénal, constitue un faux en écriture comptable sur la provenance d’un bien. Le travail fourni de la production de la création de M. Legros auteur inventeur n’est pas comptabilisé depuis 1985 (30 ans). Il y a une rupture manifeste de l’échange, un déséquilibre de l’ordre, des circuits et des secteurs économiques d’autant plus important que la valeur du bien exploité est importante.


La rémunération s’applique par le paiement de redevances née d’une obligation contractée de l’exploitation de l’œuvre d’art ou de l’invention de l’Intervecteur. La loi précise d’autres destinées pour l’œuvre d’art incluse et l’invention, son interdiction de divulgation ou son expropriation par la demande de la licence d’office, au besoin de l’Etat, fixée par arrêté ou par décret, moyennant un accord amiable des redevances ou une indemnité.


De la seule publicité, l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur et son invention ont bien été reproduites pour le commerce et l’enrichissement. Les reproductions sont des produits de la contrefaçon, aux fins aussi d’extorsion, de soustraction frauduleuse ou de vol d’un bien de grande valeur de la propriété intellectuelle.  


L’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur, son invention, toutes les écritures, tous les plans, toutes les applications exposés sont efficaces, fonctionnels au jour du dépôt de la première publication de l’auteur inventeur.


Monsieur Bernard Legros, auteur inventeur, de ses seules connaissances de l’art antérieur ou du métier sait produire ou fabriquer son invention avec ses écritures, ses instructions et ses schémas tels que déposés au 27-08-1985.

- 47 -



De la loi, le droit au titre d’inventeur de l’invention Legros de l’Intervecteur de la publicité internationale est perpétuel ; le droit d’auteur de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur est perpétuel, inaliénable, imprescriptible.


L’œuvre d’art du domaine de la haute technologie a été enregistrée, publiée du seul fait et à l’initiative de l’auteur inventeur. Il faut placer la création dans le contexte ou la recherche industrielle était vive, abondante, ou la concurrence entre les entreprises était âpre, ou des tensions internationales fortes demeuraient d’ordre économique, politique et géostratégique.


De l’histoire de l’humanité, cette situation de création d’une œuvre d’art intellectuelle scientifique majeure, puis de son aboutissement technique complet par des applications profondément liées, synchronisées, mondiales, couronnées de succès, ne s’est jamais produite, qui plus est du vivant de l’auteur inventeur qui lui en a donné tout le corps et toute la consistance suffisante, est sans précédent.


L’originalité de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur, la nouveauté de son système électronique, ses applications dans la téléphonie mobile, dans le transport en général automobile, ferroviaire, maritime, aérien et spatial sauvent des milliers et des milliers de vies, en cas d’urgence ou de l’exploitation de son automatique étudié pour garantir le fonctionnement, la fiabilité, la sécurité intrinsèque de tous les instants et en tout lieu.


La mobilité des personnes transportées est croissante ; les accidents et la mortalité diminuent en proportion. Le système Intervecteur a atteint un niveau de perfection technique ; contrairement au doute émis ou aux idées novices de détracteurs, sans la connaissance technique, que nul système n’est parfait.


L’auteur inventeur de l’Intervecteur a consacré sa recherche, son temps sans compter, à une œuvre aboutie, éternelle, universelle et multi Univers.


Cette création est exclusive, protège l’environnement, assure la rentabilité, la sécurité et le confort, valorise la science mathématique physique, la haute technologie de l’électronique, de l’informatique, des télécommunications et de l’œuvre logiciel. Il est indéniable que l’exploitation de ces technologies, de plus en plus, en forte croissance, augmente le potentiel, apporte une économie des matières premières et ressources énergétiques de la planète.

- 48 -



Tant de sa publicité sur les cinq continents, sans l’œuvre d’art de l’Intervecteur, sans la loi de Legros, sa science, son invention, sa haute technicité, son système, ses réseaux de télécommunication, ses applications toujours plus ancrées, déployées dans la société, dans tous les secteurs de l’économie depuis les années de 1990, que de cette absence le monde s’en trouverait aujourd’hui paralysé, en panne ou inerte.


En effet, il faut considérer que 99,99% des systèmes électroniques ou d’exploitation dans l’industrie, le grand public, les loisirs exploitent l’originalité, totale ou partielle, de la science, de la résolution ou de la technologie Legros de l’Intervecteur.


Il faudrait alors chercher, trouver une autre solution supérieure ou la surpassant. Exploiter l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur ou exploiter son invention, c’est adhérer aux créations de l’auteur inventeur.


Les résolutions mathématiques antérieures de 2500 av. J.-C. à nos jours ne solutionnent pas le problème posé de mobiles évoluant dans le plan ou l’espace les uns par rapport aux autres. La connaissance antérieure mathématique physique est sans solution ou sans effet.


En 1985, l’équation mathématique physique ou le modèle est inexistant ou le néant. Les groupes d’équations pour la résolution mathématique physique intervectorielle écrits aux brevets nationaux FR 2 586 845 sont la solution scientifique, technique, suffisante et complète au problème toujours posé.


M. Legros a de plus résolu plusieurs difficultés majeures, corrélatives à son système complexe (8 circuits électroniques), au modem L, au Calculateur Intervecteur CI : - la production, le codage, la transmission, l’accélération (gL) de l’information, la résolution R, inverse R-1, de liaison, de forme, de mouvement MVT et systémique (1964-1985).


Les groupes de la résolution de Legros de l’Intervecteur, de la publicité au document FR 2 586 845, exposent plusieurs fois le signal infinitésimal ou la particule (sL) SIGMA L, le Zéro codé (0), son complément logique Un codé (1), le néant (n), synchronisé sur (T0), ou sur (TL), l’unité ou le multiple (n-fois) est variable. Le signal électronique dérivé (0, 1, n) discret ou quantum (sL), codé, synchronisé, unitaire, multiple est nouveau et d’importance capitale.


Rappelons que depuis l’antiquité, dans le domaine de la cryptographie, ce sont les plus grands esprits, mathématiciens, savants, logiciens, mécanographes (informaticiens) qui ont imaginé le chiffrement, le codage de l’information, sa restitution d’une opération inverse. La compréhension de messages exploitables de la célèbre machine allemande ENIGMA (électromécanique, électromagnétique) ne provient pas de la recherche du codage, mais d’une suite d’évènements ou qu’elle fut capturée, saisie d’un navire sous-marin U-Boat pour en révéler entièrement toute son énigme.

- 49 -



En science de l’électronique, le signal Legros (sL) avec son zéro (0) codé n’existe que de la publicité Legros au 27-08-1985 : il est original. L’information confidentielle sécurisée de l’Intervecteur, avec son signal infinitésimal codé, sa départicule Zéro, ou son complément particule Un, ou son néant n présente un intérêt, voit son application dans les domaines de l’économie, de la transaction bancaire, de l’assurance, de la défense et militaire, de la géolocalisation, de la télécommunication, etc.  


L’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur constitue à elle seule une branche mathématique complète, un enseignement spécial, supérieur : la branche mathématique du calcul intervectoriel. Ce sont 500 règles, principes, axiomes, démonstrations, théorèmes originaux édifiés d’une mathématique ouvrant sur un champ immense de calcul, de données, de séquence, d’application au mouvement de particules, de mobiles ou de planètes.


A savoir que les grands mathématiciens d’autrefois employaient pour leurs travaux des ouvriers mécaniciens ou du calcul ; aussi, les grandes découvertes mathématiques ne découlent pas d’homme exerçant essentiellement le métier de mathématicien, mais pour servir une explication ou un résultat mathématique.


De la publicité internationale, aucun auteur inventeur de science mathématique physique technique depuis ces millénaires ne présente le concept mathématique, la résolution et la loi de Legros de l’intersection vectorielle ou de l’Intervecteur.


L’avance scientifique technologique industrielle de M. Legros est de plus de 50 ans (½ siècle), aux années de 1970, 1980, au regard de l’application de l’originalité de son œuvre d’art et de la nouveauté de son invention. Ses conseils d’exploitation de son avance technologique sont datés dès août septembre 1985. Actuellement, l’œuvre d’art et l’invention de l’Intervecteur ne sont pas encore entièrement exploitées de leurs applications.  


Néanmoins, de l’œuvre d’art de l’Intervecteur apparaît une discrimination, une incompétence, une ignorance, un déni manifeste des écritures et des dessins de la publicité. Le contentieux du droit d’auteur, d’inventeur, scientifique, mathématique, physique, technique est sans aucune justification, sinon au mobile d’accaparement de l’œuvre d’art et de l’invention de grande valeur, pour l’exploiter, se procurer un avantage, se procurer des richesses.

- 50 -



Antérieurement, les rejets retentissants de la recherche scientifique furent essentiellement de nature religieuse, politique, sociale, économique ou le savant Galilée de son exposé du monde en fut l’une des principales victimes.


De la loi de Legros, de la branche mathématique du calcul intervectoriel, la résolution de ses groupes d’équations sert la création, la description, la séquence du chaos et de l’équilibre, le changement d’Univers à coefficient d’accélération gamma L, la séquence cosmogonique Legros de l’Univers ou du Multi Univers.


L’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur de publicité internationale est douée d’une intelligence théorique, matérielle ; est douée d’une technique originale, nouvelle. Toutes les applications sont réelles, fonctionnent. Sa résolution de l’intervectorisation est indispensable au nouveau système.


L’œuvre d’art de Legros, de publicité nationale, internationale, avec sa branche mathématique du calcul intervectoriel, avec sa technologie électronique, ses instructions, son logiciel, sa télécommunication, son architecture, son multipointeurs est un système d’information, de séquences audiovisuelles, cinématographiques, ou un film indicatif, interactif sur la zone de navigation réelle et sur l’écran de navigation.


Le navigateur Legros avec ses résolutions intervectorielles est pour toute infrastructure, pour tout mobile en mouvement, les voitures, les bus, les tramways, les métros, les trains, les navires, les avions, les drones, les fusées et les satellites.


Lorsque M. Bernard Legros faisait ses recherches scientifiques et techniques, son système, ses groupes d’équations pour la résolution intervectorielle ou ses instructions n’existaient pas en 1984-1985. Il n’ont jamais été l’objet de la publicité nationale, internationale sur un document, ni sur un écran informatique ou sur une station de travail ou sur une vidéocassette ou un film.


De la résolution intervectorielle électronique automatique numérique, le film indicatif interactif sur la zone, l’écran à image asservi de l’accéléromètre, la navigation avec son navigateur télé multipointeurs Wi-Fi ou l’ordre multi pointeurs ou multi doigts sur l’écran ou le pad sont inédits ou originaux.


Son système d’information électronique automatique numérique ou de séquences audiovisuelles, cinématographiques ou de film indicatif interactif de la zone de navigation réelle sur l’écran de vision, intégral ou partiel, est original, nouveau. Il est protégé par la loi du Code de la propriété intellectuelle CPI.

