CREATION PUBLICITE LICENCE DU DROIT D’AUTEUR


La Métamathématique de Legros de la branche du calcul intervectoriel intègre, englobe les disciplines des mathématiques connues des mathématiciens pour résoudre les opérations et les applications intervectorielles, la physique, l’électronique, l’automatique, la mécanique, le numérique, la vision, la télécommunication de tous les systèmes, la systémique des systèmes fixes, accélérés ou en mouvement dans le plan ou l’espace e.


Sans la Métamathématique physique de Legros, il n’y a pas de résolution intervectorielle spatiale, d’industrie électronique automatique numérique, de système d’exploitation, d’information, de navigation, de sécurité anticollision et de télécommunication ou le néant.

L’intelligence intervectorielle dialogue, résout, transcende tous les systèmes antérieurs. source : Publicité internationale des brevets de Legros FR 2 586 845 le 27 août 1985


L’œuvre d’art scientifique, technique, d’architecture est protégée par la loi, et non autorisée. La licence de Legros d’exploitation est obligatoire en France et pour son exportation. Les droits de représentation, de reproduction, de diffusion ou de télédiffusion sont payants au crédit de M. Legros, en rémunération de ses droits d’auteur.


Les représentations, les reproductions ou copies, les diffusions ou télédiffusions doivent indiquer  à une place de façon nette ou sur le support audiovisuel ou numérique le nom de l’auteur et la source en application de l’article L122-5 de la Loi de la République française et de la Convention universelle sur le droit d’auteur révisée à Paris le 24 juillet 1971


Système Intervecteur © Bernard Legros 1985

Tous droits réservés pour tous pays



LA LOI DE LEGROS : BRANCHE MATHEMATIQUE DU CALCUL INTERVECTORIEL RECHERCHE FONDAMENTALE SCIENTIFIQUE POLYTECHNIQUE SYSTEME


La Métamathématique ou la branche du calcul intervectoriel : Le concept scientifique est original, nouveau. Cette branche mathématique, physique, technique opérationnelle a été créée par Mr Legros seul pour résoudre une difficulté majeure de particules, de mobiles, de planètes en mouvement dans le plan ou l’espace e.


La Métamathématique, le concept et les branches mathématiques : La branche mathématique du calcul intervectoriel est construite de branches mathématiques, la trigonométrie, la topologie, le calcul vectoriel, le calcul différentiel, intégral, la géométrie, les suites, les séries, etc…, pour décrire complètement l’Univers ou le Multi Univers (*). Le concept scientifique mathématique physique est indispensable au Système Intervecteur.


(*) Le Multi Univers n’existait pas au dictionnaire © Librairie Larousse 1980, 1986

Le mot adopté et entré au dictionnaire est Multivers (nom masculin) avec une définition.


L’équation intervectorielle de Legros : L’équation a une forme canonique, la résolution spatiale, de forme exponentielle comporte les termes et les données du système. Le passé, le présent, le futur sont traités. Les instructions scientifiques, informatiques, les liaisons de télécommunication sont originales, nouvelles.


La sculpture du signal Sigma Legros : Au document publié, le signal 2A Sigma Legros (sL) est synchronisé (T0) des groupes d’équations. Les temps Tn (s), (T0, T1, T2, …, Tn) du Système Intervecteur, de ses fonctions, de la progression sur le support sont visionnés à l’écran. La vision des temps Tn des fonctions des systèmes est originale, nouvelle.


Le signal 2A Sigma de Legros (sL) est codé sur le bit de valeur (sL : 0, 1, n, …), sur le rang, la position spatio-temporelle. La modélisation est unitaire, multiple, variable. Le signal codé de la tension en volt est de 0v, +5v, -5v, +12v, -12v, +15v, -15v, +24v, etc. Le signal électronique numérique (sL) est de logique positive et négative (sL : 0, +1, -1) aux huit circuits (8) du système. Le signal Sigma de Legros (sL) original, nouveau, de grande valeur est exploité dans l’industrie, les télécommunications, le codage d’information de haute sécurité.


De l’expérience de M. Legros, son signal Sigma L (sL) traité, synchronisé, codé, programmé n’a aucune antériorité théorique, pratique, encyclopédique. Ce signal sculpté n’existe pas dans l’industrie électronique, automatique, numérique, informatique depuis le premier contrôle des tubes électroniques de Fleming et De Forest, soit de 1906 à 1985.


Le signal  Legros Sigma L (sL) sur le support électronique est daté, signé. De la publicité nationale, internationale des brevets FR 2 586 845, l’œuvre d’art du signal Sigma L (sL) pour le système informatique, industriel et les télécommunications est sous le droit d’auteur ou le copyright au 27-08-1985.


L’application industrielle du Système Intervecteur, intégrale ou partielle, soit les instructions, le signal, les données, le logiciel, l’architecture est exploitée sur le support des huit circuits (8) électroniques nécessaires conformément nommés dans la profession.


Le calcul électronique système et systémique : L’équation de Legros intervectorielle composée d’ensembles, d’éléments liés exclusivement par l’auteur inventeur en fait toujours le calcul électronique le plus puissant connu aujourd’hui, où sa résolution, en n’importe quel point du plan ou de l’espace e, est automatique, système et systémique.


L’Intervecteur, le réel et le virtuel : Dans un espace intervectoriel, l’équation de la loi de Legros porte particulièrement sur la position spatiale, sur le volume physique et virtuel variable, sur le mouvement de la particule, du mobile, de la planète. La résolution mathématique physique intervectorielle spatio-temporelle est traitée à l’identique.


Dans un espace intervectoriel, les opérations précises, statiques, dynamiques existent sur des ensembles réels ou virtuels au moment de la résolution intervectorielle.


Les systèmes, les mobiles, les objets sont réels ou imaginaires au système de l’Intervecteur, pour sa propre télécommunication, simulation, résolution sur zone ou sur écran des ensembles ou des éléments en mouvement dans le plan ou l’espace e au jour du dépôt officiel à l’Institut National de la Propriété Industrielle INPI de Paris (1985).



- Traité de la loi de Legros Métamathématique, physique, logique, automatique, de liaison et de télécommunication - 500 règles, principes, applications, axiomes et théorèmes.

©Copyright Licence


Science et Technologie Mondiales

World Technology and Science

©Bernard Legros 1985

©Branche mathématique du calcul intervectoriel, résolution de l’interdépendance de

  partcules ou de mobiles, gestion de n points du plan ou de l’espace Legros 1985

Les faisceaux de vecteurs et la résolution : Cette science mathématique physique constituée de multiple faisceaux de vecteurs de formes, en mouvement dans l’espace les unes par rapport aux autres, n’a pas de représentation ou de résolution antérieure aux écritures de Legros.

Dans notre esprit, cette configuration vectorielle spatiale dynamique donne une image, réelle ou virtuelle, d’un monde en mouvement permanent. La vision de ces faisceaux de vecteurs en mouvement permanent est résolue aux groupes d’équations. Cette projection intellectuelle du monde réel, passé ou futur est considérable, originale, nouvelle.

Les séquences mathématiques intervectorielles : De l’équation canonique de la résolution spatiale, il existe des opérateurs complexes munis du séparateur intervectoriel | pour déterminer des séquences de fonctions opérationnelles. Les séquences mathématiques permettent la complète description du mouvement à gamma Legros rectiligne, circulaire (g, wL) de puissance n pour toutes les particules, tous les systèmes, tous les mobiles. Les séquences cosmogoniques de la relation R et R-1 décrivent l’Univers, le Multi Univers, remontent ou descendent le temps vers sa création ou l’infini.
 
Le séparateur de séquences mathématiques | : Ce séparateur intervectoriel | de séquences mathématiques système, systémique a une valeur temporelle lorsque la limite du temps tend vers 0, pour le changement d’état binaire pour l’activation, pour l’ordre de l’opérateur topologique de la séquence, ou pour l’accélération rectiligne, circulaire (g,wL) du mobile, de la matière ou de la particule, etc.

La cinématographie ou le film mathématique : Les séquences, Film {(séquence-1) ; (séquence-2) ; … ; (séquence-n) ; (séquence-n+1)} constituent la cinématographie ou le film mathématique. De la télécommunication Legros, rappelons que son signal sigma (sL) est synchronisé sur le temps (T0), son niveau logique (0), (1), (n) est codé. Le code est unitaire, multiple ou variable, dynamique ou à n niveaux successifs. Le navigateur ou l’explorateur à télé multipointeurs évoluent sur la zone spatiale ou sur l’écran pour l’activation de la particule, du système ou du mobile.

Le néologisme de Legros : De la branche mathématique des mots, des adjectifs, des verbes et adverbes sont créés tel que Intervecteur, intervectoriel(les), intervectoriser, intervectorisation, intervectorisable ou qui peut être matériellement intervectorisé ou intervectorisationnellement. La forme littérale ayant un sens pour définir le concept mathématique physique original et pour exploiter l’œuvre d’art scientifique et électronique.

Les seuls mots connus de la famille du néologisme de l’Intervecteur sont essentiellement le vecteur (sens, direction, quantité, origine, extrémité, noté d’une flèche –->), son adjectif vectoriel(les) ainsi que l’intersection de droite, de courbe, d’ensembles, les éléments d’ensembles (collection, famille, groupe, etc.) au jour du dépôt de l’œuvre d’art scientifique de Legros de la Métamathématique le 27 août 1985.

Le concept de l’Intervecteur définit l’action de l’œuvre d’art intégrale d’intervectoriser ou l’intervectorisation ; l’une des actions en partie de la résolution est la vectorisation de l’écran de vision, du plan ou de l’espace qui n’est pas contenue au dictionnaire de la langue française aux Editions sous copyright Librairie Larousse, 1980, 1986.

L’exposé scientifique : La construction mathématique physique de l’intersection vectorielle ou du vecteur intersection, la généralisation des groupes d’équations de Legros, le développement du système complexe, ses séquences mathématiques, sa simplification, son application constituent la création scientifique technique et la loi de Legros de l’Intervecteur.

La Loi de Legros de l’Intervecteur : Les éléments, les ensembles de vecteurs en mouvement spatial constituent la matière réelle ou virtuelle d’un système dont la résolution est l’équilibre de l’ensemble vide [f] qui est égal à 1 aux groupes d’équations. Le résultat instable, qui tend vers le chaos, est égal à 0. Le contrôle intervectoriel des forces en mouvement résout le retour vers l’équilibre. Cette représentation active, automatique est l’une des séquences de la résolution pour tous les systèmes.

La branche mathématique du calcul intervectoriel décrit la topologie des ensembles, composés des éléments vecteurs (tel que) e : v(x,y,z,t) dans l’espace, munis de l’intelligence transportée ou localisée du système. La composition matérielle de l’ensemble mathématique du principe élaboré est électronique, physique, chimique ou mécanique au § Principe fondamental du brevet FR 2 586 845 le 27-08-1985.

La théorie s’applique à l’électron, aux particules, aux molécules, aux cellules, aux corps, aux mobiles, aux planètes de l’espace. L’équation existe pour l’infiniment petit ou l’infiniment grand. La résolution intervectorielle est le composé d’une intelligence interne ou externe de l’élément ou de l’ensemble agissant sur sa propre orientation. Le quantificateur universel existe pour tous les Ɐxn systèmes ou pour la systémique.

Le mouvement brownien aléatoire  de particules ou l’agitation permanente dans un fluide a été décrite par des équations. La figure ci-dessus représente par analogie le mouvement de mobiles, de particules, l’interdépendance de points de l’espace. L’Intervecteur, où qu’il soit de sa position, a une résolution non aléatoire ou certaine, une détection, une sécurité anticollision, un contrôle du mouvement de mobiles les uns par rapport aux autres.

La science de la mathématique Legros du calcul intervectoriel décrit, lie, transforme, résout, contrôle, commute différentes expressions et de transport, la forme, la grandeur, la masse, le mouvement et l’accélération. Le calcul intervectoriel de particules ou de corps ou de données universelles consacre une topologie vectorielle analytique, dynamique, nucléaire, moléculaire, organique, biologique, minérale, etc.

La trajectoire intervectorielle : La trajectoire est  dans les groupes de la résolution sous influence intervectorielle et d’interdépendance variable dans le plan ou l’espace e.

L’équation canonique de la loi de Legros décrit la trajectoire réelle, imaginaire des particules, des mobiles, des planètes ou des Systèmes sous l’influence de forces ou de grandeurs internes, externes, universelles ou multi universelles variables, quel que soit la masse, le volume, la forme, l’accélération sur la trajectoire plane ou spatiale totale parcourue ou à parcourir de sa résolution intervectorielle.

Le mouvement de l’élément ve ou de l’ensemble E ou de la particule du Système Intervecteur est continu, discontinu, direct, vibratoire, oblique, sinusoidale, périodique, variable ou d’amplitude. Le mouvement mesuré sur l’onde rend compte du trajet parcouru, du temps de parcours aux instants (t), de la vitesse V, de la célérité c, de l’accélération (g,wL)n de l’élément ve ou de la particule ou de la lumière où il y a un mouvement apparent et un mouvement réel.


Système Intervecteur le mouvement apparent et le mouvement réel
- parcours de l’élément ve  ou de la particule à une célérité V ou c mesurée  

©Système de l’Intervecteur, production intervectorielle, transmission, résolution,      contrôle commande du mouvement spatial et de l’automatisme Legros 1985

La quantité de mouvement, l’énergie cinétique, l’énergie nucléaire : Dans la branche mathématique du calcul intervectoriel les opérations mathématiques s’appliquent, la vitesse V est nulle, fixe, variable ou infinie, de même pour le coefficient d’accélération gamma Legros de puissance n ou gLn  ou  kgLn.


Pour la quantité de mouvement r, la quantité de l’énergie cinétique, de l’énergie nucléaire E, la relation physique masse m, vitesse V, célérité c de la lumière sont des valeurs qui existent par réaction pourvu que le temps t aussi infinitésimal soit il existe.


Rappelons que l’équation de Galilée ou galiléenne de la chute de graves ou de corps dans le vide exposés aux forces gravitationnelles est 1/2gt2 ; soit à accélération constante en m/s2  la vitesse moyenne Vm ou le gt/2 multiplié par le temps t. L’intégration du temps t donne une valeur différente du temps t réel pour obtenir la distance z en mètre parcourue au moment de la chute observée à gamma fixe.


Au calcul intervectoriel, le coefficient gamma L de puissance n, gLn ou kgLn, n’est pas une valeur fixe, mais une courbe m temporelle sous le contrôle électronique du système de la distance parcourue ou à parcourir. La puissance de 2 de l’équation est tout aussi utilisée.


Celle-ci s’applique aux équations de la physique tout en observant la valeur réelle du résultat de la quantité de mouvement r ou de la quantité de l’énergie cinétique ou de l’énergie nucléaire E mesurée en Joule de la masse du mobile ou de la matière ou de la particule.


La quantité de mouvement r et de l’énergie cinétique ou nucléaire E (Joule) est égale au produit de la masse m au repos par le coefficient d’accélération L déterminant ( g, wL)n  ou k(g, wL)n pour toute valeur réelle mesurée ; alors la quantité r ou E est de forme ou égale à m.(g,wL)n  ou m.k(g,wL)n dans la branche mathématique du calcul intervectoriel.  


La Métamathématique et la physique de l’Intervecteur : 1. L’intersection vectorielle, le vecteur intersection et l’Intervecteur du mouvement spatial ; 2. La particule (pL+) ou (0), la départicule (pL-) ou le néant (n) ; 3. Le signal 2A Sigma L (sL) synchronisé, codé ; 4. La Métamathématique intervectorielle, la composition interne de l’ensemble E, de l’élément vecteur ve ; 5. Le coefficient d’accélération rectiligne, circulaire (g,wL)n ou k(g,wL)n exprimé en m/sn  ou m.s-n  ; 6. L’accélération, la décélération gamma L (+/-), la vitesse V et l’arrêt V(0) ; 7. La résolution, lapplication Métamathématique, physique mécanique électronique intervectorielle ; 8. Le nombre entier de toutes les liaisons possibles point à point, le calcul et logarithmique ; 9. Le factoriel décimal défini, quel que soit le nombre ; 10. Le calcul rapide numérique (publié) Sigma L d’un nombre codé ; 11. La loi de Legros, la Métamathématique intervectorielle spatiale, la synchronisation universelle ; 12. les 500 règles, principes, résolutions, applications, axiomes et théorèmes au 27-08-1985.

©Systémique de l’Intervecteur, résolution intervectorielle spatiale, liaison du bus,

   des réseaux tdma, cdma, fdma, mixte mdma et des satellites Legros 1985

Le Système Intervecteur, ses états logiques : Le circuit de décodage ou comparateur ou circuit de coïncidence de son propre calculateur des résolutions intervectorielles utilise plusieurs niveaux de tensions. Ces niveaux ont été divulgués pour le calcul logique à 3 états pour les calculateurs en 1969, 1971, ainsi que les potentialités ou la puissance de calcul résultante. La modulation, démodulation du modem (L) des données de transmission est d’amplitude, de phase, de fréquence ou mixte et intègre le néant.


Le signal Sigma Legros (sL) : Le signal (sL) est synchronisé, codé. Il s’applique aux différents états du système Intervecteur ; le zéro (0) ; la discontinuité, l’interruption ou le néant (n) ; l’état distinct des tensions ; le plus 5 volts (+1) ; le moins 5 volts (-1) ;  le plus 10 et 15 volts (+1) ; le moins 10 et 15 volts (-1) ; en logique électronique positive ou négative. Le signal Legros (sL) est numérique, analogique aux plans, aux schémas, aux publications. Son signal s’applique aux composants et systèmes électroniques (1985).


La particule du signal Legros (sL) est traitée, contrôlée, circule au travers du Système et de ses propres réseaux de télécommunication, du bus (1969), de tous les circuits du système, de tous les xn systèmes, du central (x, tel que : x1), de la systémique. L’opérateur universel (Ɐxn) intervectoriel s’applique au calcul, à l’équation logarithmique de Legros pour toutes les liaisons dénombrées de télécommunication de la systémique des n systèmes, par exemple pour 1010 Systèmes.


La puissance de la transmission du signal Sigma L, n(sL)n : Le signal continu infinitésimal, discontinu ou néant (sL : 0,1,n, ...) ou (sL : 0,+1,-1,n,u,t, …) est codé sur 0, 1, 2… ou n états du système pour la sécurisation, la transmission, le traitement du bus interne du système ou des réseaux de la télécommunication externe ou de Wi-Fi.


L’échantillon original, nouveau de transmission ou de télécommunication du signal synchronisé, codé Sigma L (sL) comporte 1, 2, 3, 4, 5, …, n états sur n digits ; soit un échantillonnage de puissance à n états de n digits ou n(sL)n ; par exemple 28  égal 256.


La trame binaire de 22 est de 4 positions ; la trame ternaire de 33 est de 27 ; la trame quaternaire de 44 est de 256 ; la trame quinternaire de 55 est de 3125 ; … ; la trame du système et du réseau est de nn positions. La modulation du signal Sigma L (sL) est traitée au modem (L). La base de calcul 2, 3, 4, 5,…n avec le nombre n de digits défini forme l’échantillon (flag). L’échantillon unité transmis en nombre constitue la trame des réseaux.


Le bus Legros, le circuit imprimé, le faisceau, la nappe et le toron de câbles :  M. Legros a étudié les circuits électriques, électroniques pour l’automatique des systèmes. Lors de la fabrication de sa maquette en nappe de câbles (1969), il a mis en évidence le signal synchronisé (clk, reset raz, tension) de l’horloge, l’oscillateur ou le cœur en partie du système applicable aux composants logiques et aux circuits électroniques.


L’horloge mère n’était utilisée que pour donner sans aucun contrôle une impulsion électrique à une bobine électromagnétique ou au mécanisme  des horloges de l’industrie et du bâtiment. Le réglage des aiguilles des horloges était manuel.


La synchronisation universelle de Legros (1969-1971) sur le temps (T0) reproduite aujourd’hui sur tous les (Ɐxn) systèmes embarqués, localisés et de télécommunication des mobiles portables n’existait pas ou le néant ; cette technologie originale, nouvelle est sous le droit d‘auteur ou le copyright au jour du dépôt légal le 27-08-1985 à 15 heures.


Au début de sa carrière en 1971, 1975, l’industrie électrique, électronique, informatique utilisait un circuit imprimé  ou des faisceaux, des nappes ou des torons de câbles connectés à un bornier, à un fond de panier de cartes électroniques ou à un rack pour lier entre eux le signal, les composants et les circuits.


L’électrobus ou le télébus, le signal Sigma L (sL) ou 2A du brevet (1985), de ses circuits électroniques, de ses plans, des ses publications sont exploités en local ou en embarqué pour le contrôle, la commande et les accessoires à bord du mobile, véhicule, automobile, train, rame, navire, aéronef, avion, hélicoptère, drone, lanceur, satellite ou station.


