SAVOIR-FAIRE DU CONSULTANT

ASSISTANCE TECHNIQUE


. Expérience d’environ cinquante années dans l’industrie, le commerce, les services

. Mille interventions sur le site de production, en France, Outre-mer et à l’étranger

. Assistance technique, interventions régionales, internationales et de conseil

. Management, recette client de plus de cent cinquante équipements, installations
. Gestion de la problématique terrain, logistique, direction de projets à l’export

. Dépôt d’une demande de brevet d’invention dans le domaine des hautes technologies

. Plans de fabrication des Systèmes Intervecteur électroniques et de télécommunication



LA TELECOMMUNICATION UNIVERSELLE SYNCHRONISEE CODEE DE LEGROS

Les Systèmes Intervecteur interconnectés, le bus, l’électrobus, la wi-fi, les réseaux tdma,

cdma, fdma et mdma  de transmission, communication, navigation, le pilote des engins

en mouvement, l’anticollision, la téléphonie mobile, l’Internet et les satellites (1985)

LE SYSTEME INTERVECTEUR ET SA RESOLUTION INTERVECTORIELLE


Des recherches en mathématique physique et phylosophique

Afin de mettre en évidence l’originalité scientifique de la résolution intervectorielle des recherches ont porté notamment sur :

. l’étude de publications scientifiques des automaticiens, informaticiens, mathématiciens, physiciens et philosophes,

. la recherche textuelle, descriptive, comparative sur la connaissance scientifique, philosophique, sur le langage, les concepts utilisés, l’épistémologie,

. la recherche documentaire internationale, approfondissement, discernement des publications, consultation des encyclopédies des sciences,

. le problème scientifique, technique longtemps posé et sans solution au jour du dépôt.


La création de Legros et la propriété intellectuelle industrielle

Il résulte des recherches de l’auteur inventeur, des publications, des réalisations, du rapport de la recherche internationale de l’INPI, de l’OEB, de l’OMPI, de la publicité, de l’absence d’antériorité, d’opposition ou de revendication de tiers, que la création scientifique, technique et logiciel déposée le 27 août 1985 est originale et nouvelle.


L’œuvre d’art est considérable, sous le droit d’auteur ou le copyright, sous la protection des inventions et des connaissances  techniques aux brevets d’invention du Code de la Propriété Intellectuelle.

–>Propriété Intellectuelle


L’œuvre d’art de Legros du Système Intervecteur

L’oeuvre d’art de Legros du Système Intervecteur est une construction scientifique remarquable, en génèse, créée bien avant sa première publication (1971-1985).


Son expérience, sa maîtrise de la technique, ses écrits scientifiques, ses résolutions, ses plans et dessins  essentiels, sans autres superflus en attestent au jour du dépôt. Sa résolution Métamathématique physique du calcul intervectoriel est incontestable, ainsi que ses applications électroniques ou logiciel sur tout support physique ou matériel.



LES LIGNES A GRANDE VITESSE, LE TGV PENDULAIRE INTERVECTORIEL 3D

Le pilote automatique, les télécommunications, la navigation et la sécurité anticollision

©Copyright Savoir-faire


Science et Technologie Mondiales

World Technology and Science

©Bernard Legros 1985

Propriété Intellectuelle I

LE POINTEUR FILAIRE, LE TELEMULTIPOINTEURS WI-FI OU PAD OU TACTILE


Le Système Intervecteur Métamathématique électronique d’exploitation présente les capteurs intégrés résistif, capacitif, optique, électromagnétique, de pression, le pont de liaison ou la souris d’ordinateur, le télémultipointeurs Wi-Fi ou pad ou tactile, la résolution intervectorielle, la détection, l’activation à bouton-poussoir pour basculer (click) ou automatique et l’application à l’écran - brevet de M. Legros FR 2 586 845 le 27-08-1985.


L’antériorité du pointeur en informatique (data processing) était une instruction du système d’exploitation logiciel pour pointer sur l’écran un point ou un caractère alphanumérique. Les différentes couches du système d’exploitation, du logiciel d’application se superposaient. Le brevet de la souris (1962) est un pointeur filaire positionnant le tiret ( _ ) ou le curseur en x, y sur l’écran en mode de saisie de données ou de reprise de saisie.


Ce système n’a pas été utilisé dans le monde des informaticiens. C’est le pavé de quatre flèches sur le clavier qui était exploité dans l’informatique aux années de 1960, 1985 pour positionner le curseur sur l’écran. Et, les gros ordinateurs, les systèmes d’exploitation des constructeurs, les PC Personal Computer utilisaient de plus pour les programmes un compilateur de programme pour les langages Basic, Cobol, Fortan, Pascal, Ada, C, etc.


Le Système Intervecteur avec le comparateur électronique (hardware) a un accès direct sur l’écran de vision, le pixel, le caractère alphanumérique, le symbole, la zone de texte ou dans le système d’exploitation, dans l’application, les réseaux ou dans les systèmes.


Au brevet de M. Legros, le support périphérique capteur de position, de mouvement, avec son bouton-poussoir bp ou switch, ses molettes (Pont de Wheatstone d’instrumentation en électrotechnique) est exploité pour la définition de cellules ou de pixels ou d’éléments ve des ensembles E, x, x1, x2, …, xn (sets), pour l’activation de la zone, l’asservissement du mouvement des cellules sur l’écran.


Les groupes d’instructions intervectorielles de la résolution Métamathématique du calcul intervectoriel sont protégés non autorisés quel que soit le support électronique (hardware) ou logiciel (software). Métamathématique du calcul intervectoriel © Bernard Legros 1985


Les groupes d’instructions intervectorielles de résolution, d’application permettent de détecter, de donner un ordre informatique ou fonctionnel avec le pointeur, double pointeurs ou télémultipointeurs ou Wi-Fi (sans fil / wireless fidelity) sur l’écran ou sur le multiécrans, la lecture, l’écriture ou le copier-coller (copy-paste). Le Système Intervecteur permet de détecter n’importe quelle zone, d’activer ou pour basculer ou pour donner un ordre à l’écran quelle qu’en soit la raison (n’importe quel ordre).


La philosophie du Système Intervecteur personnalisée par l’auteur est sa réduction, sa simplification, son efficacité. C’est ce qui se pratique aujourd’hui sur tous les écrans d’ordinateur, de portable, de tablette, de téléphone mobile ou de synoptique (99,99%).


L’instruction intervectorielle du comparateur électronique, également sur tout support physique est normalisée ISO, ou les écritures du code logiciel numérique. Le capteur télémultipointeurs sur l’écran, ou pad ou tactile, les réseaux du pointeur ou des télé multipointeurs Wi-Fi, le bus, les réseaux tdma, cdma, fdma, mixte mdma sont originaux, nouveaux, duplex, interactifs sur l’écran, sur les écrans distants ou sur le synoptique de l’appliction. Système Intervecteur d’exploitation © Bernard Legros 1985



LE PREMIER SYSTEME D’EXPLOITATION METAMATHEMATIQUE ELECTRONIQUE


Le système d’exploitation des ordinateurs, des calculateurs ou des computers est tout aussi l’interface qui permet à l’homme de dialoguer avec la machine, de communiquer ou de transmettre des ordres sous forme d’instruction ou de jeux d’instructions intervectoriels.

Aux différents niveaux de l’échange de données ou d’ordres fait par l’instruction ou le jeux d’instructions du système, nous avons l’électronicien (hardware), l’informaticien (software), le programmeur ou l’exploitant de l’application logiciel (code) du système et les réseaux de télécommunications (net). Ces hommes ne manipulent pas les mêmes instructions ou les mêmes couches auxquelles ils n’ont pas toujours l’accès.

En 1970, 1980, les instructions sont des données immuables du système ou de sa conception et directement interprétées par la Central Process Unit CPU ou par le processor. L’ordre à l’écran est un ordre ou une instruction avec la touche enter.

L’interface entre l’homme et la machine, aujourd’hui interface homme-machine IHM, était réalisée par les touches du clavier, la saisie d’instructions ou de données, et par les touches fléchées de déplacement du pointeur sur l’écran. Une fenêtre avec un menu numéroté permettait de choisir une donnée ou d’activer un ordre, une séquence programmée ou un programme activé run.

En 1985, le Système Intervecteur d’exploitation est conçu à partir de sa Méta-mathématique originale nouvelle de la branche mathématique physique du calcul intervectoriel, inconnu des mathématiciens, des physiciens, de la normalisation, du dictionnaire et de l’encyclopédie des sciences.

L’application de la particule ou de l’électron ou du néant ou de l’électronique au calcul intervectoriel est faite d’ensembles E, E’, …, En, d’éléments vecteur ve, ve’,…,ven indépendants ou liés. La manipulation de ces ensembles E, E’,…, En ou des éléments vectoriels ve, ve’,…,ven produit le calcul intervectoriel, le mouvement, la détection ou l’activation. Ce qui constitue le système d’exploitation intervectoriel ou le Système Intervecteur d’exploitation.

Le multipointeurs ou le télémultipointeurs, le bus, et les réseaux tdma, cdma, fdma et mdma électroniques produisent les ensembles, les éléments vecteurs, la navigation dans le système, la systémique, le réseau, la data base, le programme, sur l’écran, ou sur la zone réelle de navigation plane ou spatiale.