- 51 -



Sans la licence, toutes les exploitations, représentations, reproductions ou diffusions de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur sont des produits de la contrefaçon au 27-08-1985.


Sans l’œuvre d’art, sans la publicité Legros de l’Intervecteur d’un dépôt officiel de sa science, de ses systèmes ou de ses produits, les productions illicites de la contrefaçon sont dites ne pas avoir d’existence, ni de corps ou le néant.


Décrites précédemment, les installations complètes de haute technologie de l’Intervecteur, de l’exploitation de sa résolution mathématique, physique, sont chiffrées en des centaines de millions l’unité ou en des milliards d’euros. Les produits de l’Intervecteur sont utilisés dans l’industrie, dans le grand public et les loisirs.


Autre que le marché du téléphone GSM déployé sur 20 ans (1980-2000), le marché de la télécommunication Legros des mobiles portables (1985-2015), sur les cinq continents, a littéralement explosé ; il se chiffre en milliers de milliards de dollars ou en milliers de milliards d’euros.


En 2010-2015, les téléphones mobiles de haute technologie, les tablettes sont des produits de mode et de design renouvelables. Les opérateurs de la téléphonie mobile exploitent aux générations successives et de la 4G  l’intégration de service. L’expertise, la télé expertise, la simulation, l’autocontrôle, le diagnostic, la réparation des systèmes et des réseaux de télécommunication sont des opérations de traitement local ou distant. Publicité des brevets nationaux FR 2 586 845 27-08-1985.    


Le chiffre d’affaires de l’Intervecteur dans l’industrie de l’électronique, de l’informatique, du logiciel, des télécommunications, des transports, de l’automobile, du ferroviaire, de la construction navale, de l’aéronautique et de l’espace,  de l’enseignement, de la culture, de l’équipement, du médical, de l’armement et de l’énergie est de plusieurs milliers de milliards d’euros.


L’économie générée par les produits de l’Intervecteur représente une part considérable, sachant que pour l’année 2013, le PIB enregistré de la France était de 2089 milliards d’euros, en Europe il était près de 13500 milliards d’euros (soit près de 17400 milliards de dollars).


L’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur audiovisuelle et automatique produit chaque année sur les cinq continents des milliers de milliards de dollars ou des milliers de milliards d’euros. De cette production, la puissance de 12 annuelle (mille milliards) est largement atteinte, ou bien dépassée sur plusieurs décennies (30 ans).


Monsieur Bernard René Paul Legros, auteur inventeur de la substance originale créée scientifique et technique, de l’œuvre d’art de l’Intervecteur et de son invention complète, n’a pas d’opposition ou d’égal de sa création.

- 52 -



Titulaire d’un brevet d’invention, il a un droit exclusif d’exploitation de son invention sur 20 ans, en la date de dépôt au 27-08-1985. Auteur de l’œuvre d’art, il a sur cette œuvre du seul fait de sa création, un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Le droit exclusif du brevet d’invention et de l’œuvre d’art de l’Intervecteur lui confère un monopole d’exploitation.


Toute exploitation ou représentation ou reproduction ou communication de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur, intégrale ou partielle, au public de son instruction, de son automatique, de son électronique, de sa télécommunication, de son logiciel, de son information numérique, et sur l’écran informatique, est interdite sans l’accord écrit obligatoire de l’auteur inventeur.


Toute exploitation ou représentation ou reproduction ou communication ou diffusion de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur, intégrale ou partielle, au public sur le support d’édition, de son, de photographies, de séquences audiovisuelles, cinématographiques de télé diffusion, ou de film, et sur l’Internet, ou par satellite, est interdite sans l’accord écrit obligatoire de l’auteur inventeur.


De la Convention universelle sur le droit d’auteur de Paris (1971), sur toute exploitation de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur figure le droit d’auteur : copyright©Bernard Legros 1985


Il est interdit d’apposer un copyright étranger ou une signature quelconque sur l’œuvre d’art de Legros scientifique mathématique physique et technique de l’Intervecteur.


La loi, la morale commandent de respecter la qualité de l’auteur inventeur, de demander, conformément au droit, le consentement écrit obligatoire pour exploiter l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur.  L’exploitation est soumise à une licence de propriété intellectuelle produisant tous ses effets au 27-08-1985.


L’œuvre d’art et l’invention de l’Intervecteur sont exploitées, comptabilisées au cycle de la production nationale, mondiale. La contrepartie financière, économique s’impose de sa provenance de l’auteur inventeur Legros et de toute exploitation. L’œuvre et l’invention de l’Intervecteur ont une représentation comptable, et un caractère patrimonial perpétuel.


Les factures émises à régler sont en exécution d’une obligation de l’exploitation du droit d’auteur Legros ou de son copyright ; réciproquement, le payement de la créance produit l’extinction de l’obligation.

- 53 -



Les redevances de la propriété intellectuelle sont dues de son exclusivité, d’un barème de rémunération adapté et de modalités d’exploitation.


Les droits d’exploitation de l’auteur inventeur sont soumis au contrat de licence.


Avec les compliments de l’auteur inventeur

Chers amis, chers clients,













La consultation du site www.consultant-legros.net permet de réaliser tout l’intérêt de l’œuvre scientifique Legros de l’Intervecteur, de son système d’équations unique de la personnalité de l’auteur, de sa résolution inédite, explicite, intervectorielle ensembliste d’interdépendance : la loi de Legros.


M. Legros avait en lui toute la dimension, la grandeur considérable de son œuvre d’art, de son invention, de sa technique pour résoudre en son intégralité un nombre important de difficultés et le problème non résolu qu’il a posé.


La construction de cette théorie sans équivalent est la résolution au problème. La création, ses applications présentées, publiées n’existent pas au jour du dépôt. L’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur est originale, entièrement nouvelle, protégée par le droit d’auteur.


Toute exploitation, représentation, reproduction ou diffusion intégrale ou partielle de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur doit mentionner de manière très nette par le symbole international du copyright que le droit est réservé pour tous pays : Copyright©Bernard Legros 1985


Cette œuvre d’art scientifique constitue la branche mathématique du calcul intervectoriel qui se révèle, dès les premières écritures de l’auteur inventeur, être un vaste domaine de son champ d’application revendiqué. La résolution ayant sa propre instantanéité électronique ; la puissance de sa résolution au sein des systèmes complexes et de la systémique est infinie.


Depuis des millénaires, des siècles, l’encyclopédie des sciences a connaissance des branches mathématiques de l’algèbre, de la géométrie et analytique, du calcul logarithmique, du calcul différentiel et intégral, des suites, des séries et des transformées, de la statistique et de la topologie.


Inconnu d’une exposition, d’une présence ou d’une explication universelle, le calcul intervectoriel est une pure création humaine, sans un exemple naturel ou exposé dans la nature, ainsi que l’invention. Sa résolution permet la description de l’Univers, du multi Univers, du passé, du présent, du futur, de la quantité atomique, de la particule infinitésimale quantum ou de la quantité astronomique.


Le calcul intervectoriel avec ses particules ou le néant est indispensable au fonctionnement, au contrôle des systèmes numériques exploités depuis les années de 1990, et dorénavant munis de l’intervectorisation.

- Préambule -



De sa branche mathématique du calcul intervectoriel, la physique est traitée aux écritures de l’auteur inventeur. Sa résolution aux groupes d’équations expose l’élément vecteur, la quantité infinitésimale, les ensembles, l’intersection, le mouvement, la distance, la trajectoire du plan ou de l’espace, la vitesse, la vitesse moyenne, le coefficient d’accélération, le temps, l’électronique, le signal et les grandeurs physiques mesurées.


Il s’agit aussi d’une invention nouvelle de la technique, d’un système, d’écritures intégrales ou partielles, de l’instruction, de sa donnée, du logiciel avec son exploitation ou ses applications et produits relevant du droit d’auteur ou du copyright, relevant également de la protection sur les inventions, sur les connaissances techniques aux brevets d’invention du Code de la Propriété Intellectuelle (1).


La recherche documentaire de l’auteur inventeur Legros, l’état de la technique, des connaissances scientifiques, le Rapport de recherche internationale d’antériorités ne présentent aucun système et réseau d’information électronique automatique, de séquences audiovisuelles, cinématographiques ou de film, de surveillance, de navigation, d’anticollision, sous-terrain, terrestre, maritime, sous-marin, aérien et spatial.


Cette recherche et ces investissements entrepris essentiellement par M. Legros pour une résolution complète de la navigation (souterraine, terrestre, maritime, sous-marine, aérienne et spatiale) n’existaient pas, à un tel niveau de complexité des difficultés rencontrées et à résoudre, en 1985.


Le fait d’ajouter des « si » ou des « mais » ou de la « matière » aux  brevets cités comme antériorités pour comparer, avec la volonté de nuire à l’exploitation normale de l’invention, est une outrance, un faux répréhensible par la loi. Le brevet antérieur comparé aux brevets nationaux Legros FR 2 586 845 et à son droit d’auteur se révèle n’être plus alors l’antériorité citée pour laquelle la protection a été demandée et qui reste sans solution au problème posé.


Enfin, il faut bien préciser que de tels systèmes de navigation, malgré le nombre de scientifiques, de chercheurs, d’ingénieurs, de techniciens et d’exploitants, étaient jusqu’alors sans solution, même parcellaire, n’étaient pas connus, n’étaient pas fabriqués, donc pas exploités en Europe, Amérique, Afrique et Asie.

- 1 -



Aux brevets nationaux Legros FR 2 586 845, aux écritures de son œuvre scientifique, il ne faut lire que ce qui est écrit et ne pas lire ce qui n’est pas écrit. De même, en droit c’est la loi qui s’applique pour tous, mais pas l’inexistence d’un droit qui serait le fait d’un arrangement pour procurer un avantage et un moyen d’enrichissement.


Les écritures de l’œuvre et de l’invention expliquent le problème posé, puis sa résolution mathématique physique et technique pour l’appliquer directement, atteindre un but, obtenir le résultat. Le problème posé était sans solution au jour du dépôt. Avec ses exemples opérationnels d’exécution, il n’a été résolu suffisamment que par M. Bernard Legros auteur inventeur au 27-08-1985.  


L’homme de l’art du domaine de l’ingénierie, de l’électronique, de l’électrotechnique, de l’automatique, de l’informatique, de la télécommunication, du logiciel et du numérique fait l’usage courant d’utiliser des procédés mnémotechniques alphanumériques de A à Z, de 0 à 9, ou des symboles pour désigner, reconnaître rapidement des milliers et des milliers de signaux, de câbles, de circuits, de composants ou d’équipements. La désignation renvoyant à une abréviation alphanumérique intelligible est une pratique courante industrielle, informatique et dans le monde.