Le signal Sigma L (sL) est traité aux circuits modulateur démodulateur ou modem L, au circuit amplificateur, interface ou bus du système. Le bus CAN, les liaisons locales Wi-Fi, Bluetooth sont des applications récemment exploitées - Schéma de principe Figure 5 Planche III/III du brevet français FR 2 586 845 le 27-08-1985.


L’art antérieur exploité était bien constitué de faisceaux de câbles, de liaisons de périphériques, de différents protocoles de transmission RS232, V24, x25, Token Ring, etc.


La télécommunication du Système Intervecteur : La téléphonie fixe analogique et de mobile du GSM Groupe Spécial Mobile a été exploitée dans les télécoms sur plusieurs fréquences avec la technologie de commutation de l’époque, l’autocommutateur et les centraux. La téléphonie mobile exploitait le GSM 400/900/1800 Mhz. La technologie du GSM Global System Mobile a été normalisée, exploitée en Europe, Amérique, Asie et Afrique à partir des années de 1980.


La technologie de Legros, son bus, sa télécommunication entre les systèmes n’était pas connue, n’était pas l’objet de la norme, de la publication ou de l’exploitation des PTT Postes Télégraphes Téléphones, de France Télécom, des opérateurs de la téléphonie mobile mondiale et de l’UIT Union Internationale des Télécommunications UIT.


Il s’agit d’une œuvre d’art, d’une invention dans le domaine des télécommunications, des centraux et de l’autocummutateur. Le modem Legros a une vision, un système d’exploitation Métamathématique à télémultipointeurs ou pad ou tactile. L’écran est asservi au coefficient d’accélération gamma oméga de puissance n (g,wL)n. Il est intégré au système, au téléphone, au périphérique, à la station et au réseau de liaison mobile. Le modem L est codé, programmé pour l’emploi des télécommunications.


Aux huit circuits électroniques (8) du schéma de principe, la liaison bus, électrobus, télébus, les réseaux, les téléréseaux de Legros intervectoriels de télécommunication tdma, cdma, fdma, mixte mdma et de Wi-Fi sont l’objet de la norme pour leur exploitation. - brevets français et nationaux de la famille FR 2 586 845 le 27-08-1985.


La Préhistoire et l’évolution de l’intelligence humaine : La présence  de groupes d’hommes au cours de la période du paléolithique est attestée vers les 2,5 millions d’années. L’intelligence humaine confrontée à son environnement a subi une importante évolution de la préhistoire jusqu’à nos jours en l’an 2000.


M. Legros a constaté chez l’homme, les espèces, à chaque instant de la vie, la fonction d’un calcul intervectoriel fait par le cerveau, les cinq sens pour survivre en harmonie, accomplir les fonctions de boire, manger, dormir et se mouvoir. Les fonctions de cueillir, chasser, pêcher, se défendre et attaquer avec justesse, adresse se font aussi dans l’espace temps intervectoriel pour obtenir le résultat, éviter tout heurt, la collision, ou pour produire le rapprochement ou le moindre contact du corps.


Cependant, l’homme, les espèces vivantes, les particules, les graves, les mobiles, les planètes connaissent des limites, produisent la collision sans la résolution Métamathématique physique, sans l’intelligence intervectorielle exposée, sans la visiblité, sans la télécommunication, sans le calcul et le contrôle de l’espace temps.


La création de Legros de l’intelligence intervectorielle produit les fonctions que l’homme ou l’intelligence humaine accomplit chaque jour de ses cinq sens, de son apprentissage, de son expérience. Ces fonctions sont le fait de sa capacité intellectuelle, de sa réflexion, de son calcul, de sa coordination dans un but déterminé de résultat, de mouvement, d’esquive, d’évitement ou de préservation dans l’environnement et l’espace.


Le brevet de M. Legros au N° de publication 2 586 845 : il décrit l’intelligence intervectorielle, sa théorie scientifique Métamathématique de la branche du calcul intervectoriel et sa propre technique mises en œuvre en vue de réaliser un système capable d’intelligence humaine pour accomplir des fonctions déterminées, mais aussi irréalisables par l’homme - Extrait du dictionnaire Larousse Edition 1980-1986.


L’intelligence intervectorielle : Elle trancende l’intelligence humaine en produisant des fonctions dépassant la capacité intellectuelle ou irréalisables par l’homme, le calcul, la multiplicité, les sens, les fonctions, la perception, la visibilité, la télécommunication, l’information, la sécurisation, la rapidité, la force, l’interaction, la sécurité, et cetera.


L’intelligence intervectorielle s’applique aux hommes, aux êtres vivants, aux particules, aux mobiles, aux planètes, à l’Univers, au multi Univers en mouvement, en régression ou en expansion pour le contrôle, la description ou l’explication du phénomène.


Le Système Intervecteur électronique qu’il a étudié pour piloter les systèmes, les ordinateurs,  les télécommunications, les mobiles, les engins, les machines, les robots, les lanceurs, les satellites ou les sondes spatiales muni de l’intelligence intervectorielle transcende les fonctions accomplies habituellement dans l’industrie par l’intelligence humaine, par les systèmes cités précédemment au 20ème siècle de son époque. Nombre de ces systèmes sont devenus dépassés, obsolètes, inutilisés.


La construction scientifique Métamathématique* physique de l’intelligence intervectorielle est douée dans le plan ou l’espace e de l’acquisition, de la lecture, de l’écriture, de la mémoire, de la connaissance, du dialogue, de la télécommunication, de la vectorisation, de l’intervectorisation, de la résolution, de la relation, de la détection, de l’intersection, de l’union, de l’inclusion, de l’exclusion, de l’application, de la reproduction, de la géolocalisation, de la modélisation, de la synchronisation, du codage, de la sécurisation, de la déduction, de la rationalité, de l’appréciation, de l’anticipation, de la dynamique, de l’ordre, de l’anticollision, du rapprochement, de l’accostage, de sens, de la vision, de la perception, de la navigation, de la simulation, de l’expertise, de contrôle, d’autocontrôle, de mouvement, de l’accélération, de la décélération, de la mesure, de la précision, du calcul, de la décision, de la gestion du disponible, libre ou occupé, de la reconnaissance, de l’identification, de l’expérience, de polymorphisme, de la réduction, de l’expansion, de règles, de l’autorisation, de l’interdiction, de réciprocité, d’inter-dépendance, et cetera. (*) Le terme construction s’oppose à déduction.


L’intelligence intervectorielle, fonctionnelle, réelle, efficace et autonome : Aux écritures de Legros, les groupes d’équations mathématiques physiques ou les instructions intervectorielles, intégrales ou partielles, construisent avec le support technique de la description l’intelligence intervectorielle ensembliste d’interdépendance.


Les ensembles sont constitués des vecteurs ve ou des vecteurs position ou des coordonnées du point ou de la géolocalisation spatio-temporelle différentielle en continu. Ils ont une composition interne variable plane ou spatiale ve(x,y,z,t). La relation de réciprocité aux groupes d’équations des systèmes est notée au brevet R et R-1.


L’exploitation de l’œuvre d’art de Legros, intégrale ou partielle, vient de la simplification des groupes d’équations ou d’instructions, de l’absence du deuxième mobile, de mobiles, ou de l’exploitation en pilote manuel, semi automatique ou automatique du système.


En mode manuel avec le pilote, le premier terme des instructions ensemblistes  x1 ou x2 est l’écriture ou l’application ou la reproduction  du mouvement réel  ou des vecteurs position ve sur le support technique des ensembles x1, x2, …, xn aux écritures du brevet Legros FR 2 586 845 le 27-08-1985.


Le générateur intervectoriel fabrique, enregistre, charge le programme d’instructions numériques de la trajectoire par l’application, la reproduction ou la copie du mouvement du mobile dans l’ensemble x1, x2, …, xn sur le support du capteur à mémoire magnétique, optique, électronique ou du système. L’élément ve  par construction Métamathématique de l’Intervecteur devient matériel, physique, chimique, organique sur le support.


L’instruction intervectorielle de Legros se compose de milliers, de milliards de lignes de code, suivant l’élément ve  de la résolution, sans limite pour le mouvement ou la trajectoire. L’instruction ensembliste active des fonctions intégrées au code sur le circuit de la logique de fonctionnement et sur les huit circuits (8) électroniques du système.


L’intelligence intervectorielle, en local ou en embarqué à bord du mobile, résout avec le deuxième terme de l’instruction, la résolution intervectorielle ou l’anticollision du mobile x1, du mobile x2 ou avec l’environnement. L’instruction x1    x2   ;  ou x1 intersection x2 existe pour tous les mobiles (Ɐxn) et l’environnement aux équations ou aux instructions.


L’instruction du troisième terme  x1 = x1 ou x2 = x2 ; ou x1 égal x1 ou x2 égal x2 est en permanence ou en boucle une application, un contrôle électronique du mouvement ou de la trajectoire du mobile. Au brevet, les consignes électroniques en 8 sur la boucle exploitent les circuits alimentation, amplificateur, calculateur, modulateur, démodulateur, émission, réception, asservissement, puissance, logique de fonctionnement du système.


L’instruction ci-dessus d’écriture, d’application est utilisée pour : a) la construction du programme numérique de mouvement en milliers, milliards de lignes de code illimitées ; b) l’enregistrement, la reproduction d’une copie ; c) le contrôle électronique spatio-temporel du mouvement ou de la trajectoire 3D du mobile dans le plan ou l’espace e.


L’intelligence intervectorielle contrôle en boucle ou en continu : en premier lieu, la résolution intervectorielle ou la sécurité anticollision du mobile x1, x2, …, xn, ou le rapprochement, l’accostage, la liaison ; en second lieu, l’application intervectorielle du mobile en mouvement en pilote manuel, semi automatique ou automatique liée à l’environnement, le plan ou l’espace e.


Au Système Intervecteur, pour produire la résolution intervectorielle de l’anticollision dans le plan ou l’espace, les mobiles x1, x2, …, xn produisent en continu le vecteur position ou la position vectorielle, les coordonnées du point ou la géolocalisation spatio-temporelle terrestre, différentielle de la constellation intervectorielle de satellites de Legros. Les instructions intervectorielles du mouvement spatial traité s’expriment selon le cas en nano mètre, nano seconde, ou en des puissances n, et vers l’infini de la résolution.


Au Système Intervecteur, il y a un dialogue qui s’établit entre les mobiles et les systèmes pour résoudre l’intersection vectorielle, éviter les collisions. L’intelligence intervectorielle embarquée, localisée est construite avec les réseaux de la télécommunication de Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma, en fonction du coefficient gamma oméga (g, wL) ou de la vitesse V. Le signal 2A Sigma L (sL) lie les circuits du système, les mobiles, les stations, les centres de contrôle et les satellites.


La diffusion électronique automatique numérique est produite sur le capteur vision d’écran pour l’information, les séquences audiovisuelles cinématographiques, ou le film, sur l’Internet, et en émission-réception vers les satellites. Le capteur de vision, de reconnaissance de forme est utilisé sur une surface plane ou dans l’espace tridimensionnel 3D. L’unité de l’élément vecteur ve  est le point, le pixel (element of the picture) ou la composition interne de cet élément.


Au brevet, les mobiles sont munis de n-capteurs de détection émission-réception codés, programmés, notamment électromagnétique ou radar, de niveau, ultrason, optique, magnétique, de vision connectés en permanence en boucle au bus, au télé-bus ou à l’électro-bus de Legros du système dans l’environnement.


L’intelligence intervectorielle du système en pilote manuel, semi-automatique ou automatique visionne, détecte, commande les circuits d’asservissement de puissance de la voiture dans l’environnement codé, programmé. Les ordres notamment de mouvement sont codés, sécurisés, autorisés ou interdits. –-> Click domaine voiture de Legros automatique   


La modélisation unitaire ou multiple de l’environnement donné est réalisée par l’intermédiaire des capteurs codés, programmés, représentant la référence du système et l’origine de l’information émise, reçue par les mobiles. - L’abrégé des brevets nationaux.


L’intelligence intervectorielle du pilote manuel, semi automatique ou automatique est en interdépendance avec l’environnement codé, programmé au circuit électronique 8 d’asservissement et de logique de fonctionnement (circuit électronique logique conforme au processus, aux consignes, ordres ou règles de fonctionnement) du système.


Le Système Intervecteur intègre l’existant de la signalisation routière, ferroviaire au moyen de ce circuit de logique électronique. Cette logique de fonctionnement est utilisée pour l’exploitation embarquée, localisée terrestre, routière, ferroviaire, maritime, aérienne ou spatiale en boucle ou en continu. Tous les huit circuits électroniques (8) de l’invention brevetée avec les instructions intervectorielles, intégrales ou partielles, sont utilisés en embarqué à bord du mobile ou en local, dans un central, ou en un lieu déterminé.


Le dessin de la figure 4 Planche II/III du brevet présente l’existant ferroviaire, le Système Intervecteur avec les antennes exploité en local, l’environnement ferroviaire rail, route, les barrières de passage à niveau avec un signal lumineux et une sonnerie électrique pour les voitures (feux clignotants, alarme sonore).


La résolution intervectorielle commande avec le réseau de télécommunication de la motrice, de la maisonnette munies de capteurs (antenne électromagnétique, radar, vision, etc.), le circuit automatique de la fermeture, de l’ouverture des barrières. Le Système Intervecteur détecte, visionne le danger, l’obstacle, l’encombrement de la voie. Le système électronique de sécurité anticollision s’autocontrôle (information et système).


L’unique conception d’autocontrôle par injection du signal 2A Sigma L (sL) en émission-réception dans le système : Les circuits électroniques, les fonctions, les données sont autocontrôlés. La grandeur intervectorielle variable différentielle du système, de la systémique, la correction de distance (dD), de temps (TD) est transmise sur les systèmes, mobiles et satellites. La marge de sécurité est précisée au brevet. L’erreur humaine, technique est détectée, notée erreur e epsilon (e 1, e 2, …, e n).


Les groupes d’instructions numériques, son bus, électro-bus, télé-bus ou sa Wi-Fi du système, ses propres réseaux et télé réseaux de télécommunication, son signal Sigma (sL) synchronisé (T0), codé (0,1,n, …) sont exploités sur le mobile, le véhicule, la voiture autonome ou la station munis de n-capteurs en émission-réception pour la navigation, l’automatique, la route, l’horaire, la destination. - brevet français Legros FR 2 586 845 au 27-08-1985.


Le mouvement, la trajectoire du mobile s’exécute avec le volant, le joystick ou de manière tactile, digitale, avec le crayon, sans intervention avec le programme, ou avec la télécom-munication distante. Les informations sur le signal 2A sont codées, sécurisée. La modélisation spatio-temporelle est unitaire ou multiple sur le digit ou le rang numérique du signal 2A Sigma Legros (sL).


L’application en lecture-écriture ou le copier-coller des télémultipointeurs Wi-Fi de Legros (souris, pad, crayon, tactile, digital) est exécutée à l’écran par le pilote sur la planche de bord du mobile ou de la voiture pour le chargement ou l’exécution du programme.


Le générateur intervectoriel : Il est intégré au Système Intervecteur, participe de l’intelligence intervectorielle aux groupes d’équations ou d’instructions intervectorielles. Le générateur génère les programmes du système, des systèmes, acquiert de nouvelles connaissances, de nouvelles règles de l’environnement, du plan ou de l’espace e.


Du générateur de programmes, le code de Legros des groupes d’instructions inter-vectorielles est écrit, visionné à l’écran avec les données numériques du mouvement et les informations du système. Le simulateur exécute à l’écran les instructions, la modélisation est unitaire, multiple.


Le signal analogique numérique du système : Les circuits de contrôle ou de puissance du système, du mobile ou de la station adapte le signal  digital analogique ou inverse avec le convertisseur CAD suivant les normes des constructeurs et des utilisateurs (en l’état de la technique).


Le système à intelligence intervectorielle peut donc équiper tout mobile en mouvement évoluant dans des environnements différents, terrestre, maritime, aérien et spatial, seul le choix des capteurs sera fonction de l’environnement, sans bousculer les règles essentielles du principe de fonctionnement basé sur la réciprocité R et R-1.


La technologie électronique et de télécommunication de Legros pour l’automobile est entièrement originale, nouvelle. La voiture automatique ou autonome ne fonctionne pas sans cette technologie mécanique, électronique et de télécommunication, sans le système d’exploitation, de navigation, sans l’intelligence intervectorielle de la Métamathématique physique ou le néant.


De la publicité nationale, internationale de M. Legros, ses brevets français, nationaux FR 2 586 845 et son œuvre d’art sont protégés par la loi sur les brevets d’invention et sur le droit d’auteur en la date du dépôt officiel ou le dépôt légal.


L’intelligence intervectorielle de Legros est une œuvre d’art protégée non autorisée.

Intelligence intervectorielle © Bernard Legros 1985


Le mouvement manuel, semi automatique ou automatique du mobile : Au brevet FR 2 586 845, il existe l’instruction de position, de mouvement, d’accélération au coefficient gamma Legros rectiligne, circulaire de puissance n, (g, wL)n pour le mouvement spatio-temporel complet en 3D ou en rapport au temps 3D/T. Les consignes sont transmises sur le bus du système au circuit d’asservissement et de logique de fonctionnement du mobile ou de la station.


Le cycle complet du mouvement intervectoriel est déterminé dans le plan ou l’espace e :

1) l’autorisation, l’interdiction de mouvement ou la mise en marche codé, sécurisé ;  

2) l’arrêt (V0), la marche avant, l’accélération (g, w L), la vitesse (V), le changement de la trajectoire spatiale, la décélération  (g, w L), l’arrêt (V0) ;

3) l’arrêt (V0), la marche arrière, l’accélération (g, w L), la vitesse (V), le changement de la trajectoire spatiale, la décélération  (g, w L), l’arrêt (V0) ;

4) l’autorisation, l’interdiction de mouvement ou l’arrêt codé, sécurisé.  


Les groupes d’instructions intervectorielles, en totalité ou en partie, de la résolution et de l’application existent en continu ou en boucle pour le pilote manuel, semi automatique ou automatique ou pour le cycle du mouvement complet.


L’intelligence intervectorielle définit un domaine, une zone ou une enveloppe de protection spatiale pour les mobiles considérés en fonction du coefficient gamma L (g, w L)n , du mouvement, des distances parcourues, du temps ou de la vitesse aux écritures du brevet. Les ordres de marche, d’arrêt sont autorisés ou interdits, codés, sécurisés.


La visionique de l’Intervecteur : L’œuvre d’art et l’invention de Legros traitent de la mathématique physique des mobiles en mouvement, xn-1, x1, x2, …, xn+1, des données intervectorielles spatio-temporelles, du signal 2A Sigma L (sL) codé, synchronisé sur le temps T0 interne au système du bus de Legros, externe au système des réseaux de télécommunication de Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma.

Les informations intervectorielles spatio-temporelles de la publicité des brevets nationaux FR 2 586 845 sont exploitées pour le pilotage en mode manuel, semi automatique ou automatique, pour la gestion du trafic de mobiles en mouvement et/ou à l’arrêt et pour l’anticollision spatiale.

Aux écritures et schémas du brevet, l’instruction intervectorielle : Tl - T0 = Ta ; produit les données originales, nouvelles, spatio-temporelles. Le temps T1 moins T0 est égal à Ta de diffusion en local station, gare, aérogare ou en embarqué à bord du mobile voiture, bus, train, tramway, navire, avion, satellite du plan ou de l’espace (Bernard Legros 1964-1985).


D’autres informations que celle du temps T Alpha (Ta), d’autres systèmes ont longtemps été exploités sans originalité sur le support papier, sur la pancarte ou sur l’enrouleur mécanique du bus, sur le panneau électrique ou sur le synoptique d’une information horaire  figée au système ou saisie par l’opérateur.


L’information originale, nouvelle, du temps T Alpha (Ta) d’approche, d’attente ou d’arrivée est revendiquée de la publicité être calculée, produite, diffusée par le système électronique automatique numérique en temps réel en embarqué sur le mobile, ou en local en un endroit déterminé, station, central, sur le réseau des téléphones mobiles, sur l’Internet, et en émission-réception vers les satellites.

L’information, intégrale ou partielle, électronique automatique numérique en boucle, en continu, ou les séquences audiovisuelles cinématographiques ou le film, et vers les satellites présentent le temps, le lieu, l’environnement, la topographie, la géographie, les monuments, les rues, ..., l’espace là où évoluent les mobiles, véhicules, automobiles, bus, tramways, rames de métro, trains, etc.

L’information intervectorielle diffusée du temps T Alpha (Ta) du tableau ci-dessous est sous le droit d’auteur ou le copyright. La licence est obligatoire pour exploiter le système d’information, ainsi que l’originalité, la nouveauté de l’information, des séquences audiovisuelles cinématographiques, ou le film diffusés dans le public, sur le téléphone mobile, sur le serveur de l’Internet, et en émission-réception vers les satellites.