Il s’agit du Premier système d’exploitation Métamathématique électronique mondial avec sa résolution intervectorielle, avec ses capteurs télémultipointeurs wi-fi (souris) ou pad ou tactile sur l’écran de mouvement, de détection, d’activation des ensembles vectoriels ou intervectoriels, avec son propre modem, ses propres réseaux de télécomunication. Publicité internationale du brevet français FR 2 586 845 et de l’œuvre d’art le 27-08-1985.


LE SYSTEME INTERVECTEUR SES INSTRUCTIONS ET SES RESEAUX


Les instructions et le copyright du Système Intervecteur

M. Legros a publié ses instructions originales, nouvelles INTER.VECT, EGAL.VECT, V VERS (0), ses données spatio-temporelles T0, T1, Ta, TD, Te,…, Tn, son coefficient (g, wL)n, son logiciel, ses circuits électroniques, ses réseaux de télécommunication L bus / électrobus / tdma / cdma / fdma / mdma / Wi-Fi / CAN, à signal Sigma L (sL) codé, synchronisé, sécurisé. L’Intervecteur contrôle, visualise, active les mobiles en mouvement, les uns par rapport aux autres, dans le plan ou l’espace e.

 

Le Système Intervecteur visionne sur l’écran graphique son propre modem, son bus, ses réseaux, les temps T0, T1, Ta, TD, Te et Tn, les fréquences, le signal (sL), les temps de LECTURE / ECRITURE (READ / WRITE), les TEMPS de ENREGISTREMENT, CHARGEMENT  (RECORDING, LOADING), les quantités des bits d’instructions, d’opérations traitées, des données, des programmes ou du logiciel du système.



LES TEMPS D’EXPLOITATION ET DE DISTANCES INTERVECTORIELS PROTEGES


L’œuvre d’art de la diffusion de l’information du temps (Tn) des systèmes x1, x2, …, xn, les temps T0, T1, …, Ta, TD, Te, ..., Tn sur l’écran du central, de l’ordinateur, du PC Personal Computer, de l’ordinateur portable, du téléphone mobile, sur l’écran de navigation, de pilotage ou dans le public est originale, nouvelle, protégée non autorisée.


Le Système Intervecteur de navigation, de pilotage, d’anticollision est complet, entièrement nouveau. L’environnement donné qui est codé, programmé est relatif aux informations de lieux x1, x2, …, xn, de segments, de vecteurs ou intervectorielles des temps Tn, des quantités de distances Dn pour toutes les n liaisons des systèmes ou de la systémique des systèmes du plan ou de l’espace e.  


Le Système Intervecteur résout la géolocalisation spatiale, l’information, le bus, la Wi-Fi, les réseaux de télécommunication, la diffusion de l’information, les séquences animées d’images audiovisuelles, cinématographiques dans un environnement donné, codé, programmé, la liaison à l’Internet, la liaison montante, descendantes vers les satellites.


Dans le transport de voyageurs, la diffusion originale, nouvelle du Temps T Alpha (Ta) d’arrivée, d’attente ou d’approche en temps réel ou différé du Système Intervecteur du brevet français FR 2 586 845 le 27-08-1985 est embarquée sur le mobile ou localisée en un lieu déterminé public ou pour son exploitation.


Toute représentation ou reproduction ou diffusion, télédiffusion intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite, constitue un délit de contrefaçon - Articles L122-4, L335-2, L615-1 et L615-12 du Code de la propriété intellectuelle.



LA DESCRIPTION DES BREVETS NATIONAUX FR 2 586 845 ET DE L’ŒUVRE D’ART

La diffusion originale nouvelle de l’information audiovisuelle ou préenregistrée du Temps

T Alpha (Ta) d’arrivée, d’attente ou d’approche en temps réel ou différé aux voyageurs

Information temporelle alpha © Bernard Legros 1964-1985   



©Système ferroviaire numérique Intervecteur 3D/T gestion du
trafic réseaux TDMA CDMA FDMA mixte MDMA Legros 1985

LE SYSTEME ELECTRONIQUE ET LA TELECOMMUNICATION PROTEGES

- Le Code de la Propriété Intellectuelle - CPI


M. Bernard Legros auteur inventeur du Système Intervecteur et de télécommunication représente toute l’importance de ses réseaux originaux, nouveaux, son bus (L) entre les circuits électroniques, son signal codé, synchronisé, son coefficient gamma oméga (g,wL) des xn-systèmes localisés, embarqués sur le schéma ci-dessus daté en 1985.


L’œuvre scientifique est originale nouvelle, l’intégration compacte du signal, des réseaux de télécommunication codés, programmés, paramétrés, tdma, cdma, fdma, mixte mdma, du modulateur, du démodulateur ou modem, de la visionique, du pointeur ou du télé-multipointeurs d’écran. La propriété intellectuelle de Mr. Legros est exclusive (1969-1985).


La modulation (phase, fréquence, amplitude), les réseaux de télécommunication analogique, numérique, le GSM (Global System Mobile) ont été normalisés, exploités sur tous les continents avant la publicité du brevet FR 2 586 845 le 27-08-1985.


La liaison filaire, spatiale se compose de son bus(L), de son signal codé (sL : 0,+1,-1,n,u,t,…), de ses signaux Raz, Clk, Gnd, de ses n alimentations, tensions 24/12V, +5V, -5V, +15V, -15V, etc…, de ses réseaux tdma (T0), cdma (sL), fdma (fgL) et mdma (mixte) pour sa télécommunication, sa résolution Métamathématique physique du Système.


Le signal Legros codé (sL), logique positive, négative, (0), (1), les tensions U, la discontinuité ou le néant (n), la synchronisation universelle de tous les xn systèmes, le coefficient Legros gamma, oméga, rectiligne, circulaire (g, w L)n n’étaient pas connus des sciences, des techniques en général ou des électroniciens en particulier au 27-08-1985.


D’autres réseaux de télécommunication ont longtemps été exploités auparavant par les professionnels, ils ont été suffisamment l’objet de la publicité, de la norme nationale des Etats ou de l’Union Internationale des Télécommunications UIT de Genève.



LA PUBLICITE INTERNATIONALE


Aucun auteur de sciences de 2500 av. J.-C. à nos jours ne présente cette résolution Métamathématique physique. Les écrits scientifiques de sa résolution intervectorielle spatiale se suffisent à eux seuls. Ils sont appliqués avec efficacité : la loi de Legros.


La publicité internationale de l’invention présente la description du système sur 6 pages, 3 planches de 5 figures, 2 pages de 10 revendications et 1 page de l’abrégé. L’invention électronique est sous la protection des connaissances techniques et de leurs applications, l’œuvre de l’esprit est protégée par le droit d’auteur.


La paternité du droit d’auteur, de l’invention du système complet d’exploitation, de navigation, d’information, de télécommunication et d’anticollision spatiale sur la zone ou sur l’écran signée de  M. Legros est perpétuelle.


Le droit stipule qu’une invention est considérée comme susceptible d’application industrielle si son objet peut être fabriqué ou utilisé dans tout genre d’industrie, y compris l’agriculture. L’invention du Système Intervecteur trouve son application industrielle dans tout genre d’industrie et de transport, de télécommunication, d’agriculture, etc.


L’œuvre d’art entièrement originale nouvelle sous le droit d’auteur concerne : la Méta- mathématique du calcul intervectoriel ; les groupes d’instructions ; le code logiciel numérique du mouvement ; les applications ; la diffusion de l’information électronique automatique numérique ou des séquences audiovisuelles cinématographiques.


L’auteur en sa qualité d’homme de l’art révèle l’originalité de son œuvre portant sur la résolution intervectorielle plane ou spatiale. Au problème qui a toujours été posé sans solution, il présente sa solution universelle intégrale ou partielle du Système Intervecteur.


La présentation du caractère concis des écrits scientifiques est propre à sa personnalité, à son pouvoir de création, à sa formation, à son expérience, à sa connaissance mathématique physique, à sa maîtrise de la technique et à sa pratique.


Il s’agit de la même veine d’un tout scientifique, technique compact qui n’a besoin de recourir à aucune autre explication de la publicité de l’auteur inventeur au jour du dépôt officiel. L’œuvre d’art du Système Intervecteur est éternelle, universelle, multi Univers.


La loi sur les brevets d’invention est identique aux Etats désignés aux dépôts nationaux. L’homme du métier ou le collège d’hommes du métier ou de sciences peuvent exécuter l’invention en suivant les explications, en posant les constituants du système. L’invention, l’œuvre d’art incluse est complexe, publiée essentiellement de la main de l’auteur inventeur, de sa faculté intellectuelle, de ses connaissances et de sa pratique du métier.


Ce n’est que le fait de M. Legros qui ne consent pas davantage au dépôt de sa demande de brevet d’invention de publicité internationale pour que puisse être exécutée, exploitée son invention ou en s’aidant conformément de l’art antérieur le 27-081985.


L’invention, l’œuvre d’art incluse ne constitue pas qu’une amélioration des systèmes, des télécommunications, de leur exploitation ; mais, il s’agit bien d’une rupture très nette de la technologie précédemment exploitée avec un accroissement de la capacité, de la praticité, de l’efficacité, de la sécurité, de l’automatique. L’application brevetée intégrale ou partielle est pour le pilote manuel, semi automatique ou automatique (mobile autonome du plan ou de l’espace e).