M. Legros a produit les écritures de son œuvre et de son invention en France. L’œuvre d’art de Legros est écrite en langue française de gauche à droite et de haut en bas. Les termes de la technique ont longtemps été définis aux siècles passés par des savants ou des hommes de sciences. Les schémas utilisent des lettres ou des groupes de lettres ou des chiffres ou des symboles conformes aux exigences, aux pratiques de la technique et du métier.


L’œuvre et l’invention restent complexes. Le graphisme est conforme aux règles d’usage ; des lettres ou des chiffres peuvent être choisis. Les autres lectures puisées en quinconce ou en diagonale dénaturent tout terme, n’importe quelles écritures ou œuvre de l’esprit.


La loi ne permet pas d’ajouter ou de soustraire de la matière ou des explications ou d’étendre la protection demandée à une demande de brevet d’invention telle qu’elle a été déposée. De telles manipulations d’écritures judiciaires, d’intimidation et de menace, sont des crimes et délits d’extorsion, d’escroquerie, de faux servant la contrefaçon, la spoliation d’un bien, le vol, la soustraction du droit d’auteur ou du titre officiel du brevet d’invention.

- 2 -



Le déni qui est manifeste de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur, de ses huit circuits (8) électroniques et alimentation, son central, ses capteurs, ses groupes de résolutions, ses réseaux et ses applications ; cette finalité préméditée a pour objectif l’appropriation frauduleuse aux fins de richesse ou le détournement de fonds de leur destination. Les redevances servent en rémunération des droits de la propriété intellectuelle.


Il convient d’affirmer qu’il est impossible de fabriquer l’invention Legros avec les dispositifs ou avec les systèmes globaux existants dans le monde. Ils ne disposent pas de la loi scientifique mathématique physique de l’Intervecteur, de ses réseaux de télécommunication, de ses alimentations, de son système d’exploitation compact, de ses instructions, de son logiciel, de ses données, de ses applications immédiates.


La matière décrite, l’application des systèmes aux antériorités des brevets cités, aux circuits et alimentation, n’est absolument pas suffisante. Ces brevets ne sont pas exploités dans le transport en général. Contester ce fait intellectuel, matériel et d’application, c’est se situer dans l’immoralité, le délit de négation du réel.


M. Legros dans sa demande de brevet d’invention expose un problème, la difficulté rencontrée et sa solution que les inventeurs des brevets antérieurs ne prétendent pas résoudre. De sa publicité nationale, internationale, la propriété intellectuelle de M. Legros n’est revendiquée dans le public, par ailleurs, par aucun inventeur ou propriétaire de droits ou de brevets antérieurs.


Le brevet d’invention est délivré en France pour une durée de vingt ans et confère à son titulaire un droit exclusif d’exploitation (1985-2005). C’est bien au cours de cette période que l’invention incluant l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur a été copiée en force, reproduite, contrefaite, aux fins de soustraction frauduleuse.


De la loi sur le droit d’auteur ou le copyright, de la Convention universelle sur le droit d’auteur, du seul fait de sa création, l’œuvre d’art scientifique, d’information, d’instruction, de logiciel, de plans, de dessins, d’architecture électronique système, systémique est exclusive, opposable à tous. Le droit d’auteur de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur est perpétuel, inaliénable, imprescriptible.


Les écritures de l’œuvre d’art et de l’invention Legros du système de sécurité anticollision pour les mobiles évoluant dans le plan ou l’espace e sont claires, précises, immédiatement reconnaissables. Les instructions, les données, intégrales ou partielles, sont originales, nouvelles, irréductibles. Les réseaux de télécommunication sont originaux, nouveaux, entièrement définis, ainsi que le logiciel intervectoriel.

- 3 -



De son expérience en mécanique, automatique, électrotechnique, électronique, logique, informatique, télécommunication, système et ingénierie les plans, les circuits électroniques, le support bus sont compacts. L’invention, l’œuvre d’art incluse intégrale ou partielle est immédiatement exploitable dans l’industrie, de la création même de l’auteur inventeur, de sa théorie Métamathématique du calcul intervectoriel, de sa construction technique, de ses applications industrielles.


Suite aux interventions, aux publications, aux dossiers techniques de M. Legros en France, en Europe auprès de la CE, et à l’international, le brevet d’invention français FR 2 586 845 et d’instruction logiciel produisant ses effets s’est imposé de son application maritime spatiale du système d’identification automatique AIS.


Le brevet d’invention a été reproduit dans le détail de la diffusion de la directive résolution A.917(22), le 1er juillet 2002, pour son exploitation par les 173 pays membres et associés de l’Organisation Maritime Internationale OMI de Londres. L’OMI est une organisation des Nations Unies de New York.


L’œuvre d’art des AIS exploitant les réseaux Legros tdam, cdma, fdma et mdma a été tirée, années de 2002 à 2015, à plusieurs millions d’exemplaires, a été copiée, vendue de ladite directive aux pays membres. Les exemplaires vendus sont comptabilisés par l’OMI, depuis son siège à Londres, depuis les librairies, les distributeurs, et sur le réseau de commerce électronique de l’Internet.


La communauté maritime internationale utilise cette directive, les autorités de surveillance maritime, les capitaineries des ports, les marins, les navigateurs, les armateurs, les installateurs, les écoles de la marine marchande, de la marine militaire, etc.


De l’œuvre d’art des AIS et des réseaux de télécommunication tdam, cdma, fdma et mdma, il existe un droit exclusif d’exploitation, de représentation, de reproduction et de diffusion. Le consentement personnel de M. Legros donné par écrit est obligatoire. Personne ne peut se substituer au consentement de l’auteur inventeur propriétaire sous peine de grave condamnation prévue par la loi pénale.  


L’œuvre originale de l’Intervecteur avec la descripion de ses instructions, de son logiciel, de ses plans, dessins et graphiques, de ses informations, de son architecture copiée de la directive rés. A.917(22) de l’OMI est communiquée par des récitations publiques, enseignée, diffusée, éditée, photocopiée, commercialisée sur le support de fixation matérielle d’une dizaine de pages, sur le support audiovisuel et sur le réseau de l’Internet.


Cette exploitation de l’œuvre d’art de Legros scientifique, technique, de grande valeur sans autorisation est une violation avec violence du droit d’auteur sur la scène internationale. C’est un acte illicite et condamnable.

- 4 -



La reproduction de l’œuvre d’art de Legros en version française de la directive de l’OMI « A 22/ rés. 917 du 25 janvier 2002 Original : ANGLAIS » précise l’utilisation des AIS comme étant un dispositif antiabordage maritime pour ne pas dire anticollision ; alors que la reproduction en version anglaise de la même directive de l’OMI « A 22/ rés. 917 du 25 janvier 2002 Original : ENGLISH » précise l’utilisation des AIS comme étant un dispositif anticollision maritime.


De plus le terme « original » de la directive rés. A.917(22), en haut de la page 1, jette la confusion. L’OMI n’a aucun droit d’auteur et d’inventeur à revendiquer. Les copies ou les reproductions de contrefaçon sont une appropriation frauduleuse avec préméditation ou un vol de l’OMI, en violation des droits d’auteur.


Le système de sécurité anticollision pour les mobiles est le titre des brevets nationaux et de l’œuvre des AIS pour les navires, les stations maritimes et les aéronefs de sauvetage en mer. Substituer le mot antiabordage au mot anticollision se révèle être de la traduction le premier aveu de la contrefaçon incriminée au moment de la publication de la directive au 1er juillet 2002.


Il s’agit bien de la reproduction illicite de la publicité internationale du système d’anticollision de l’œuvre d’art des AIS sur la zone, sur l’écran de vision des séquences audiovisuelles, cinématographiques ou du film, en mode d’exploitation manuel, semi-automatique ou automatique. L’application des instructions intervectorielles maritimes spatiales, des informations, du code logiciel numérique est intégrale ou partielle - brevets nationaux FR 2 586 845 le 27-08-1985.  


La directive rés. A.917(22) AIS sur le support papier est vendue de 12 à 30 €. L’œuvre d’art de Legros est aussi exploitée, mentionnée aux publications des directives et annexes telle pour l’exploitation originale, nouvelle du GMDSS, du VDR, des ECDIS ou de l’ISPS Code, ainsi que pour toutes les activités d’installation, de certification, d’exploitation, de maintenance et de formation.


Ladite directive est intégrée à la convention SOLAS (1960-1974) qui a été amendée en 2002 d’un chapitre portant sur la sécurité de la navigation AIS. L’exploitation économique, industrielle, culturelle de l’invention et de l’œuvre d’art du dispositif des AIS est mondiale et à titre onéreux


La cause de l’obligation est prouvée, elle est légale en application de la loi sur le droit d’auteur, sur la protection des inventions et des connaissances techniques. De la publicité internationale de Legros des AIS, l’OMI a contracté une obligation volontaire ou avec l’intention de nuire à l’exploitation normale exclusive de la propriété intellectuelle industrielle de M. Bernard Legros.

- 5 -



L’OMI a agit en connaissance de cause de la publicité. Son acte est réfléchi, prémédité pour s’approprier à terme l’œuvre d’art des AIS et les droits qui y sont attachés. Les AIS procurent un avantage matériel financier important.


La facture N°001 de 2013 éditée au départ de la France à l’exportation a été rééditée le 01-09-2014 par Monsieur Bernard Legros, référence BL201409, pour la diffusion publique de son œuvre d’art par l’OMI.


La rémunération ou les redevances pour le consentement écrit obligatoire de l’auteur et inventeur est de 3 500 000 € ; la somme minimum pour la représentation de l’œuvre d’art est de 3 500 000 € ; la somme minimum pour la reproduction de l’œuvre d’art est de 3 500 000 €. Le total des montants dû est de 10 500 000 €. La rémunération de l’auteur inventeur était exigible dès la première exploitation des AIS (2002-2019).


De la gestion du droit d’auteur, les redevances d’exploitation sont majorées de 15% à payer sur toute exploitation, reproduction, représentation ou diffusion sur tout support, depuis la première utilisation des AIS de haute et nano technologie. L’obligation est une créance à recouvrer de l’exploitation, de la diffusion et du commerce de la propriété intellectuelle individuelle de Mr. Bernard Legros.


La loi française et la Convention universelle sur le droit d’auteur précisent que le nom de l’auteur et la date de la première publication doivent figurer sur toutes les publications scientifiques, techniques des AIS, et sur le serveur de l’Internet.


Les écrits de la description, les plans et les dessins, l’architecture présentent l’exploitation, intégrale ou partielle, pour la navigation maritime ou spatiale, l’information à bord des navires, en station STM de Service du trafic maritime et sur l’aéronef de sauvetage en mer.


Le télémultipointeurs Wi-Fi original sur les cartes de navigation du système Intervecteur est le navigateur dans le système, le réseau, la base de données, l’application sur l’écran ou sur la zone réelle de navigation des navires. Ce produit de navigation existe avec le navigateur sur l’écran, en passerelle du navire, en station ou à bord de l’aéronef, le 27-08-1985.