L’expertise, la télé expertise intervectorielle : L’intelligence intervectorielle intègre l’expertise, la télé expertise du système. L’équipement de mouchard (voiture, camion, poids lourd), d’enregistreur (train, navire Voyage data recorder VDR), de boîte noire (avion, aéronef) du système ou du mobile est géolocalisé en permanence. Il n’y a donc pas de recherche pour sa récupération, pour l’expertise, les secours et le sauvetage.


La télé expertise originale, nouvelle du Système Intervecteur est produite à distance avec les réseaux de la télécommunication de Legros pour la géolocalisation, l’aide, l’assistance technique, la maintenance, le diagnostic, l’analyse, le téléchargement, l’intervention, le dépannage, la logistique, le remplacement, etc.


L’architecture de l’Intelligence intervectorielle : Chaque système possède son architecture propre. Cette architecture unicellulaire ou mono-cellulaire peut fonctionner dans son environnement, reproduite n fois et implantée sur les mobiles ou dans leur environnement génère une nouvelle architecture et de nouvelles résolutions intelligentes.


L’intelligence système est le résultat de son entière conception, de cette architecture nouvelle, de ces équations et résolutions qui lui confèrent un réel pouvoir de décision. Le système Intervecteur résout dans son intégralité le plan et l’espace e. L’automatisation, la régulation, la sécurité dans les transports et en tout dernier ressort le risque de catastrophe au moment ou ce risque apparaît sont ainsi résolus.


Le Système Intervecteur est en boucle ou en veille permanente, il est autocontrôlé, autocommandé. La systémique du système par construction Métamathématique de l’Intervecteur est écrite de fondamentale, d’universelle, sa télécommunication est écrite d’essentielle, ce qui constitue l’intelligence intervectorielle du système.


La création individuelle indépendante de la loi de Legros : Elle est le résultat de l’intelligence d’un même esprit consacré à l’étude approfondie des sciences et des techniques des systèmes numériques, informatiques et de télécommunication, consacré à l’ingénierie, l’industrie, la prospective par des travaux de  recherche et des créations.


La résolution de l’Intervecteur n’est pas contenue dans l’encyclopédie universelle. Son œuvre d’art scientifique technologique complète porte la signature de l’auteur inventeur. Elle est originale, nouvelle, protégée par le droit d’auteur ou le copyright au 27-08-1985.


L’intelligence intervectorielle, les instructions d’intervectorisation, intégrales ou partielles, la technique fonctionnent, sont exploitées avec avantage dans l’industrie et l’économie. Il n’existe pas un système ou des plans concurrents opposés ou le néant.


Le Système Intervecteur doué de l’intelligence intervectorielle est un enseignement. Il est l’objet illicite de la récitation publique, de la télé-diffusion et vers le satellite, de la formation, de conseil, de la reproduction, de l’exécution répétée du plan ou du projet type pour son application dans l’industrie. - Articles de la loi sur le Code de la Propriété Intellectuelle - Les dispositions pénales.


Toute exploitation ou diffusion est interdite sans le consentement personnel obligatoire et donné par écrit de l’auteur. Le droit de représentation, le droit de reproduction sont cessibles à titre onéreux.


Monsieur Bernard Legros auteur inventeur du Système Intervecteur a dénommé en priorité son système Archos de 1986 à 2000 … dans des courriers adressés à l’Etat, aux sociétés CNES, SNCF, RATP, Alstom, Thomson, aux organisations internationales, etc. Ce nom est actuellement la raison sociale d’une entreprise de l’électronique.



LA DIFFUSION PUBLIQUE ORIGINALE NOUVELLE AUX VOYAGEURS

Le temps T Alpha (Ta) du brevet français Legros FR 2 586 845 le 27-08-1985


L’information intervectorielle du temps T Alpha (Ta) diffusée en boucle, en temps réel ou en temps différé du tableau d’information des voyageurs est sous le droit d’auteur ou le copyright. Le marché du Système Intervecteur d’information est considérable. La licence de Legros est obigatoire pour exploiter ce produit d’information.


Ce système d’information est revendiqué embarqué à bord des mobiles terrestres, voiture, bus, autocar, camion, train TGV, TER, RER, métro, tramway, des mobiles maritimes, bateau, navire de commerce, des mobiles aériens, avion, hélicoptère, drone, des mobiles spatiaux, satellite, station, ou localisé en un endroit déterminé de l’infrastructure d’exploitation de transport de voyageurs, arrêt de bus, station, maisonnette, gare routière, ferroviaire, gare et port maritime, aéroport, central, sur le téléphone mobile, la tablette, sur le serveur de l’Internet, et en émission-réception vers les satellites.


Système d’information © Bernard Legros 1964-1985

Tous droits de propriété réservés pour tous pays

Domaine

LES CONNAISSANCES ENCYCLOPEDIQUES AU JOUR DE DEPOT LE 27-08-1985

Historique de découvertes, d’inventions scientifiques et techniques (- 650 à 1985) :

- Les théorèmes de Thalès, Pythagore, la géométrie euclidienne(650-300 av J-C) ; les équations d’ordre, les nombres complexes(1537) ; l’accélération gamma galiléenne(1604) ; le logarithme népérien(1605) ; la mécanisation du calcul arithmétique de Pascal(1645) ; l’espace cartésien à trois dimensions(1650) ; les fluxions, calcul différentiel, intégral de Newton, Leibnitz(1666) ; la mesure d’arc, de degré terrestre par triangulation de Picard(1671) ; la mécanique analytique, l’inertie de d’Alembert(1743) ; les diagrammes d’Euler(1768) ; le véhicule fardier de Cugnot(1770) ; les transformées de Laplace(1774) ; l’aérostat des frères Montgolfier(1783) ; la charge électrique de la balance de Coulomb(1784) ; les coordonnées terrestres, mesure du méridien de Lagrange, …(1791) ; la pile électrique de Volta(1800) ; les cartes perforées du métier à tisser de Jacquard(1801) ; le nombre et la loi d’Avogadro(1811) ; la force de l’électromagnétisme de Laplace, Lenz, Lorentz(1815…) ; le courant électrique, le champ électromagnétique d’Ampère(1820) ; le vecteur de Fresnel(1821) ; les séries de Fourrier(1822) ; l’effet physique de Doppler, Fisceau(1842) ; la géométrie descriptive de Monge(1847) ; les quaternions d’Hamilton(1852) ; la thermodynamique du cycle à quatre temps de Beau de Rochas(1862) ; les ondes électromagnétiques de Maxwell(1865) ; le tableau périodique de Mendeleïev(1869) ; le téléphone de Meucci, Bell(1871) ; la lampe électrique d’Edison(1879) ; la théorie des ensembles de Cantor, Venn(1881) ; l’oscillateur de Hertz(1887) ;  le vol de l’avion d’Ader(1890) ; le moteur thermique de Diesel(1893) ; le télégraphe sans fil de Marconi(1895) ; la radioactivité de Pierre et Marie Curie, de Becquerel(1896) ; le moteur asynchrone de Tesla, Ferraris, Dolivo-Dobrovolski(1897) ; l’existence de l’électron de Thomson(1897) ; la physique relativiste, quantique, nucléaire de Lorentz, Poincaré, Einstein, Plank, Boltzmann, de Broglie, Rutherford, Bohr, Perrin, Pauli, Heinsenberg, Shrödinger, Born, Hilbert, Dirac, Zeemann,…(1899...) ; le vol contrôlé de l’avion des frères Wright(1903) ; le radar Radio Detection and Ranging de Hülsmeyer(1904) ; les tubes électroniques de Fleming, De Forest(1906) ; le code morse appliqué au SOS(1906) ; le sonar de Langevin, Chilowski, Boyle(1916) ; la machine à code Enigma de Scherbius(1918) ; la machine à écrire Télétype de Belin(1925) ; le radar transpondeur IFF Identification friend or foe de Watson-Watt(1935) ; l’ordinateur électronique à tubes à vide USA(1947) ; l’effet transistor, les semiconducteurs de Bardeen, Shockley, Brattain(1947) ; le control numérique de position Numerical Control de Parsons, Stulen(1952) ; le langage de programmation, le compilateur Fortran de Backus(1954) ; le satellite artificiel Spoutnik Russie(1957) ; les portes logiques DTL, TTL, CMOS USA(1960) ; le boggie positionné entre deux voitures sur le modèle réduit du train électrique JEP de Legros, l’équivalent de la structure mécanique du TGV (1965) ; le réseau mondial d’antennes terrestres de géolocalisation OMEGA pour la navigation maritime et aérienne(1968) ; la CPU Central Process Unit USA(1969) ; le microprocesseur USA(1971) ; le téléphone cellulaire de Cooper(1973) ; le protocole de Computer Numerical Control CNC RS-232, port parallèle et série, ISO/EIA(1974) ; l’identification radio VHF en approche, navigation maritime, aérienne(1975) ; l’émission du niveau de vol sur zone, affichage, alarme sur l’écran radar du cockpit, brevet de Grünthal(1976) ; le lancement du satellite militaire pour la Navigation Satellite Timing and Ranging NAVSTAR USA(1978) ; le walkman de Morita(1979) ; le réseau de télécommunication Transpac France(1979) ; le Minitel France(1980) ; le Global System Mobile GSM, édition de la norme internationale(1982) ; le protocole de communication du jeton circulant ou token ring de Söderblom(1983)  ; le métro VAL Véhicule Automatique Léger guidé par le rail France(1984) ; la saisie au clavier d’opérations de la cellule du tableur(1984) ; le PC Personal Computer Amstrad de Sugar(1984) ; etc.


N.B. : Pour l’historien, ces dates sont parfois une estimation, elles servent ici de repères ou d’indications des travaux, de l’exploitation ou de l’état des connaissances humaines et scientifiques. De ces connaissances précédentes, la paternité de découvertes, d’inventions est parfois revendiquée par plusieurs auteurs à des dates équivalentes.


L’ETAT DE LA TECHNIQUE 1985-2019

Produits exploités ou abandonnés dans l’économie (30 ans) : - le prototype et la destruction du métro automatique ARAMIS guidé sur rail circulaire, rame unidirectionnelle, bras mécanique d’aiguillage embarqué, Paris France(1969-1987) ; le Système d’Aide à la Conduite et à la Maintenance SACEM du RER-A Paris France(1988) ; le programme d’ordinateur avec le choix du menu au clavier dans la fenêtre d’écran(1990) ; l’instruction de langage du programme de concaténation string de chaînes de caractères norme ISO(1990) ; le réseau Radiocom 2000, normes UIT(1992) ; le métro automatique MAGGALY de la nouvelle Ligne-D, Lyon France(1992) ; le Global Positioning System GPS  exploitation militaire puis civile, USA(1995) ; les réseaux et les serveurs de l’Internet W3C(1995) ; les instructions de composition de page Web HTML Hyper Text Markup Language W3C(1995) ; le métro automatique METEOR de la Ligne-14 Paris France(1998) ; la navigation aérienne, instrumentation radar, VOR, ILS, balise ; ACAS - brevet de Grünthal(1976), émission du niveau de vol sur zone, affichage, alarme sur l’écran radar du cockpit, normes de l’OACI(2005) ; l’automatisation, sans interruption de l’exploitation, du métro de la Ligne-1 Paris France(2011) ; le système d’information dans le transport de voyageurs, horaire fixe, plage d’horaire, fréquence de passage, manuel, manuscrit, pancarte, panneau d’affichage, rouleau mécanique de bus(2012) ; l’application de l’œuvre, des écritures, des recommandations et des brevets d’invention nationaux Legros dans le transport, les télécommunications et l’industrie(2019)  ; etc.


Du paragraphe précédent, les dates et les projets rapprochés dans le temps sont fiables. Les publications, les réalisations et les exploitations témoignent de l’état des sciences et de la technique.


LA CREATION METAMATHEMATIQUE PHYSIQUE TECHNIQUE DEPOT OMPI-Genève

L’œuvre d’art et le brevet d’invention Legros de l’Intervecteur (1980-2019) :

1 - la branche mathématique physique de Legros du calcul intervectoriel ; 2 - la science et la technique de l’Intervecteur ; 3 - les groupes d’instructions intervectorielles ; 4 - le contrôle électronique automatique spatial du gamma L (L) rectiligne, (L) circulaire de puissance n ; 5 - l’instruction CAS-1984 (mot Legros protégé) norme ISO ; 6 - le bus interne du système (t0) à signal Sigma L (L) infinitésimal, analogique, numérique, digital, codé  0,1, n, etc …, avec une fréquence (1-f), mixte avec n fréquences (nf) ; 7 - les réseaux de télécommunication Legros (tdma, cdma, fdma, mixte mdma) ; 8 - la sécurisation du codage Sigma (machine Sigma Legros) de son signal (L), de son information ; 9 - le système d’information, d’identification, d’anticollision et la gestion du trafic ferroviaire ; 10 - le train pendulaire à électronique active 3D ; 11 - le système unique du métro automatique numérique 3D réversible ; 12 - la mixité du trafic de rames manuelles semi et automatiques ; 13 - le vol contrôlé gamma L (L) en apesanteur ; 14 - le système différentiel, continu, intervectoriel, automatique pour la navigation, la géolocalisation spatiale, l’identification des xn-mobiles, des xn-stations, l’anticollision, le système et la systémique (voiture, engin, train, navire, avion, drone, lanceur, satellite) plan et espace e ; 15 - le système d’exploitation informatique à télé multipointeurs, multi écrans ; 16 - le télé multipointeurs de conférence ou de briefing sur écran à distance ; 17 - les déplacements, l’organisation, la gestion d’engins ou de mobiles sur la table et l’écran ; 18 - le navigateur, explorateur Legros (navigator, explorer) sur la zone de navigation spatiale et sur la planche de bord ; 19 - le navigateur, explorateur Legros (navigator, explorer) sur l’écran informatique, dans les bases de données, le système et les réseaux ; 20 - le télé réseau d’ordinateurs, de périphériques ou wi-fi(wireless) ; 21 - le tableur à cellules dynamiques ; 22 - le bus «par opposition aux faisceaux» des mobiles (voiture, engin, train, navire, avion, drone, lanceur, satellite) ; 23 - le bus «par opposition aux câbles» domotique (maison, bâtiment et espace public) ; 24 - le capteur émission-réception, sur le support filaire ou fibre, électrique, électromagnétique, lumineux, optique ou de fréquence, ou led de fréquence ledf ; 25 - le système d’information automatique, temps réel, la diffusion de séquences audiovisuelles dans le transport, l’identification, la destination, le temps t() d’attente, d’arrivée ou d’approche (embarqué sur le mobile terrestre, maritime, aérien, spatial, ou localisé en station, gare, aéroport…) ; 26 - le contrôle  de la vitesse moyenne VM de mobiles ; 27 - le contrôle de la vitesse, V tend vers 0, ou l’antiblocage ABS de mobiles ; 28 - le contrôle de l’anti patinage de mobiles ; 29 - le contrôle de la trajectoire spatiale de mobiles (voiture, engin, train, métro, tramway, trains d’atterrissage d’avion) ; 30 - la reconnaissance de forme plane, spatiale (de graphique sur papier, sur l’écran, sur la zone de navigation) ; 31 - la construction, la position, le mouvement, la liaison, l’évolution d’ensembles, d’éléments (formes, lettres, chiffres et symboles) spatiaux dynamiques vectoriels sur écran ; 32 - la lecture, l’écriture, la hauteur dhtr, la profondeur dpfr sur le support de fixation matérielle ou l’imprimante numérique plane spatiale 3D ; 33 - le temps t() d’auto injection dans le bus ou le réseau du système (slot réseau série ou parallèle) ; 34 - la télé expertise, l’enregistrement à distance (boîte noire, VDR Voyage Data Recorder) ; 35 - l’assistance, la réparation en continu des systèmes électroniques (continual check-list) ; 36 - l’autocontrôle du système Intervecteur ; 37 - l’autocontrôle intervectoriel des données ; 38 - le générateur du programme numérique intervectoriel de mobiles (reproduction plane et spatiale avec le contrôle continu de la trajectoire) ; 39 - le simulateur intervectoriel systémique ;  40 - le pod de l’aéronef, le pod de navire, la mécanique de direction et de propulsion 3D intégrée (1980-1993) ; 41 - le GMDSS (Global Maritime Distress Safety System) ; 42 - le réseau mondial de navigation, d’information, d’anticollision spatial maritime de l’AIS (Automatic Identification System) sa copie ou sa reproduction de la directive Rés. A.917(22) OMI et de la Recommandation UIT-R M.1371 ; 43 - la machine électronique à coder Sigma L, unitaire, multiple ; 44 - l’intersection, l’union, l’inclusion ou l’exclusion,… d’ensembles, d’éléments (particules, mobiles) ; 45 - l’originalité Métamathématique de la résolution, de l’application intervectorielles, l’électronique, le système, la systémique du mouvement (geste spatial, opération médicale, aide aux aveugles, dessin à main levée, trajet de mobiles, particules, …) ; etc.


Publicité de Bernard Legros au Journal Officiel le 27-08-1985

- au bureau de dépôt des demandes de brevets d’invention de l’INPI à 15 heures, au numéro d’Enregistrement 85 12780, au numéro de Publication français FR 2 586 845

- L’originalité de la description, des revendications, de l’abrégé, des groupes d’équations, d’instructions, de planches de dessins, de données numériques, de l’architecture.


M. Legros pratique la technologie de l’automatique numérique industriel depuis l’année de 1970. Automaticien, électrotechnicien, électronicien chevronné, il obtint de l’université son diplôme d’Expert en informatique de gestion, en 1984.



LE PC AMSTRAD SCHEMATISE ET L’INSTRUCTION DE LEGROS CAS (1984)


De 1984 à 1990, le PC Personal Computer exploitait la fenêtre d’écran pour le choix numéroté du menu avec le clavier. Par exemple : 1-COMPTABILITE GENERALE ; 2-COMPTE IMMOBILISATION ; 3-COMPTE DE TRESORERIE ; 4-COMPTE DE CHARGES ET PRODUITS ; 5-COMPTE DE TIERS ; etc.


Le PC Personal Computer Amstrad ci-dessous utilisait les systèmes d’exploitation DOS, CPM, UNIX, les langages de programmation Assembleur, Basic, Fortran, Pascal, Cobol, C, etc. avec compilateur. Les requêtes SQL de programmation n’étaient pas normalisées.


L’instruction de Legros CAS/CASE(1984) est le mot de l’instruction protégé, normalisé pour les langages de programmation, les systèmes d’exploitation Visual Basic, C, Visual C++, Java, SQL, Java, Java Script HTML, XHTML, Visual Studio, UNIX, LINUX, etc.



L’IMPRIMANTE DE LEGROS NUMERIQUE 3D EN LECTURE, ECRITURE


L’imprimante numérique de Legros en lecture, écriture plane spatiale se compose du mouvement en 3D, de la distance hauteur (dhtr), de la distance profondeur (dpfr) sur le support de fixation matérielle par rapport à des origines réelles ou imaginaires.


Les groupes d’équations de la résolution intervectorielle exploitent l’application de lecture, écriture, telle que x1 égal x1, ou x2 égal x2. La matière est déposée (imprimer) sur le support de fixation matérielle. La fonction application et de mouvement de la branche mathématique du calcul intervectoriel est nécessaire pour le logiciel et le programme numérique de ce système d’imprimante plane spatiale 3D au 27-08-1985.


La publicité de Legros tient compte pour la matière enlevée (graver), ou par l’enlèvement de matière, de l’art antérieur dans la métallurgie, la plasturgie et les industries annexes.



L’ETAT DE LA TECHNIQUE INFORMATIQUE EN 1984-1985


L’ordinateur Amstrad est un PC Personal Computer qui eût un vif succès années de 1984. Il fut commercalisé en plusieurs millions d’exemplaires - schématisation ci-dessous - l’imprimante ne fonctionne qu’avec un positionnement à deux dimensions dans le plan 2D.

L’imprimante numérique de Legros 3D en lecture, écriture, plane spatiale (hauteur, profondeur) est nouvelle (1985).

LES PUBLICATIONS ANTERIEURES

Dans le domaine de la science, de la technique, de nombreuses recherches et réalisations ont été menées qui ont conduit à des solutions technologiques différentes, publiées, appliquées, ou à des abandons, ou à des  échecs notoires dans le transport.

Le Radar (Radio detection and ranging) est l’instrumentation utilisée en mesure physique, en détection dans les systèmes de transport et de défense. La construction scientifique de l’Intervecteur, les groupes d’équations, sa résolution n’existaient pas ou étaient jusqu’alors sans solution scientifique mathématique physique et technique dans l’industrie navale et de navigation aérienne.   