N.B. : Tout ceci n’existait dans l’encyclopédie des sciences et des techniques ; pour dire que du néant sont nés sa science Métamathématique physique de la branche du calcul intervectoriel, ses groupes d’instructions de la résolution, son propre signal continu, discontinu, codé (0,1,n, ...), ses données spatio-temporelles originales (t0, a, D, g, w, p+, p-, n, …), son système compact (circuits électroniques de 1 à 8) intégrant son bus, son modem, sa visionique audiovisuelle, sa télécommunication, ses capteurs, son instrumentation, son télémultipointeurs, sa Wi-Fi, ses applications pour la communication, le dialogue, le contrôle du système, des xn-systèmes ou des mobiles évoluant les uns par rapport aux autres dans le plan ou l’espace e.



DES CERTIFICATIONS DE PROJETS A L’EXPORT


Mr Legros a étudié la technique au plan mondial, il a procédé à des interventions de certification d’installations industrielles depuis les années de 1970, en France, à l’étranger.


En électronique, automatique, il a fabriqué, câblé des mémoires logiques pour détecter le signal intempestif indétectable perturbant le calculateur. Il a installé des séries d’ampoules ou de LED(s) pour visualiser en simultané l’activation ou l’état logique des circuits.


A l’époque, il ne disposait pas de l’oscilloscope à mémoire. Les leds d’état logique, les leds des signaux INPUT/OUTPUT sur les circuits électriques ou électroniques n’existaient pas, ainsi que le BUS qui était formé de torons, de faisceaux ou de nappes de câbles. Les circuits des commandes numériques étaient câblés sur les connecteurs des racks du châssis. Les CN étaient encore parfois équipées de relais électromécaniques.


Ses brevets nationaux présentent le système et les réseaux, la synchronisation du temps (T0) des xn-systèmes, le signal analogique, le signal digital, la particule (p+), la départicule (p-), le néant (n) ou le signal codé (sL), la fréquence (1f), l’application de fréquences (nf), la vitesse (V), l’arrêt ou l’accélération (g, wL)n, le bus du système, les réseaux intégrés tdma, cdma, fdma, mixte mdma, la technique numérique avec l’instruction, le logiciel, les données dans le plan ou l’espace e. © Bernard Legros 1985.

Ingénieur d’études, il a réalisé seul avec succès des responsabilités scientifiques, techniques, il a occupé des fonctions relevant de ses connaissances et des ses compétences. Il est intervenu dans les domaines de l’ingénierie, en étude développement, production, essai, maintenance, mesure physique, test de validation, mise en conformité. Il a fait de la certification, de l’homologation avec des bureaux agréés, France et export.


L’invention aux brevets nationaux FR 2 586 845, l’œuvre d’art scientifique, d’instructions, de logiciel, de plans, de schémas et d’architecture sont l’objet de l’exploitation, de la représentation, de la reproduction, de la diffusion sans l’accord personnel obligatoire par écrit de l’auteur inventeur. Ces exploitations sont antérieures au dépôt légal le 27-08-1985.


M. Legros a imposé son invention et son œuvre d’art du Système Intervecteur. Ses écrits scientifiques techniques ont été étudiés, reproduits dans le détail pour rédiger des normes, des recommandations, des directives internationales et pour l’exploitation sur les cinq continents. La Directive Rés. A.917(22) de l’OMI de Londres, avec la Recommandation UIT-R M.1371 de UIT de Genève est une copie illicite de contrefaçon le 1er juillet  2002.


Toute atteinte portée au droit du propriétaire du brevet est une contrefaçon. Toute édition d'écrits, de composition musicale, de dessin, de peinture ou de toute autre production, imprimée ou gravée en entier ou en partie au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon.


La contrefaçon est un délit, une infraction aux dispositions pénales du Code de la propriété intellectuelle.



LA PUBLICATION DE LA METHODE MARKETING ORIGINALE NOUVELLE

LE SUPPORT INFORMATIQUE ET LA PROSPECTIVE


M. Legros a publié l’œuvre de Dessins et Modèles de la méthode Ingénierie Marketing composée de 30 modules. La méthode est sous le copyright, ainsi que le titre (1986).


Il a créé, développé la méthode, les cours et le logiciel Ingénierie Marketing pour les 30 modules. La méthode déposée est un système d’information marketing sur l‘écran informatique à télémultipointeurs.


Il a réalisé des cours, des conférences dans les écoles supérieures de commerce, les écoles d’ingénieurs et pour des dirigeants d’entreprises. La méthode est étudiée pour faire de la prospective, de l’innovation, de la stratégie, des études de cas marketing.



LA FORMATION ET LES CONSULTATIONS EN MARKETING ET INFORMATIQUE

Ci-dessous les pages d’écran de l’Ingénierie Marketing sous le droit d’auteur

©Le Système Intervecteur, bus, signal codé, Clk,T0, Raz, Gnd, réseaux

de télécommunication tdma, cdma, fdma, mixte mdma Legros1985

LE CURSUS DE L’AUTEUR INVENTEUR DU SYSTEME INTERVECTEUR (I)


M. Bernard Legros est titulaire de diplômes de l’enseignement supérieur, spécialité technique, commerce, gestion, finance et économie. Il a réussi ses examens avec succès. Dès les années de 1979, il entreprit d’étudier l’informatique, l’économie. Très jeune novateur dans l’industrie, son cursus est ci-dessous résumé.


FORMATION EN SCIENCE ET HAUTE TECHNOLOGIE

Mathématique, physique, électrotechnique, mécanique, automatique, électronique, commande numérique, calculateur CN, CNC (10 axes, 3D), système, logiciel (hardware, software), informatique industrielle, langages de programmation, base de données, architecture système, réseau de télécommunication, robotique, domotique, système expert, intelligence artificielle


Etudes des sciences

Physique, chimie, technologie, pratique du dessin industriel

BEPC Collège d’Enseignement Général de Pontchâteau (1969)


Enseignement en mécanique et électrotechnique

Collège d’enseignement technique annexé au lycée Jean Brossaud Saint-Nazaire 44600
BEP Electrotechnique, option électromécanique (1971)

CAP Electromécanicien (1971)

Technologie, électricité, électromagnétisme, mécanique, usinage, ajustage, automatique, électronique, logique, numérique, étude rationnelle de circuits, de câblage de maquettes, groupe moteur générateur, mesure physique, application technique


Formation en électronique industrielle

Institut européen d’électronique industrielle Dijon 21000

Certificat de Scolarité en Electronique industrielle (1973)

Formation théorique pratique électronique analogique numérique, comptage, visualisation, servomécanisme, asservissement axial, rotatif, commande numérique


Formation en entreprise

Cours d’électronique industrielle, pratique de visualisation et de commande numérique, GSP (relais), Gambin, Forest, Ferranti, Bendix, etc.

SNIAS, Aérospatiale Saint-Nazaire 44600 (1971-1973)


Stages sur CN, CNC et DNC (calculateur commande numérique, digital)

CN Elsag Paris Châtillon (1975), CNC Elsag Gênes Italie (1979), Rambaudi (1983), etc.


Expérience et compétences  (1969-1981)

Application électronique, calculateur, mécatronique, visionique, machine numérique, robotique, CAO/DAO, ateliers flexibles et systèmes complexes, niveau DEST, Master


FORMATION SUPERIEURE EN COMMERCE INTERNATIONAL

Etudes supérieures de commerce (adjonction de la compétence commerciale)

Certificat de Formation Supérieure Technico-commerciale, niveau licence (1982)

Niveau bachelor de l’école ACI du Groupe Novancia Business School Paris

Académie Commerciale Internationale de la CCI de Paris


Commerce international, droit, propriété industrielle, intellectuelle, droit d’auteur, dessins et modèles, protection des inventions et des connaissances techniques, brevets d’invention, marques, économie, techniques quantitatives, statistiques, gestion, finance, marketing, technique de vente, achat, export Incoterms, créativité, publicité, communication, etc.


Emploi stage de validation du diplôme en entreprise. Directeur commercial, management d’une équipe d’ingénieurs, d’agents commerciaux, de revendeurs multicarte, informatisation de la gestion commerciale, prospection, démonstration, offre, négociation, vente de produits et de services


Etude sectorielle sur Les Grands Systèmes Informatiques - Bernard Legros auteur de l’ouvrage du mémoire de fin d’étude de 230 pages de 1981 à 1982

© Les Grands Systèmes Informatiques

   230 pages Bernard Legros 1981

Les Grands Systèmes Informatiques

Bernard Legros 1981


LES TECHNIQUES DE L’EXPORTATION


Stage SATEC Développement International

Techniques de commerce international, conseil, implantation de base de vie à l’étranger, gestion de projets, logistique, études de financement Coface (1983)


Langue : Anglais (courant, commercial), espagnol (lu, écrit), allemand, italien (technique)

Etudes de documents officiels, publication internationale, rédaction, traduction technique, commerciale et juridique



LES CAPACITES ET LE SAVOIR-FAIRE


Dans le cadre de ses études de commerce M. Legros a fait de la recherche approfondie dans le secteur technique des gros ordinateurs, des périphériques, des réseaux de télécommunication et des satellites. L’étude sectorielle porte sur un titre qu’il a choisi pour intituler son ouvrage Les Grands Systèmes Informatiques.


Electronicien, automaticien, informaticien expérimenté dans l’industrie, il avait la connaissance électronique pour étudier le marché des composants entrant dans la composition des gros ordinateurs. Il s’agissait des circuits intégrés bipolaires, RTL, DTL, TTL, …, MOS, les VLSI Very Large Scale Intégration, les mémoires, les liaisons périphériques, etc.