Tous les dispositifs électroniques de sécurité des AIS et de télécommunication exploités dans le monde entier pour la navigation maritime spatiale, la surveillance, l’information, l’identification, la géolocalisation, le secours, le sauvetage en mer, la régulation et l’anticollision sont de la production intellectuelle industrielle de Monsieur Bernard Legros.

- 6 -



Il s’agit du Premier réseau maritime spatial mondial d’information, de navigation, d’anticollision sur la zone réelle de navigation, sur le support de fixation matérielle. L’information est originale, nouvelle, synchronisée, codée, à signal Sigma (sL). Le système d’information électronique automatique numérique produit la diffusion de l’information ou de séquences audiovisuelles, cinématographiques ou du film, sur l’Internet, et en liaison montante descendante vers les satellites.


Avant l’invention et l’œuvre d’art scientifique des AIS, les marins naviguaient à vue, exploitaient les cartes maritimes, la route était tracée sur la carte. La navigation à l’estime utilisait les relevés en mer. Les informations étaient produites par l’instrumentation de bord ou terrestre (boussole, loch, chronomètre, sextant, compas, sonde, longue vue, balise, phare, signalisation, sonar, balise Argos, radar, etc.). La recherche en mer et le S.O.S. (Save Our Soul) étaient souvent tardifs, approximatifs que les naufragés succombaient.


L’état des connaissances scientifiques techniques ne propose pas la description de ce Système Intervecteur des AIS pour la navigation maritime spatiale au brevet français FR 2 586 845, incluant l’œuvre d’art originale, scientifique Méta-mathématique physique, les instructions, les informations, les résolutions, le code logiciel numérique, le fonctionnement, les plans et les dessins, l’architecture du système et de la systémique des systèmes, les réseaux de télécommunication, la Wi-Fi, le bus, l’électrobus, le télémultipointeurs et le navigateur.


La loi sur le droit d’auteur en France, la Convention universelle sur le droit d’auteur précisent que doivent figurer sur toute représentation ou reproduction ou diffusion publique des AIS le symbole du copyright, le nom de l’auteur, l’année de la première publication montrant de manière très nette que l’œuvre d’art est protégée et le droit réservé. AIS © Bernard Legros 1985


Le titre au sigle AIS sont les qualificatifs « système, automatique, identification » reproduits des écrits scientifiques de M. Legros en 1985. Le droit moral de M. Legros est attaché à sa personne, à son œuvre d’art, à son invention des AIS.  


La diffusion de l’œuvre d’art des AIS sur l’Internet  sans le consentement écrit obligatoire de l’auteur inventeur est illégale. Son commerce et à l’exportation au départ de la France est aussi illégal. Il s’agit d’infractions pénales relevant de la cybercriminalité sur les réseaux de télécommunication.


L’œuvre d’art des AIS s’est imposée de son originalité, de sa nouveauté. Sinon la directive rés. A.917(22) OMI n’existe pas ou le néant.

- 7 -



Pour atteindre ce niveau inégalé scientifique, technique et de recherche, l’auteur inventeur a consacré sa vie. L’OMI doit se conformer aux lois et à la Convention universelle sur le droit d’auteur et payer les sommes dues. L’OMI peut aussi exploiter les dispositifs habituellement existants à bord des navires, en station, sur aéronef ou proposer ses œuvres ou brevets aux Etats membres et associés.


L’OMI doit se libérer de l’obligation volontaire qu’elle a contractée en connaissance de cause, doit se conformer au droit en matière de propriété intellectuelle et acheter tout simplement les droits M. Legros.


L’invention électronique des AIS est exploitée chaque seconde, 24 heures sur 24, pour la navigation maritime mondiale, et assure la protection des personnes et des  biens pouvant atteindre le milliard d’euros, pour chaque navire de commerce.


Les dommages économiques d’une catastrophe maritime sont évalués à plusieurs milliards d’euros, les préjudices humains sont incalculables, considérables pour les armateurs, les compagnies d’assurance et la société.


Le but majeur des AIS est la sécurité, éviter tout risque d’erreur humaine, d’erreur technique, éviter les catastrophes, les dommages causés à autrui, à l’environnement dans des conditions anormales, périlleuses de navigation ou au moment d’échouage ou de collision. - brevet FR 2 586 845 le 27-08-1985.


L’AIS avec les satellites et les réseaux tdma, cdma, fdma, mixte mdma est appliqué de la directive Rés. A.917(22) OMI pour répondre à ces risques, pour rendre sûre en tout lieu du globe la navigation maritime. La navigation AIS d’estuaire, fluviale, de rivière et territoriale est sous la surveillance des affaires maritimes de chaque Etat.


Cette Directive Res.A.917(22) stipule l’information TUC - Temps Universel Coordonné. La navigation mondiale ayant été déterminée au XIXème siècle pour le calcul des longitudes au méridien de Greenwich.


L’œuvre d’art des AIS expose le dispositif complet. Le monde de Legros supporte la synchronisation universelle, le signal infinitésimal ou le néant codé. Ce monde de Legros est original, nouveau, entièrement pensé entre 1958 et 1985.

- 8 -



Le Système Intervecteur est exploité des dispositifs AIS-tdma/mdma avec succès dans l’industrie. L’œuvre d’art telle qu’exécutée par l’auteur inventeur offre une densité intellectuelle rare : l’existant, l’architecture, le système, la systémique, le fonctionnement, les liaisons réseau, la Wi-Fi, le bus, l’électrobus, les résolutions scientifiques, les instructions, le code logiciel numérique, les informations spatio-temporelles, l’espace codé, le coefficient gamma, oméga exponentiel L (g,wL)n, les plans et les dessins des (x1, x2, …, xn), le télémultipointeurs ou le navigateur  sur l’écran ou le synoptique ou sur la zone réelle de navigation.


L’AIS-tdma/cdma/fdma/mdma de M. Legros tel que breveté concerne le système d’exploitation, le système de réseau, l’instrumentation de mesure du vecteur distance ou du vecteur de position (x, y, z, t) dans le plan ou l’espace 3D, l’ingénierie de puissance électrique, mécanique, la supervision de l’exploitation.


L’AIS est embarqué à bord des navires, des aéronefs de sauvetage en mer, ou il est installé en station  STM de Service du trafic maritime pour la surveillance, la régulation ou pour signaler, visualiser un danger sur l’écran, ou pour donner un ordre d’arrêt ou d’évitement sur zone. L’AIS génère son propre code numérique ou le générateur de code. Il est utilisé en simulateur, s’autocontrôle ou par l’injection originale nouvelle du signal Sigma L (sL) ou de télémaintenance.


Avec le dispositif des AIS, il n’y a pas de recherche maritime de géolocalisation pour les secours ou pour retrouver le lieu du naufrage ou l’enregistreur (boîte noire) VDR Voyage Data Recorder du navire. De plus, l’expertise ou la téléexpertise des bâtiments offre un gain de temps décisif au secours en cas de catastrophe.


L’AIS n’est pas, comme il est rapporté par la vulgarisation de publication, un simple transpondeur ou une radio, pour dire sans nouveauté, sans originalité ou banal au regard de l’état de la technique antérieure, de la navigation maritime, de l’instrumentation en passerelle, à bord des navires.


Le vulgarisateur des AIS fait de plus une confusion entre le réseau original nouveau tdma - time division multiple access et le composant électronique multiplexeur. Le réseau de Legros tdma n’est pas un multiplexeur ou démultiplexeur, composant qui ne nécessite en outre aucune synchronisation universelle.


Le composant électronique multiplexeur-démultiplexeur reçoit le signal à n entrées-sorties. Le multiplexeur hardware des réseaux d’ordinateurs, de périphériques ou de télécommunications de satellites et de stations réceptrices fonctionne avec un adressage de la trame. Le multiplexeur est inefficace pour résoudre les AIS embarqués à bord des navires ou localisés en station.


L’invention est de grande valeur pour la navigation mondiale. La recherche scientifique Métamathématique physique maritime spatiale, technique, électronique, de télécommunication, d’ingénierie, d’instruction logiciel et de données est aboutie. Le Système Intervecteur est infiniment complexe de l’étendue de son champ d’application. Le brevet et l’œuvre d’art des AIS est une application partielle reproduite en toute illégalité par l’OMI de la directive Rés.A.917(22).


De son originalité, de sa nouveauté, l’exploitation des AIS est reconnaissable, identifiable dans la seconde par le marin, le navigateur ou l’officier sur l’écran à bord du navire ou en station du trafic maritime STM ou sur l’hélicoptère de sauvetage en mer au regard de la pratique antérieure.

- 9 -  



Lorsque M. Legros a fait sa publication, la géolocalisation du GPS n’était  pas en service en 1985, mais en expérimentation pour servir à partir d’une référence le calcul de coordonnées terrestres. C’est le réseau mondial d’antennes OMEGA, les balises et l’instrumentation de bord qu’exploitaient les marins pour le relevé en mer et le calcul de la route. Le code S.O.S. était utilisé, il est toujours utilisé en mer. De l’utilisation du GPS, le réseau d’antennes OMEGA a été démantelé.


Dans le domaine des télécommunications, en 1950, les fréquences utilisées étaient attribuées aux usagers. Durant les années de 1980-1990, a été déployé le réseau de transmission GSM Global System Mobile commuté au réseau public des Télécoms. Le réseau TRANSPAC, le Minitel™ étaient développés et exploités en France. Et, les transmissions étaient réalisées avec l’exploitation de l’autocommutateur sur les lignes téléphoniques analogiques.


Les industries de l’informatique et des télécommunications utilisaient des couches physiques, des protocoles de trames, le début, la fin de l’envoi, le contrôle de parité, les codes autocorrecteur. Des protocoles de communication tels que le RS-232, les x25, V24 et celui du Jeton circulant ou Token Ring entre les ordinateurs étaient exploités.


Ce dernier protocole a fait naître un litige juridique de paternité ou de priorité avec l’inventeur. Ce dont le brevet et l’œuvre scientifique Legros ne souffrent pas ; il n’y a là, à ce niveau, aucune opposition de tiers ou de revendication en paternité.


Les télécommunications téléphoniques consistaient exclusivement en de la vente de transmission de la voix et de données. Les informations étaient diffusées sous forme de data bases ou de fichiers, au débit de 1200-2400 bauds (bps), précisément la nuit quand les lignes étaient le plus disponibles.


Mr Legros avait depuis très longtemps intégré à sa science, à son savoir-faire, à sa pratique le signal de l’horloge ou le clock pour la synchronisation des circuits électriques, électroniques sur un seul fil ou câble désigné bus, puis pour la synchronisation de toutes les machines, de tous les systèmes. Sa systémique est le tout, un monde synchronisé pensé par lui aux années de 1960-1970.


Cette vision globale embrassée d’un seul homme, en un tout, n’est absolument pas une science, encore moins une technique appliquée évidente. Loin d’être la source d’un esprit commun. Cette vision de tous les instants, il sut par la suite bien la préciser de sa loi.