De nombreux problèmes ont été surmontés, résolus dans toute l’étendue par M. Legros de sa création de l’Intervecteur scientifique mathématique physique et technique pour le contrôle volumétrique, massique de xn-mobiles en mouvement permanent, les uns par rapport aux autres, dans le plan ou l’espace e.

Aucune publication antérieure ne révèle l’originalité de cette branche Métamathématique du calcul intervectoriel, cette construction scientifique mathématique physique de l’Intervecteur, ainsi que ses propres applications mondiales considérables (1985-2019).

Le séparateur | des opérateurs complexes du calcul intervectoriel sur les ensembles spatio-temporels rend la topologie dynamique, descriptive, infinitésimale munis du coefficient gamma Legros rectiligne, circulaire (, wL). Il existe le logarithme du nombre de N relations électroniques entre tous les ensembles du signal codé, synchronisé(L). De la branche du calcul intervectoriel, l’ensemble vide [a pour valeur 1, son complément C est égal à 0. L’instruction logique Legros CAS, GOTO ou SWITCH (1984), depuis normalisée en instruction de langage de programmation et d’exploitation, est appliquée pour la résolution du système et pour la résolution systémique.

Le progrès est incontestable depuis la première publication officielle du groupe d’équations de Legros, depuis l’étude de ses écritures, de sa publicité, de ses interventions, en août septembre 1985, pour les applications industrielles de son invention et de son logiciel. De sa production intellectuelle, l’auteur inventeur de l’Intervecteur a recherché dans son univers les nuances tout aussi philosophiques admises entre l’ambiguïté de la découverte et de la création (voir le dictionnaire).   

La découverte ou de ce qui déjà existe : c’est l’action de révéler ou d’expliquer ce qui était caché ou ignoré, ce qui a une existence prouvée, visuelle, sonore, matérielle, physique ou chimique. La découverte est alors une chose ou un phénomène ou une loi de la nature qui se révèle à l’homme suite à ses observations, à ses recherches, à ses mesures, à ses voyages, à ses interprétations ou à ses explications. La découverte pouvant être aussi reproduite par son espèce avec les moyens matériels dont il dispose.

De la découverte, la reproduction ou la mesure de phénomènes se traduisent par des lois de la physique. La loi de la physique se compose le plus généralement d’une égalité entre trois termes de l’équation ou de la transformation. Les grandeurs rapprochées ou liées au résultat sont physiques, chimiques et temporelles.

La création ou le néant : elle implique au départ l’inexistence de la chose ou du phénomène ou de la loi qui sera tirée du néant, avec un pouvoir certain de décision de l’auteur inventeur seul ingénieur de son œuvre d’art, soit pour les besoins intellectuels ou matériels d’une espèce. Il s’agit alors d’une production propre au pouvoir de création de l’homme, ou de son intelligence. Générer une solution, résoudre un problème toujours non résolu, qu’il soit abstrait ou concret. Cette création est protégée, reproduite selon la loi, la prescription, l’usage matériel intellectuel habituel pour les propres besoins de l’espèce.

De fait, il existe l’œuvre d’art et l’invention technique issues de la découverte ou de la création. De ce qui précède, l’Intervecteur n’est pas la reproduction ou l’explication d’observations. L’Intervecteur ne se trouve pas dans la nature ou dans l’Univers ; c’est une création du fruit de l’intelligence humaine aux écritures de la loi de Legros. Au sens étymologique, philosophique du terme, l’œuvre d’art de l’Intervecteur est surnaturelle, n’est pas comprise dans l’état de la nature, de l’Univers ou alors le néant.

L’Intervecteur est très complexe de sa science mathématique physique, de sa technique pour une maîtrise du système, pour une complète et parfaite opération dans le système.

La loi, l’usage et la convenance dans l’industrie : Avant d’exploiter une technologie nouvelle, la pratique habituelle procède à une recherche documentaire dans la base de données des publications aux instituts des Etats. L’industriel s’assure alors que de la publicité la technologie est libre d’exploitation ou qu’elle n’est pas placée sous la protection du brevet d’invention ou du droit d’auteur ou du copyright.

L’obligation de la licence : Pour la technologie protégée, la loi commande de contracter la licence. L’autorisation écrite de l’auteur ou de l’inventeur est obligatoire pour toute exploitation ou représentation ou reproduction ou diffusion de l’œuvre d’art ou de l’invention. La loi assure la protection du droit d’auteur, du brevet d’invention, des connaissances scientifiques, techniques des Etats ainsi que de leur patrimoine. L’inobservation de la loi constitue une contrefaçon aux crimes et délits. En France, la loi s’applique pour tous.

C’est ainsi que l’œuvre d’art de Legros est originale, nouvelle, sous le copyright ; et que son invention est inhabituelle, nouvelle, appliquée dans l’industrie, y compris l’agriculture.


LA DESIGNATION TECHNIQUE ET ELECTRONIQUE DE L’HOMME DE L’ART

Important : Il ne faut pas faire la confusion de l’ignorance ou de l’inexpérience entre l’application de circuits électroniques connus, communément pratiqués par l’homme de l’art dans l’industrie tels que le multiplexeur, le démultiplexeur, les transpondeurs, les protocoles de communication, le radar, la radio et entre l’invention de Legros de l’Intervecteur - voir l’illustration scientifique technique ci-contre de l’originalité et de la nouveauté Legros sous le copyright.

C’est le propre des circuits électroniques communément désignés par l’homme de l’art que M. Legros a utilisé pour construire son invention, son œuvre d’instructions et de logiciel de l’Intervecteur. Chacun des huit circuits caractérisés du dispositif a une fonction précise, explicite aux schémas de principe électronique. L’invention est suffisamment complexe sans pour cela ajouter des difficultés par des désignations incompréhensibles ou fantaisistes de l’industrie. De ce qui suit, c’est le nom réel des huit circuits électroniques et de leur fonction intelligible qui est l’objet de la publicité.

L’électronique originale, nouvelle de Legros de l’Intervecteur au brevet français FR 2 586 845 en la date de priorité ou de dépôt le 27-08-1985
A / 1 - alimentation pour alimenter en énergie électrique ou capacité ou solaire ;
E / 2 - émetteur (capteur-émission) pour émettre le signal 2A caractérisé codé, synchronisé et de capteurs ou le signal Sigma Legros (sL) ;
R / 3 - récepteur (capteur-réception) pour recevoir le signal (sL) et de capteurs ;
M / 4 - modulateur pour moduler le signal (sL) ;
D / 5 - démodulateur pour démoduler le signal (sL), ou le modem Legros de ses propres réseaux de télécommunication Tdma - Time division multiple access ; Cdma - Code division multiple access ; Fdma - Fréquence division multiple access ; mixte Mdma - Mix division multiple access ; ou réseaux Wi-FI Wireless Fidelity et Bluethoot ;
CI / 6 - circuit de décodage ou de coïncidence ou circuit comparateur ou calculateur Intervecteur pour décoder, coïncider, comparer, calculer les données ou les informations de la résolution ou de l’instruction de Legros originale, nouvelle de la branche mathématique du calcul intervectoriel ;
D / 7 - amplificateur, étage amplificateur, bus du système pour amplifier, adapter le signal 2A ou (sL), ou le bus CAN Controller area network ;
P / 8 - circuit d’asservissement de puissance à coefficient gamma Legros rectiligne, circulaire (g, wL)n pour asservir le mouvement ou l’arrêt de mobiles évoluant les uns par rapport aux autres dans le plan ou l’espace e ; ou de la logique de fonctionnement ou le circuit logique pour intégrer, lier, adapter ou activer le fonctionnement du système ;

)–> - circuit interne, la liaison ou la connexion matérielle du bus à signal Sigma Legros (sL) du circuit 7/D  ou le bus CAN des circuits électroniques du système Intervecteur ;

)–> - circuit externe, la liaison ou la connexion matérielle dans l’environnement, le plan ou l’espace des mobiles, des maisonnettes de passage à niveau, des stations, des gares ou du central, les réseaux de télécommunication Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma des systèmes, des satellites ou de la systémique intervectorielle.

De la publicité nationale, internationale : Sont conformes aux sciences de l’électronique et à sa pratique, les légendes, les lettres, les chiffres ci-dessus pour désigner les huit circuits électroniques du Schéma de principe - Fig. 2 Planche I/III et du Schéma de principe - Fig. 5 Planche III/III du brevet français FR 2 586 845 et des brevets nationaux.

L’antériorité des réseaux LAN / WAN et de leurs protocoles : En 1984-1985, les informaticiens utilisaient les réseaux LAN / WAN, Local Area Network / Wide Area Network avec des protocoles de communication RS-232, V24, …, le Jeton circulant / Token Ring, et autres protocoles de communication ou de transmission.

Années 1990-2000, les liaisons des télécommunications de Legros, originales, nouvelles du brevet et du droit d’auteur, ci-dessus dénommées, désignées, ont été normalisées au niveau mondial par des normes ISO International Standard Organization et par des recommandations de l’UIT Union Internationale des Télécommunications.


L’ARCHITECTURE SYSTEMIQUE ET SYSTEME DANS LE PLAN ET L’ESPACE
Bus du système Intervecteur et réseaux intervectoriels de télécommunication des xn systèmes ou de la systémique

L’œuvre des groupes d’instructions de Legros de l’Intervecteur : - la résolution originale, nouvelle de la branche mathématique du calcul intervectoriel, sa simplification ou sa réduction est produite sur tout support de fixation électronique ou matérielle. Le droit de représentation ou de reproduction de l’œuvre de Legros de l’Intervecteur inédite existe pour toute application de l’œuvre de l’auteur.  

Il n’y a aucune difficulté majeure pour appliquer ces circuits caractérisés par l’invention et l’œuvre de Legros de l’Intervecteur. Aucune désignation de la publication de l’auteur inventeur n’est impropre ; mais, la désignation est réelle. C’est ainsi que l’électronique sensible, l’informatique désignent des milliers et des milliers de circuits, de câbles, de signaux, de composants, d’équipements par l’emploi mnémotechnique alphanumérique ou de symbole tout en respectant la désignation appropriée du métier, de l’usage.

La science électronique de Legros comporte son noyau dur qui est ainsi défini pour exploiter son système dans l’industrie du transport et de la sécurité des personnes transportées - Système de sécurité électronique et logiciel au 27-08-1985.        


LE CHAMP D’APPLICATION ET L’ECRITURE DU CODE DE LEGROS

L’œuvre d’art de Legros du système Intervecteur est traitée pour être utilisée ou exploitée sur le support de fixation matérielle pour la diffusion de l’information électronique automatique numérique ou de photographies ou de séquences audiovisuelles ou du film cinématographique, dédiée à sa résolution intervectorielle et aux applications brevetées.

Il est indéniable que la loi de Legros de l’œuvre d’art, la construction des groupes d’équations, sa résolution du vecteur intersection ou de l’intersection vectorielle ou de l’Intervecteur, couvre un champ d’application très important scientifique, technique, électronique, logiciel, d’instructions et de données originales, nouvelles.

En 1980-1985, les termes utilisés le plus fréquemment en informatique était le programme source, objet, le langage de programmation, le compilateur. Les informaticiens, les programmeurs développaient des programmes linéaires, des sous-programmes ou subroutines. Les réseaux de télécommunication exploitaient des protocoles de communication. Les télé réseaux Wi-Fi pour les machines informatiques et les périphériques n’existaient pas.

Aujourd’hui, on dit plus couramment écrire du code ou développer des lignes de code que d’écrire un programme d’ordinateur. Et, les langages de programmation ont été abandonnés, par exemple le langage Cobol Common Business Oriented Language normalisé en 1959-1960.

L’inventeur a étudié le Cobol, mais ayant un esprit d’automaticien, d’électronicien, de logicien orienté vers la physique de la matière, il l’a peu utilisé pour ses développements informatiques. En 1983-1984, il imaginait le système d’exploitation, la résolution intervectorielle sur écran, avec le geste de la main droite simulant le mouvement du télé multipointeurs ou de la souris, ainsi que les fonctions de détection, d’activation informatique.

M. Legros, au brevet français FR 2 586 845, crée des instructions numériques sur le support d’un circuit de décodage ou un comparateur ou un circuit de coïncidence. Le noyau électronique du calculateur intervectoriel est constitué d’instructions numériques codées, puis décodées, transmises sur le bus Legros pour les circuits électroniques de puissance, avec le système d’exploitation à télé multi pointeurs d’écran.  

Le signal Sigma L (sL) est synchronisé (T0 : clk), codé (0,1,n) sur les circuits électoniques de 1 à 8 du système pour la télécommunication systémique et l’information. Les circuits d’asservissement de puissance du mouvement et la logique de fonctionnement servent le pilotage spatial du système ou du mobile. Au brevet, les traitements sont réduits sur le noyau électronique du calculateur ou du support physique.

Les instructions numériques originales, nouvelles sont câblées sur le circuit électronique antérieur ou sont intégrées sur le support du circuit intégré. Les instructions numériques sont aussi directement interprétables en informatique par le calculateur intervectoriel.

Le choix d’exploitation de l’invention et de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur correspond à des générations technologiques utilisées, à une efficacité du système par une réduction compacte, scientifique, mathématique, physique, électronique et technique sur le rack hardware des circuits du système. L’ingénierie systémique constitue toute une mécanique électronique ou mécatronique spatiale complexe.  

M. Legros a donné naissance à une nouvelle technologie, à de nouveaux systèmes, à un nouveau signal, à de nouveaux réseaux de télécommunication, à une nouvelle instrumentation, à de nouvelles résolutions et à de nouvelles informations numériques.


LA TECHNOLOGIE DE LEGROS DU SYSTEME INTERVECTEUR

La technologie de Legros de l’Intervecteur est incontournable. Elle se retrouve dans tous les secteurs de l’économie. La théorie de la branche mathématique du calcul intervectoriel est également incontournable pour la résolution, le fonctionnement, l’exploitation du système, des systèmes ou de la systémique dans l’environnement, dans l’espace.

L’électronique de Legros concerne le noyau dur du système, concerne la maîtrise de la particule, de l’électron. C’est toute la matière du système, de la systémique plane ou spatiale qui est sous le contrôle et l’autocontrôle.

La résolution scientifique du droit d’auteur, intégrale ou partielle, a été développée pour l’exploitation manuelle, semi automatique ou automatique des systèmes. Le système de l’intervecteur résout en local ou en embarqué, là ou il se situe dans le plan ou l’espace e.

Le système Intervecteur en mode intégré ou compact : Le système compact avec son noyau intègre à ses huit circuits électroniques les fonctions de mémoire, de connexion au bus, les fonctions d’exploitation, de commande, les fonctions audiovisuelles et de télécommunication (personal computer, ordinateur portable, téléphone mobile, tablette, drone, satellite, etc.).

Le système Intervecteur en mode éclaté ou distant : Pour les installations de grande dimension, la technologie du système et du noyau supporte de ses huit circuits électroniques des alimentations, des capteurs, des émetteurs, récepteurs et antennes, des bus, des réseaux de télécommunication ou des asservissements de puissance moteur distants (automobile, engin de chantier et agricole, train, métro, tramway, navire, avion, drone, satellite, lanceur, etc.).


LA LICENCE, LA VEILLE TECHNOLOGIQUE ET LA RECHERCHE

M. Legros se tient informé de la publicité, des publications techniques. Il fait de la veille technologique, de la prospective, de la recherche depuis le début de sa carrière à aujourd’hui (1970-2019).

De sa capacité intellectuelle, de sa compétence, il est apte à suivre la recherche scientifique, à comprendre les publications, les découvertes, à étudier les technologies, à se prononcer sur la faisabilité, à anticiper l’évolution, l’avenir.

Il identifie immédiatement les produits, les systèmes et les installations qui exploitent de produits contrefaits ses titres de propriété intellectuelle sans l’accord et la licence d’exploitation. La contrefaçon est un fléau national, industriel, économique majeur qui est combattu sur notre territoire par des saisies, des destructions de produits contrefaits.

Le Système Intervecteur présente un intérêt considérable, les chiffres d’affaires cumulés ou les sommes d’argent générées sont comptabilisés en des milliards d’euros quel que soit le mode de production. Le Système Intervecteur est un produit industriel ou un produit de consommation courante ; il peut être identique, exploité dans l’industrie ou le grand public, par exemple le modem et le système d’exploitation de Legros.

Il s’agit soit d’un produit standard fabriqué en grand nombre, le téléphone mobile, le Personal Computer PC, le portable informatique, la tablette, le modem intégré, le système d’exploitation,  le navigateur des AIS, l’automobile automatique ; soit un produit fabriqué sur commande en moindre nombre, le central, les télécommunications, le système d’information, le métro, le train, le navire, l’avion, le drone, le satellite, la constellation de satellites.

Dans le domaine des hautes technologiques, dans les secteurs économiques étudiés par M. Legros pour l’exploitation de son Système Intervecteur, ce sont des millions et des millions de personnes en France qui sont intervenus, depuis plus d’un demi siècle. Il n’existe pas de projet de cette dimension au monde, pas de publication d’une solution au problème posé ou le néant.

L’intelligence intervectorielle a été mise en évidence par M. Legros, aux années de 1970-1985, sur les systèmes en exploitation pour faire de la synchronisation de machines, de la mesure tridimensionnelle 3D, de la détection automatique, de la visionique, de la reconnaissance de forme, de la télécommunication, entre les systèmes, les automates, les machines et les robots. M. Legros est le père de l’Intelligence intervectorielle et du support fonctionnel du système électronique d’exploitation, de télécommunication et d’information.

M. Bernard Legros auteur de l’œuvre d’art de l’Intelligence intervectorielle et du support fonctionnel du système électronique d’exploitation, de télécommunication et d’information jouit sur cette œuvre d’art, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d'ordre patrimonial déterminés, au jour du dépôt légal le 27-08-1985, par le Code de la Propriété Intellectuelle.

Issues de son projet industriel, de son invention brevetée, de son œuvre d’art scientifique, de son intelligence intervectorielle au 27-08-1985, ces nouvelles technologies numériques de Legros telles qu’il les a bien décrites en un seul document sont exploitées au quotidien dans notre industrie, notre économie, elles font partie aujourd’hui de nos habitudes, de notre cadre de vie, de la société.


LE SYSTEME INTERVECTEUR ET LES SECTEURS ECONOMIQUES

Les produits et les servives en la date de dépôt du brevet : De l’exploitation de l’invention et de l’œuvre d’art du Système Intervecteur incontournable, indispensable, les produits industriels, de grand public ou de communication sont devenus désuets, obsolètes, dépassés, moins utilisés, oubliés ou appliqués différemment, en complément, ou ils ont été détruits en laissant place aux nouvelles technologies de l’électronique, du système, du numérique, de l’automatique de Legros, années de 1985 à 2019.

Les produits, services et activités disparus ou amoindris : De l’exploitation du brevet Legros FR 2 586 845 dans tous les secteurs d’activités économiques de nombreux produits ne sont plus fabriqués, de nombreuses entreprises de hautes technologies n’existent plus. La fonction principale du produit est devenue une fonction auxiliaire, dépendante. Une nouvelle technologie du numérique est née de l’entière conception de l’invention et de l’œuvre d’art de Legros et de son exploitation.

Par exemple, nous citerons les produits obsolètes, amoindris ou abandonnés ou les fonctions : le Minitel ; le fax ; la télécopie ; le combiné téléphonique ; la télécommunication analogique du poste fixe ; le modem analogique câblé  distant ; le réseau GSM analogique ; le réseau Transpac ; le Tam-Tam ; le système d’exploitation des ordinateurs, des PC Personal Computer ; les protocoles de périphériques, d’ordinateurs ; le protocole à jeton circulant ; le compilateur de logiciel ; le choix du menu numéroté à l’écran ; les flèches de clavier ; le clavier ; l’écran à tube cathodique d’ordinateur, de téléviseur ; la machine à écrire ; le toron, le faisceau de câbles de voiture ; les accessoires, optique, mécanique, électromécanique, électromagnétique de mobile, de voiture, de train, de navire, d’avion à simple commande filaire électrique ; le rupteur d’allumage de moteur de voiture ; le PRT Personal Rapid Transit ; le prototype de métro automatique Aramis ; le réseau mondial d’antennes de position Oméga ; la balise Argos ; la planche à dessin ; la plasturgie, le gabarit, le moule, la prothèse ; l’analyse médicale ; la chirurgie essentiellement humaine ; les opérateurs de saisie ; les affiches, les imprimés, les pancartes, les rouleaux de bus, de trains, dans les gares ; la distribution de courrier, de colis, de télégramme, de lettre ; l’agenda ; le calendrier ; le support papier manuscrit, imprimé ; l’activité de commerce ; la transaction bancaire, le paiement en monnaie, billet, chèque ; les cartes géographiques, terrestres, marines en papier ; le cartographe ; le navigateur membre d’équipage maritime, aérien ; le radar de position, de mesure, de détection électromagnétique ; la centrale inertielle ; la navigation, la boussole, le sextant ; le phare ; la recherche en mer pour le sauvetage ; la recherche de la boîte noire, de l’épave ; les techniques de surveillance, de renseignement, d’aéroportage ; le pilotage manuel de mobiles, de machines ; le mobile, véhicule, engin, fusée, satellite, sonde téléguidé avec des manettes de commande de la trajectoire depuis un centre de contrôle ; le traitement, l’ensemencement, la récolte agricole ; la pêche manuelle, à l’estime ; l’opérateur de maintenance du système, etc.      