En 1965, il était initié au collège en classe de 5ème aux mathématiques modernes, la théorie des ensembles. Dès 1969, il étudiait l’algèbre de boole, la topologie, la logique binaire des circuits électriques, électroniques.


De 1970 à 1985, il a acquis une expertise hight-tech de terrain dans l’industrie, en électronique logique, analogique, numérique et de puissance, en électrotechnique, en mécanique, en ingénierie des systèmes complexes. Il a écrit la théorie, les groupes de la résolution de la branche du calcul intervectoriel. Sa théorie Métamathématique du Système Intervecteur est concrète, pratique, fonctionnelle et efficace aux systèmes, aux télécommunications (écritures de 500 règles, principes, résolutions, axiomes, théorèmes).


En informatique de gestion, il a acquis une expertise en système de gestion de bases de données relationnelles et en langage de requêtes SQL Structured Querry Langage. Il a pratiqué la gestion statistique et logistique des stocks, la gestion de la production industrielle, la gestion commerciale, la billetterie ou la réservation dans le transport ferroviaire, maritime, aérien. Il a étudié les systèmes experts et l’intelligence artificielle.


Le système intelligent décisionnel électronique explicite du Système Intervecteur, sur le fondement Métamathématique des groupes d’instructions de son œuvre d’art et de ses brevets d’invention, est qualifié d’Intelligence Intervectorielle (27-08-1985).  



L’INFORMATIQUE AUX ANNEES DE 1970-1980


En amont, l’industrie informatique était constituée de fabricants de composants électroniques (Texas Instruments, National Semi Conducteur, Intel, Motorola, fairchild, Nec, Hitachi, Fujitsu, etc.) pour la production hardware des constructeurs d’ordinateurs. Les processeurs, produits nouveaux sur le marché, exécutaient les tâches d’exploitation, de traitement, de gestion des périphériques. En aval, les Sociétés de Services Informatiques SSI, puis SSII pour Ingénierie, et les programmeurs développaient le software ou le logiciel de l’application.


D’une pratique de terrain, il est intervenu dans le domaine de l’électronique industrielle, des composants, des circuits intégrés analogiques, logiques, de contrôle, de puissance appliqués aux commandes numériques CN (liaison Télétype). La technologie câblée liait sur les racks connecteur les circuits ou les cartes électroniques. De l’évolution technologique du système, de la liaison sur le bus, de l’interface RS 232 série, il est intervenu sur les calculateurs CNC (Computer Numerical Control).


Les constructeurs de CN, CNC, DNC ou de VISU (système de visualisation) étaient Ferranti,  Bendix, Philips, Siemens, Elsag, Olivetti, General Electric, Crusader, Num, ECS, Digital, Heidenhain, Oerlikon, Bosch, Mitsubishi, Fanuc, Kongsberg, Asea, etc.


La technologie des CNC qu’il maîtrise en son intégralité électronique, mécanique utilisait de 15 à 20 cartes électroniques (circuits imprimés format de 350 mm x 400 mm avec le connecteur bus), une alimentation, une carte CPU Central Process Unit constituée de circuits intégrés, des cartes de mémoire, de programme et de contrôle. Aux CNC, était intégrée la robotique, la commande de robots. Cette configuration industrielle de systèmes CNC/robot constitua les chaînes ou ateliers flexibles robotisés.


En 1975-1980, l’Unité Centrale UC (Central Unit) ou la CPU deviendra l’ancêtre des microprocesseurs qui n’étaient pas encore utilisés dans l’industrie. L’étude Legros sur Les Grands Systèmes Informatiques mentionne en 1981 le microprocesseur IBM 3081, le contrôleur de processeur IBM 3082, le processeur Micro-Logique Variable B 800 de Burroughs, le processeur terminal 9663, 9665 de Siemens Transdata, etc.


Dans l’ouvrage Les Grands Systèmes Informatiques, et en 1980-1985, il n’y avait pas l’existence du télé multipointeur Wi-Fi, les réseaux et la résolution intervectorielle des brevets nationaux Legros FR 2 586 845 et de son œuvre d’art.


Les constructeurs utilisaient un système d’exploitation dédié aux ordinateurs qu’ils développaient tels les operating sytems MVS de IBM, GECOS de Bull, VMS de Digital, Unix, DOS, CPM des PC Amstrad, Apple, Thomson, Zilog, Commodore, Nec, etc.


Le pointeur, télémultipointeurs d’écran, ou pad ou tactile, la souris filaire ou sans fil (wireless) de l’ordinateur est apparu sur les PC aux années de 1990 après la publicité du brevet Legros FR 2 586 845 et son système d’exploitation électronique Méta-mathématique. Système Intervecteur d’exploitation © Bernard Legros 1985


Les réseaux informatiques exploitaient la technologie des télécommunications pour lier les ordinateurs, ou des lignes spécialisées avec des protocoles de communication, à faible débit par rapport à aujourd’hui. En 1985, la transmission de la voix était prévue représenter les 50% de l’activité des télécommunications avec l’apparition, l’exploitation croissante des liaisons de satellites. La société SBS Satellite Business System préparait un réseau sur le marché intérieur américain pour les 100 plus grosses entreprises.    


L’étude sectorielle de M. Legros Les Grands Systèmes Informatiques porte sur les constructeurs informatiques disposant de gros ordinateurs, d’un système d’exploitation et de périphériques permettant de construire de grands systèmes (ordinateur, périphérique, réseau, serveur et satellite).

 

Quatre constructeurs américains, IBM, Burroughs, Control Data, Sperry Univac (US) et trois constructeurs européens Bull (FR), Siemens (DE) et ICL (GB) furent étudiés, ainsi que les fournisseurs de composants électroniques et de télécommunication, les SSII, l’intégration horizontale, verticale, le niveau technique, commercial, économique du marché informatique mondial.


Le chiffre d’affaires total cumulé de ces sociétés informatiques étaient, année de 1979, de 45 milliards de dollars. Les 5 à 10% environ des chiffres d’affaires étaient consacrés à l’investissement en recherche, développement et marketing. Une recherche équivalente était également réalisée dans les instituts, les universités et les laboratoires.


A l’époque du Minitel™, du réseau Transpac™ (1980), son étude Les Grands Systèmes Informatiques, de la représentation marketing, commerciale de l’entreprise sur le moniteur ou sur l’écran de l’ordinateur, son savoir-faire en électronique prédisposaient des sites, des réseaux de l’Internet, de la micro informatique émergente et de la protection de la planète. Les nouveaux réseaux de télécommunication, les nouveaux produits de transmission de l’information existeront, ce qui est cité dans l’étude.


Entre 1970, 1983, de sa compétence de l’informatique industrielle, de l’électronique des calculateurs numériques, il a mis en évidence la logique, l’automatique de tâches administratives ou de gestion traitées alors en informatique de gestion par le déroulement de programmes. Son télémultipointeurs Wi-Fi, ou à plusieurs pointeurs, sur le support produit à l’écran avec ses ensembles, ses éléments intervectoriels (sets, intervectorial elements) le mouvement, la forme, le chaînage, la détection, l’application, le basculement (click), l’activation automatique ou en agissant sur le ou les boutons-poussoirs.


Au brevet français, ce système d’exploitation du Système Intervecteur supprime les couches de logiciel qui se superposaient dans le système, aux programmes de fichiers, de bases de données et d’application. Le choix se faisait au clavier avec le pavé de flèches à l’écran pour positionner le curseur sur le numéro sélectionné dans la fenêtre 1, 2, …, N produisant un événement ou l’activation d’un programme. En 1984, cette programmation était désignée événementielle, produisant le déroulement d’un programme ou l’ouverture d’un écran dans l’arborescence par le numéro choisi.


Dans le monde informatique étudié par M. Legros, les systèmes utilisaient un compilateur. Le système d’exploitation du Système Intervecteur Métamathématique électronique automatique est plus puissant, plus direct, plus rapide et plus efficace. Ses groupes d’équations traitent en automatique le chargement de la cellule, les opérations intervectorielles dans la cellule du tableau ou la matrice (tableur). Le Système Intervecteur traite du code, du codage, du décodage, des réseaux de télécommunication aux groupes d’instructions et de résolutions.


Le Système d’exploitation à télémultipointeurs, ou pad ou tactile est utilisé sur les écrans d’ordinateur, le PC portable Personal Computer, la tablette, le synoptique de vision de processus industriel, d’intervention médicale, sur l’écran de commandes embarqué à bord, sur l’écran d’armes, en téléphonie mobile. Brevet français FR 2 586 845 le 27-08-1985  



LE CURSUS DE L’AUTEUR INVENTEUR DU SYSTEME INTERVECTEUR (II)  


M. Legros est logicien (praticien de la logique), automaticien, mécanicien, ingéniériste, spécialiste des hautes et nano technologies d’électronique numérique de système, de puissance en énergie, de télécommunication spatiale. Il a fait des études en informatique industrielle, en informatique de gestion, recherche opérationnelle, base de données, langage, système expert, intelligence artificielle et il est diplômé de l’université.