La vision des choses reste plus généralement partielle, voire incompréhensible, et une problématique pour constituer le tout. Des milliers et des milliers d’ingénieurs dans le monde entier étaient effectivement confrontés aux systèmes électroniques, informatiques, aux télécommunications, aux modes de pilotage automatique des transports, sans application marquante, concrète, sans résultat probant, avec des abandons, des échecs, notamment dans l’industrie ferroviaire.

- 10 -



L’auteur lut plusieurs fois que cette idée unificatrice d’un monde ou d’un univers mathématique a été pensée, écrite par plusieurs des philosophes, des mathématiciens, des physiciens et astronomes ; toutefois, sans en rendre compte de cette intelligence par les écritures d’une exactitude formule ou d’une situation, d’une description technique, dont ils pressentaient sûrement vouloir davantage en décrire toute l’existence ou en envisager toute la puissance.


Que la nature admet la collision de corps en mouvement ; en ceci que chacun d’eux n’étant en un cas que librement influencé des lois de la physique et de sa trajectoire initiale.


La loi de Legros mathématique physique est la réponse à cette idée unificatrice d’un apport technique de son œuvre d’art et de son invention de l’Intervecteur.


Sa maîtrise permet  d’en mesurer toute la puissance, de penser, de voir le monde tout autrement, de sa complète description des corps, les uns par rapport aux autres, de son accélération exponentielle complétée du mouvement spatial, de son instantanéité, de sa totale liaison, de sa résolution intervectorielle, continue, de l’espace-temps, de son interprétation traitant du présent, de l’infini du passé, du futur. Telle est la consistance de la loi de Legros, son Eternité, son Univers, ou ses multi Univers.


A cette fin de loi qu’il a bien mis en évidence, de la collision de corps, de leur interdépendance, l’inventeur connaissait toutes les difficultés pratiques liées à leurs mouvements, à l’instrumentation, à la mécanique automatique de position, de précision dans le micron, à la métrologie, au déplacement spatial, temporel, au contrôle de l’électron, ainsi que les calculs, les dispositifs, leurs fonctionnements pour éviter les collisions.


Sa connaissance technique intégrait aussi la technologie des gros ordinateurs, des serveurs, des bases de données, des langages et requêtes, des réseaux de télécommunication. Son mémoire de fin d’études intitulé Les Grands Systèmes Informatiques était sans nul doute le signe précurseur d’un événement pressenti, embrasser l’idée unificatrice de sa création ; d’alors, le grand système du monde.

- 11 -



La description scientifique de son invention est utilisée aujourd’hui dans le domaine de la télécommunication, du téléphone portable cellulaire, du haut débit entre les ordinateurs, les calculateurs, les périphériques, également pour la détection dans le transport terrestre, maritime, aérien et spatial.


Les réseaux Legros de télécommunication tdma, cdma, fdma, mixte mdma, le réseau Wi-Fi (Local area Network), le bus CAN (Control Area Network) des mobiles sont publiés aux brevets nationaux FR 2 586 845. La date de dépôt de la demande auprès de l’INPI est ici indiscutable pour l’histoire, en après-midi, à 15 heures, le mardi 27-08-1985. L’heure du dépôt n’est plus imprimée aujourd’hui sur le titre officiel de propriété intellectuelle du brevet d’invention.


L’auteur inventeur a créé la branche scientifique mathématique physique du calcul intervectoriel, les instructions, le logiciel, les données. C’est un professionnel expérimenté dans le domaine des sciences, en électronique, électrotechnique, mécanique, ingénierie industrielle. Logicien, il est aussi expert en informatique, télécommunication, numérique, automatique, robotique, système et intelligence artificielle (1971-2017).


De l’édition du Rapport de Recherche Internationale le 14 novembre 1986, de sa recherche encyclopédique depuis 1982 auprès de l’INRIA, du CNET, de l’ENST, du CNAM, auprès des universités de Jussieu, Dauphine et Orsay, son système, sa systémique, ses réseaux de télécommunication, son réseau local, son bus pour le mobile n’existent pas. Son système complexe, original, nouveau est entièrement, directement fonctionnel, fiable, efficace. C’est essentiellement le fruit de son travail, de son intelligence, de sa propre culture scientifique, industrielle et technique.


M. Legros est intervenu auprès des présidents et des directions de la SNCF pour résoudre une difficulté d’exploitation suite aux catastrophes ferroviaires de l’été 1985 survenues à un passage à niveau à Saint-Pierre-du-Vauvray, faisant 9 morts, sur une voie à sens unique à Flaujac, la collision frontale fit 35 morts et 120 blessés, le déraillement au moment du croisement de trains allant en sens inverse à Argenton-sur-Creuse fit 43 morts et 34 blessés.


Dans le maritime, les problèmes de navigation rencontrés sont identiques  avec le risque de collision ou d’échouage, tel celui de l’Amoco Cadiz sur les côtes de Bretagne, en 1978. Dans l’aérien, les erreurs de navigation, la perte du contrôle de l’avion ont des conséquences désastreuses, mortelles. La localisation rapide des épaves est un élément déterminant pour les secours.


Sur la route, dans le ferroviaire, en mer, dans les airs ce sont des centaines de risques qui surviennent chaque jour, et des collisions parfois sans gravité, ayant pour cause le non-respect de la réglementation ou des consignes de sécurité. Ce sont ces problèmes d’exploitation, de sécurité, de protection des personnes, des biens que l’invention des brevets nationaux Legros FR 2 586 845 traite, règle, résout en intégralité avec son système de l’Intervecteur, sa science, sa technique, son logiciel et ses télécommunications.

- 12 -



Lorsque M. Legros s’est présenté en 1985 avec son invention dans l’industrie ferroviaire, le potentiel humain était considérable. La RATP, la SNCF employaient chacune 40000 et 250000 salariés, soit près de 300000 salariés. Ce nombre en milliers de salariés était quasi identique dans l’industrie, le ferroviaire, l’automobile, la navale, l’aéronautique, l’espace, l’armement, l’électronique, l’informatique, les services, les télécommunications pour faire une demande de brevet auprès de l’INPI.


Dans le monde, la configuration économique est tout aussi considérable par pays. Ce sont bien des millions et des millions d’exploitants, d’industriels, de conducteurs, d’opérateurs qui étaient confrontés aux problèmes de collision, de l’automatique, de la régulation du trafic, de l’information sans apporter une solution complète, concrète, fiable, directement exploitable.


De l’état de l’art antérieur au jour du dépôt de la demande, il n’existe que l’invention Legros brevetée, son œuvre d’art scientifique, son système, ses instructions, son logiciel, ses plans, ses schémas, son architecture de publicité nationale, internationale pour résoudre le problème de A à Z, au 27-08-1985.


M. Legros a remis, durant les mois d’août à novembre 1985, sa solution électronique, de télécommunication, son système d’information, d’anticollision, ses plans et schémas pour la généraliser aux xn-trains, aux xn-systèmes et équipements du réseau ferroviaire. Le but est d’éviter tout risque de collision provenant d’une erreur humaine ou d’une erreur technique.


Ses brevets précisent l’application embarquée ou localisée, terrestre, ferroviaire, maritime, aérienne ou spatiale, sa télécommunication, la diffusion, la résolution de l’information depuis le central (x) ou (x1), pour tous les  (Ɐxn) systèmes, entre tous les xn systèmes (x1, x2, …, xn).


La SNCF avait un service innovation, stratégie et recherche qui étudiait les systèmes ferroviaires. Elle a produit des publications qui sont consultables dans la presse, le Monde de janvier 1986, le Figaro de mars 1986. L’esquisse de liaison de télécommunication, sans résolution, est décrite dans l’article avec un dessin d’ASTREE Automatisation du suivi des trains en temps réel, dont le but est la généralisation de l’exploitation, soit équiper tous les trains et le réseau ferroviaire.


Cette publication ASTREE du service de la recherche de la SNCF fit suite aux lettres, aux rencontres et conseils de M. Legros auprès des présidents, des directions générales, des directions de la recherche, du matériel, de la signalisation, des télécommunications dès août 1985. Cette grande entreprise gérait 5000 motrices et 25000 kilomètres de voie. Mr Legros proposa et chiffra l’application ferroviaire de son invention en 1986 pour un milliard de francs.

- 13 -



La SNCF s’est ensuite engagée sur la suppression des passages à niveau PN à risque, la généralisation du bloc automatique, la mise en exploitation du SACEM, le déploiement du téléphone GSM Global System Mobile en gare, en cabine de motrice. L’emploi du réseau nouveau de télécommunication GSM-R(rail) SNCF, aux années 2000, est le réseau tdma des brevets nationaux Legros.


En 1994, cette esquisse ASTREE sera projetée en Europe sous l’impulsion de la SNCF par des directives de projets européens ERTMS/ETCS (European rail traffic management system/European train control system) ; soit la reproduction intégrale ou partielle de l’application ferroviaire des brevets Legros.


Mr Legros énonce aux écritures de son brevet, à son œuvre, à son système, à son central et à ses réseaux de télécommunication, au § Utilisation : la liaison entre tous les trains (but N°1) ; les maisonnettes de passage à niveau PN (but N°2) ; pour donner un ordre quelle qu’en soit la raison (but N°3) ; soit pour basculer ou activer avec son multipointeurs utilisé comme navigateur browser sur la page ou le graphique d’écran, ou sur la zone réelle dite de travail ou de repos des mobiles ferroviaires en mouvement, en stationnement ou en zone d’évitement. Les termes travail ou repos sont connus de la logique en automatique ; l’ensemble vide Legros [f] est original, puisqu’égal à 1 ; sinon il est égal à 0.


Au jour du dépôt, l’état de la technique du signal électronique ne différencie pas l’absence du signal et son niveau logique Zéro (0). L’Intervecteur au signal électronique logique Legros codé a trois états connus au système : la discontinuité du signal ou le néant (n), le Zéro (0), le Un (1), en logique positive (+1), en logique négative (-1), et pour tous les xn systèmes intervectoriels.


Il existe au travers du système, des xn systèmes, soit une rupture, une discontinuité, le silence ou le néant (n) du signal (sL), son niveau de tension 0 ou 0 volt, et son niveau de tension 1 ou 5 volts, -1 ou - 5 volts. Les 3 ou n états sont connus, contrôlés pour l’équilibre du système de l’Intervecteur en logique positive, négative. L’état de transmission, ou il se pratique, du signal électronique Legros codé (sL) est de 3 puissance n (3^n).

 - 14 -



Sur une trame logique de trois digits l’alphabet de A à Z plus un symbole est contenu, ou 27 pour 3 puissance 3 (3^3).  Pour n états de la trame la puissance du nombre d’états est de n puissance n (n^n).   