L’invention et l’œuvre d’art scientifique de Legros du Système Intervecteur
sont exploitées pour :
. L’informatique, les instructions, l’intelligence du système embarqué, le codage,
. Le système d’exploitation des équipements électroniques, informatiques,
. Les télécommunications, la téléphonie fixe, mobile, embarquée, le bus, la Wi-Fi,
. Le système d’information, de navigation en boucle, en temps réel et différé,
. Les envois de messages SMS (Short Message Service) et de navigation,
. Les instructions électroniques, le langage, la programmation d’écran, la détection,
. Les ordinateurs, PC, portable, tablette et périphérique, la bureautique, la télématique,
. La lecture, l’écriture, la reproduction plane, spatiale, l’impression 3D,
. La sécurisation de l’information bancaire, le commerce électronique, la monétique,
. Les interventions humaines à distance, la chirurgie, le médical,
. Les interventions techniques à distance sur le système, sur la systémique, etc.

Le Système Intervecteur est exploité dans les trois secteurs économiques,
le primaire (ressources), le secondaire (industrie), le tertiaire (services) :
. L’industrie des télécommunications terrestres, maritimes, aériennes, spatiales,
. La construction automobile, ferroviaire, navale, aéronautique, spatiale,
. L’industrie d’équipements de machine, robot, engin, manutention, grue, portique,
. L’industrie, la métallurgie, la sidérurgie, l’énergie, le nucléaire,
. Les bâtiments, les travaux publics, les équipements de construction, l’architecture,
. L’information, la communication, l’édition, l’audiovisuel et vers les satellites,
. Les industries de défense, d’armement, de surveillance,
. Le transport, la navigation, la logistique, l’acheminement,
. La pharmacie, la cosmétologie, la chimie, le pétrole, l’industrie minière,
. Les équipements pour le médical, la radiologie,
. Les administrations, la banque, les assurances, les services,
. Les arts, la musique, le dessin, la sculpture, la gravure,
. L’agriculture, la pêche, l’environnement, le monde animal,
. Le secourisme, le sauvetage, l’expertise,
. Les industries de loisirs, les jouets et les jeux,
. Les activités sportives, mécaniques, les randonnées, la plaisance,    
. La recherche, les sciences, la formation, le conseil, l’enseignement, etc.
—>Click Marché de l’Intervecteur
    

Copyright © Bernard Legros 1985
Dépôt légal prioritaire INPI Paris FR 2 586 845 27-08-1985
OMPI Genève WO 87/01491 12-03-1987


Schématisation © Copyright Legros 2015

ETAT DE LA TECHNIQUE MICRO INFORMATIQUE EN 1984-1988

IMPRIMANTE

ORDINATEUR AMSTRAD

PC PERSONAL COMPUTER

                                                               

    CHOIX DU MENU

AU CLAVIER


               1-COMPTABILITE GENERALE

             2-COMPTE IMMOBILISATION

            3-COMPTE TRESORERIE

             4-COMPTE CHARGE S PRODUITS

               5-COMPTE DE TIERS

PC AMSTRAD SCHEMATISE  1984


CHOIX DU MENU


  1 - COMPTABILITE GENERALE

  2 - COMPTE IMMOBILISATION

  3 - COMPTE TRESORERIE

  4 - COMPTE CHARGES PRODUITS

  5 - COMPTE DE TIERS

LIAISON FILAIRE LAN / WAN

PROTOCOLE RS-232

CLAVIER A QUATRE TOUCHES DE FLECHES

DE DEPLACEMENT DU POINTEUR SUR ECRAN

FENETRE ET CHOIX DU MENU

INSTRUCTION CAS / CASE GOTO SWITCH

ORIGINALE NORMALISEE ISO ET LISTING

COPYRIGHT BERNARD LEGROS 1984

NUMERO

DU BUS

LIGNE

DE BUS

STATION

VOYAGEURS

DEPART

STATION

ARRIVEE

TERMINUS

ATTENTE (Ta)

EN STATION

66

ST-OUEN

ORLEANS


MONT-

PARNASSE


12h25


13h35



2mn


31

ST-LAZARE

LA DEFENSE


ROME


12h30


13h25


5mn


52

VINCENNES

TROCADERO

KLEBER


13h50


15h05


4mn


27

SEVRES

CHATILLON


PASTEUR


13h55


14h40


15mn


©Système d’information temps réel Intervecteur originalité temps T Alpha (Ta) ou

  séquences audiovisuelles ou film et sur Internet aux brevets Legros 27-08-1985

Marché Intervecteur


LES MILLIERS DE BREVETS DEPOSES EN FRANCE ET A L’ETRANGER


Rappelons que M. Legros était le seul ingénieur au monde, en 1985, à avoir cette expérience polytechnique de la haute technologie, ces connaissances scientifiques, cette pratique de l’industrie, des systèmes complexes, cette capacité intellectuelle pour étudier dans le détail, analyser, synthétiser maîtriser la solution du problème posé de A à Z, telle qu’il l’a décrite et résolue.


Sa description du système de l’Intervecteur présente la théorie : theory ; le matériel : hardware ; les instructions : instructions ; le logiciel : software ; le signal : signal ; le bus et les réseaux de télécommunication : bus and telecommunication networks ; les données originales : original data ; les plans : plans ; l’architecture système et systémique : system and systemic architecture.


Malgré des milliers de brevets déposés en France, à l’étranger dans l’industrie, dans le transport, malgré de gros efforts, de gros investissements sur des dizaines d’années, les recherches, les systèmes n’apportent pas de solution, pas de plan pour une installation automatique complète de transport, ne rendent pas compte de la vision de son état en temps réel tels les schémas ci-contre de l’auteur inventeur.


De la recherche documentaire, les brevets présentent des inventions ou des prototypes qui ne sont pas appliqués ou qui sont sans rupture technologique avec l’existant.


Essentiellement les écritures de l’invention et de l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur présentent un système complet, manuel, semi ou automatique, une architecture avec ses réseaux originaux ainsi que son système d’information électronique automatique numérique.


De plus, l’originalité de l’information ou des séquences audiovisuelles ou du film, vers les satellites, sur l’Internet est directement applicable et fonctionnelle sous licence. Le système de Legros de l’Intervecteur présente de nombreux avantages techniques, économiques, pour cette raison il est appliqué et exploité avec succès dans l’industrie.



LE SYSTEME INTERVECTEUR ET LA SYSTEMIQUE DANS LE PLAN ET L’ESPACE


Pour exploiter l’invention et l’œuvre d’art de Legros du Système Intervecteur protégées par la loi, il faut se conformer au droit de l’auteur inventeur énoncés aux articles Livre Ier - Le droit d’auteur et Livre VI - Brevets d’invention - Code de la propriété intellectuelle CPI.


Les plans ci-dessous présentent l’architecture de Legros originale, nouvelle du Système Intervecteur dans le plan ou l’espace - le bus interne au système, la systémique des xn systèmes, l’électro-bus ou le télé-bus Wi-Fi, les réseaux de télécommunication externe -.



Publicité du brevet français Legros FR 2 586 845 déposé le 27-08-1985

- l’architecture du Système Intervecteur, le bus interne et la télécommunication externe


LA PUBLICITE DES BREVETS NATIONAUX LEGROS
Les applications terrestre, maritime, aérienne et spatiale de l’Intervecteur

De l’étendue de l’application électronique de l’œuvre d’art et de l’invention du Système Intervecteur dans le domaine du transport (essence, gasoil, hybride et électrique), de l’industrie, de l’informatique, de la télécommunication, de l’information, il en résulte des économies en énergie. L’auteur inventeur a étudié les Grands systèmes informatiques en 1981-1982, il savait l’intérêt du support d’information électronique pour la planète. Face au réchauffement climatique venant de la pollution, face aux catastrophes terrestres, maritimes, aériennes l’environnement de la Terre se trouve protégé par l’invention.

Ainsi, de l’exploitation du Système Intervecteur, d’importantes économies financières sont réalisées dans les services, les assurances, en matière première, en énergie (bois, charbon, gaz, pétrole, etc.). Le Système Intervecteur améliore la rentabilité, offre aussi de meilleures conditions de travail et de confort. Il est indiscutable que la Métamathématique de Legros de la branche du calcul intervectoriel a changé le cadre de vie de chacun de nous depuis la publicité de l’œuvre d’art et de l’invention.

De l’auteur inventeur, de sa connaissance et de son expérience du monde industriel sur des milliers de systèmes, sa création complexe n’a aucune autre existence passée. De son écriture, il n’existe pas une telle résolution aussi aboutie, maîtrisée dans toute son étendue de la difficulté spatiale matérielle et intellectuelle.

Le brevet d’invention, l’œuvre d’art du Système Intervecteur, le système d’exploitation et d’information électronique automatique numérique terrestre, maritime, aérien et spatial, et l’information originale, nouvelle, les séquences audiovisuelles cinématographiques, ou le film, sur l’Internet, et en émission-réception vers les satellites - copyright Legros 1985


Le brevet d’invention délivré par l’INPI Institut National de la Propriété
Intellectuelle et l’œuvre d’art de Legros sous le droit d’auteur
LES PARTICULARITES DU BREVET ET LA MATIERE GRISE
(*) original / nouveau / complexe / activité inventive et de recherche

1) Les brevets, les publications et la publicité (1985) (*)  
Les demandes de brevets d’invention - description (1), planches (3), figures (5), revendications (10) et abrégé (2) (publicité France, publicité Internationale) et ses applications ont été publiées par l’INPI, par des Instituts nationaux, par l’Office Européen des Brevets (OEB), au Patent Co-operation Treaty (PCT) et auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) de Genève.

De la publicité, les titres nationaux du brevet d’invention délivrés sont consultables, ainsi que la vie des brevets d’invention de la famille FR 2 586 845 au 27-08-1985.

De la compétence de l’auteur inventeur, l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur originale, nouvelle est incluse dans le description de la demande du brevet d’invention. Toutes les publications de l’Intervecteur ou la publicité sont sous le copyright en date de la première publication de l’auteur inventeur - Code de la Propriété Intellectuelle CPI.

La paternité de l’œuvre d’art de Legros et de son invention du Système Intervecteur est patrimoniale et perpétuelle.

2) Le droit d’auteur ou le copyright du Système Intervecteur (*)
La publication de la recherche scientifique Métamathématique physique technique, le code logiciel (software), intégral ou partiel, les plans, les dessins, les graphiques, l’architecture du système et de la systémique sont protégés par le copyright.  

3) Le logiciel intégral ou partiel du Système Intervecteur (*)
Les instructions intervectorielles du logiciel sont depuis normalisées ISO - International Standard Organization. Le logiciel numérique, les données originales sont exploités pour le contrôle infinitésimal, différentiel, continu et électronique de l’équation de mouvement des mobiles ou des systèmes dans le plan ou l’espace. Le générateur de code automatique numérique, l’expression spatiale, les instructions sont exploités pour résoudre sur le support électronique (hardware) en tout lieu du plan ou l’espace.

4) Les données numériques, le coefficient d’accélération (g, wL)n (*)
Les informations sont codées, autocontrôlées, généralisées aux systèmes embarqués ou localisés. La référence des balises terrestres ou spatiales des éphémérides est mémorisée, connue à l’instant(t) des mobiles. Le vecteur position infinitésimal, différentiel, continu, à couplage inertiel, est également produit des résolutions. L’électronique du système, le logiciel, les données numériques sont en mode manuel, semi automatique ou automatique. La modélisation de l’environnement codé, programmé, unitaire ou multiple, le mouvement, la trajectoire, le coefficient d’accélération Legros(g,wL) sont numérisés.

5) Le modem Legros synchronisé, codé, programmé, hardware, software (*)
Le système, le temps de synchronisation (T0) des systèmes, la transmission sur une fréquence (1f) sélectionnée, accordée, codée, programmée fonction de la vitesse V, V(0) ou du coefficient d’accélération (g, wL)n, le signal 2A Sigma L codé (sL : 0, 1, n, ...), l’exploitation des fréquences (nf) constituent l’originalité, la nouveauté des réseaux de télécommunication tdma, cdma, fdma, mixte mdma. Le schéma de principe du Système Intervecteur et de son modem Legros est identique. Les huit circuits électroniques (8) le bus, l’électro-bus, le télébus, la Wi-Fi, les réseaux de télécommunication, les instructions, les données numériques, le logiciel sont originaux, nouveaux et exploités. - brevets nationaux FR 2 586 845 et l’œuvre d’art d’instruction et de logiciel.

6) Le signal Legros Sigma L codé et la machine à coder Sigma L (*)
Le signal Legros codé sL est original, nouveau. Le codage du signal numérique et du néant (sL : 0, 1, n, ...) n’a jamais été pratiqué en électronique dans l’industrie. Son application constitue le réseau codé, sécurisé des télécommunications pour l’information confidentielle, la position des mobiles, les messages militaires, les transactions bancaires, etc. Le système électronique (sL : 0, 1, n, ...) a un code unitaire, multiple ou variable, dynamique ou à n niveaux successifs. Au brevet FR 2 586 845, la machine à coder Legros Sigma L (sL) est de la puissance de l’infinie, il n’y a pas l’équivalent.

Coder un message confidentiel pour qu’il soit sûrement, correctement émis, reçu a de tout temps été une problématique. L’une des antériorités de la machine électronique à coder Legros Sigma L (sL) (1985) est la célèbre machine électromécanique allemande Enigma (1918) qui fut l’objet d’intenses recherches des meilleurs mathématiciens, logiciens, ingénieurs et d’une capture pour en percer tout le secret ou tout son code.

7) La résolution de vision, télémultipointeurs, bascule click et de navigation (*)
Le vecteur, le faisceau de vecteurs, les figures géométriques, les symboles, les fichiers, les tableurs fixes, dynamiques (cellules, éléments, ensembles, tableaux, matrices) sont visualisés, détectés, activés, téléactivés (la bascule électronique à boutons-poussoirs bp click originale), asservis, mûs, reconnus sur l’écran avec le système, le bus et les réseaux tdma, cdma, fdma et mdma. Le signal bidirectionnel de la bascule électronique est codé (sL). Le télé multipointeurs, les xn-mobiles, l’Intervecteur sont traités sur les cartes électroniques intervectorielles ECDIS, ainsi que pour les séquences audiovisuelles cinématographiques ou le film. Le télé multipointeurs est le navigateur ou l’explorateur sur la zone, sur l’écran, dans le système et la data base ; soit le navigateur original Legros.

8
) L’architecture du système compact, les circuits électroniques de 1 à 8 (*)
Le système se compose du calculateur Intervecteur, des réseaux, de la particule (pL+), (0), de la départicule (pL-), néant (n), du signal 2A synchronisé, codé Sigma L (sL), de l’ingénierie d’autocontrôle de position, de puissance Pn (Pn), du contrôle volumétrique, massique, d’attitude et d’intégrité. Les masses des mobiles, des particules ou les masses nulles sont traitées, contrôlées par la Métamathématique du calcul intervectoriel.

9) L’architecture centralisée, décentralisée, la sécurité système et systémique (*)
L’architecture aux groupes d’instructions intervectorielles a une résolution centralisée au central x ou x1 pour tous les Ɐxn ; a une résolution décentralisée, efficace de proche en proche, en embarqué à bord du mobile x1, x2, …, xn ou en un local. La résolution universelle du système, de la systémique est exploitée, en risque constant de collision, pour l’évolution du mouvement ou de la trajectoire des mobiles dans le plan ou l’espace e.

10) Les écritures et la loi de Legros (*)
L’électronique, le système, les réseaux, les groupes d’équations, les instructions, le logiciel, les plans, les dessins, les données, l’asservissement de l’application, les caractéristiques sont irréductibles, compacts, construits d’une architecture identique, d’une même signature unique de son auteur inventeur.

En 1970-1985, l’esquisse du projet de Legros ou le projet n’existe pas dans l’industrie, le transport, l’électronique, l’informatique, ni les écrits, la publication, le plan ou l’architecture. Dans le monde, il n’existe que la publicité de M. Legros pour ce projet.


L’ELECTRONIQUE HARDWARE ET LE SYSTEME INTERVECTEUR D’EXPLOITATION

L’état de la technique informatique et des systèmes d’exploitation 1960-1990
Les constructeurs de matériels informatiques, d’ordinateur, de micro informatique, de personal computer PC et de work station ne présentent pas la technologie de M. Legros du Système Intervecteur au jour du dépôt de sa demande pour un brevet d’invention le 27 août 1985 à l’INPI de Paris.

M. Legros a pratiqué la mécanique, l’électrotechnique, l’électronique, l’automatique, la logique et les systèmes numériques. Il a choisi le sujet de son étude sectorielle portant sur les Grands Systèmes Informatiques. Expert en informatique de gestion, sa demande pour un brevet d’invention est justifiée de son expérience, de la nouveauté de son système au regard de l’état de la technique utilisée, exploitée par les constructeurs d’ordinateurs.

Un exemple de la technologie du micro ordinateur PC Amstrad Personal Computer que l’auteur inventeur a utilisé pour des développements de logiciel présente cette rupture au § Etat de la technique micro informatique en 1984-1985 de cette page. Les constructeurs d’ordinateurs développaient leur propre système d’exploitation utilisé par les programmeurs, les informaticiens et les exploitants.

M. Legros a décrit son invention suffisamment claire et complète pour l’exécuter et l’exploiter dans l’industrie. Il n’y a pas de compilateur aux brevets d’invention nationaux FR 2 586 845 comme la pratique du métier de l’informatique le prévoit sur les ordinateurs, mais son circuit de décodage des groupes d’instructions intervectorielles. En 1985, M. Legros connaissait l’état de la technique des compilateurs Cobol, C, Basic, Fortan, Pascal, Ada, et cetera qui étaient exploités et dans le commerce.

M. Legros est l’auteur inventeur du premier système d’exploitation mathématique électronique informatique de la publicité de son invention auprès de l’OMPI de Genève. De la publicité le brevet ne peut que être étudié. De la loi sur les brevets d’invention, sont interdites, à défaut du consentement du propriétaire du brevet, la fabrication, l’offre et la mise dans le commerce.

Il est question tout au long de sa description d’instructions intervectorielles ou d’un code en permanence actif défini par l’auteur inventeur pour résoudre, appliquer et fonctionner. Les huit circuits électroniques et de décodage sur le support électronique du Système Intervecteur (mémoire, circuit intégré, microprocesseur), les réseaux également originaux, nouveaux de bus, de Wi-Fi, de télécommunication sont présentés pour traiter le code de Legros du Système Intervecteur. Ses instructions intervectorielles sont originales, nouvelles, indispensables, protégées par le droit d’auteur ou le copyright au 27-08-1985.

Aux termes programme, langage, c’est le mot code ou le codage qui est actuellement le plus souvent retenu par les programmeurs, les développeurs et les informaticiens.

Le Système Intervecteur d’exploitation de M. Legros Expert en électronique, automatique, télécommunication, informatique et en sciences est en rupture très nette avec les systèmes d’exploitation utilisés en informatique de gestion, en informatique industrielle, scientifique ou embarquée à bord des mobiles. Sans les brevets d’invention nationaux FR 2 586 845 de M. Legros au 27 août 1985, cette technologie informatique originale, nouvelle du Système Intervecteur n’existe pas ou le néant.

La technologie intervectorielle de Legros se trouve dans tous les secteurs économiques avec la presque totalité des systèmes installés, exploités dans le monde. - Le plan ci-dessous du Système Intervecteur intégré, compact.     

La technologie informatique et de micro informatique de Legros 1969-1985
M. Legros a créé la branche du calcul intervectoriel (500 règles, principes, applications, axiomes et théorèmes). De sa science mathématique physique, les groupes d’équations sont irréductibles, indispensables. Sa technique, son système, son électronique, ses écritures, ses instructions, ses plans sont d’un seul esprit compact, fondamental, essentiel dans le but de résoudre. L’auteur inventeur exprime beaucoup de choses en peu de mots. L’expression de la langue française est réduite, précise. Il est en recherche du mot le plus juste pour en exprimer tout le sens, la logique ou la vérité de sa réflexion.