FORMATION SUPERIEURE UNIVERSITAIRE EN INFORMATIQUE

Etudes supérieures en informatique

Diplôme Expert en informatique de gestion de l’Université Paris Dauphine (1984)

Informatique - Recherche opérationnelle - Méthodes et techniques de gestion - Stage


Documents du mémoire d’expert

- logiciel de gestion des stocks sur des quantités statistiques (listing logiciel)

- logiciel d’édition des bons de commande, de livraison, de factures (listing édition)

- système de gestion de base de données retationnelle SGBDR, gestion commerciale

- publication de l’instruction originale nouvelle de branchement Cas ©, Goto, Switch,

etc. (listing logiciel)

- étude système expert, langage et intelligence artificielle, application, écritures

de règles pour le management et la finance

Auditeur en économie finance

Cours de gestion financière et d’économie, Master de l’Université Paris Dauphine


Etudes et recherche en informatique

Etudes en informatique et système, logiciel, instruction, langages de programmation, Assembleur, Cobol, Basic, Fortran, Lisp, Prolog, système de gestion de base de données relationnelles SGBDR, requêtes SQL, réseaux locaux et distants, Token Ring, Transpac, protocole de télécommunication, recherche opérationnelle, système expert, méthode d’analyse, développement de logiciel d’application en comptabilité, gestion, finance


Recherche en informatique, télécommunication, études de publications scientifiques auprès de l’INRIA, de l’Université Jussieu. Ecritures d’un logiciel de gestion, validation, bases de données, requêtes SQL, programmes de statistiques, tableaux, tri, édition.


La création au listing ci-dessus de l’instruction logique CAS, CAS-1, CAS-2, …, CAS-N, le branchement GOTO, IF, WHILE, SWITCH, etc, sur l’édition du listing ou de l’électronique du brevet FR 2 586 845 est sous le droit d’auteur. Instruction Cas © Bernard Legros 1984


L’instruction protégée non autorisée avec le mot CAS © (or CASE) est exploitée sur les systèmes d’exploitation Unix, …, aux langages de programmation C, C++, Visual Basic, Visual Studio, Java, …, aux bases de données Oracle, Access, aux requêtes SQL.


Le Système Intervecteur original nouveau (27-08-1985)

Le Système Intervecteur électronique visualise en analogique, en numérique à l’écran l’information intervectorielle produite, originale, nouvelle du système et des systèmes, les temps T0, T1, T2, …, Ta, TD, Te, ..., Tn (lecture, écriture, enregistrement, chargement, transmission, télétransmission, calcul, mouvement, trajectoire, départ, arrêt, collision, rencontre, rendez-vous, approche, arrivée, attente, erreur, correction, etc...).


Au brevet FR 2 586 845, nous avons l’application intervectorielle d’une résistance variable liée fonction d’un curseur en mouvement déterminant le vecteur position. L’information intervectorielle cursive est visualisée, soit la distance parcourue en mètre, le temps de parcours en seconde dans le plan ou l’espace e. L’information du vecteur distance d infinitésimale est exprimée en ohm par mètre (W/m), produite par le capteur résistif (circuit voie, rhéostat, potentiomètre multitours) et le capteur de vision d’écran (en pixel).


Le capteur résistif de l’industrie produit en fonction de la résistivité des matériaux employés la mesure de la distance d. Le vecteur plan, spatial de distance d est produit par d’autres types de capteurs électromagnétiques, optique, de pression, de niveau, etc.


En 1960-1985, l’information traitée du système n’était pas visualisée par les informaticiens sur les écrans d’ordinateurs. L’information était représentée essentiellement sur les notices techniques commerciales, la puissance de calcul en nombre d’opération/seconde, la capacité mémoire en octet, le débit de transmission en bit/seconde, la cadence de l’horloge interne au système en hertz, etc.


La représentation ou la reproduction ou la diffusion, télédiffusion  de l’information temporelle audiovisuelle du Système Intervecteur du brevet français FR 2 586 845 ou de la demande de brevet européen est une information originale nouvelle sous licence ou non autorisée quel que soit le support - articles 122-1, 122-2, 122-3 et 122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle et la Convention universelle sur le droit d’auteur.



LA PRATIQUE DU DROIT ET DE L’EXPERTISE JUDICIAIRE


Dans le cadre de la propriété industrielle et intellectuelle, en matière de droit d’auteur, de dessins et modèles, de brevets d’invention, de marques, il a étudié et pratiqué le Code de la Propriété Intellectuelle.


M. Legros auteur inventeur est l’expert de son propre système breveté, de son enseignement, de son exploitation intellectuelle et industrielle.


Il a suivi les procédures en droit administratif, en droit civil, en droit pénal. Ses dépôts, ses titres de la propriété de droit exclusif d’exploitation sont l’objet de la publicité nationale, internationale.


Dans le domaine des hautes et nano technologies électroniques numériques et de télécommunications, il a présenté des expertises judiciaires sur la contrefaçon du droit d’auteur, sur la contrefaçon du brevet d’invention et sur la cybercriminalité de l’Internet.



LES TRAVAUX DE RECHERCHE ET LA PUBLICITE INTERNATIONALE


M. Legros a pratiqué très tôt les travaux techniques sur les équipements domestiques. Dès 1967, il étudiait le dessin industriel, la technologie, puis les techniques de l’industrie. De sa capacité intellectuelle, de sa compétence et expertise, il développait en 1985 un travail de recherche, personnel, original, nouveau au sommet des sciences, des techniques. Sa recherche, ses plans et dessins sont inconnus dans l’industrie ou le néant.


La publicité de ses travaux de recherche est de diffusion nationale, internationale, aujourd’hui sur le support électronique de l’Internet, y compris les applications de l’invention brevetée et de l’œuvre d’art du Système Intervecteur.


Dans le domaine de la protection des inventions, des connaissances techniques, l’Institut National de la Propriété Industrielle assure la publication des demandes de brevets, la recherche documentaire, les actes de la procédure par mention au Bulletin Officiel de la Propriété Intellectuelle, par mise à la disposition du public du texte intégral ou par diffusion grâce à une banque de données ou à la distribution du support informatique.


L’œuvre d’art de Legros du système de l’intervecteur de la branche Métamathématique physique du calcul intervectoriel est incluse au texte intégral de sa description. L’œuvre d’art se différencie d’écritures généralement littéraires de la description par ses paragraphes directement identifiables de groupes d’équations, de symboles nécessaires au concept, à sa compréhension, son exécution, son fonctionnement et son exploitation.


Les écritures de l’auteur inventeur scientifiques, techniques posent une difficulté majeure d’assimilation au profane et même au lecteur expérimenté. Il faut être du métier et fournir un effort intellectuel entre l’électronique, les groupes d’instructions intervectorielles, les données originales, les plans d’exécution, l’architecture système et systémique.


L’invention n’est pas évidente, ne tombe pas sous le sens ou ne provient pas de la routine par opposition au progrès. De l’avancement des connaissances, le Système Intervecteur reste complexe. L’invention est en rupture de toute exploitation alors connue ou de tout mode de travail, d’intervention, de consultation, de pilotage, etc. Le Système Intervecteur procure un avantage très net dans le public, dans l’industrie, en société.


La publicité précisée au Code de la propriété intellectuelle a pour but de porter à la connaissance du public l’état des sciences, des techniques, mais n’a pas pour but de produire ou d’encourager les actes de reproduction illégale ou de contrefaçon du brevet et de l’œuvre d’art. Il en est de même pour toute la communication de projets, de plans, de schémas de M. Legros sur le Système Intervecteur qui ne peuvent être reproduits.


Aussi, toute atteinte portée aux droits du propriétaire Legros du brevet FR 2 586 845 constitue une contrefaçon en la date du dépôt. Et, toute exploitation ou représentation ou reproduction ou diffusion de l’œuvre d’art du Système Intervecteur sans l’accord de l’auteur, sur le support électronique de l’Internet, et vers le satellite constitue une contrefaçon.


De l’intelligence de cette création, il existe une incapacité d’exécuter l’invention sans l’exploitation de l’œuvre d’art, sans son concept théorique de l’Intervecteur de la branche mathématique physique du calcul intervectoriel. Toute exploitation, production, application matérielle concrète intègre sur tout support le concept intellectuel de l’Intervecteur de l’œuvre d’art de Legros.   


Il serait grand temps de désigner véritablement l’invention scientifique technique et l’œuvre d’art de Legros par son nom Système Intervecteur, par les termes scientifiques qui lui sont attachés, et non par des termes désuets, impropres ou irrespectueux pour en dissimuler tout le délit de la contrefaçon ou toute la puissance de cette création.



LA PUBLICITE DE L’AUTEUR INVENTEUR


Recherche en marketing, dépôt de dessins et modèles de la méthode

La méthode Ingénierie Marketing (1986) est appliquée aux études de produits industriels high-tech - les 30 modules liés.


Le titre original est protégé comme l’œuvre d’art pour son emploi et pour sa rapide identification - Article L112-4 du Code de la propriété intellectuelle.


Le développement de l’application, du système électronique à télémultipointeurs, du bus, de la Wi-Fi, des réseaux de télécoms, des logiciels sur écran et support CD, l’enseignement aux élèves de niveau Master, aux ingénieurs et directions d’entreprises.


Recherche haute technologie, publicité du brevet et de l’œuvre d’art

La recherche fondamentale et la recherche appliquée. La description de l’invention, de ses modes de fonctionnement, d’applications, les plans et les dessins de produits.


L’écriture de groupes d’instructions, de données et du logiciel. La propriété intellectuelle de l’invention et de l’œuvre d’art du Système Intervecteur. La publicité nationale internationale des brevets d’invention de la famille FR 2 586 845, date de priorité le 27-08-1985.