Ses réseaux de télécommunication tdma, cdma, fdma, mdma et sa résolution de l’intersection vectorielle entre le central, toutes les maisonnettes ou tous les trains (Ɐxn) sont l’objet d’une exploitation dans le chemin de fer, ou d’une mise en exploitation petit à petit ou progressive de l’Intervecteur, pour gérer le trafic ferroviaire, à terme éviter les collisions entre les trains en utilisant sa mathématique physique, son groupe d’équations, son système et sa technique.


La technologie de télécommunication Legros est étudiée d’un modem pour diffuser de l’information ; elle n’est pas restrictive de l’usage de l’information ; elle équipe de ses réseaux de télécommunication toutes les xn-maisonnettes ou les maisons d’habitation des employés de la SNCF, tous les trains en mouvement ou en stationnement.


Ceci constitue tout un réseau de service connecté de trains, de maisonnettes PN, de postes de contrôle, d’aiguillage, de gares sur les lignes, connecté à un central, à un autre central interconnectés (Ɐxn).  Sa technologie précise l’existant utilisé, le central, le système, les réseaux de télécommunication, les applications centralisées, localisées dans des maisonnettes, ou embarquées sur les trains, ou en n’importe quel lieu du plan ou de l’espace.  


Les réseaux de télécommunication Legos sont entièrement définis avec le moyen de navigation sur l’écran graphique multipointeurs, ou sur la zone géographique réelle. L’inventeur définit ses n multipointeurs ou n mice (mouse) résistifs (Pont ou Wheatstone bridge), optiques ou électromagnétiques ou de mouvement.


Sa technologie du télé multipointeurs inclut la transmission filaire, la télétransmission bidirectionnelle, conversationnelle, l’alimentation, la molette ou de mouvement, les ordres des boutons-poussoirs, le comparateur et la bascule électroniques de détection sur l’écran de vision (pixel). Sa résolution de l’intersection vectorielle existe pour tout pointeur. Le multipointeurs est défini par son ergonomie, son design, son type de relation à l’ordinateur, tout en conservant son rôle primordial.

- 15 -



Le pointeur souris mouse (1963) est une invention publiée aux USA. Elle est définie en un seul boîtier, filaire, non conversationnel ou unidirectionnel. Ce boîtier souris n’était pas utilisé sur les écrans d’ordinateurs, ni en centre de recherche ou en université, ni commercialisé sur les PC Personal Computers, comme système d’exploitation, en 1985. Le traitement de texte se faisait communément sur des machines à écrire dotées nouvellement d’une gestion de l’espace mémoire.  


Au jour de son dépôt, le 27 août 1985, de l’état de la technique et des connaissances scientifiques, la loi de Legros, de la Branche mathématique du calcul intervectoriel, était inconnue des ingénieurs, des techniciens, des informaticiens, de l’encyclopédie universelle, de même que ses propres réseaux télécom, son système d’exploitation à télé multipointeurs, son automatisation, ses applications publiés d’une publicité française, d’une publicité internationale aux brevets nationaux FR 2 586 845.


Dans le monde, la recherche industrielle et de défense était très active avec l’emploi de gros ordinateurs, de super calculateurs, les Cyber ou Cray-One, et Unité Centrale liés par des protocoles de réseaux de télécommunication.


De nombreux acteurs dans de nombreux secteurs économiques développaient des systèmes et de l’automatique. Les télécommunications développaient la technologie numérique, les normes internationales du GSM, le multiplexage entre les satellites, par exemple A1, B1, …., et les stations terrestres.


Durant la guerre froide, années de 1982, le projet IDS Initiative de Défense Stratégique ou Star Wars, Guerre des Etoiles, était lancé par le gouvernement des Etats-Unis pour l’interception de missiles balistiques intercontinentaux. Le système esquissé, projeté était basé sur la détection du radar, l’exploitation des réseaux de télécommunication et de l’instrumentation de satellites.  


Le réseau ARPANET Advanced Research Projects Agency Network, du Department of Defence a été expérimenté aux Etats-Unis, années de 1969 à 1990, pour des transmissions par paquet, le routage entre des points fixes, sans interruption de son fonctionnement en cas de défaillance de l’un de ses maillons.


Le réseau américain ARPANET était d’un usage strictement militaire ; il a été réparti pour un usage civil entre les centres de recherche et les universités américaines. Ce réseau n’était pas destiné à son origine pour équiper tous les foyers. A cette époque, les maisons d’habitation n’étaient pas toutes équipées d’écran d’ordinateur PC. Le poste fixe du téléphone prédominait largement à l’équipement des familles.


Ce réseau expérimental en liaison avec l’OSI Open System Interconctions a donné naissance au protocole de réseau TCP/IP Transfert Control Protocol/Internet Protocol sur la base de la technologie de la modulation et des réseaux existants et normalisés de l’industrie des télécommunications.

- 16 -



Le système d’exploitation de la souris filaire des PC Personal Computers et de l’Internet a été exploité en Europe, année de 1995. L’OSI définit sept couches au modèle. Le TCP/IP définit quatre couches pour son exploitation. Des publications, des normes et des recommandations sont éditées par l’UIT Union Internationale des Télécommunications et l’ISO International Standard Organization.


La technologie du téléphone, utilisant l’électronique analogique et des fréquences, a été développée avec l’autocommutateur, durant les années de 1970 à 1980, pour la connexion des postes fixes. En 1990, certains centraux utilisaient encore des relais électromécaniques (bobine, contacts) pour la commutation. Le GSM Global System Mobile a été développé, déployé par région, en France. Parallèlement, il y eut le passage au numérique et les réseaux sont devenus interconnectés.


En France, le Minitel™ était expérimenté en Bretagne comme un terminal téléphonique connecté à un serveur (1980) avec la technologie télécom d’un téléphone fixe de l’époque, il équipait les habitations. Les réseaux des PTT Postes Télégraphes Téléphones (Télécommunications) étaient analogiques, d’une faible vitesse de transmission et de résolution d’écran. En 2012-2015, la société France Télécom devenue Orange n’exploite plus ce produit, suite au développement des portables PC et au succès de l’Internet.


Le réseau ARPANET est devenu l’INTERNET, années de 1990. L’acronyme est formé de l’interconnexion de réseaux ou en anglais interconnecting net, le mot est devenu usuel. Le réseau Internet est exploité dans le monde entier, non pas par un numéro accessible généralement attribué au téléphone ou au fax mais par une adresse IP Internet Protocol, un nom de domaine lié, disponible, attribué et référencé.


Cette adresse IP renvoie à un numéro d’identification interprétable identique à un numéro de téléphone pour l’autocommutateur et la connexion avec l’utilisateur. Le protocole TCP/IP est appliqué au réseau. Le World Wide Web Consortium W3C a été créé en 1994. L’adresse IP est attribuée par l’autorité de régulation ou de gestion des adresses de l’Internet.


Au brevet FR 2 586 845, cette interconnexion de l’autocommutateur de postes fixes, de mobiles, de systèmes ou de centraux avec une adresse intervectorielle d’identification (x1, x2, …, xn ) constitue l’application de télécommunication de l’Intervecteur. Son central, sa propre technologie de bus, de modem L, de réseaux Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma existent pour toutes les localisations, pour toutes les liaisons de systèmes, de téléphones, de mobiles ou de portables.


Le GSM allouant des fréquences aux utilisateurs lors de la communication était le réseau concurrent mobile des réseaux de télécommunication de Legros définit en 1985. Le GSM exploité est l’objet de normes nationales, internationales sur les cinq continents. L’augmentation en fréquence a fait évoluer ce réseau avec l’exploitation des produits GSM-400, GSM-900.

- 17 -



Les écritures scientifiques, techniques et logiciel énoncent en revendication que tous les systèmes dialoguent, sont liés, interconnectés, pour le routage, l’adresse et la transmission de l’information. L’Intervecteur est défini lier tous les postes fixes ou mobiles du globe terrestre et les satellites de l’espace (Ɐxn).


De toute époque, le souci majeur des hommes et des militaires ayant été de voir de l’envoyeur l’information confidentielle ou cryptée bien reçue non déformée du receveur pour éviter toute conséquence. Les réseaux de télécommunication Legros répondent à cette condition de transmission fiable, de haute sécurisation de l’information dans les domaines sensibles en matière économique et de défense.


En 1980, M. Legros rédigeait l’étude sectorielle Les Grands Systèmes Informatiques. Le dossier technique présente les ordinateurs, le concentrateur de terminaux, le serveur, les périphériques et les liaisons satellites.  En 1985, la technologie hardware, avec le câblage filaire, les racks et les raccordements, dissociait  l’ordinateur, le modem, le multiplexeur, les écrans et les périphériques.


En un même document, en un même schéma de principe, le système, son modem, ses réseaux, ses capteurs et mémoires fonctionnels caractérisés sont intégrés formant un tout compact, original, nouveau : tel est le système Legros, l’architecture systémique, la sculpture électronique de ses circuits de 1 à 8 aux brevets nationaux FR 2 586 845.


Les ordinateurs des constructeurs étaient connectés à un modem, à un multiplexeur hardware par des câbles. Des protocoles de communication étaient développés, RS-232, V24, x25, Transpac, etc. La technologie hardware était bien compartimentée, l’ordinateur, le modem, le multiplexeur à entrées, sorties (E, S, a0, a1, …, an), les périphériques, imprimante, écran et les périphériques d’application. Les machines étaient connectées entre elles avec les protocoles, des liaisons filaires, des lignes spécialisées, des liaisons électromagnétiques multiplexées entre le satellite de télécommunication et les stations terrestres.


En 2015, les réseaux fixes et de mobiles sont interconnectés, synchronisés, codés, sécurisés ; les écrans, les modems, les réseaux d’ordinateurs sont intégrés, conformément au document produit par M. Legros. Son électronique, son autocontrôle des circuits et de l’information, ses réseaux sécurisés de télécommunication tdma, cdma, fdma et mdma figurent à son schéma de principe.


Le réseau ADSL Asymmetric Digital Subscriber Line filaire de cuivre ou de fibre optique exploité par les opérateurs fournit un haut débit aux foyers et aux utilisateurs. La génération 4G actuelle de télécommunication offre une intégration de service au client.

- 18 -



Le service offre sur la même ligne téléphonique sécurisée, le téléphone fixe, le téléphone mobile, la TV, les chaînes numériques, l’assistance client et l’Internet. Depuis le central et le serveur de l’opérateur, les opérations à distance réduisent les coûts ou la téléassistance, le télédiagnostic et dépannage de la ligne, des composants, le téléchargement de logiciels, firewall, etc.


Les dispositifs Legros AIS-tdma/mdma des navires, vu précédemment, constituent également, tout autrement du mode d’exploitation maritime, un réseau mondial de navigation maritime spatial, de télécommunication, d’information originale au système d’information électronique automatique numérique ou de séquences audiovisuelles, cinématographiques ou de film sur le site, sur l’écran informatique à bord, en station, ou par satellite.