Le Système Intervecteur intégré, compact du brevet français Legros FR 2 586 845 ci-dessous est constitué de huit circuits électroniques (8) ou le hardware, de son système d’exploitation et des réseaux intervectoriels (Network and operating intervectorial system). Le Système Intervecteur intègre l’alimentation, le calculateur intervectoriel, le bus, le circuit logique ou d’asservissement, le modem Legros, émetteurs, récepteurs, antennes, les réseaux Wi-Fi et de télécommunication Legros tdma, cdma, fdma, mixte mdma.

Les capteurs ou sensors sont connectés sur des prises ou plugs en périphérie sur le support. Le système d’exploitation utilise les n télémultipointeurs mobiles à molette, à bascule, le pad, digital, tactile ou le crayon, le coefficient d’accélération gamma, omega L (g, wL), le micro, la caméra, l’écran de vision ou audiovisuel, les mémoires ou les clés USB, la data thermique, de pression, l’horloge, le signal Sigma L (sL) synchronisé, codé, etc. La liaison du Système Intervecteur autonome interconnecté est filaire, résistive, optique ou électromagnétique ou sur tout support.

Les instructions, la résolution, l’application de la branche du calcul intervectoriel sont utilisées pour le système d’exploitation et de réseaux sur le support. De la description de l’invention, les types de capteurs, le télémultipointeurs ou digital, les instructions, la résolution et l’application intervectorielles définissent, produisent la composition interne variable des ensembles En, du vecteur élément ve visionnés en pixel à l’écran.

Le télémultipointeurs ou les deux pointeurs digitaux ou les doigts des ensembles vectoriels x1 et x2 en mouvement l’un par rapport à l’autre du brevet produit le vecteur de la distance intervectorielle sur le support écran. L’application manuelle de la distance intervectorielle réelle, constante du télémultipointeurs définit l’échelle ou la composition interne des ensembles E en nombre d’éléments ve ou de pixels généralisée à l’écran. La vision a aussi une composition interne produite par le zoom ou un pourcentage de réduction ou d’agrandissement appliqué aux éléments ou aux ensembles ou à l’écran.

Le télémultipointeurs est loin, distant ou proche du système de vision ou intégré au support de l’écran de l’ordinateur portable. Les Ensembles de la branche du calcul intervectoriel ont une composition interne variable, scientifique, mathématique, physique, chimique, ainsi que leurs éléments sur ce système.

L’écran résout la vision, la détection, la navigation, l’activation de fonctions informatiques, l’asservissement d’ensembles polymorphes, géométriques, alphanumériques, de dessins, de symboles, d’images, de photographies, d’écrans, le mouvement, l’accélération, etc.

La technologie de la télécommunication de Legros, réseaux, bus, Wi-Fi 1969-1985
Les réseaux tdma, cdma, fdma, mixte mdma, de bus et de Wi-Fi sont le lien des composants électroniques pour la résolution du Système Intervecteur d’exploitation, la navigation, l’anticollision, le dialogue de systèmes, de machines et de mobiles.

La technologie des mobiles autonomes de Legros 1958-1985
Il y a également au Système Intervecteur une composition interne complexe temporelle spatiale d’ensembles et d’éléments sur la zone réelle de navigation des mobiles et de leur contrôle automatique les uns par rapports aux autres. Les groupes d’instructions intervectorielles exploitées, en totalité ou en partie, produisent le pilote numérique en mode manuel, semi automatique ou automatique. La référence du Système Intervecteur est dans le plan ou l’espace. Les mobiles ne sont pas dépendants de la référence d’un point fixe, d’un guidage mécanique, d’un rail d’une rame, d’une machine ou d’un robot.

Les groupes d’équations intervectorielles et le télémultipointeurs ou digital sur le support de l’écran, de la surface plane ou dans l’espace 3D résolvent la navigation du mobile et des mobiles. La résolution intervectorielle résout la détection, l’approche, l’accostage, l’union, la liaison et l’anticollision. L’application intervectorielle résout la consigne, le copiage, la reproduction, le pilotage digital ou avec un crayon, un doigt sur le support de l’écran, de la surface plane ou dans l’espace 3D. La revendication du brevet Legros FR  2 586 845 au 27-08-1985 définit l’utilisation en embarqué à bord du mobile ou en local, dans un endroit déterminé distant du plan ou de l’espace e.


Le Système Intervecteur intégré compact du brevet FR 2 586 845 au 27-08-1985
- Les écritures, le schéma ou le plan électronique de la figure 5 Planche III/III
–-> Propriété intellectuelle du Système Intervecteur d’exploitation, le télémultipointeurs, les réseaux de
télécommunication, bus et Wi-Fi, brevets nationaux FR 2 586 845 et copyright de Legros 1983-1985

© Bernard Legros 1983-1985

15:00

Mardi 27/08/1985

…..............................    ………………

…………………    ……….…….

        Système Intervecteur d’Exploitation ©

        Instruction

       Ouverture

      Fermeture

     Lecture

    Ecriture

   Copier

 Coller

Enregistrer

LE SYSTEME D’EXPLOITATION INTERVECTEUR ET LA NAVIGATION SUR

L’ECRAN ET SUR LA ZONE REELLE DES MOBILES EN MOUVEMENT

L’invention brevetée incluant l’œuvre d’art de Legros, intégrale ou partielle, résout la navigation intervectorielle sur l’écran et sur la zone réelle du plan ou de l’espace e.


1. Le Système Intervecteur d’exploitation, de réseaux de la bureautique résout les fonctions informatiques, la navigation sur l’écran, dans le système, la base de données, les réseaux, dans les systèmes connectés ou dans la systémique intervectorielle.


2. Le Système Intervecteur d’exploitation résout la navigation de sécurité des mobiles en mouvement, à l’arrêt sur l’écran, sur la zone, dans l’environnement, dans le plan ou l’espace e. Les applications sont en local ou en embarqué à bord des mobiles.


3. Le Système Intervecteur résout là où il est disposé : a) le système d’exploitation de bureautique ; b) le système d’exploitation de sécurité des mobiles ; c) le système de la télécommunication locale bus, Wi-Fi ; d) le système de la télécommunication distante des réseaux tdma, cdma, fdma, mixte mdma ; e) le système de la téléphonie fixe ou mobile ; f) le système de diffusion de l’information électronique automatique numérique ou de messages SMS ou de séquences audiovisuelles cinématographiques ou le film, sur l’Internet, et vers les satellites.


L’invention de Legros nouvelle, nécessitant une activité intellectuelle, appliquée dans l’industrie incluant son œuvre d’art du Système Intervecteur également originale, nouvelle a été reproduite en des milliards d’exemplaires dans le monde au 27-08-1985.


La publicité de l’invention, du brevet d’invention et de l’œuvre d’art ne donne aucun droit. L’œuvre d’art est protégée non autorisée, à titre onéreux.



L’ŒUVRE D’ART DE LEGROS ENTIEREMENT ORIGINALE NOUVELLE

L’illustration ci-dessous présente l’invention brevetée, l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur, intégrale ou partielle, sous le droit d’auteur ou le copyright.

L’originalité, la nouveauté du dispositif de Legros pour les automobiles concerne : La télécommunication entre les mobiles et le PC route, l’information électronique numérique sur la planche de bord du véhicule, les séquences audiovisuelles cinématographiques ou le film, sur l’Internet, vers les satellites et le pilote automatique.


La signalisation latérale, horizontale, les messages de navigation, le nom des routes, des rues et des villes sont transmis, embarqués et visualisés. La circulation, le croisement des routes, des lignes ferroviaires est signalée. L’interdépendance du trafic routier, ferroviaire est résolue. Les dangers sont traités en temps réel.


Les données du voyage, le trajet, les distances, le départ, la destination, les temps de parcours T Alpha (Ta) d’attente, d’arrivée ou d’approche et les vitesses sont précisés sur l’écran. La simulation de données sur l’écran permet les choix de parcours.


Aux brevets nationaux Legros FR 2 586 845 au 27-08-1985, le Système Intervecteur électronique, ses réseaux de télécommunication, ses groupes d’instructions de la résolution intervectorielle spatiale constituent le premier réseau mondial de navigation.


La station à télémultipointeurs Wi-Fi du trafic terrestre routier ferroviaire   

Les informations de la navigation sont traitées sur la station originale, nouvelle à télé multipointeurs Wi-Fi ou tactile des brevets nationaux Legros FR 2 586 845 au 27-08-1985



L’ORIGINALITE DE LA NAVIGATION MARITIME SPATIALE DE LEGROS  

Désignation du produit nouveau : Système de navigation maritime  spatiale AIS

Le Premier réseau mondial spatial synchronisé du système d’information, d’identification,

de navigation, d’anticollision pour les navires - Intervecteur mer © Bernard Legros 1985

L’ORIGINALITE DE LA NAVIGATION TERRESTRE SPATIALE DE LEGROS
Désignation du produit nouveau : Système de navigation terrestre spatiale
Le Premier réseau mondial spatial synchronisé du système d’information, d’identification, de navigation, d’anticollision de véhicules- Intervecteur route rail © Bernard Legros 1985
©Ecran télé multipointeurs ou pad, station trafic routier, identification, localisation GPS, radars
 système Intervecteur spatial, bus, Wi-Fi, réseaux tdma,cdma,fdma et mdma BernardLegros1985

Parking

Rue de Paris


Copyright©Bernard Legros 1985

Passage à niveau

Gare

ferroviaire

Poste de police

Hôpital CHR

Boulevard de Strasbourg


Horaire des trains de banlieue

TR 001 H 08 15

TR 010 H 09 25

Ecole

Collège

Lycée

PC Route

Zone 30 km/h

Domaine

L’originalité, la nouveauté du dispositif de Legros des AIS pour les navires, les stations et les aéronefs concerne :

. la constellation et le système d’exploitation des satellites intervectoriels, les réseaux de télécommunication, d’anticollision du brevet français Legros FR 2 586 845 27-08-1985,

. le coefficient d’accélération gamma Legros (g,wL)n, l’application électronique aux navires, aux aéronefs, aux stations et aux satellites,

. les réseaux de télécommunication Legros tdma (synchronisé), cdma (codé), fdma (n-fréquences), mixte mdma, en fonction du coefficient d’accélaration (g,wL)n, ou de la vitesse(V), de l’arrêt, de l’ancrage ou de l’amarrage (V0),

. les réseaux de télécommunication des navires, des équipements et des satellites sur la zone, modélisation  unitaire, multiple de l’environnement, codé, programmé,

. les réseaux de télécommunication  à signal sécurisé, variable Sigma Legros (sL),

. le bus, l’électro-bus, le tétébus et la Wi-Fi embarqués à bord,

. la connaissance à l’instant (t) de la position codée, programmée de la balise spatiale du satellite par son identification et ses éphémérides,

. l’injection électronique du signal 2A Sigma L (sL) de vérification, de contrôle du satellite,

. la correction des données satellitaires ou l’activation de positionnement du satellite,

. la production des vecteurs électromagnétiques pour la géolocalisation, en continu, spatiale différentielle, phare, balise, radar, antennes OMEGA (1968), GPS (1995),

. la sécurité, le contrôle, la surveillance de la navigation et du trafic maritime,

. l’instruction intervectorielle 3D pour le pilote manuel, semi automatique ou automatique du navire,

. le contrôle en boucle de la position spatiale autorisée ou interdite du navire,

. le domaine intervectoriel variable 3D de la route et la zone de protection en mile du navire et des navires,

. l’identification des navires amarrés, sous l’ancre ou en route,

. la visionique, la reconnaissance de forme  vectorielle plane ou spatiale 3D,

. le couplage des mesures spatiales du GPS et de la centrale inertielle de bord,

. le Calculateur Intervecteur à particule (pL+), départicule (pL-), le signal Sigma codé(sL),

. les résolutions intervectorielles du Calculateur Intervecteur CI dans le plan ou l’espace e,

. le système d’exploitation du navire, de la station, le télémultipointeurs d’écran ou tactile,

. les cartes marines intervectorielles ECDIS et la position des navires à l’écran,

. la détection intervectorielle de l’anticollision, l’anti abordage, de l’échouage et de l’obstacle sur la route du navire,

. le déclenchement des alarmes, l’activation de l’ordre de mouvement,

. le contrôle de puissance, d’asservissement vectoriel de position, d’attitude, de cap, de vitesse (gouvernail, hélice, stabilisateur, ballast, Pod, …) en passerelle, en machine,

. le programme de la route sur les cartes marines, le contrôle en 3D/T de la trajectoire,

. l’envoi de comptes-rendus, de messages de navigation, de SMS (Short Messages Service), de signaux de détresse GMDSS (Global Maritime Distress Safety System),

. l’autocontrôle du fonctionnement du système, des données émises, reçues,

. le temps T alpha (Ta) d’attente, d’arrivée, d’approche des navires à bord ou en station,

. le système d’information électronique automatique numérique des navires, des stations,

. l’information originale, nouvelle de navigation, les séquences audiovisuelles cinéma tographiques, ou le film, à bord en passerelle, dans les stations STM, les ports, les capitaineries, sur l’Internet, et vers les satellites,

. le générateur du code numérique, les instructions intervectorielles, la résolution, l’application, le logiciel et le simulateur du navire,

. l’expertise, la télé expertise du navire dans l’environnement maritime, fluvial, terrestre,

. la géolocalisation en continu de la boîte noire du navire (VDR - Voyage Data Recorder),

. le système embarqué sur l’aéronef de sauvetage en mer, les secours immédiats sans la recherche en mer,

. le système embarqué sur le navire Pilote de port, de fleuve ou d’estuaire,

. l’enregistrement système, systémique des données de fonctionnement, de mouvement en embarqué à bord du navire ou localisé en station du trafic maritime STM, etc.


Le brevet d’invention FR 2 586 845 en la date de dépôt le 27 août 1985 et l’œuvre d’art des AIS sont protégés par le Code de la Propriété Intellectuelle et non autorisés par M. Legros le propriétaire. La licence d’exploitation est obligatoire.


Le Système Intervecteur de navigation maritime, fluviale, portuaire, spatiale au jour du dépôt n’a pas d’antériorité, de publication, d’écritures, d’instructions, de logiciel, de plan, d’architecture ou de projet dans le monde de la navigation maritime ou le néant.


M. Legros a déposé une demande de brevet d’invention pour les applications terrestres, maritimes, aériennes et spatiales. Le brevet délivré pour une invention nouvelle, nécessitant une activité inventive, susceptible d’application dans l’industrie accorde à son titulaire M. Legros un droit exclusif ou un monopole d’exploitation en la date de dépôt.


L’œuvre d’art de Legros originale, nouvelle, les écrits scientifiques, les instructions, les données, le logiciel, les plans, les dessins, les schémas, la géographie, la topographie, l’architecture, l’information, les séquences audiovisuelles cinématographiques des AIS est une œuvre de l’esprit protégée par le droit d’auteur ou le copyright et non autorisée par M. Legros le propriétaire


De la loi sur le brevet d’invention, les œuvres de l’esprit incluses dans la description de l’invention, nécessaires à son fonctionnement, à son exploitation sont non brevetables ; indépendamment, l’originalité, la nouveauté de l’auteur est alors protégée par le droit d’auteur ou le copyright.


La loi du Code de la Propriété Intellectuelle

Sont interdites, à défaut de consentement du propriétaire du brevet :

a) La fabrication, l'offre, la mise dans le commerce, l'utilisation, l'importation, l'exportation, le transbordement, ou la détention aux fins précitées du produit objet du brevet ;

b) L'utilisation d'un procédé objet du brevet ou, lorsque le tiers sait ou lorsque les circonstances rendent évident que l'utilisation du procédé est interdite sans le consentement du propriétaire du brevet, l'offre de son utilisation sur le territoire français ;

c) L'offre, la mise dans le commerce, l'utilisation, l'importation, l'exportation, le transbordement ou la détention aux fins précitées du produit obtenu directement par le procédé objet du brevet. Article L613-3 du Code de la Propriété Intellectuelle.


Toute atteinte portée aux droits du propriétaire du brevet, tels qu'ils sont définis aux articles L. 613-3 à L. 613-6, constitue une contrefaçon. Article L615-1 du Code de la Propriété Intellectuelle.


Est également un délit de contrefaçon toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d'une oeuvre de l'esprit en violation des droits de l'auteur, tels qu'ils sont définis et réglementés par la loi.

Est également un délit de contrefaçon la violation de l'un des droits de l'auteur d'un logiciel définis à l'article L. 122-6.

Est également un délit de contrefaçon toute captation totale ou partielle d'une œuvre cinématographique ou audiovisuelle en salle de spectacle cinématographique. Article L335-3 du Code de la Propriété Intellectuelle.


M. Legros auteur inventeur du dispositif complet des AIS

M. Legros est l’auteur inventeur exclusif des dispositifs électroniques AIS. Il a aussi présenté les dispositifs AIS en mode essentiellement de réception sur l’écran audiovisuel avec les circuits électroniques du démodulateur-5 et du récepteur-3. Alors sans le modulateur-4, l’émetteur-2 de l’application en mode passif AIS-Récepteur du capteur électromagnétique et de l’antenne.


L’œuvre scientifique et les brevets AIS sont publiés en mode sécurisé Sigma L. L’antériorité est la machine électromécanique allemande au code Enigma (1918) qui nécessita pendant la dernière guerre (1939-1945) la recherche de nombreux mathématiciens, logiciens pour son déchiffrement. Sa capture révéla son énigme.


Le code Legros intervectoriel à signal Sigma L (sL) est original, nouveau, n’a aujourd’hui pas son équivalent dans le monde. La crypthographie électronique du signal Sigma Legros (sL) émis le rend indéchiffrable, inexploitable de sa puissance pn. Le code Legros Sigma L sécurise les télécommunications.


Les AIS sont comptabilisés, inscrits au Registre de l’OMI. Ils sont tous contrôlés par l’autorité des télécommunications maritimes. Les AIS ont un label de certification, ce sont des produits Legros homologués. Le nombre des AIS en exploitation sur les navires, dans les stations, dans les ports, sur les aéronefs est connu puisqu’ils sont tous répertoriés, ainsi que ceux qui sont commercialisés ou exploités en mode unique de AIS-Récepteur.


L’œuvre d’art et l’invention de Legros des AIS exploités dans le monde seraient reproduites en des millions et des millions d’exemplaires. La production des AIS est renouvelable sur les navires, dans les stations, les ports de commerce, sur les aéronefs de sauvetage en mer et sur les nouvelles constructions. Il s’agit d’un marché des produits de l’électronique des AIS et d’une activité commerciale économique exclusive mondiale.


M. Legros est intervenu chez les principaux avionneurs et équipementiers aéronautiques français, et étrangers (fuselage, motorisation, inverseur de poussée, train d’atterrissage, conduite hydraulique, etc.). En voyage en 1980 à l’Ile de la Réunion, il a envisagé le Pod d’un moteur ou d’un réacteur d’avion.


En 1993, il a réalisé en compagnie de ses deux enfants la maquette en bois d’un voilier de 210 mm de long, d’un mât de 270 mm de haut où le gouvernail et l’hélice ne faisaient qu’un en rotation, soit les Pods actuels qui équipent les navires pour la propulsion en mer.


M. Legros a travaillé dans la construction navale, la propulsion à turbine, moteur thermique, les arbres d’hélice, les hélices, l’instrumentation, les installations électriques et l’armement de navires. Il est intervenu sur des bâtiments en exploitation, paquebot, ferry, minéralier, cargo, pétrolier, super tanker, porte-conteneurs, etc. Il a également navigué sur les navires pour mener à bien ses interventions dans les ports de commerce.


Il a su communiquer pour imposer son brevet. L’invention des AIS exploitée au 1er juillet 2002 est le prolongement de sa recherche en navigation maritime aérienne spatiale électronique automatique et numérique des années de 1970.


Les systèmes électroniques des AIS se situent dans l’histoire, dans la tradition maritime de la France, de ses grands navigateurs, de ses explorateurs, découvreurs, défricheurs de terres lointaines. L’œuvre d’art et l’invention de Legros des AIS constituent le Premier réseau mondial maritime, fluvial et spatial ; ils sont exploités pour la navigation, l’anticollision, l’anti abordage et ils protègent les marins, les navires et l’environnement maritime. L’instrumentation de détection radar est intégrée à l’invention.  


Aux brevets nationaux FR 2 586 845, l’AIS n’est pas que l’écran à bord ou en station, mais toute l’installation, l’implantation du Calculateur Intervecteur, de la baie des cartes électroniques de contrôle commande, les circuits de puissance, les écrans, le central et les réseaux de télécommunication, les capteurs de détection, les radars, les antennes, les câblages, les essais, la certification y compris les rechanges, la garantie, l’assistance et la formation.