La Métathématique physique de la branche du calcul intervectoriel

La Loi de Legros de l’Intervecteur, les groupes d’équations, le mouvement, l’accélération gamma, omega L de puissance n, le signal Sigma L synchronisé, codé, le factoriel décimal d’un nombre n.


La navigation intervectorielle, le calcul logarithmique de n liaisons nL des systèmes, les n vecteurs ou les n segments de distances Dn, les n temps Tn des systèmes ou de la systémique des Systèmes Intervecteur.


Les informations et les résolutions intervectorielles, les séquences animées d’images audiovisuelles, cinématographiqes, le film Métamathématique, la liaison Internet, la liaison montante descendantes vers les satellites.


L’écritures de 500 règles, principes, applications, axiomes, démonstrations et théorèmes. Les groupes d’instructions intervectorielles, la reconnaissance de forme plane ou spatiale, les ensembles actifs, les figures polymorphes, les images, les photos, les éléments ev ou les pixels pour le langage de programmation, de mouvement, de construction, d’activation à télémultipointeurs ou pad ou tactile sur l’écran de vision.


La science, Métamathématique physique, électronique, automatique, les télécom-munications et l’ingénierie polytechnique. L’application concrète du calcul intervectoriel au néant, aux particules, molécules, mobiles ou planètes, à l’Univers, aux multi Univers.



LA VEILLE TECHNOLOGIQUE ET LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE (1985-2019)


Depuis le début de sa carrière, au jour du dépôt de son invention, de son œuvre d’art à aujourd’hui, M. Legros se tient informé des techniques, fait de la veille technologique, de la recherche documentaire, aussi pour défendre ses droits d’auteur et d’inventeur.


Il identifie également les produits, les systèmes et les installations de contrefaçon qui sont une exploitation illicite de ses titres de propriété intellectuelle sans la licence.


Toute exploitation ou représentation ou reproduction ou diffusion, télédiffusion du brevet, de l’invention, de l’œuvre d’art du Système Intervecteur dans l’industrie, les télécom-munications est identifiable reconnaissable dans la seconde.


De sa compétence, M. Legros a la capacité intellectuelle pour suivre l’évolution de la recherche scientifique, comprendre les publications, se tenir informé des technologies, se prononcer sur la faisabilité, l’intérêt, le marché des produits d’aujourd’hui et de demain.



Système Intervecteur © Bernard Legros Paris 1985

Tous droits de propriété réservés pour tous pays

Ingénierie Marketing © Bernard Legros 1986

Savoir-faire

LA REPRESENTATION OU LA REPRODUCTION CURSIVE DU TEMPS SUR L’ECRAN


L’information du Système Intervecteur exprime une variable temporelle, le temps ou une fonction du temps. L’information du temps d’attente, d’arrivée ou d’approche de l’instruction intervectorielle T Alpha (Ta), T Delta (TD), T Epsilon (Te) du Système Intervecteur est une fonction de l’unité de temps exprimée en seconde (milli, micro, nano,…), en minute, heure, jour, année ou siècle.



La représentation, la reproduction, la diffusion de l’information temporelle ou de quantité du système quel que soit le support de diffusion - brevet FR 2 586 845


Copyright © Bernard Legros 1985

Est également un délit de contrefaçon toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d'une œuvre de l'esprit en violation des droits de l'auteur, tels qu'ils sont définis et réglementés par la loi - article L335-3 du Code de la Propriété Intellectuelle.


L’instruction intervectorielle des ensembles E, des éléments e, v ou ve visualise, visionne la représentation de la quantité, l’unité, l’écoulement, le ratio en %, le débit bit/s du système en fonctionnement ou au repos - la branche du calcul intervectoriel.


L’instruction intervectorielle temporelle d’enregistrement, de téléchargement (recording, wireless loading), de transmission, de résolution sur le support électronique, magnétique, optique ou de capacité mémoire dans le système est précisée être visionnée.


Les capteurs résistifs à potentiomètre multitours ou à déplacement de curseur ont une représentation vectorielle multiple de direction plane ou spatiale variable sur l’écran du système embarqué à bord ou localisé en station.


La diffusion du déplacement ou du mouvement ou de la trajectoire sur la route, le rail, en mer, dans l’espace et du temps d’attente, d’arrivée ou d’approche T Alpha (Ta) est produite, visionnée par des types de capteurs codés, programmés appropriés aux mobiles et à leur environnement - schémas figures 3 et 4 Planche II/III du brevet FR 2 586 845.


L’œuvre d’art de Legros, intégrale ou partielle, scientifique, d’instructions, d’information, de code logiciel numérique, de télécommunication, du signal Sigma L (sL), d’architecture système et systémique des systèmes présente le fonctionnement, la production de l’information, la vision, la diffusion, l’exécution de l’instruction, des séquences audiovisuelles cinématographiques, dans le plan ou l’espace, et vers les satellites.



LE SYSTEME INTERVECTEUR TELECOMMUNICATION RESOLUTION APPLICATION


. Les groupes d’équations de la branche du calcul intervectoriel traités par le système

. Le programme intervectoriel numérique  manuel, semi-automatique ou automatique des x1,   x2, …, xn systèmes ou de la systémique des systèmes

. Exemple de diagrammes de l’œuvre d’art intégrale ou partielle copyright Legros 1985



La représentation, la reproduction et la diffusion de l’instruction intervectorielle

alphanumérique, temps, distance, position, vitesse, lecture, écriture, etc.

BREVETS NATIONAUX FR 2 586 845


LE VECTEUR DES TEMPS, DES QUANTITES, DES

DEBITS, AFFICHAGE  TEMPOREL T DES SYSTEMES

x1, x2, …, xn ; T0, T1, Ta, TD, Tn ; ENREGISTREMENT


Ecriture sur l’écran d’ordinateur des programmes de x1, x2, …, Ɐxn (tous les xn) dans le plan ou l’espace e ;


Lecture, écriture, enregistrement sur écran de x1 en mouvement, position (x,y,z,t) ou 3D, vitesse V, gwLn  ;   


Lecture, exécution, simulation de x1, arrêt, mouvement, vitesse V, accélération gwL, Temps T, Tn, fonctions  ;


Lecture et simulation de x1, x2, …,Ɐxn sur écran ;


Système, T0, Tn, sL, gwLn, exécution automatique de x1, route, rail, mer, air ou espace ;


Système, T0, Tn, sL, gL, exécution automatique de x2, route, rail, mer, air ou espace ;


Système, T0, Tn, sL, gL, exécution automatique de x1,

X2, …, Ɐxn, route, rail, mer, air ou espace ;


Système, T0, Tn, sL, gL, résolution intervectorielle, en mode manuel, semi-automatique et automatique de x1, x2, …, Ɐxn, route, rail, mer, air ou espace ;

COPYRIGHT©SYSTEME INTERVECTEUR 1985


TEMPS T0, T1, T ALPHA, T DELTA, T, Tn,

DISTANCE (vitesse, débit, proportion, %, …)


T0                T1           Tn





















TRAITEMENT ANALOGIQUE DIGITAL DES DONNEES

©Instructions de x1, x2, Ɐxn, T0, Tn, temps réel, temps différé, logiciel, données alphanumériques

 publication INPI Paris, OMPI Genève brevets nationaux FR 2 586 845 date de priorité le 27-08-1985

LE LOGICIEL PROPRIETAIRE LEGROS ET LES INSTRUCTIONS (1984-1985)


Les instructions de branchement CAS / CASE, BASCULER / SWITCH

M. Legros a créé l’instruction CAS pour le développement d’un programme informatique publié sur le listing de son logiciel portant sur la gestion statistique de stock, la gestion commerciale, l’édition de la facture, du bon de livraison et de quantités -  développement du logiciel de Legros de janvier à mai 1984.



L’instruction mot CAS / CASE, and, or, goto, if, while, switch sous le Copyright

L’instruction CAS exploitée sur les systèmes d’exploitation Unix, …, aux langages de programmation C, C++, Visual Basic, Visual Studio, Java, …, aux bases de données, aux requêtes SQL, Oracle, Access, etc. Instruction CAS / CASE © Bernard Legros 1984-1985

©Instruction CAS/CASE logiciel de gestion statistique,opération logique sur quantités variables    création de l’activation d’ordre du télémultipointeurs sur l’écran Bernard Legros1983-1984

De l’œuvre logiciel de Legros, les instructions IF CAS, CAS1, CAS2, ..., CASN sont utilisées pour des opérations logiques, l’activation, le branchement CASE, GOTO, THEN, GOSUB, ou pour le multipointeurs ou le télémultipointeurs électronique à bouton poussoir SWITCH. Les instructions, la syntaxe IF CASE, SWITCH sont explicites aux écritures du résultat recherché sur le logiciel.

L’instruction IF CAS / CASE numérotée, alphanumérique créée au logiciel propriétaire Legros début 1984 a été développée, éditée en langage BASIC au listing le 13-05-1984 et l’instruction BASCULER / SWITCH électronique du bouton poussoir a été créée, publiée au brevet d’invention Legros FR 2 586 845 le 27-08-1985.

Les mots de l’instruction CAS, BASCULER traduits en anglais sont les mots de l’instruction CASE, SWITCH. En 1984, 1985, ces instructions n’existaient pas aux langages de programmation COBOL, FORTRAN, PASCAL, BASIC, ADA, PROLOG, SQL, aux systèmes d’exploitation MVS, DOS, UNIX, CPM, VMS, GCOS, etc.

Les mots logiciel du langage d’instruction informatique de 1960-1995 utilisaient : IF ; THEN ; GOTO ; WHILE ; FOR ; ELSE ; … ; END.