Les navires diffusent sur zone, en permanence, leur position respective, les messages de navigation de l’AIS (2002), ou les messages de détresse du GMDSS (1999).


Des explications précédentes, il ne faut pas faire la confusion entre la technologie du multiplexage, inefficace pour cette application maritime spatiale de télécommunication des AIS, et la technologie du réseau de Legros tdma synchronisé, avec son temps T0 dit à multiple accès sur la zone maritime.


En d’autres termes, le réseau Legros tdma n’est pas un multiplexeur utilisé en électronique et informatique. Ce réseau inédit, programmé fonction de la vitesse ou de l’accélération (gL) des navires est étudié également pour être couplé aux autres réseaux Legros cdma, fdma, mixte mdma.


En résumé, l’originalité, la nouveauté Legros de l’Intervecteur concernent principalement le système d’exploitation à bord des navires, dans les stations, sur l’aéronef de sauvetage en mer, le réseau tdma/mdma, le multipointeurs sur l’écran graphique, les séquences d’informations électroniques audiovisuelles, cinéma-tographiques de navigation, l’anticollision, le pilote automatique 3D/T, l’expertise, la télé expertise VDR Voyage Data Recorder, le GMDSS Global Maritime Distress Safety System, le générateur de programme, le simulateur, etc…(1985).


Les écritures précisent la transmission (L), le temps des systèmes (T0 ou Tl, T1, T2, Ta, Td,..., Tn), la vitesse (V) du mobile, la vitesse moyenne (Vm), l’arrêt (V0), le coefficient gamma Legros d’accélération, de décélération (gL^n), la position des xn-mobiles en exploitation ou stations (x1, x2, …, xn), la synchronisation (Tl) ou (T0) de tous les xn-systèmes (Ɐxn), le signal (sL) codé, la particule (pL+), la départicule (pL-) ou sa discontinuité néant (n). La modélisation de l’environnement est unitaire ou multiple.

- 19 -



L’œuvre scientifique Legros Intervecteur précise le système de sécurité anticollision, la transmission mixte mdma, l’instrumentation de mesure, le support physique, l’ingénierie de puissance, de supervision en un même et seul document déposé à l’INPI de Paris par l’auteur inventeur pour une demande de brevet d’invention. L’intégralité et les parties étaient jusqu’alors inconnues du monde, avant que l’auteur inventeur ne publie son œuvre Intervecteur.


C’est ainsi que l’œuvre Legros intellectuelle complexe est sans aucune lacune ou maîtrisée dans toute sa dimension. Rappelons que l’Intervecteur est exploité dans l’industrie, l’informatique, les télécommunications, l’automatique, les transports depuis les années de 1990, avec tous les avantages techniques, économiques que représente l’œuvre d’art de l’Intervecteur.


La loi mathématique physique porte son nom. L’œuvre Legros est formée de : son instruction cas ; son instruction intervectorielle ; son logiciel ; son mouvement gamma complet ; sa sculpture électronique et son bus intégrés ; ses réseaux de télécommunication ; son périphérique multipointeurs ; sa télétransmission bidirectionnelle ; et, son architecture systémique. L’originalité de l’œuvre Intervecteur est intégrale et partielle.


L’invention décrite aux brevets nationaux Legros nécessite une activité inventive, elle est nouvelle, elle est appliquée dans l’industrie y compris l’agriculture. L’auteur inventeur étudie les technologies du numérique, de la 3D depuis la fin des années de 1960 ; il exerce son activité depuis le début des années de 1970, dans le domaine des hautes technologies, de l’électronique, du calculateur et du système ; et, il a une parfaite connaissance de l’état des connaissances scientifiques et techniques au niveau mondial.


L’art, la technique, ce qui se pratique, ce qui existe, pour rédiger son œuvre, sont donc parfaitement maîtrisés pour la rédiger suffisamment ainsi, que de cette manière, en sa qualité d’auteur inventeur, de praticien et de professionnel expérimenté. D’un problème toujours posé au monde, il a su résoudre toute la difficulté de son vécu, de son empreinte, de sa signature d’auteur inventeur.


C’est l’interrogation, l’inquiétude voire le désarroi qui se lisaient sur les visages (photographies) pour la fabrication, l’exploitation de l’automatique, de l’électronique, de la télécommunication des systèmes localisés, embarqués entre 1965 et 1985. Sans en connaître la véritable finalité, la véritable application de projets de transport public, il y avait un doute largement partagé et avoué.

- 20 -



L’industrie ferroviaire avait connu précédemment des difficultés, des échecs de systèmes, en France, à l’étranger, pour admettre aussi facilement une solution industrielle complexe, unique, qui allait bouleverser son exploitation et le quotidien de chacun. Les brevets nationaux et l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur sont exploités.


La loi de Legros scientifique mathématique physique, la publicité de l’œuvre et des brevets nationaux, l’étude de l’originalité de ses plans, de ses schémas, de ses instructions, de son logiciel, de ses données, de ses applications directement applicables, fiables ont redonné le sourire, la joie sur les visages (photographies) en faisant disparaître les dépenses en recherche développement, les échecs, les inquiétudes, tout en donnant un axe important de développement à l’industrie et au commerce.


Il est certain que les visites, les conseils, les recommandations, les écritures, les plans de Mr Legros ont été suivis, reproduits, appliqués, puis généralisés dans le transport terrestre (la route, le rail), maritime, aérien et spatial par des normes, des arrêtés, des décrets nationaux, par des directives, des résolutions, des recommandations européennes, internationales, depuis les années de 1990.


Toutefois, aux années de 1985, les détracteurs n’ayant pu réussir ne manquaient pas d’opposer à son invention d’un tout automatique, la faisabilité, la sécurité, le chômage des machinistes dans le transport du rail, du métro. Leurs systèmes, ayant leur préférence, étaient qualifiés à leurs écritures de suffisant pour leur exploitation, tout en recherchant une solution à cette nouvelle problématique embarrassante née de la résolution Legros de l’Intervecteur. Le brevet d’invention, qui confère un droit exclusif d’exploitation à son titulaire, devenant alors un problème ou une dépendance n’est pas inédit.


Il faut se rappeler aussi l’ère industrielle, où les nouvelle machines à tisser se sont vues en insurrection ou en révolte, telles celles des canuts, puis du métier à tisser à Lyon vers 1830. Cependant, les vues de M. Legros étaient justes ; ce sont de nouvelles technologies hardware, de nouvelles machines, de nouveaux langages informatiques, de nouveaux métiers, de nouvelles spécialisations, de nouvelles formations qui sont nés de sa publication. Le monde ne fonctionnant pas du tout comme cela avant.

- 21 -



M. Legros gestionnaire de projet industriel, diplômé d’études économiques entre les années de 1980, 1984, économiste de terrain, y voyait là plutôt l’apparition de la ressource du travail, une résorption au chômage, de nouveaux métiers nés de sa technologie, l’emploi à domicile (le télé travail), des transferts de compétence, de nouvelles spécialisations valorisantes, de nouveaux marchés vers l’exportation, de nouveaux produits, la vitrine d’un savoir-faire français.


Dans l’économie du transport, de la communication, de l’environnement, face au réchauffement climatique, son invention réduit le besoin en matière première d’une population mondiale ayant crû de 52% en 30 ans. Homme expérimenté du marketing, de la stratégie, des produits nouveaux dans l’industrie, M. Legros a vu pour longtemps de sa science mathématique ce qu’un autre homme n’aurait pu voir ou n’a pas vu.


Inexistant en 1985, le Système Intervecteur d’exploitation, de réseaux, de détection, de navigation plane spatiale active, les instructions intervectorielles constituent un langage de programmation, de vision de l’ensemble E, de l’élément vectoriel ve lié en pixels sur l’écran (image, photographie, figure polymorphe, caractère alphanumérique, symbole, ligne, point, etc.). - Figure 1 Plance I/III du brevet français FR 2 586 845 le 27-08-1985.  


Les langages d’application, de modélisation sur l’écran, pour répondre aux besoins de transmission de pages de l’Internet ont été largement développés aux USA, tels les languages Visual Basic, Visual C++, HTML HyperText Markup Language, Java Script, etc.


L’intégration du système électronique, de la télécommunication, du modem, des périphériques s’est bien opérée sur la recommandation de M. Legros. Sans oublier la technologie de l’Internet, un gestionnaire de mémoire sur le serveur, de pages intervectorielles d’écrans, d’activation de tâches, un gestionnaire de télécommunication, de commutation entres les systèmes, un navigateur sur l’écran et sur la zone géographique.


C’est M. Legros qui intègre tout sur son interface, aux circuits électroniques de 1 à 8. Son schéma de principe n’était pas connu avant sa publicité. C’est bien ce qui se pratique aujourd’hui de manière courante sur l’ordinateur portable avec le multipointeurs souris ou le pad pour la navigation, l’activation intervectorielles, la clé USB, la Wi-Fi, la webcam (vision, sono), l’accélérateur gamma, oméga L (g, wL)n de l’écran asservi sur le mobile portable ou la tablette.


L’invention Legros de l’Intervecteur, plusieurs fois brevetée, présente une avance technologique, un avantage économique incomparable, indiscutable dans un environnement très concurrentiel de l’électronique et des systèmes. Dans le commerce électronique et la banque, les systèmes et les réseaux informatiques pour les opérations de front middle and back offices sont de type sécurisé.


Le monopole exclusif de l’Intervecteur est donné par le titre de propriété intellectuelle et industrielle ; le brevet français produisant ses effets sur vingt années ; l’œuvre d’art de l’Intervecteur est sous le droit d’auteur ou le copyright.

- 22 -



La loi de Legros, de son œuvre d’art scientifique mathématique physique technique, est appliquée au plus haut niveau dans des milieux aussi diversifiés que l’industrie, l’informatique, les télécommunications, la logistique, les services, l’automobile, le ferroviaire, le maritime, l’aérien, l’espace, et pour le traitement de l’information, de la communication, de la séquence audiovisuelle, cinéma-tographique ou du film de l’Intervecteur.


D’après la technique exploitée  dans l’industrie, l’invention de Legros de l’Intervecteur présente des difficultés majeures ; elle était techniquement pas évidente, d’autres solutions ayant été longtemps expérimentées, et irréalisable au jour du dépôt de sa demande de brevet d’invention.


Ces difficultés résolues exclusivement, entièrement par M. Legros sont l’une des conditions portant sur la brevetabilité et l’activité inventive ; l’invention Legros du système de l’Intervecteur ne découle pas de manière évidente de l’état de la technique.


La particularité de la nouveauté de l’invention au regard de l’état de la technique, sa susceptible application industrielle y compris dans l’agriculture sont les autres conditions énoncées au Code de la Propriété Intellectuelle pour recevoir l’avis documentaire délivré par l’INPI.