Le prix d’achat des AIS est fonction de son exploitation sur un navire paquebot, sur un gros chalutier, sur un bateau pilote de port, sur un aéronef de sauvetage en mer, en station maritime, dans un port de commerce ou en mode récepteur. Le prix varie de 25 mille à 150 millions d’euros. Le marché exclusif des AIS électroniques renouvelables sur 5 ans, 10 ans ou 15 ans, voire 25 ans est de 200 milliards d’euros. La licence d’exploitation de Legros des AIS est obligatoire pour les exploiter dans le monde. En rémunération, les redevances sont dues de toute exploitation des AIS.


Les titres de propriété de Legros des AIS produisent leurs effets conformément au droit. De la loi, aucun Etat, aucune autorité n’a le pouvoir de se substituer à M. Legros propriétaire de son œuvre d’art scientifique mathématique physique, de son invention technique des AIS pour en autoriser l’exploitation en mer ou le commerce sans la licence. Le droit d’auteur et d’invention des AIS est patrimonial et perpétuel.


L’application maritime terrestre aérienne spatiale du brevet et du logiciel Legros des AIS a été copiée dans le détail avec ses plans, ses dessins, ses graphiques, son architecture. L’exploitation du brevet et de l’œuvre d’art a été imposée de la Directive rés. A.917(22) de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) Londres au 1er juillet 2002.


Cette directive intègre les réseaux de télecommunication de Legros nouveaux tdma (time division multiple access), cdma (code division multiple access), fdma (fréquence division multiple access), le réseau combiné ou mixte mdma (large : wide division multiple access). - Recommandation UIT-R M.1371 de l’Union Internationale des Télécom-munications (UIT) Genève.


Les navires exploitent aussi le Système Intervecteur d’exploitation à l’écran, en passerelle, en machine, la télécommunication de Legros, le bus, l’électro-bus, le télébus, la Wi-Fi, les circuits électroniques et l’automatique embarqués à bord.


L’OMI et l’UIT exploitent le droit de représentation, le droit de reproduction de l’œuvre d’art scientifique mathématique physique technique sans l’accord écrit obligatoire de l’auteur inventeur des AIS. La diffusion de l’œuvre d’art des AIS sans l’accord écrit obligatoire de M. Legros constitue une violation du droit d’auteur et un délit de contrefaçon.


Le Premier réseau mondial de navigation des AIS est sous le droit d’auteur de M. Legros. Copyright © Bernard Legros 1985 - tous droits réservés pour tous pays.


Le nom de l’auteur inventeur de M. Legros n’est pas mentionné comme le prévoit la Convention universelle sur le droit d’auteur. Ces organisations OMI, UIT qui apposent un copyright frauduleux ou éditent des normes internationales illicites sont dans le système des Nations Unies de New York.


La station à télémultipointeurs Wi-Fi du trafic maritime fluvial portuaire

Les informations de la navigation sont traitées sur la station originale, nouvelle à télé multipointeurs Wi-Fi ou tactile des brevets nationaux Legros FR 2 586 845 au 27-08-1985.


L’ingénieur Legros est intervenu dans la navale et l’armement. Il a fait breveter le système d’exploitation, de positionnement, de télécommunication et d’identification automatique des AIS pour la surveillance, la sécurité anticollision, la navigation, la protection maritime et fluvial du littoral.


Le mouvement avec l’identification de navires de commerce, militaires, d’aéronefs ou de l’hélicoptère de sauvetage en mer a été plusieurs fois breveté, communiqué de la publicité internationale - les brevets d’invention nationaux FR 2 586 845 le 27-08-1985.



L’ORIGINALITE DE LA NAVIGATION AERIENNE SPATIALE DE LEGROS

Désignation du produit nouveau : Système de navigation aérienne spatiale

Le Premier réseau mondial synchronisé du système d’information, d’identification, de

navigation, d’anticollision pour les avions - Intervecteur air espace © Bernard Legros 1985

Paquebot

La Pérouse

Méthanier LNG

Mariotte

Vitesse 15 kt

Cap S W

Pilote automatique

Bip-bip 15 minutes

©Ecran multipointeurs, station trafic maritime AIS, identification,data-base,localisation GPS,radars,    système Intervecteur spatial, bus, réseaux tdma,cdma,fdma et mdma Bernard Legros 1985

Porte-conteneurs

Gauguin

Vedette

Richelieu

Panamax

Napoléon

Capitainerie

Dunkerque

Hélicoptère

F-H250

Copyright©Bernard Legros 1985

L’originalité, la nouveauté du dispositif de Legros aéronautique spatial pour les aéronefs, avions, hélicoptère, les aéroports, les couloirs aériens concerne :

. la sécurité, le contrôle, la surveillance de la navigation et du trafic aérien,

. l’instruction intervectorielle en mode manuel, semi ou automatique de l’avion,

. l’identification de l’aéronef en vol, en aéroport,

. le coefficient gamma L (gL), application électronique aux avions,

. la visionique, la reconnaissance de forme  vectorielle 3D/T,

. la connaissance à l’instant (t) de la position codée, programmée de la balise spatiale par son identification et ses éphémérides,

. la production des vecteurs électromagnétiques, la géolocalisation, balise, VOR, radar, antennes OMEGA(1968), GPS(1995), et le couplage inertiel,

. le réseau d’aéronefs, d’équipements sur la zone, modélisation  unitaire, multiple,

. les réseaux Legros sécurisés à signal codé synchronisé variable, Sigma L(sL),

. le réseau intervectoriel Legros tdma (tl) ou (t0), le signal codé (sL), fonction de la vitesse (V) des aéronefs, ou le réseau unique bus/tdma/cdma/fdma/mdma,

. le Calculateur Intervecteur à particule (pL+), départicule (pL-), signal Sigma L codés(sL),

. les résolutions Legros du Calculateur Intervecteur CI dans le plan ou l’espace e,

. le multipointeurs d’écran, les cartes de navigation intervectorielles ECDIS,

. le contrôle de puissance et d’asservissement vectoriel de position, d’attitude, de cap, de vitesse(FADEC, gouverne de profondeur, de direction, aileron, volet,…) à bord,

. le programme de route sur les cartes aériennes, le contrôle en 3D/T de la trajectoire de l’avion, l’anticollision, le contrôle d’approche, la sécurité intervectorielle contre un obstacle de la route, environnement terrestre, maritime, spatial,

. l’envoi de comptes-rendus, de messages de navigation,

. l’envoi de signaux de détresse (identification, position 3D,  urgence, nécessité, …),

. l’autocontrôle du fonctionnement du système, des données émises, reçues,

. le temps t alpha (ta) d’attente, d’arrivée, d’approche des avions à bord ou en aéroport,

. le système d’information des avions, de navigation ou de séquences audiovisuelles dans   le cockpit, dans l’aéroport,

. le générateur du code numérique, d’instructions logiciel pour le simulateur,

. l’expertise, la télé expertise aérienne (boîte noire ou VDR - Voyage Data Recorder),

. le système embarqué sur l’aéronef de sauvetage aérien,

. le système localisé dans le centre de contrôle du trafic aérien,

. l’enregistrement système, systémique des données de fonctionnement, de mouvement   en embarqué à bord de l’avion ou localisé en centre de contrôle du trafic aérien, etc.


La station à télémultipointeurs Wi-Fi du trafic aérien spatial  

Les informations de la navigation sont traitées sur la station originale, nouvelle à télé multipointeurs Wi-Fi ou tactile des brevets nationaux Legros FR 2 586 845 au 27-08-1985.


La géolocalisation, la visualisation de véhicules, de navires, d’avions en évolution les uns par rapport aux autres dans l’espace est le fruit de l’imagination, de l’intelligence et du savoir-faire de l’auteur inventeur pour toute liaison du synchronisme d’objets, toute fixation de la matérialité du système complexe. Cette science perpétuelle de Legros n’est pas en la genèse du hasard, de l’équilibre ou du chaos, mais en la dynamique opérationnelle systémique de l’équilibre de la matière en mouvement (1964-1985).


M. Legros a résolu de sa création toutes les difficultés mathématiques, physiques, électroniques et techniques pour rendre possible ci-dessous cette réalisation et cette vision. Tous ces mouvements du monde de Legros n’ont au préalable, entre les décennies de 1960 et de 1980, pas d’interprétation envisagée, encore moins une interprétation de l’automatique, de plans ou de publications, d’une telle œuvre d’art.


De la matière inerte, il existe la production du mouvement du vecteur faisceau spatial de localisation sur le support physique ou la géolocalisation. De ses plans, l’Intervecteur produit l’avionique, la visionique, la résolution de la distance entre les avions, les obstacles, la sécurité anticollision embarquée à bord, localisé en aéroport sur les écrans.


Le système d’information automatique ou de séquences audiovisuelles  est exploité dans le cockpit par les pilotes, en aéroport par les aiguilleurs du ciel, pour le service des voyageurs sur les tableaux de départ, d’arrivée et sur les écrans du serveur de l’Internet. Cette entière architecture synchronisée n’a pas de précédente publication, n’a pas de précédente réalisation, elle n’est la production que d’un seul homme auteur inventeur au document FR 2 586 845.   


C’est la branche mathématique du calcul intervectoriel, de son plan fonctionnel, de la publicité de l’œuvre d’art de l’Intervecteur qui est la fondation, la résolution et la consistance matérielle de tout ceci.   


Le mouvement avec l’identification d’aéronefs, avion civil, militaire, hélicoptère en aérogare, aéroport, en couloir aérien a été plusieurs fois breveté, communiqué de la publicité internationale - les brevets d’invention nationaux FR 2 586 845 le 27-08-1985.



LA LICENCE DU DROIT D’AUTEUR OU DU COPYRIGHT ET DU BREVET

D’INVENTION  —>Click Commerce licence


L’œuvre de l’esprit de l’Intervecteur est originale. L’invention, de la publication du rapport de recherche internationale, est nouvelle, elle nécessite une activité inventive, elle est susceptible d’application industrielle. L’avis documentaire de brevets d’invention nationaux a été délivré. Les titres des deux propriétés indépendamment d’auteur et d’inventeur sont établis à M. Legros.


L’exploitation de l’œuvre d’art de l’Intervecteur et du brevet d’invention français est soumise à l’autorisation écrite obligatoire du propriétaire M. Legros conformément au Code de la propriété intellectuelle sur la protection du droit d’auteur, sur la protection des inventions et des connaissances techniques aux brevets d’invention. Le titre de l’œuvre d’art de l’Intervecteur présente un caractère original ; il est protégé comme l'œuvre elle-même.


Nul ne peut, même si l'œuvre n'est plus protégée, utiliser ce titre pour individualiser une œuvre du même genre, dans des conditions susceptibles de provoquer une confusion. L'auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son œuvre. L’auteur dénomme son œuvre par le choix d’un titre original approprié ; dès lors, le titre de l’œuvre d’art de l’Intervecteur et de son application est protégé.


La liberté est donnée à chacun d’exploiter la technologie disponible ou la pratique courante de la norme du domaine public, ou de créer et d’exploiter ses inventions, ses œuvres, ses textes, ses dessins, ses publications ou d’exploiter autrement.


Le droit d’auteur est opposable à tous. L’œuvre d’art de Legros de ses écritures scientifiques, de ses instructions, de ses données, de son logiciel, de ses dessins, de son architecture, de sa sculpture est une œuvre de l’esprit. Le droit de propriété intellectuelle de l’auteur est exclusif.


Les termes de l’exploitation du droit d’auteur et du brevet d’invention de l’Intervecteur sont formés au contrat de licence. Il stipule aux clauses le mode d’exploitation, d’exclusivité des droits portant sur l’œuvre d’art, portant sur le brevet pour son application terrestre (ferroviaire, routière), maritime, aérienne et spatiale.


Les redevances sur le droit d’auteur ou sur le copyright portent sur l’œuvre d’art du logiciel, de l’instruction, de l’information, de l’électronique, des dessins et de l’architecture. Elles sont fixées en fonction de l’usage dans la profession, de l’exploitation et de la valeur de l’œuvre d’art pour 70 années après la mort de l’auteur (70 ans).


Les redevances sur le brevet d’invention portent sur l’industrie de haute technologie de l’électronique, du système, de la télécommunication, de l’automatique, de la sécurité, du transport et de l’information. Elles sont fixées en fonction de l’usage dans la profession, de l’exploitation et de la valeur de l’invention sur 20 années (20 ans).


La justice dit que les redevances doivent être supportables par l’investissement, l’activité de recherche et l’économie. Pour le brevet dans le domaine de l’électronique, de la chimie, de la pharmacie, elles sont généralement négociées de 12,5 à 15% du chiffre d’affaires qui sera produit essentiellement par l’œuvre d’art de l’auteur ou par l’invention de l’inventeur.


Les informations numériques originales, nouvelles produitent par l’invention et l’œuvre d’art de Legros ont un coût économique, elles ne sont pas gratuites, elles sont l’objet d’une rémunération. Toute exploitation de l’invention et de l’œuvre d’art de Legros résulte d’une simple transaction d’achat de licence, de pratique ordinaire dans l’industrie et le commerce.


De la publicité, l’invention et l’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur sont des produits exploités dans l’industrie, dans le grand public, sur l’Internet, et par satellite.



Le système complet de navigation spatiale de Legros n’a pas d’existence antérieure, n’a pas de description, de plan, de projet, n’était pas en l’état des sciences et des techniques ou le néant.


De la loi du Code de la propriété intellectuelle, la licence est obligatoire.



LE RECAPITULATIF DE L’INVENTION ET DE L’ŒUVRE D’ART DE LEGROS


La Métamathématique de Legros

Elle est construite d’ensembles de vecteurs, soit la branche du calcul intervectoriel. Les groupes d’équations scientifiques mathématiques, physiques, l’intersection vectorielle, le vecteur intersection sont indispensables à l’invention. Le principe élaboré au brevet est fondamental. Il est intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science.


Au 27-08-1985, les secteurs économiques et l’industrie n’exploitaient pas l’invention, la technologie ou le droit d’auteur de Legros, ils faisaient, produisaient ou exploitaient différemment, autrement dans l’industrie, dans le grand public.


Les brevets nationaux FR 2 586 845 et l’œuvre d’art de Legros

L’électronique de Legros, les huit circuits du système (8) ayant une désignation bien explicite de la fonction venant du nom propre de la profession sont chacun, ou un à un, indispensables, intelligibles par l’homme du métier ou le collège d’hommes du métier.


M. Legros n’a pas donné de noms fantaisistes aux circuits électroniques de son invention qui est en rupture avec la technologie, suffisamment complexe, pas évidente, peu accessible en utilisant pourtant les noms propres du dictionnaire. Les mots de l’invention sont empruntés du dictionnaire français, ils sont traduisibles en une langue étrangère.


Pour des intérêts majeurs aussi importants se chiffrant en des milliards d’euros par application, pour le sérieux du sujet traité, d’autres noms inappropriés auraient été susceptibles de contestation, de confusion, sans recours, devant les tribunaux. Aux écritures, aux planches de schémas, le mot est clair, juste pour exprimer la chose.


Aux § ci-dessous, la légende du schéma de principe figure 2 Planche I/III est la lettre initiale du mot du circuit électronique ou le symbole, la légende au schéma de principe figure 5 Plance III/III est le numéro de 1 à 8 du circuit électronique - Famille des brevets Legros FR 2 586 845 au 27-08-1985.


Les huit circuits électroniques (8)

. L’alimentation (A / 1) nécessaire au fonctionnement du système produit les tensions et la puissance électrique. Les capteurs produisent également l’énergie du système, du mobile, de la station, du central, du satellite. L’alimentation est générale ou produite par les capteurs (électromagnétique, magnétique, capacitif, thermique, générateur, solaire, etc.). Elle est intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier.


. Les circuits émission-réception (E,R / 2,3) des capteurs de détection sont indispensables. Ils ont aussi une fonction de liaison, de transmission électromagnétique hertzienne, résistive, optique filaire sur le support. Ils sont codés, programmés, définis aux groupes d’instructions intervectorielles. Les types de capteurs émission-réception sont intelligibles par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier.


La télécommunication est essentielle. Les réseaux internes au système le bus, électro-bus, télébus ou externes, locaux la Wi-FI ou distants les réseaux tdma, cdma, fdma, mixte ou combiné mdma lient les circuits électroniques. La télécommunication  est intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier.


. Le modulateur-démodulateur ou le modem (M,D / 4,5) traite de la sculpture du signal 2A Sigma L (sL) synchronisé (T0), codé (0, 1, n, …) des réseaux de télécommunication tdma, cdma, fdma, mixte ou combiné mdma pour les circuits émission et réception. Le modem est intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier.


. Le circuit de décodage ou le circuit de coïncidence ou le comparateur (CI / 6) ou le Calculateur Intervecteur est dimensionné, fonctionnel. L’électronique traite les groupes d’instructions intervectorielles, les calculs, les données ou data de la résolution, de l’application. Le calculateur traite de la reconnaissance de forme plane, spatiale du signal, traite du décodage du signal 2A.


Le processus de fonctionnement contrôle l’activation des circuits électroniques, ainsi que les entrées-sorties ou les input-output des réseaux de télécommunication du système, des systèmes ou de la systémique. Les groupes d’instructions et les données intervectoriels sont directement exploitables sur le support du système électronique.


Le circuit de décodage ou le circuit de coïncidence ou le comparateur pour traiter les groupes d’instructions et les données intervectoriels est indispensable. Il est intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier.


. Le circuit amplificateur (D / 7) est le bus du système. Il lie les circuits électroniques en continu ou en boucle. Ce circuit amplificateur électronique est intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier.


. Le circuit d’asservissement ou de puissance ou la logique de fonctionnement (P / 8) reçoit les ordres, les consignes de mouvement du mobile : l’ordre impératif d’arrêt ; le changement de trajectoire ; le ralentissement, l’accélération ; le changement de sens de marche, avant, arrière. Le circuit de puissance est adapté à l’exploitation, au système, au mobile.


La logique de fonctionnement sur le même circuit électronique est utilisée pour l’exploitation du système au mobile, à son mode de fonctionnement en mode manuel, semi-automatique, automatique ou mixte. Elle est utilisée pour l’exploitation du système en local, dans l’environnement routier, ferroviaire. Brevet Legros FR 2 586 845, figure 4 Planche II/III.


De ce circuit d’asservissement ou de puissance ou de logique de fonctionnement, les consignes de sortie sont en continu ou en boucle. Il est intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier.


Le Système Intervecteur d’exploitation

Il est à télémultipointeurs ou digital, se compose de capteurs mobiles ou de mouvement, de transmission filaire, électromagnétique avec antenne, de groupes d’instructions intervectorielles de résolution et d’application.


Le système d’exploitation précise au brevet le mouvement, la reconnaissance de forme, la détection, la fonction informatique (data processing) ou du système, le basculement, la consigne, l’ordre à l’écran de vision, quelle qu’en soit la raison, dans le système, la data-base, les réseaux, la systémique des systèmes liés.


Le Système Intervecteur d’exploitation Métamathématique électronique à détection ensembliste d’ensembles En composés d’éléments vecteur ve sur l’écran de vision où le point a pour unité le pixel est original, nouveau. Le Système Intervecteur d’exploitation sur l’écran est intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier. Brevet Legros FR 2 586 845, figure 1 Planche I/III.


Ce Système Intervecteur d’exploitation est installé sur les 99,99 % des systèmes électroniques, automatiques, informatiques et de télécommunication. Les autres systèmes d’exploitation qui étaient utilisés par les constructeurs d’ordinateurs, de stations de travail, de téléphones, d’automates, de calculateurs CNC, de machines, de robots, et par leurs utilisateurs ne sont presque plus exploités depuis les années de 1995.


Le Système Intervecteur d’information

Il est électronique, automatique, numérique, en continu ou en boucle, en temps réel ou différé. Il est disposé pour la diffusion de l’information sur l’écran embarqué à bord du mobile ou pour la diffusion de l’information sur l’écran situé en local dans un endroit déterminé, en station, dans le central, l’environnement, le plan ou l’espace e.


L’information diffusée est originale, nouvelle, les séquences audiovisuelles cinéma-tographiques, le film, sur l’Internet, et en émission-réception vers les satellites. Cette information intervectorielle spatio-temporelle notamment la destination, le temps T1 moins T0 égal à T Alpha (Ta) d’attente, d’approche ou d’arrivée est décrite. La diffusion de l’information est  intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier.


L’intelligence intervectorielle

Elle est embarquée à bord du mobile ou localisée en station. Elle a un nom propre au raisonnement de la résolution intervectorielle spatio-temporelle. L’intelligence inter-vectorielle transcende les capacités intellectuelles, physiques de l’humain. L’intelligence intervectorielle intégre le dialogue, elle résout pour l’un, et résout pour tous au jour du dépôt le 27-08-1985.


Les applications en revendication de l’auteur inventeur

Le Système Intervecteur est revendiqué en embarqué à bord du mobile ou se situé en local dans un endroit déterminé, dans l’environnement, le plan ou l’espace ; il est localisé ou transporté pour résoudre. Les applications sont terrestre, routière, ferroviaire, maritime, aérienne et spatiale. Les applications du Système Intervecteur sont  intelligibles par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier.