Les instructions de Legros IF CAS / CASE, GOTO, THEN, ELSE, GOSUB, SWITCH sont inconnues des informaticiens et des langages normalisés de développement informatique.

L’instruction logiciel CASE, SWITCH, etc. originale, nouvelle est exclusive. Elle est exploitée depuis les années de 1995. Elle est normalisée, appliquée aux langages de programmation C, C++, Visual C++, Visual Basic, JAVA, J2E, SQL, aux systèmes d’exploitation UNIX, LINUX, ou sous d’autres systèmes d’exploitation.

Les instructions de Legros, les opérations CAS / CASE, GOTO, IF, ELSE, WHILE, GOSUB, SWITCH, etc… de 1984, 1985 sur le listing du logiciel ou au brevet FR 2 586 845 sont des instructions et des mots protégés par le Code de la propriété intellectuelle.

Instruction cas © Bernard Legros 1984
Tous droits de propriété réservés pour tous pays


LES INSTRUCTIONS DE LEGROS INTERVECTORIELLES NUMERIQUES

De l’application intervectorielle ou des ensembles de vecteurs

1. L’INTERVECTEUR est un MOT protégé

2. L’INTERSECTION de VECTEURS ou INTER.VECT est protégé (MOTS)

3. La REUNION de VECTEURS ou UNION.VECT est protégé (MOTS)

4. L’EGALITE de VECTEURS ou EGAL.VECT est protégé (MOTS)

5. De l’instruction, le CAS, le SWITCH sont des mots logiciels protégés de la norme ISO

6. Les INSTRUCTIONS, les INFORMATIONS originales INTERVECTEUR sont protégées

7. Les INSTRUCTIONS de LECTURE-ECRITURE, impression plane, spatiale (imprimante 3D) sont protégées

8. L’INSTRUCTION de LECTURE-ECRITURE des ensembles E, …, En (actif, polymorphe, en réduction, en expansion) ou le COPIER-COLLER est protégée

M. Bernard Legros aux écritures de la branche Métamathématique du calcul intervectoriel a écrit 500 règles et théorèmes sur l’intersection vectorielle telle qu’il l’a définie de sa science, de sa théorie, de son concept mathématique physique au brevet FR 2 586 845 le 27-08-1985.


LES CONSTATATIONS DES SCIENCES ET DES TECHNIQUES

Depuis, il est indéniable que le Système Intervecteur publié est indispensable, incontournable (les écrits de Legros de son dépôt le 27-08-1985) au développement des sciences, des techniques et de leurs applications dans l’industrie.

Ce que M. Legros apporte à l’humanité est nouveau ; ceci n’a pas d’existence, de consistance antérieure ou le néant. L’originalité de l’œuvre d’art, la nouveauté de l’invention ne sont pas comprises dans l’enseignement, dans l’état des sciences, des techniques ou de l’art antérieur au jour du dépôt officiel à INPI Paris et OMPI Genève.

Il est le seul personnage aux écrits, aux plans du brevet français FR 2 586 845 à posséder l’étendue de cette connaissance des sciences, des techniques qu’il a appliquée, pratiquée, approfondie, le seul à posséder cette expérience de l’industrie de haute et nano technologie, ce chemin aux années de sa création jusqu’à aujourd’hui (1958-1985).

Son œuvre d’art, son invention électronique, polytechnique du Système Intervecteur ont été développées dans un contexte économique de très forte concurrence, en période de guerre froide. En 1961, les USA lançaient les programmes lunaires Apollo, avec la fin des lancements en 1975. Ils développaient le programme Star Wars de guerre des étoiles en 1983-1984. L’Agence spatiale européeenne lançait le programme Ariane en 1973.

D’autres solutions que celle présentée par M. Legros de son Système Intervecteur ont longtemps été envisagées, exploitées avec la technologie des physicien Doppler (1842) et Fizeau (1848) de l’onde électromagnétique RADAR Radio detection and ranging pour notamment l’instrumentation, la mesure, la détection, le suivi de cible, la gestion du trafic aérien, l’anticollision maritime, l’observation terrestre, l’exploration spatiale ou l’astronomie.

De la Métamathématique de la branche du calcul intervectoriel, le Système Intervecteur électronique d’exploitation, de télécommunication est maîtrisé dans le détail, les ensembles E ou x1, x2, …,Ɐxn, l’élément v
e, la particule p+, la départicule p-, le signal Sigma L (L) codé, la synchronisation universelle T0 pour sa fabrication, son exploitation, son intervention de télémaintenance, l’injection du signal Sigma à distance.

L’enseignement, le conseil sur l’invention du Système Intervecteur breveté sont bien sûr pratiqués dans l’industrie pour son exploitation. Et, des normes, des directives, des recommandations sont traduites, éditées, diffusées dans le monde entier.

De la recherche internationale, nous n’avons pas la publication d’un système complet abouti ou de plans antérieurs à cette invention du Système Intervecteur scientifique, de haute et nano technologie électronique, d’exploitation et de télécommunication spatiale.

M. Legros est le seul auteur inventeur a avoir consenti à cette recherche, à cette description avec tous les développements, les plans et les dessins authentiques, datés, signés qu’il a exposés, publiés en la date du dépôt prioritaire à l’INPI de Paris le mardi 27 août 1985 à 15 heures.  

De ce contexte extrêmement net et complexe, M. Legros n’est opposé à aucun conflit d’auteur, d’inventeur ou de collision de brevets d’invention ou de publications ou de tiers.

La publicité de la description de l’invention, de son fonctionnement, l’œuvre d’art incluse est appliquée, certifiée, exploitée à l’échelle mondiale pour l’information, l’identification, la surveillance, la navigation, l’anticollision, la protection des hommes et de la planète.

Sur le site de consultant-legros.net est présenté l’aspect scientifique, philosophique, technique, économique, juridique du Système Intervecteur et son exploitation.



Le cadran solaire au musée du Moyen Age de Cluny  Paris
et un temple antique de la philosophie et des sciences

DIFFUSION DE L’ŒUVRE D’ART DU SYSTEME INTERVECTEUR SUR L’ECRAN ET SUR L’INTERNET



         0                                                                                          15 s                             temps restant  10 s



         0    vision des quantités mémoire, distance, etc. du Système Intervecteur au brevet FR 2 586 845  


Copyright © Bernard Legros 1985

©Temple de la philosophie et des sciences

©Cadran solaire 1674

L’ETAT DE LA TECHNIQUE DANS L’INDUSTRIE


Le jour de sa demande pour un brevet d’invention M. Legros connaissait le niveau de l’état de la technique et des sciences au plan mondial. C’est en raison de son avance technologique, de son innovation, de son apport scientifique technique pour résoudre un problème toujours posé sans solution au jour du dépôt qu’il a publié son invention et son œuvre d’art du Système Intervecteur.


Entre 1970 et 1985, spécialisé de l’industrie des hautes technologies électronique, informatique, il est intervenu dans les secteurs de l’aéronautique, de la construction navale, du ferroviaire, de l’automobile, de l’énergie thermique et nucléaire, de propulsion, du transport, de l’équipement, des télécommunications, des btp, de la métallurgie et sidérurgie, de l’ingénierie et des équipementiers de l’industrie. M. Legros totalisait plus de 30 000 heures de travail dans le domaine de l’industrie en France, à l’export.  


De plus tout en se formant, il avait une connaissance approfondie de l’industrie électrique, électrotechnique, électronique, des composants, des télécommunications, des calculateurs, des périphériques des systèmes en informatique industrielle et de gestion.


Le § ci-contre aux années de 1970 et de 1980 présente un grand nombre d’entreprises de notoriété mondiale qui évoluait dans les secteurs d’activités précédemment cités. Dans chaque secteur de pointe, la recherche était évidemment très vive pour se démarquer de la concurrence, mais sans une découverte ou rupture notable avec la pratique.


C’est bien dans ce contexte que le Système Intervecteur est né, qu’il se révèle être nouveau, qu’il nécessite une compétence particulière, une activité inventive, de recherche, qu’il nécessite une expérience technique, un passé de terrain pour les multiples applications opérationnelles traitées, directement applicables dans l’industrie.


C’est aussi dans ce contexte que le Système Intervecteur inclut l’œuvre d’art scientifique, originale, nouvelle indispensable au fonctionnement du système complexe. Les groupes d’équations de la branche Métamathématique du calcul intervectoriel sont inconnus des mathématiciens, des physiciens. Les instructions, les données, intégrales ou partielles, sont exploitées chaque jour aux systèmes de l’industrie pour la diffusion de l’information, la navigation, la surveillance, l’automatisation et l’anticollision.


De la publicité du brevet FR 2 586 845 alors valide, de la communication de son projet maritime en France, en Europe à Bruxelles, incluant son œuvre d’art, le choix pour sa technologie s’est imposé au siège de l’OMI à Londres, au Royaume Uni.


L’exploitation que M. Legros a recommandé par ses écrits et ses plans à bord des navires de commerce, de surface, de profondeur, en station, sur l’aéronef de sauvetage en mer, dans les ports, les capitaineries, les CROSS Centres Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage en mer assure la sécurité maritime mondiale.


L’architecture systémique du dispositif est constituée des systèmes de navigation maritime spatiale des AIS. Le marché des produits AIS est immense. Il concerne le système électronique maritime spatial complet de télécommunication, de géolocalistion, les équipements, les installations, les remises à niveau, le renouvellement, la certification, la formation, la maintenance.