Dans le monde aucun investissement de projet industriel n’était à l’étude pour résoudre, fabriquer, exploiter le système de sécurité, d’information, de navigation, de transmission, d’exploitation, de surveillance et d’anticollision étudié essentiellement au brevet en électronique et au logiciel Legros pour tous les mobiles évoluant les uns par rapport aux autres dans le plan ou l’espace e.


Le brevet d’invention a conformément été délivré plusieurs fois à M. Legros pour son exploitation exclusive. L’invention suscite un vif intérêt ; les technologies nouvelles décrites : la mécanique, l’électrotechnique, l’électronique, l’automatique, l’instrumentation, les télécommunications, l’informatique, le système, les instructions, le numérique et le logiciel produisent directement avec succès les applications industrielles intervectorielles.


Dans le prolongement de son invention technique, suite à ses recherches, à ses études à l’Académie de Commerce International et à l’Université (1980-1984), le site présente la création de la méthode Ingénierie Marketing pour les produits industriels high-tech ou de haute technologie : une œuvre scientifique, logiciel et technologique de l’Intervecteur protégée par le droit d’auteur ou le copyright de l’Ingénierie mercatique. Ingénierie marketing © Bernard Legros 1986

- 23 -



La méthode marketing a été généralisée aux produits de consommation courante, aux biens intermédiaires, aux produits de luxe, au commerce B to B et B to C. Elle présente un intérêt pour la stratégie, le cycle de vie des produits. La méthode originale est l’objet de la cession de licence du logiciel et auprès d’un éditeur.


Le titre Ingénierie Marketing est consacré aux aspects essentiels, structurels, conceptuels de la méthode. Du Code de la propriété intellectuelle, l’originalité du titre est protégée comme l’œuvre. D’autres titres peuvent être recherchés, trouvés à l’étude, à l’exploitation marketing pour ne pas jeter la confusion dans le public. La littérature française préconise le terme mercatique ou l’ingénierie mercatique.  


Le prix de la licence de la méthode, de ses écrans d’applications inédites, de son logiciel Ingénierie Marketing est de 500 k€ à 1 M€, à négocier en fonction des modalités d’exploitation pour la représentation, la reproduction et la diffusion de l’œuvre Ingénierie marketing.


Son système, son multipointeurs, ses réseaux et télé réseaux intervectoriels ou son navigateur sont appliqués pour naviguer, activer les 30 modules de formation, de conférences soit 250 diapositives du livre, pour activer le système d’exploitation de la méthode et du réseau, soit 280 diapositives d’écran.


Sa méthode est inédite, étudiée pour s’intégrer à l’entreprise ainsi qu’à toute entité économique, son exploitation est immédiate. La méthode Ingénierie Marketing est l’objet de cours de formation, de conférences en école supérieure de commerce, en école d’ingénieurs, permet la simulation de projet, l’étude de cas, la prospective.


L’Intervecteur voit par cette méthode Ingénierie marketing son application logiciel pour le système d’exploitation en informatique de gestion, aux périphériques de bureautique, aux réseaux locaux sans fil ou télé réseaux intervectoriels, au bus système, au pointeur, double pointeurs, multipointeurs, pad ou navigateur.


La méthode Ingénierie marketing est une application de la technologie de l’Intervecteur avec son système de navigation ou le navigateur dans le système, les réseaux, l’application, la data-base, dans les pages d’enseignement de la méthode originale.

- 24 -



En 1985, les mots navigateur ou navigation à l’écran, sur la zone réelle de navigation ou dans l’application sont utilisés dans l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur et de son invention avec son système d’exploitation mathématique et de recherche à télé multipointeurs Wi-Fi sur l’écran ou sur la zone de navigation.


L’œuvre d’art de Legros constitue le Premier Système d’exploitation mathématique mondial avec son multipointeurs ou le télé multipointeurs WI-Fi ou le pad ou le navigateur électronique sur l’écran, dans le système ou les systèmes, les réseaux, les applications et la data-base, ainsi que sur la zone spatiale réelle de navigation.


Le navigateur électronique n’existait pas auparavant des programmeurs, des informaticiens et des systèmes informatiques des constructeurs. La gestion du curseur, les touches fléchées du clavier, positionnait le pointeur tiret (-) sur l’écran pour par exemple modifier le listing d’un programme ou pour traiter un texte ou le traitement de texte.


L’activation d’une programmation linéaire se faisait dans une fenêtre de l’écran par une sélection au clavier d’un numéro correspondant à une séquence de cette programmation linéaire. Le numéro renvoyant à une Etiquette d’un programme de gestion écrit en Cobol Common Business Oriented Language. Ce choix était dit constitué un événement informatique ou la programmation évènementielle.


Le terme navigateur n’est pas aujourd’hui le navigateur électronique de l’œuvre d’art scientifique et de l’invention de Legros qui permet l’intervectorisation, la navigation, la recherche dans le système, le réseau, la data-base, l’application ou dans les xn-systèmes au moyen de ses instructions intervectorielles, de sa propre télécommunication sécurisée Sigma L, son modem, son télé bus Wi-Fi, ses réseaux tdma, cdma, fdma, mixte mdma.


Depuis les années 2000, des sites informatiques sont dénommés navigateurs. Ils utilisent un serveur, une base de données, des moteurs de recherche, proposent aux utilisateurs de faire une recherche documentaire par mots clés saisis dans une fenêtre. Les résultats sont transmis par lignes successives sur l’écran au moyen du réseau de télécommunication et de l’adresse IP Internet Protocol commutée de l’utlisateur. Les lignes activées ont un lien qui renvoie à des pages d’écran modélisées. Cette modélisation est désormais l’objet d’une norme pour afficher les pages sur l’écran en utilisant le langage HTML, ses équivalents ou ses extensions.


Le langage de modélisation (modeling language) HTML HyperText Markup Language normalisé par l’organisation W3C World Wide Web (1994) a donc été développé pour cette application vectorielle à l’écran, pour la publication de textes, de dessins, d’images, de photographies, pour leur agencement, leur forme, leur couleur, leur dimensionnement ou leur positionnement dans la page. Des marques ou des balises sont positionnées dans la page ou le texte pour l’activation, ce qui constitue l’hypertexte. Des zones de la barre d’outils du système d’exploitation activées par le télé multipointeurs Wi-Fi ou le pad donnent accès à des applications et de visualisation sur l’écran.

- 25 -



Le néologisme du dictionnaire hypertexte désigne :

-  « Technique ou système permettant, dans une base documentaire de textes, de passer d'un document à un autre selon des chemins préétablis ou élaborés lors de la consultation » - Larousse.

- « Procédé permettant d’accéder aux fonctions ou informations liées à un mot affiché sur l’écran d’un ordinateur, en cliquant sur ce mot » -. Le Robert.


Une zone définie, de position vectorielle à l’écran ou une balise, peut être intervectorisée ou activée sur la page du Web pour renvoyer à une autre zone ou à une autre page, ou à une autre adresse de commutation IP Internet Protocol. La navigation dans la page, ou de page en page, ou de site en site se fait par le télé multipointeurs Wi-Fi, le pad ou par le navigateur sur l’écran de navigation.


Le système d’exploitation mathématique avec le navigateur ou le pointeur ou le multipointeurs ou le télé multipointeurs Wi-Fi ou le pad, avec sa résolution scientifique mathématique intervectorielle originale, nouvelle a été breveté du brevet français Legros et de brevets nationaux FR 2 586 845 au 27-08-1985.


Le navigateur Legros est celui qui fait l’action de naviguer ou qui navigue sur une zone déterminée. Le mot souris pour naviguer, moins approprié, ayant été préféré ou repris de l’invention américaine de 1963. C’est avec l’invention Legros et avec sa résolution scientifique intervectorielle que le navigateur ou le télé multipointeurs Wi-Fi ou le pad navigue sur l’écran du portable, de la tablette ou du mobile.


L’invention du boîtier capteur, déposée en 1967, Indicateur de Position X-Y pour un Système de Visualisation ou traduit du titre américain X-Y Position Indicator for a Display System a été brevetée en 1970. L’invention du boîtier est revendiquée avec un conducteur flexible reliant l’ordinateur. La position du boîtier capteur en mouvement est visualisée d’un curseur ou d’un point (.) sur l’écran. L’effacement peut être remplacé en fonction du programme de l’ordinateur, comme en tapant des lettres. La revendication précise son application pour le changement de l'affichage à l’écran de la position dudit curseur. US Patent 3541541 A 21-06-1967.


Les flèches du clavier ont été longtemps avant utilisées pour le déplacement du curseur jusqu’en 1995, sans que le brevet US 3541541 A ne soit exploité. Le boîtier capteur filaire n’a jamais été utilisé, commercialisé par les constructeurs de systèmes d’exploitation des gros et des mini ordinateurs de IBM, Control Data, Burroughs, Digital Equipment, Sperry Univac, NCR, Bull, ICL, Siemens, Nixdorf, Fujitsu, etc., et des Personal Computer tels Amstrad, Apple, Sun Micosystems, Commodore, Macintosh, IBM PC, Hewlett-Packard, Computervision, Tandem, Wang, Philips, Thomson, Olivetti, Toshiba, Zenith Data Systems, Bull Micral, etc.


Le chiffre d’affaires de ces entreprises constituait quasiment les 100% de la totalité du marché de l’informatique dans le monde. En 1985, ce total du marché mondial de l’informatique de gestion, de l’informatique industrielle, en forte progression annuelle, dépassait les 500 milliards de dollars. Une proportion d’environ de 10% du chiffre d’affaires de ces entreprises était consacrée pour le marketing, la stratégie, la recherche et le développement.

- 26 -



M. Legros a exercé les spécialités en électrotechnique, électromécanique, électronique, automatique, robotique et télécommunication, dès 1971, sur les systèmes numériques informatiques de l’industrie (hardware, software). Il a étudié le secteur de pointe de l’informatique et des télécoms, en 1979, 1980 où la recherche était la plus vive, la plus active.


Deux ans après, il a publié une étude sectorielle, un mémoire intitulé Informatique Grands Systèmes. De sa recherche documentaire informatique et de données recueillies, le site de l’entreprise préfigurait sur l’écran informatique. Il y voyait là une économie des ressources énergétiques et terrestres. C’était l’époque de l’annuaire électronique, du Minitel™ et du réseau Transpac en France. En 1984, il obtenait un diplôme universitaire d’Expert en informatique de gestion.




(1) L’auteur inventeur Legros a déposé son oeuvre scientifique et son invention Intervecteur pour une demande de brevet d’invention à l’INPI de Paris le 27-08-1985.

Le document officiel français enregistrement n° 85 12780, de publication FR 2 586 845 et internationale est le document de référence.  - Copyright © Bernard Legros 1985

©Copyright Information


Science et Technologie Mondiales

World Technology and Science

©Bernard Legros 1985

Accueil Information
Bernard Legros
Ingénieur Consultant Expert  
Retraité d’activité numérique (1971-2018)