M. Legros a fait une publication de son Système Intervecteur (Archos-1995) centralisé, décentralisé, pour notamment la navigation, la modélisation de l’environnement, le pilotage automatique, l’aide au pilotage manuel, l’intelligence embarquée, la résolution de la Métamathématique de l’intersection vectorielle, le choix de décision pour chaque mobile ou depuis le poste central.[…] Industrie des transports du troisième millénaire, et cetera. - Flash Info N°37 novembre 1995 - Dossier de l’Information Scientifique et Technique de la Région des Pays de la Loire - L’automatique et l’informatique industrielle.


Au Système Intervecteur, l’intelligence intervectorielle résout le système, les systèmes, leur expansion, leur régression en nombre avec la nouvelle résolution. C’est bien cette résolution de l’intelligence intervectorielle qui se pose à notre cerveau, à nos cinq sens, à nos cellules, à chaque instant, à chaque acte, à chaque mouvement ou par le dialogue.

 

Le Système Intervecteur n’est construit ainsi que de l’auteur inventeur. Il produit ses effets, ses fonctions et ses résultats. Il est intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier, il est exploité dans l’industrie, la société.


La Systémique des Systèmes Intervecteur n’est construite ainsi que par l’auteur inventeur. Elle produit ses effets, ses fonctions et ses résultats. Elle est intelligible par l’homme ou le collège d’hommes de science et du métier, elle est exploitée dans l’industrie et la société.


Le Système Intervecteur s’applique à l’Univers, au multi Univers, en régression, en expansion. La Métamathématique de la loi de Legros expose de sa puissance de calcul et de résolution les phénomènes.  


Le brevet de Legros des AIS, l’application, la certification et l’enregistrement

C’est ainsi que de la publicité de Legros, l’invention française du dispositif des AIS de navigation maritime spatiale et d’anticollision comprenant les huit circuits électroniques (8) et l’œuvre d’art, intégrale ou partielle, de la résolution intervectorielle est exploitée dans le monde pour la sécurité et le suivi des navires en exploitation.


L’AIS est revendiqué au brevet français Legros FR 2 586 845, en la date de dépôt le 27-08-1985, être embarqué à bord des navires, localisé dans les Stations du Trafic Maritime STM, dans les ports de commerce, sur le bateau pilote, ou installé sur l’aéronef de sauvetage en mer. Les AIS sont visionnés sur la zone maritime, sur l’écran du système d’exploitation, d’information muni du télémultipointeurs Wi-Fi ou digitale (voir les schémas ci-dessus).


L’exploitation actuelle du brevet et de l’œuvre d’art de Legros des AIS en la date de dépôt est illégale. De la loi sur le brevet d’invention et sur le droit d’auteur son consentement écrit sur sa propriété privée est obligatoire ; de même, la dénomination, le nom de baptême du dispositif et de ses propriétés n’appartient qu’à M. Bernard Legros.


Les AIS sont certifiés conformes, ils sont tous répertoriés au registre des affaires maritimes des Etats et au registre de l’OMI. Le nombre exact des produits AIS exploités dans le monde est connu. Les redevances ou les royalties sont dues à M. Legros à compter du premier jour de cette exploitation des AIS.


Cette technologie originale, nouvelle de Legros des dispositifs électroniques des AIS fabriqués, implantés, câblés, installés, certifiés conformes à bord des navires de tous tonnages, civils et militaires, en station du trafic maritime, dans les ports de commerce, sur aéronef de sauvetage en mer génère un chiffre d’affaires considérable.


Tous les AIS doivent être exploités sous licence, ainsi que toute diffusion, en application du Code de la Propriété Intellectuelle en France, de la loi propre aux Etats, en application de la Convention Universelle sur le droit d’auteur révisée à Paris le 24 juillet 1971.   


En conclusion

Le Système Intervecteur est, de ce qui précède, entièrement original et nouveau ; nécessite une connaissance encyclopédique approfondie ainsi que la pratique des sciences mathématiques, physiques, de la mécanique, de l’électronique, de l’automatique, de la logique, de l’informatique, des télécommunications ; nécessite une expertise industrielle des industries ; nécessite une capacité intellectuelle et une activité de recherche ; il est exploité dans l’industrie et la société.


Lorsque l’on parle de l’invention, de l’œuvre d’art de Legros du Système Intervecteur avec légèreté, sans la connaissance suffisante du métier, des métiers, il s’agit tout de même des sciences de la Métamathématique, de la physique, de haute et de nano technologie de l’électronique, de l’automatique, du numérique, des télécommunications, d’une constellation de satellites, de lanceurs, de la trajectoire de mobiles en mouvement les uns par rapport aux autres dans le plan ou l’espace e.


Il s’agit aussi de tout un système d’exploitation, d’information, de navigation sur l’écran, entièrement original nouveau. Tout ceci, n’est toujours pas si simple, mais complexe, sans solution au jour du dépôt ou le néant.


Il n’y a que M. Legros qui a répondu aux nouvelles contraintes du monde en 1985 par le dépôt d’une demande pour un brevet d’invention, et il n’existe aucune publication de brevet ou de plan concurrent d’un Etat, d’une entreprise ou d’un individu opposée.


Suite aux brevets d’invention inexploités, suite aux échecs passés, c’est M. Legros qui a résolu toutes les difficultés majeures pour exploiter son brevet, son œuvre d’art du Système Intervecteur dans les différents secteurs économiques que nous connaissons.


Les succès de la nouvelle technologie du numérique, de son application par des entreprises nouvellement créées, ou par des entreprises existantes proviennent essentiellement de la technologie de Legros dite technologie du numérique.


M. Legros ne pouvait confier à personne le soin de ses écritures, de ses instructions, de ses schémas et d’architecture suffisants pour exécuter son invention du Système Intervecteur contenu en un seul esprit pour résoudre au 27-08-1985.


Il avait bien conscience d’être le seul à maîtriser toutes les sciences, les technologies, les circonstances de la Métamathématique, de la physique, de la particule, de l’électron dans le système, la systémique des systèmes. Il était également le seul à en connaître de son expérience, l’acte, la conséquence, les tenants et les aboutissants de sa résolution intervectorielle dans le plan ou l’espace e.


Il n’y avait pas d’homme pour comprendre les sciences, les applications, les industries de l’invention et de l’œuvre d’art. C’est à force de persuasion, de représentation, de reproduction, de communication, de diffusion qu’il a su se faire entendre. Il est indéniable que l’invention et l’œuvre d’art n’ont été exploitées qu’après la publicité nationale, internationale de Legros et son intérêt.     


Toute représentation ou reproduction ou diffusion de l’invention et de l’œuvre d’art de Monsieur Bernard Legros dans le public ne donne à quiconque aucun droit d’exploitation. La licence est obligatoire en la date du dépôt officiel dit légal.     


L’invention et l’œuvre d’art de Legros du Système Intervecteur procurent un avantage technique, économique, sont exploitées dans le monde entier.



Système d’information et de navigation spatiale

© Bernard Legros 1985

Dépôt légal tous droits réservés pour tous pays


Space navigation and information system

© Bernard Legros 1985

Legal deposit all rights reserved for all countries

Commerce Titres de propriété
Document officiel en-tête de l’OMPI - Genève

© Copyright brevet FR 2 586 845   OMPI-Genève  publication     internationale WO 87/01491 12-03-1987

Publicité de l’œuvre d’art de Legros de Organisation Mondiale de la Propriété

Intellectuelle OMPI Genève Suisse, dépôt légal le 27-08-1985 INPI Paris France



LA PROPRIETE INTELLECTUELLE DE LEGROS (OMPI)

L’œuvre d’art de Legros de l’Intervecteur éternelle, universelle, multi Univers.


De la publicité, la première publication de Legros du Système Intervecteur, génèse en l’auteur, est datée au 27 août 1985 (plus de 32 années). Il s’agit d’une haute réflexion scientifique, technique, philosophique, construite de son entière personnalité, de ses études, de son travail, de sa recherche et de son expérience. L’œuvre d’art et d’invention authentique est datée, signée de M. Legros Bernard René Paul (période de 1953 à 1985).


La Métamathématique de Legros du calcul intervectoriel s’inscrit de son intérêt scientifique, technique, économique en ligne des découvertes, des constructions des mathématiciens vers 2650 av. J.C., et des mathématiciens célèbres qui ont laissé des énoncés vrais pour la postérité depuis le VIème siècle av. J.-C. jusqu’à nos jours.


La théorie de la Métamathématique repose sur un raisonnement abstrait construit d’ensembles E, d’éléments vecteurs ve  dont le nombre, la dimension, la forme évoluent en permanence dans l’espace-temps. Cette Métamathématique physique devient concrète fonctionnelle, opérationnelle portée par la matière ou les moyens techniques de l’invention telle que décrite. La Métamathématique de Legros est d’application prouvée universelle.


Le problème posé est ainsi résolu que par l’auteur inventeur de l’intersection vectorielle ou du vecteur intersection ou de l’Intervecteur avec les moyens techniques, les applications en synergie pour les mobiles, les satellites, les particules, les ensembles et les éléments évoluant les uns par rapport aux autres dans le plan ou l’espace e.


L’énoncé de la proposition de la Métamathématique de Legros est démontré être réel, vrai, universel. La Métamathématique de Legros, de résolution intervectorielle qui produit tous ses effets, est d’application efficace, de grande valeur scientifique, industrielle, économique, culturelle et patrimoniale.


Au document de brevet d’invention, les groupes d’équations scientifiques ou d’instructions sont qualifiés de principe fondamental, les règles les reliant sont qualifiées d’essentielles au principe de fonctionnement basé sur la réciprocité. Le système se compose de l’électronique, de groupes de résolution, de télécommunication et de dialogue.


La puissance de calcul du système, de la systémique des systèmes est infinie ; le nombre, la dimension, la forme, la résolution évoluant en permanence. Aussi, l’accélération gamma de puissance 2 du mouvement est alors traitée comme un coefficient d’accélération de puissance n pour l’état inerte, statique, le mouvement dynamique des trajectoires tendant dans toutes les dimensions vers l’infini.


Les calculs millénaires des mathématiciens ont été utilisés pour la construction des pyramides, des grands ouvrages d’art de ponts, canaux et bâtiments tout au long de notre histoire. Les concepts mathématiques portés sur les plans deviendront la science des structures, des techniques, des organisations et des systèmes.


M. Legros a porté le concept de la Métamathématique sur ses plans pour la fondation, l’architecture, la technique, la technologie de son système, de sa systémique universelle. La Métamathématique physique de son document de brevet d’invention FR 2 586 845 reste toujours indispensable à l’industrie, à l’évolution des techniques du XXIème siècle.


Le document de brevet décrit le principe fondamental, les règles essentielles, le fonctionnement, l’avantage, l’application du système d’exploitation, d’information, de visionique active, de télécommunication, de sécurité anticollision des mobiles, des engins en émission-réception vers les satellites. L’électronique automatique numérique supporte les groupes d’instructions intervectorielles, la référence, la résolution, l’application, la synchronisation temporelle universelle et le codage. Aux groupes d’instructions, le signal Sigma (sL) binaire, la particule, son niveau ou son absence est codé. Le code de Legros du système est original, nouveau, efficace en électronique et en télécommunication.


De la volonté de l’auteur inventeur, l’enseignement scientifique technique spatial complexe de l’œuvre d’art de Legros est en rupture très nette eu égard aux exploitations, aux pratiques empiriques, superposées, à bout de souffle, sans un prolongement futur significatif. C’est bien la technologie numérique de Legros qui a opéré un changement radical, scientifique, technologique et pratique dans la société.


Les technologies antérieures étaient étudiées, développées, normalisées, exploitées par des organisations et entreprises de renom international dans l’industrie de l’électronique, de l’informatique, des télécommunications, de défense et de l’espace. Ce sont ces technologies, présentes sur les cinq continents, qui ont bien été abandonnées dans les différents secteurs économiques au profit de la technologie électronique automatique numérique de Legros. Le Système Intervecteur  est utile, fiable, efficace. Son exploitation se révèle être rentable, l’économie génère du progrès, du profit et de la croissance.


L’œuvre d’art de Legros, la Métamathématique, la technologie électronique automatique numérique évolutive se retrouve exploitée sur la majorité des systèmes de l’informatique, de l’industrie, des télécommunications, de la défense, de l’espace, des services, des banques, des assurances, de l’économie et de la finance ; soit les 99,99% des systèmes installés exploités dans le monde.   



LES PUBLICATIONS ET L’ETAT DE LA TECHNIQUE EN 1985


Les quatre antériorités citées aux deux Rapports de recherche internationale en France et en Europe

1) Brevet N° 576356 - Etienne-Marcel PROT déposé en France le 26 janvier 1924 - Appareil avertisseur radio-électrique.


2) Brevet N° 2542803 - WESTINGHOUSE ELECTRIC CORPORATION déposé aux Etats Unis le 13 novembre 1945 - Railway electronic safety control System / Système de contrôle de sécurité électronique ferroviaire


3) Brevet N° 2131433 - MESSERSCHMITT BOLKOW-BLOHM GMBH déposé en République Fédérale d’Allemagne le 14 mars 1972  - Procédé et dispositif de commande automatique de freinage et de marche d’engins mobiles sur une voie ou piste.


4) Brevet N° 2652489 - GRÜNTHAL déposé en RFA le 18 novembre 1976 - Elektronische Luftfahrzeug - Annäherungsortung zur Sicherung des Flugverkehrs / Electronique de bord d’avion - Détection de proximité pour la sécurité du trafic aérien



Le brevet Legros FR 2 586 845 et la publicité

La demande pour un brevet d’invention français a été déposé en main propre par Monsieur Bernard Legros le 27 août 1985 à 15h30 - 16h à l’INPI de Paris France.


. Date de la mise à disposition du public de la demande : BOPI Bulletin Officiel de la Propriété Intellectuelle « Brevets » n°10 du 06 mars 1987.

. Date de la mise à disposition du public du brevet d’invention : BOPI « Brevets » n°43 du 23 octobre 1987.


. Les quatre brevets cités au Rapport de recherche internationale achevé le 10 octobre 1986, expédié le 14 novembre 1986 ne constituent pas d’antériorité.

. Il n’y a pas d’opposition de tiers de la publicité. Aucune antériorité n’est citée à l’encontre de ces dix revendications (10).

. Le brevet d’invention français a été délivré par le Directeur de l’INPI à Monsieur Bernard Legros pour l’exploitation exclusive de son invention sur vingt années (20 ans).

–->Click Titres de propriété



L’AVIS DOCUMENTAIRE DE L’INPI ET LES BREVETS NATIONAUX


La recherche documentaire de M. Legros auteur inventeur

De la recherche documentaire de M. Legros auteur inventeur, de sa pratique, de ses connaissances techniques, industrielles son système complexe de l’Intervecteur n’existe pas dans le secteur de l’électronique de haute technologie. C’est pourquoi il a déposé sa demande pour un brevet d’invention.


Il s’agit d’une pure création de l’esprit, une œuvre d’art et d’une invention de la technique avec ses applications directement exécutables.


L’avis documentaire et le rapport de recherche internationale de INPI ET OEB

L’avis documentaire cite les quatre documents ci-dessus particulièrement pertinents classés « x » qui peuvent être pris en considération pour apprécier la nouveauté, l’activité inventive et la brevetabilité de l’invention.


Des brevets d’invention ont été délivrés à M. Legros en France, en Espagne et au Canada. L’invention est faisable, susceptible d’être appliquée dans l’industrie, y compris dans l’agriculture en France, en Europe, dans le monde. Et, l’invention est appliquée.



Les publications du Rapport de recherche internationale le 14-11-1986 et de l’Avis documentaire de INPI Paris France le 23-10-1987

Titres de propriété Licence

Plan électronique d’architecture du Système Intervecteur en local, central, station ou sur le mobile

© Bernard Legros 1985

Publicité du brevet français Legros FR 2 586 845 déposé le 27-08-1985

- l’architecture du Système Intervecteur, le bus interne, la télécommunication externe, le système x1 en local, central, gare, maisonnette, poste d’aiguilllage, station, ou sur la voie, ou en embarqué à bord du mobile et le système x2 embarqué à bord du mobile

Plan électronique d’architecture du Système Intervecteur en local, central, ou station ou sur le mobile

© Bernard Legros 1985

Publicité du brevet français Legros FR 2 586 845 déposé le 27-08-1985

- l’architecture du Système Intervecteur, la systémique de (tous les) Ɐxn-systèmes embarqués à bord des mobiles, ou en local, central, gare, maisonnette, poste d’aiguilllage, station, ou sur la voie, dans l’environnement, le plan ou l’espace e

Plan électronique d’architecture du Système Intervecteur et la télécommunication des systèmes de Legros

© Bernard Legros 1985

Du Système  Intervecteur, le mouvement réel spatial de la particule est plus grand ou égal au mouvement apparent de la mesure. La Métamathématique physique intervectorielle définit le mouvement apparent mesuré et le mouvement réel de la trajectoire spatiale de la particule ou de son élément ve  du système aux instants (t) sur les axes x, y, z, t.


Le Système Intervecteur est exploité en tout ou partie de sa résolution dans l’électronique, les télécommunications, l’industrie, la mécanique, l’instrumentation, l’architecture du système et de la systémique. Les groupes d’instructions intervectorielles concourent en continu au contrôle de la trajectoire et à l’anticollision.


Quelle que soit la masse, le volume, la forme ou l’accélération variable, la trajectoire est sous le contrôle de l’intelligence du système et d’une grandeur de commande électronique, électrique, thermique, hydraulique, pneumatique ou humaine. Le contrôle manuel, semi automatique ou automatique est résolu par les groupes d’équations d’application et d’équilibre du système : soit les valeurs logiques et d’ordres suffisamment différenciées d’équilibre (1), d’instabilité, de chaos (0), de retour à l’équilibre (1).


Cette annotation de Legros intervectorielle d’interdépendance est exceptionnelle, elle provient essentiellement de l’auteur inventeur de la branche du calcul intervectoriel ou l’ensemble vide est « ici » écrit être, de la publicité du brevet, égal à 1 : (tel que) [f] = (1) ; soit l’équilibre du système embarqué, localisé et l’équilibre de la systémique.


L’intelligence intervectorielle de Legros embarquée, localisée résout ce que l’homme ne peut résoudre, le fonctionnement de sécurité du système, l’anticollision,  l’erreur epsilon e humaine, technique. - publicité du brevet français FR 2 586 845 au 27-08-1985.


© Bernard Legros 1985

>

 

   Onde (wave)                                                                         support vide espace conducteur tunnel etc.

                                                                                                résistivité r,permittivité e, perméabilité m

       élément ve ou distance réelle spatiale parcourue sur onde                          


       distance mesurée de ve  ou distance apparente sur les axes x, y, z, t           fréquence, amplitude

  0                                                                                                                                          

                  p              2p                                                                  t                                                     temps

                             période T

     

  Système Intervecteur distance réelle parcourue plus grande ou égale    que la distance apparente

   mesurée, système appliqué à l’élément ve, célérité V de la particule ou c de la lumière


  SYSTEME INTERVECTEUR LE MOUVEMENT APPARENT DE LA MESURE DE LA CELERITE ET

  LE MOUVEMENT SPATIAL REEL DE L’ELEMENT SUR LE SUPPORT CONDUCTEUR OU TUNNEL


Propriété intellectuelle Legros


Branche mathématique du calcul intervectoriel ©


Réseau intervectoriel de télécommunication tdma, cdma, fdma et mdma ©


Architecture système systémique plan et espace ©


Description

plans,dessins

schémas de l’invention ©


Huit circuits

électroniques

liaison bus

et Wi-Fi ©


Instructions

résolution

application

numériques ©


Signal sigma

synchronisé

codé, unitaire

multiple ©


Navigation

embarquée

localisée sur

zone, écran ©


Système d’exploitation

télémulti-pointeurs ©


O

R

I

G

I

N

A

L


E

T


N

O

U

V

E

A

U

©

Publicité des brevets d’invention nationaux Legros FR 2 586 845 incluant son droit d’auteur

ou son copyright daté le 27-08-1985

Propriété Intellectuelle I Publication

WU 187

KZ 298

LP 46

MN 81

AERO 02

HD 54

MY 31


Vitesse 500 kt

Altitude18000 ft

Cap N W

Pente montée a 6°

Pilote automatique

Bip-bip 15 minutes

©Ecran multipointeurs, station du trafic aérien, identification, data-base, localisation GPS, radars,     système Intervecteur spatial, bus, réseaux tdma,cdma,fdma et mdma Bernard Legros 1985

Copyright©Bernard Legros 1985

Produits FR 2 586 845