De la création de l’auteur inventeur, nous retrouvons le chemin parcouru, l’expérience, la connaissance de l’industrie et des systèmes. Il a développé seul entièrement, suffisamment et de cette manière son invention. Il a su spécifier l’emploi de la norme pour l’exploitation des brevets, ainsi que le but de ses produits et de ses applications.


Son dispositif des AIS imposé le 1er juillet 2002 en station STM de Service du trafic maritime, maritime, embarqué à bord des navires, installé sur l’hélicoptère de sauvetage en mer sont l’objet de la directive Rés. A.917(22) de l’OMI, de la recommandation M.1371 de l’UIT, deux organisations maritime et de télécommunication des Nations Unies.


L’invention, l’œuvre d’art incluse de la résolution intervectorielle spatiale du dispositif des AIS comporte dix revendications (10) du système électronique et de télécommunication étudié pour être embarqué à bord ou situé en local pour les mobiles de l’environnement terrestre, maritime, aérien et spatial.


Le dispositif électronique et de télécommunication de Legros des AIS est universel, sa résolution intervectorielle spatiale résout là où le système est installé.



LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE TECHNIQUE NUMERIQUE ET PUBLICATION


Le développement scientifique Métamathématique physique électronique expose l’intersection vectorielle ou le vecteur intersection. Le concept de l’Intervecteur est original, nouveau, inédit aux éditions du dictionnaire Larousse ou de l’encyclopédie des sciences et des techniques ou de la recherche de l’inventeur et du rapport de recherche internationale.


Etudes et travaux : Ecritures de 500 règles, de théorèmes mathématiques physiques, d’instructions originales, nouvelles ; Définition de données gamma, oméga L, de puissance n ; Traitement, sécurisation du signal Sigma L(sL) codé, synchronisé, système, systémique ; Simulation, téléexpertise, autocontrôle par injection du signal Sigma L (sL) ; Fabrication, branchement de switch de forçage et de circuit de mémoire électronique ; Mise en place de points tests sur les circuits, de témoins électroniques ou de leds ; Conversion analogique digitale CAD ; Dessins d’architecture du système électronique intégré compact ; Dessins d’architecture systémique complexe des systèmes et de télécommunication ; Système d’information numérique, informatique, réseau de télécommunication ; Notes de calcul, essai en charge en manutention, propulsion ; Certification d’installation France export ; Plans techniques du système mécanique, automatique, électrique, électrotechnique, électronique et de télécommunication ; Etudes en sûreté de fonctionnement, préventif, maintenance, remise à niveau ; Plans de systèmes complets d’installation, d’ingénierie de transport terrestre, routier, ferroviaire, maritime, aérien et spatial, etc.


Le brevet FR 2 586 845 et la création : Le système d’exploitation électronique Métmathématique à télémultipointeurs wi-fi, de navigation à l’écran dans le système, les réseaux, la base de données ; Les réseaux originaux, nouveaux de télécommunication tdma, cdma, fdma, mixte mdma, de bus, d’électrobus et de wi-fi ; Le système de positionnement différentiel par satellite, de géolocalisation en boucle pour la navigation automatique spatiale, l’anticollision ; L’autocontrôle, la télémaintenance par l’injection du signal Sigma L ; Le coefficient de décélération, d’accélération rectiligne circulaire gamma oméga L de puissance n ; La synchronisation universelle ; La sécurisation Sigma L des données, des réseaux codés ; La diffusion des données intervectorielles embarquées à bord ou localisées en un endroit ou en un lieu déterminé ; La géolocalisation de la boîte noire, l’expertise distante ou la téléexpertise ; L’intervectorisation numérique de l’environnement donné, codé, programmé, géographique, topographique sur l’écran ou sur la zone du plan ou de l’espace, etc.



LES APPLICATIONS DE L’INVENTION ET DE L’ŒUVRE D’ART DE LEGROS


De la publicité internationale, l’invention brevetée de brevets nationaux FR 2 586 845 fonctionne sans aucun problème et elle est exploitée dans l’industrie. Nécessaire, l’œuvre d’art de Legros du Système Intervecteur est aussi exploitée avec avantage, rentabilité, succès sur 99,99% des systèmes de l’industrie et de l’économie.


Le Système Intervecteur, de son identification, de sa résolution, de sa télécommunication, de ses informations intervectorielles originales, nouvelles fonctionne, résout là où il est disposé en embarqué à bord des mobiles ou localisé dans le plan ou l’espace e.


Aux revendications du brevet, l’application maritime spatiale du dispositif électronique Legros des AIS a été proposée par l’auteur inventeur pour son exploitation sur les océans, les mers, les lacs, les fleuves, les canaux et les rivières. Il aura fallu plus de quinze années pour que l’invention brevetée et l’œuvre d’art soient exploitées (1985-2002).


Le pilotage intervectoriel, manuel, semi-automatique, automatique avec l’anticollision a été difficile à admettre dans la profession maritime, ainsi que le fait de définir la route du navire avec une précision numérique, digitale, infinitésimale avec un seul doigt de la main, ou avec une reconnaissance vocale. Il s’agit sur les eaux du mouvement de centaines de milliers de tonnes (tanker de plus de 250 000 t) que le monde maritime a intégré à son exploitation, à sa sécurité. Le navire autonome est un nouveau concept de navigation.


Le Système Intervecteur de sa résolution intervectorielle détecte, calcule la distance, la vitesse, le temps de rapprochement des masses en mouvement dans la zone ou la sphère de protection dont l’arrêt en mer n’est pas immédiat. Le Système Intervecteur prédit, anticipe avec précision la position temporelle réelle ou l’événement de navigation.


Tous les dangers de la position des navires ne pouvaient pas être détectés sur une zone qui n’était pas couverte par les instruments, la radio ou le radar, sur une zone d’ombre de détection, ou sans visibilité provenant de la géographie, du relief ou de plusieurs navires.


Le Système Intervecteur (AIS) dialogue, communique, gère la navigation de tous les navires, le trafic sur la zone maritime, leur évolution intervectorielle spatio-temporelle en mer, sur les fleuves, les estuaires, dans les ports, sur l’écran à bord du navire ou de la station ou de l’aéronef. C’est cette technologie qui est exploitée aujourd’hui, depuis 2002.


Les travaux de recherche, les publications de M. Legros sont appliqués par des normes, des directives, des recommandations internationales. Des programmes de développement et des projets ont été initialisés par l’auteur inventeur qui a su imposer son brevet, son invention, son œuvre d’art en France, en Europe, dans le monde.


Il existe en France des arrêtés ministériels, des décrets du gouvernement pour l’exploitation en mer à bord des navires de l’invention maritime spatiale des AIS Automatic Identification System en application de la directive Rés. A.917(22) de l’OMI.


Constatons que l’exploitation, la désignation des AIS par l’OMI et l’exportation au départ de la France sans le consentement personnel obligatoire de M. Legros auteur inventeur donné par écrit porte atteinte au droit exclusif du propriétaire du brevet. Ce sont des actes illicites de contrefaçon du brevet et de l’œuvre d’art, en violation des droits d’auteur.


L’invention est française, l’acronyme anglo-saxon AIS (Automatic Identification System) jette le trouble sur son origine. En connaissance de cause, la désignation de l’invention doit être produite par son inventeur le plus à même de la qualifier ou de la baptiser.


De plus, les arrêtés, les décrets ne précisent pas la source du brevet français FR 2 586 845 le 27 août 1985, le nom de M. Legros auteur inventeur, ainsi que pour les publications, les formations et l’emploi des AIS. Aux arrêtés, aux décrets antérieurs l’AIS est inexistant.


De la publicité nationale que nul n’est censé ignorer, il y a là un manquement, une intention volontaire de nuire au droit exclusif d’exploitation du propriétaire des droits qui s’est traduite par de la contrefaçon. Le titre de propriété de brevet délivré à M. Legros pour la navigation et la sécurité maritime procure des ressources immédiates sans le risque de l’investissement, ainsi qu’un avantage matériel financier important.


Cette situation préjudiciable à notre histoire maritime d’exploration des mers et des océans doit être réparée. Les produits français des AIS concernent tous les navires de commerce, les navires civils, militaires, le transport fluvial, les embarcations de sauvetage, la pêche, le yachting, la plaisance, les régates, ainsi que toute l’infrastructure de l’activité maritime.


Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque - articles L111-1, L112-2 et L122-4 du Code de la propriété intellectuelle.


BREVET ET ŒUVRE D’ART - INSTRUCTION - MOT PROPRE - NEOLOGISME
Les instructions, les mots propres ou néologisme du Système Intervecteur sont protégés pour leur emploi, leur destination ou leur application par le droit d’auteur. Ils ne peuvent être reproduits ou exploités qu’avec l’accord personnel obligatoire de l’auteur donné par écrit ou avec l’achat de la licence.
L’invention est protégée non autorisée par le brevet français FR 2 586 845 en la date de dépôt à l’INPI le 27-08-1985. L’œuvre d’art de Legros du Système Intervecteur n’est pas dans le domaine public, c’est une œuvre d’art protégée à titre onéreux en la date du dépôt légal le 27-08-1985.

Copyright © Bernard Legros1985
Tous droits de propriété réservés

La loi sur le droit d’auteur et la Convention universelle sur le droit d’auteur
ou le copyright révisée à Paris le 24 juillet 1971
Glossaire